Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusGuy Bucumi, Religions et pouvoirs...

Comptes rendus

Guy Bucumi, Religions et pouvoirs étatiques en Afrique centrale. Église catholique, Églises évangéliques, laïcités : Cameroun, Congo, Gabon et République démocratique du Congo

Le Kremlin-Bicêtre, Éditions Mare et Martin, coll. « Bibliothèque des Thèses », 2022, 328 p.
Jean-Louis Ormières
p. 172-173
Référence(s) :

Guy Bucumi, Religions et pouvoirs étatiques en Afrique centrale. Église catholique, Églises évangéliques, laïcités : Cameroun, Congo, Gabon et République démocratique du Congo, Le Kremlin-Bicêtre, Éditions Mare et Martin, coll. « Bibliothèque des Thèses », 2022, 328 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat en droit, l’ouvrage offre un enseignement enrichissant sur les relations entre religions et gouvernements de la colonisation à nos jours au sein de quatre pays francophones d’Afrique centrale : le Cameroun, le Congo, le Gabon et la République démocratique du Congo (RDC).

2Le livre s’organise en deux grandes parties, dont la première analyse les relations entre les autorités coloniales locales et les représentants de l’Église catholique, institution devenue dès le début une alliée incontournable de la conquête coloniale. Cette alliance se traduit dans un premier temps par la conversion forcée des populations et la volonté des missionnaires de combattre les religions animistes et certaines de leurs pratiques (polygamie, fétichisme, sorcellerie). De vives résistances en résultent, jetant les premiers germes de l’émergence des nationalismes africains. L’approche agressive à l’encontre des croyances traditionnelles n’est pas toujours appréciée des administrateurs qui entendent avant tout préserver l’ordre établi : alors que les missions pensent en termes de conversion, l’administration raisonne en termes d’évolution. Il n’en demeure pas moins que les missions ont largement contribué à l’affermissement du pouvoir colonial, notamment grâce à l’ouverture de nombreuses écoles pour les populations locales.

3La dégradation des rapports entre l’Église catholique et l’État français suite au vote de la loi de 1905 n’est pas sans conséquences sur les quatre colonies d’Afrique centrale. Les missionnaires redoutent en effet que l’anticléricalisme français entrave leur action. Si l’Église catholique se garde d’intervenir dans les questions étatiques, elle n’entend pas rester en marge des processus vers l’indépendance qui s’engagent après la Seconde Guerre mondiale. La conférence de Brazzaville en 1944 et plus encore le discours de Charles de Gaulle en 1958 pour la décolonisation et l’accès à l’indépendance en sont certes deux moments essentiels. L’Église conserve néanmoins un rôle dans le processus qui conduit aux indépendances, contribuant plus ou moins efficacement à la création de partis politiques chrétiens en RDC, au Gabon et au Cameroun (soulignons concernant ce pays que contrairement à ce qu’affirme l’auteur, ce n’est pas l’Union des populations du Cameroun, dont le leader Um Nyobé venait d’être assassiné, qui a porté au pouvoir Ahmadou Ahidjo, mais bien l’ex-colonisateur). Au Congo, un prêtre, l’abbé Fulbert Youlou accède même à la magistrature suprême.

4Au lendemain des indépendances, dans un contexte de guerre froide, les tensions voient le jour entre l’Église et les dirigeants étatiques. Si les constitutions des jeunes États n’incluent pas, sous la pression de l’Église, le principe de laïcité, certains d’entre eux (le Congo) ont opté pour une idéologie marxiste où l’Église apparait dès lors comme l’héritière du colonisateur. Les nouvelles constitutions favorisent en outre un certain pluralisme religieux, ce qui laisse place à l’irruption de mouvements messianiques tels que le matsouanisme ou le kimbanguisme. Mais c’est surtout l’essor des églises évangéliques qui met à mal l’omnipotence de l’Église catholique.

5Cette question est au cœur de la deuxième partie de l’ouvrage, qui analyse les relations entre religions et États des années 1990 à nos jours. Une ère nouvelle s’ouvre pour ces pays qui sont gagnés, aux dires de l’auteur, par une « fièvre constitutionnelle » concomitante de l’émergence des églises évangéliques et qui aurait favorisé leur développement. Consécutive à la fin de la guerre froide, l’euphorie de la démocratisation qui gagne toute l’Afrique a un effet pervers pour l’Église catholique confrontée à l’éclosion du courant évangélique. Elle subit alors une importante crise interne qui n’est pas sans inquiéter le clergé africain, déjà alarmé par le rapprochement de plus en plus grand du courant évangélique avec le pouvoir étatique. En réponse, Benoît XVI lui-même suggère au clergé local d’encourager le mouvement du renouveau charismatique, rompant ainsi avec le formalisme des messes traditionnelles.

6À la lumière de ces préoccupations, Bucumi remet en question l’idée d’une « laïcité à l’africaine ». Si les évangéliques se réjouissaient dans les années 1990 de la consécration de la laïcité dans les nouvelles constitutions, ils revendiquent aujourd’hui un statut officiel. L’intervention du mouvement évangélique dans le débat public, son influence sur les dirigeants (au Cameroun) ou ses conquêtes sur le plan local (Gabon) ont nécessité de la part des États l’actualisation des règles juridiques afin de contrer leur montée en puissance. Le Cameroun et le Congo ont imposé un régime d’autorisation à toutes les confessions ; le Gabon a choisi un régime d’enregistrement. Quant à l’Église catholique, elle a multiplié les nouveaux concordats. Ces mesures seront-elles suffisantes à endiguer l’essor fulgurant d’un mouvement qui s’adresse aux plus pauvres et s’appuie sur le charisme de ses leaders ? On peut en douter, comme l’auteur lui-même.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Ormières, « Guy Bucumi, Religions et pouvoirs étatiques en Afrique centrale. Église catholique, Églises évangéliques, laïcités : Cameroun, Congo, Gabon et République démocratique du Congo », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 172-173.

Référence électronique

Jean-Louis Ormières, « Guy Bucumi, Religions et pouvoirs étatiques en Afrique centrale. Église catholique, Églises évangéliques, laïcités : Cameroun, Congo, Gabon et République démocratique du Congo », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73401 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73401

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Ormières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search