Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusAndré Chappatte, In Search of Tun...

Comptes rendus

André Chappatte, In Search of Tunga: Prosperity, Almighty God, and Lives in Motion in a Malian Provincial Town

Ann Arbor, University of Michigan Press, coll. « African perspectives », 2022, 228 p.
Paul Rollier
p. 177-179
Référence(s) :

André Chappatte, In Search of Tunga: Prosperity, Almighty God, and Lives in Motion in a Malian Provincial Town, Ann Arbor, University of Michigan Press, coll. « African perspectives », 2022, 228 p.

Texte intégral

1L’ouvrage nous conduit dans une petite ville du sud-ouest malien, Bougouni, à la rencontre de ceux qu’on appelle ici les « aventuriers », de jeunes hommes partis de leurs villages en quête de réussite matérielle. Entre 2008 et 2010, André Chappatte a partagé le quotidien et les trajectoires de vie de ces charpentiers, vendeurs de rue et bricoleurs qui ne s’attarderont que quelques années avant de tenter leur chance ailleurs. À travers cette ethnographie urbaine de la savane, réalisée pour l’essentiel en langue bambara, l’anthropologue se propose de documenter comment ces hommes tentent d’avancer dans la vie, le sens qu’ils attribuent à cette quête, et la façon dont le religieux s’y inscrit. La force du livre réside dans sa capacité à restituer de manière vivante la texture du quotidien des aventuriers et la sociabilité ordinaire de la rue malienne.

2Le tunga, expression qui donne son titre à l’ouvrage, renvoie au fait pour de jeunes villageois de tenter leur chance loin de chez eux, une pratique ancrée depuis près d’un siècle dans la région. Pour eux, la migration intra-africaine est synonyme de mobilité spatiale, mais aussi d’ascension sociale : partir en ville, c’est se mêler au monde moderne et devenir autre chose qu’un « broussard », comme ils disent. L’itinérance permet de mettre sa vie en mouvement, une expérience que les aventuriers qualifient en termes cinétiques : ils déclarent parfois se sentir portés vers l’avant, ou au contraire bloqués par quelque force occulte. Le tunga est donc un saut vers l’inconnu auquel on essaye d’imprimer une direction, principalement en s’investissant dans le travail. L’auteur soutient que l’incertitude propre à cette démarche migratoire façonne le rapport de ces aventuriers à l’islam, et que ce rapport doit s’entendre comme « une sorte de sensibilité éthique ».

3Il convient de rappeler que l’islam, présent dans la région dès le xie siècle, ne connaît son expansion qu’à partir de la fin du xixe, grâce notamment au retour au pays d’anciens esclaves islamisés et à l’existence de marchands musulmans. La conversion est donc affaire de migrations et d’une mobilité amplifiée par le développement des infrastructures durant l’ère coloniale. S’établit ici une certaine homologie entre les trajectoires individuelles des aventuriers dont traite le livre et l’histoire du processus d’islamisation des populations locales. S’il est majoritaire, on sent que l’islam à Bougouni est un phénomène assez récent. Dans les années 1980, par exemple, seuls les anciens accomplissaient leurs prières quotidiennes, alors que presque tous semblent s’y livrer aujourd’hui. C’est à partir des années 1990, qui correspondent à l’avènement du libéralisme économique et de la démocratisation du pays, que l’islam prend une dimension sociale et publique de premier plan. On comprend dès lors les rapports que ces anciens « broussards » établissent entre migration, islam et modernité. Étudier le tunga offre ainsi une perspective originale sur la manière dont le renouveau islamique s’articule aux transformations économiques et institutionnelles amorcées au Mali au cours des dernières décennies.

