Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusRoberto Cipriani (dir.), L’incert...

Comptes rendus

Roberto Cipriani (dir.), L’incerta fede. Un’indagine quanti-qualitativa in Italia

Milan, Franco Angeli, 2020, 504 p.
Michel Ostenc
p. 180-181
Référence(s) :

Roberto Cipriani (dir.), L’incerta fede. Un’indagine quanti-qualitativa in Italia, Milan, Franco Angeli, 2020, 504 p.

Texte intégral

1Roberto Cipriani est un éminent chercheur en sociologie des religions, connu notamment pour son ouvrage La religione diffusa (Roma, Borla, 1987), repris en anglais en 2017 chez Palgrave Macmillan sous le titre Diffused religion: Beyond Secularization. Après une introduction consacrée à une réflexion sur la méthodologie des sciences sociales, ouvrant un dialogue avec la philosophie cartésienne, le pragmatisme de C. S. Pierce et l’apport de l’École de Chicago, l’originalité du présent ouvrage tient à la combinaison entre enquête quantitative et enquête qualitative, celle-ci reposant sur l’interview d’un échantillon représentatif de 164 personnes, dont les réponses permettent d’affiner le tableau proposé.

2Dans L’eclissi del sacro nella civiltà industriale, publié à Milan en 1961, Sabino Acquaviva analysait déjà le déclin du fait religieux et la sécularisation de la société italienne. Le passage du pourcentage de pratiquants réguliers de 31,1 % en 1994-1995 à 22 % en 2017 a depuis lors amplement confirmé ce constat ancien. Cependant, cette nouvelle enquête présente un panorama très diversifié de la résistance de croyances et de pratiques qui sont susceptibles d’ouvrir des perspectives inédites sur l’avenir de la foi en Italie. Les thèmes du quotidien et de la fête, du bonheur et de la douleur, de la vie et de la mort, de la représentation de Dieu, de la prière, de l’institution religieuse et du pape François sont particulièrement traités.

3La moitié des personnes interrogées affichent une foi que l’on peut qualifier de « totale », moins d’une sur cinq affirme ne pas croire du tout. Les autres oscillent entre diverses spiritualités qui l’emportent sur les formes traditionnelles de religiosité. La croyance en Dieu, si distincte de celle envers les institutions religieuses, reste pleine d’incertitude. Cette spiritualité se manifeste par une adhésion à de nouvelles formes de prières pour entrer en relation avec le surnaturel. L’enquête montre la dimension positive de cette découverte du mystère de Dieu, mais en révèle les faiblesses liées à l’absence de références religieuses précises. La prière est pratiquée par les deux personnes interrogées sur trois, bien que 15 % seulement d’entre elles considèrent que la participation aux rites religieux peut être un moyen d’entrer en contact avec une entité supérieure. Néanmoins, la moitié estiment que la prière permet de vivre en paix avec soi-même et avec ses proches. La persistance de la prière apparaît donc comme un enjeu majeur sur lequel pourrait s’appuyer l’action pastorale. Le thème de la souffrance est présent chez 70 % des personnes interrogées et relève d’une combinaison entre émotion et morale. La religion offre pourtant une certaine tranquillité devant la mort pour la moitié des intervenants. Quant au pape François, il est davantage apprécié pour son attention aux questions sociales que pour son intérêt pour la spiritualité.

4Cette étude fournit un matériau important pour comprendre l’évolution de la relation aux pratiques pastorales et aux contenus théologiques dans le paysage religieux italien actuel. À l’ère des croyants pratiquants a succédé celle d’une foi devenue incertaine. Si la non-croyance progresse, l’individualisation croissante de la pensée et de l’action ouvre sur un rapport renouvelé à la spiritualité. La religion des valeurs élargit la dimension subjective de la morale entendue comme une option réservée à l’individu. La croyance en Dieu laisse une place toujours plus grande aux interrogations fondamentales sur le sens de la vie, de la mort et de l’au-delà. Les thèmes de l’incertitude de la foi, d’une vision plus subjective de la morale et de l’affaiblissement du rôle de l’institution religieuse caractérisent le monde contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ostenc, « Roberto Cipriani (dir.), L’incerta fede. Un’indagine quanti-qualitativa in Italia », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 180-181.

Référence électronique

Michel Ostenc, « Roberto Cipriani (dir.), L’incerta fede. Un’indagine quanti-qualitativa in Italia », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73458

Haut de page

Auteur

Michel Ostenc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search