Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusKim Christiaens, Idesbald Goddeer...

Comptes rendus

Kim Christiaens, Idesbald Goddeeris, Pieter Verstraete (dir.), Missionary Education. Historical Approaches and Global Perspectives

Leuven, Leuven University Press, 2021, 331 p.
Michel Chambon
p. 179-180
Référence(s) :

Kim Christiaens, Idesbald Goddeeris, Pieter Verstraete (dir.), Missionary Education. Historical Approaches and Global Perspectives, Leuven, Leuven University Press, 2021, 331 p.

Texte intégral

1Analyser les enjeux qui structurent l’éducation chrétienne est un défi global. Alors que certains États travaillent à se libérer de l’influence éducative des institutions chrétiennes (congrégations religieuses, communautés chrétiennes locales ou associations confessionnelles), les réseaux diplomatiques du Saint-Siège œuvrent au contraire à mettre en valeur ce qu’elles apportent au développement humain et économique de leurs pays. Souvent interconnectés à des institutions religieuses transnationales, ces lieux éducatifs sont d’importantes ressources pour répondre à la mondialisation et à la quête de mobilité. Néanmoins, l’éducation d’inspiration chrétienne est aussi une question à l’intérieur même des Églises et des réseaux chrétiens. Face aux difficultés de recrutement des vocations religieuses, à la multiplication d’acteurs privés dans l’éducation et aux contraintes légales croissantes, les ordres religieux éducatifs s’interrogent sur la finalité exacte d’une éducation dite chrétienne. Il ne va pas de soi, pour des organisations religieuses, de mobiliser autant de ressources humaines et économiques et de soutenir autant l’instruction publique. Hier comme aujourd’hui, le principe d’éducation chrétienne n’est pas une évidence. Aussi bien au sein du christianisme que dans l’espace public, les discours et la recherche sur l’éducation chrétienne sont donc le lieu d’intenses débats nourris par une variété d’entités ecclésiales, d’acteurs étatiques, d’intervenants du monde scientifique et des populations locales. Cette recherche et ces débats sont mus par des idéologies politiques, des présupposés théologiques, des aspirations socioreligieuses et des contraintes structurelles dont il convient de reconnaître la variété et les évolutions.

2Dans cet environnement complexe, mais pourtant essential pour réfléchir aux projets sociopolitiques qui nous entourent, le présent ouvrage sur l’éducation missionnaire – approches historiques et perspectives globales – est une contribution précieuse pour explorer la diversité des entreprises éducatives chrétiennes. Il inclut onze cas d’étude venant principalement d’Asie-Pacifique et d’Afrique. Avec la prépondérance donnée à l’Asie continentale, le focus géographique offre une approche originale à la recherche actuelle. De même, la priorité donnée à l’histoire contemporaine – tout en incluant quelques cas d’étude remontant à la fin du xviiie siècle – est la bienvenue pour situer l’ouvrage en conversation avec les problématiques actuelles. Enfin, le livre est important, car il amorce une recherche comparative et plus systématique entre les écoles catholiques et protestantes – sept cas portent directement sur l’éducation catholique (Franciscains, Jésuites, etc.) et quatre sur des institutions protestantes. Cette étude sera donc essentielle pour documenter un ensemble de thèmes de recherche touchant aussi bien à l’éducation dans son ensemble qu’au christianisme contemporain ou à la solidification des États postcoloniaux et des discours nationaux. Parmi ces thèmes, je voudrais en souligner deux en particulier.

3Le premier revient sur la notion de prosélytisme. Les écoles chrétiennes sont régulièrement accusées d’utiliser l’accès à l’éducation comme moyen de pression, plus ou moins direct, afin d’inciter les non-chrétiens à se convertir. L’ouvrage montre cependant que la question est plus complexe que cela. Si la finalité religieuse n’est jamais complètement étrangère au souci éducatif des Églises, les réalités de terrain et les motivations présidant à la création d’écoles sont plus entremêlées. On découvre par exemple qu’en Chine, les catholiques – soucieux de ne pas disperser leurs forces – mirent en place une variété de lieux éducatifs informels pour catéchiser des populations qui étaient déjà converties, et non l’inverse. Ce n’est que plus tard qu’émergent des écoles catholiques grand public où les catholiques ne représentent qu’une minorité des élèves. Côté protestant, l’étude révèle que l’ouverture d’écoles fut d’abord pensée pour soutenir l’accès à l’éducation et pour militer en faveur d’une certaine justice sociale – et non pour obtenir des conversions formelles et immédiates au christianisme. Aujourd’hui, alors que les Églises continuent à investir massivement dans l’éducation, et ce même dans des pays où les chrétiens sont minoritaires et où leurs écoles accueillent d’abord des non-chrétiens, le nombre de convertis en contact avec les écoles chrétiennes reste très faible. Dis autrement, il n’y a pas de lien direct et simple entre instruction moderne et conversion au christianisme. Les motivations ecclésiales à maintenir des écoles chrétiennes sont plus plurielles et complexes que la simple question du prosélytisme.

4Un autre thème transversal à l’ouvrage est celui des empires dans lesquels ces écoles chrétiennes s’inscrivent – et la relation délicate que ces institutions entretiennent avec les dynamiques d’emprise établies par ces systèmes politiques. Dans le cas des empires coloniaux, les écoles chrétiennes font figure d’antagonistes, les autorités françaises, hollandaises et britanniques se méfiant des réseaux chrétiens d’instruction. Ces derniers transmettaient en effet des savoirs et des représentations qui pouvaient être dangereux pour l’emprise exercée par les pouvoirs en exercice. En Chine, la multiplication des écoles chrétiennes est concomitante de l’effondrement du système confucéen de l’empire Qing, lui-même en crise profonde et en lutte avec les puissances étrangères. De fait, les manières par lesquels les savoirs étaient produits, légitimés et transmis se plaçaient au cœur de luttes et de mutations profondes. Les Églises n’étaient ni de simples spectateurs passifs ni des exécutants démunis de sens critique. En investissant dans le champ éducatif, elles participaient aux changements des sociétés colonisées – mais avec des priorités et des contraintes qui souvent leur étaient propres.

5Loin de disparaître avec les indépendances, ces tensions et ces débats idéologiques avec l’État continuent jusqu’à la période contemporaine. La mission et le rôle de l’éducation chrétienne restent un champ ouvert.  Dès lors, les cas d’étude que l’ouvrage offre sur les relations entre écoles chrétiennes, empires coloniaux et États postcoloniaux apportent une contribution précieuse à la réflexion critique sur les empires et les emprises que nous expérimentons aujourd’hui et auxquelles les écoles chrétiennes continuent à se confronter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Chambon, « Kim Christiaens, Idesbald Goddeeris, Pieter Verstraete (dir.), Missionary Education. Historical Approaches and Global Perspectives », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 179-180.

Référence électronique

Michel Chambon, « Kim Christiaens, Idesbald Goddeeris, Pieter Verstraete (dir.), Missionary Education. Historical Approaches and Global Perspectives », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73439 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73439

Haut de page

Auteur

Michel Chambon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search