4À travers une série de portraits d’aventuriers, il apparaît que le tunga représente un acte de rupture ritualisée vis-à-vis d’un système villageois marqué par une asymétrie de pouvoir entre aînés et cadets célibataires. S’il reste au village, le jeune homme devra attendre de nombreuses années qu’on lui accorde son plein statut au sein de la famille. En revanche, le tunga lui offre la possibilité de court-circuiter cette attente, si tant est qu’il revienne au village suffisamment fortuné pour pourvoir aux besoins de ses proches. C’est le refus des aînés de transférer le pouvoir décisionnel aux jeunes, suggère l’auteur, qui pousse ces derniers à l’aventure. Or le lecteur apprend que le conflit générationnel est précisément un des vecteurs historiques de l’islamisation dans le sud-ouest malien. Il semble en effet qu’au début du xxe siècle, l’islam rapporté par les jeunes migrants constituait une ressource de premier ordre pour remettre en cause l’autorité des aînés. À cet égard, si le tunga s’apparente à un rite de passage institué de longue date, il aurait été intéressant de savoir dans quelle mesure ses formes contemporaines se trouvent travaillées par un éventuel idéal d’émancipation consécutif au néolibéralisme des années 1990.

5Outre le tunga, l’auteur propose une réflexion approfondie sur l’islam sunnite vécu par ces aventuriers, lesquels déclarent pour la plupart n’être que de « simples musulmans » sans affiliation à un quelconque sous-courant islamique. En ce sens, il s’inscrit dans la lignée des travaux visant à nuancer l’accent précédemment porté sur les formes conscientes d’astreinte rituelle des fidèles à un projet éthique totalisant. Les interlocuteurs d’André Chappatte paraissent effectivement en proie au doute et à des aspirations contradictoires, plus préoccupés par leur projet de réussite matérielle que par un souci de cohérence doctrinale. C’est d’ailleurs une qualité de l’ouvrage que de documenter comment les pratiques et les discours religieux interagissent avec d’autres registres normatifs que celui de l’islam (le patronage, la parenté et les règles de la sociabilité de rue), mais aussi la façon dont les sujets appréhendent les incohérences ainsi générées. Ceci est très bien illustré autour d’une réflexion sur ce que les aventuriers nomment « le social », et qui grève leur maigre budget, à savoir l’obligation d’entretenir leurs réseaux d’interconnaissances dans la ville en se montrant serviables envers collègues et amis. S’y soustraire, disent-ils, c’est s’exposer aux jalousies et donc aux actes de sorcellerie destinés à freiner l’aventurier dans sa dynamique ascendante, une impasse qui, pour être enrayée, exigerait à son tour l’assistance d’un marabout ou d’un sorcier.

6Dans le même sens, l’auteur porte son attention sur l’ostentation des signes religieux, qu’il identifie comme un nouveau mode de distinction dans l’espace public. Pour être « quelqu’un de considéré », expliquent les aventuriers, il faut prendre part à la grande prière du vendredi, un rituel dont l’ampleur est toute récente, et pour lequel tout le monde s’endimanche. Le bricoleur Kassim, encore célibataire, explique ainsi qu’il s’y rend afin, entre autres, de s’afficher comme musulman pratiquant auprès de parents qui chercheraient à marier leur fille. Le jeu des apparences religieuses recouvre donc une fonction signalétique nouvelle, à la faveur d’un consumérisme naissant et d’un renouveau islamique à l’échelle régionale. Mais ce phénomène, insiste l’auteur, est avant tout indissociable d’une socialité propre à la rue malienne, un espace où la réputation des acteurs repose singulièrement sur le jeu des regards.

7Ces observations sont particulièrement saisissantes dans le quatrième chapitre, intitulé « L’islam sous le lampadaire ». La nuit tombée, alors que seules quelques rues sont pourvues d’éclairage, des hommes palabrent en bordure de rue autour d’un thé. Soudain l’un d’eux se lève, et sans explication poursuit son chemin vers d’autres rencontres. Sous couvert d’obscurité, il ira consulter un sorcier, retrouver une amante ou boire une bière dans un bar clandestin. Territoire des forces occultes, la nuit offre toutefois un moment de répit pour ces jeunes hommes : les apparences importent moins et chacun peut, s’il est discret, se livrer à ses affaires sans être questionné, quand bien même ces dernières seraient haram. La chute du « Vatican », le trop célèbre bordel de Bougouni, illustre parfaitement le propos. Il n’y aurait donc pas, pour l’heure, la volonté de faire de l’islam un système moral totalisant. Cette exploration de la nuit s’inscrit dans une approche plus générale visant à montrer comment les propriétés infrastructurelles et sensorielles de cette bourgade – la lumière électrique et son absence, la disposition spatiale des rues et la configuration des cours de maison –, loin de n’être que l’arrière-plan du social, façonnent l’expression du religieux.

8L’auteur insiste sur la réflexivité religieuse dont font preuve les aventuriers. Face à la visibilité croissante de l’islam dans l’espace public, tel le fait de prier dans la rue ou d’arborer un cal au front à force de prosternations, les sujets débattent du possible décalage entre la foi et son expression publique. Ils qualifient parfois cette dernière de simple « masque », à quoi ils opposent la sincérité de l’intention, quant à elle insondable. La banalisation des signes de piété et l’appel à la primauté de l’intériorité qu’elle engendre feraient directement écho, selon l’auteur, à une conception mandingue du pouvoir fondée sur une dichotomie entre le manifeste et l’occulte. Cette analyse appelle deux remarques, la première sur la place accordée à la culture et la religion mandingues dans l’étude de l’islam local, la seconde sur le renouveau islamique dans la région.

9André Chappatte soutient que l’idéal de conduite des aventuriers se nourrit aussi bien du registre islamique que d’un certain « humanisme » ou « mode de vie » typiquement mandingue. L’analyse de cette interpénétration, qualifiée de « mille-feuille éthique », aurait pu être précisée. Par exemple, l’idée d’une dualité structurante entre le manifeste et l’occulte pourrait, en effet, être une singularité mandingue. Mais rien n’indique qu’elle ne soit également issue de la tradition ésotérique de l’islam – et ce d’autant plus que le soufisme fait partie du paysage malien depuis plusieurs siècles. Pareillement, que les aventuriers de Bougouni suspectent certains de leurs coreligionnaires d’hypocrisie religieuse, et érigent l’intériorité comme ultime critère de piété, pourrait tout aussi bien renvoyer au répertoire mandingue qu’aux effets d’une islamisation en essor. Maintes ethnographies portant sur d’autres sociétés musulmanes montrent d’ailleurs qu’il est assez commun que les fidèles raillent les ulémas et les pieux soupçonnés de mœurs légères. On notera enfin que l’intériorité et la duplicité semblent devenir une préoccupation populaire au moment même où émergent de nouveaux sous-courants musulmans à Bougouni. Autrement dit, il eût été utile de discerner davantage ce qui dépend du fond culturel mandingue de ce qui relève du renouveau islamique en cours, voire de s’interroger sur la manière dont les croyants construisent l’islam et le mandingue en entités distinctes.

10Selon l’anthropologue Dale Eickelman, la généralisation de l’enseignement et des médias dans les sociétés musulmanes au siècle dernier auraient favorisé une plus grande réflexivité des croyants face au constat de l’hétérogénéité doctrinale interne à l’islam. À bien des égards, l’islam à Bougouni semble actuellement connaître un tel processus d’« objectivation » accéléré. Un examen plus poussé de ce processus aurait sans doute permis d’appréhender plus finement ce qui, dans le rapport des jeunes aventuriers à l’islam, est propre au cas malien, et inversement ce que leur expérience religieuse révèle des mutations contemporaines de la tradition islamique. Enfin, d’aucuns regretteront peut-être que l’ouvrage n’éclaire que peu les dynamiques politiques et la place du religieux dans le conflit armé qui s’étend aujourd’hui au Sud malien. L’enquête de terrain d’André Chappatte s’est malheureusement achevée trop tôt pour le lui permettre. Le livre n’en demeure pas moins une réussite. En s’attachant à restituer le quotidien de cette jeunesse rurale en quête de prospérité, cette étude offre une perspective unique et passionnante sur une société malienne en mouvement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Rollier, « André Chappatte, In Search of Tunga: Prosperity, Almighty God, and Lives in Motion in a Malian Provincial Town », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 177-179.

Référence électronique

Paul Rollier, « André Chappatte, In Search of Tunga: Prosperity, Almighty God, and Lives in Motion in a Malian Provincial Town », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73424

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search