Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusDavid J. Collins, Les Jésuites au...

Comptes rendus

David J. Collins, Les Jésuites aux États-Unis. De la colonisation à nos jours

Bruxelles, Paris, Lessius, coll. « Petite bibliothèque jésuite », 2023, 183 p.
Jean-Louis Ormières
p. 181-183
Référence(s) :

David J. Collins, Les Jésuites aux États-Unis. De la colonisation à nos jours, Bruxelles, Paris, Lessius, coll. « Petite bibliothèque jésuite », 2023, 183 p.

Texte intégral

1L’ouvrage se propose de rendre compte de l’œuvre et de la tradition des jésuites sur le continent nord-américain en soulignant leur contribution à l’évolution des temps modernes. Attestée dès 1566, leur présence outre-Atlantique dépasse largement les actuelles frontières des États-Unis, tant vers le sud que le nord. Les premiers chapitres prennent en considération l’ensemble des activités de la Compagnie, tant dans certaines provinces de la colonie (Maryland, Floride) qu’en Nouvelle-Espagne et dans les territoires français de La Nouvelle-Orléans et du Canada (Québec). Les deux derniers chapitres sont exclusivement consacrés aux États-Unis proprement dits de 1900 à 2000.

2Bien que les missions jésuites soient expulsées de la Nouvelle-Espagne en 1768, leur entreprise d’évangélisation des populations locales s’avère un réel succès, contribuant à atténuer les formes d’exploitation coloniales. En revanche, dans les provinces sous domination britannique, notamment au nord du Rio Grande, les jésuites n’obtiennent que des résultats mitigés. De leurs deux missions concomitantes, l’évangélisation des peuples indigènes et l’apport d’un réconfort spirituel et éducatif aux colons, ils se contentent le plus souvent de la seconde, faute de mieux. L’anticatholicisme émanant des églises protestantes au cours du xviie siècle dans certaines provinces, dont le Maryland, fragilise en outre leur apostolat. Néanmoins, les jésuites, eux-mêmes propriétaires d’esclaves dans cette région, les encouragent à se faire baptiser et à apprendre à lire et à écrire. En définitive, le plus remarquable lors de ces deux premiers siècles reste les inventaires minutieux des mœurs et coutumes locales réalisés par certains membres, consultables dans les Relations jésuites, source de documentation riche d’enseignement pour l’historien et l’ethnologue.

3L’Ordre affronte sa première véritable épreuve en 1773, lorsque Clément XIV annonce sa suppression. Elle est précédée, on le sait, par le bannissement de la puissance civile dans plusieurs pays d’Europe : le Portugal en 1759, la France en 1764 puis l’Espagne en 1767. La Prusse et la Russie, ayant refusé de les interdire, deviennent dès lors une terre d’accueil pour les jésuites. En Europe, objet du troisième chapitre, la suppression de l’Ordre est ainsi plus éprouvante qu’outre-Atlantique. De courte durée, le pontificat de Clément XIV laisse ensuite place à des successeurs plus cléments, dont le souhait d’une restauration de l’Ordre n’est pas un mystère. Ce retour en grâce s’accompagne par ailleurs d’un changement radical de l’attitude de l’Église envers les esclaves : après la Révolution française, les jésuites, sauf exception, ne reviennent pas à la pratique de l’esclavagisme. Le rétablissement de l’Ordre est encouragé par Pie VII qui, dès 1801, se montre favorable à un regroupement dans les pays européens, bien que plusieurs jésuites repartent aux États-Unis devenus entre-temps indépendants. Cette émigration est nourrie par l’essor d’un nouvel anti-jésuitisme, issu d’une élite politique européenne anticléricale qui, en dépit de sa restauration officielle en 1814, pousse nombre de jésuites vers la toute jeune nation, malgré la défiance de Thomas Jefferson à leur égard. Les uns et les autres, portés par le flot incessant de l’immigration venue d’Europe, contribuent au formidable essor que connait l’Ordre aux États-Unis au cours du xixe siècle. Les Français ouvrent des collèges, les Belges un noviciat et une école pour les jeunes Indiens (Maryland), les Italiens créent des missions indiennes dans les territoires de l’Ouest, afin de les convertir au christianisme et au mode de vie occidental. Le plus souvent, ces missionnaires bâtissent aussi les infrastructures de la mission (écoles, églises, bâtiments publics) et défrichent la terre.

4À l’aube du xxe siècle, les jésuites, comme l’ensemble de l’Église, se sont donc « américanisés ». Deux décisions romaines soulignent cette évolution, d’une part le retrait du contrôle des diocèses américains par la Congrégation pour la propagation de la foi en 1908, et en 1915, l’autorisation des provinces jésuites de constituer leur propre « assistance ». Ces deux décisions ne sont pas sans conséquence. Elles contraignent les Jésuites à naviguer entre, d’une part, le Saint-Siège qui rejette le modèle américain des libertés individuelles et de la séparation des Églises et de l’État, et d’autre part, les attentes d’une élite protestante et d’une population très fidèles à ce même modèle. Au début du siècle, les jésuites, au nombre de 2 600, sont réunis en quatre provinces. Un demi-siècle plus tard, l’Ordre, alors presque à son apogée démographique aux États-Unis comme dans le reste du monde, compte près de 8 000 membres répartis en dix provinces principalement tournées vers l’entreprise éducative, ce qui ne va pas sans difficulté compte tenu de l’écart entre le modèle jésuite de formation et le système éducatif américain. L’option fut d’adopter une voie « médiane ».

5En dehors des écoles, l’apostolat auprès des catholiques pratiquants prend deux formes, la mission paroissiale et les retraites pour laïcs. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la question sociale devient l’une des priorités. Tout en plaidant pour une reconnaissance des malheurs et des doléances des salariés, certains appellent à un front uni contre le communisme. Après 1945, la question raciale incite de hauts responsables de l’Ordre, notamment John LaFarge, à s’engager dans le combat contre la pauvreté des Afro-Américains et pour le renforcement des relations interraciales.

6Les bouleversements intervenus dans la deuxième moitié du siècle (dernier chapitre) ne seront pas sans effet sur la Compagnie. Outre le déclin général de la pratique religieuse, le féminisme, le mouvement des droits civiques et l’opposition à la guerre du Vietnam bousculent les certitudes. Les œuvres jésuites deviennent des centres de soutien aux personnes persécutées par les dictatures militaires en Amérique latine et ailleurs. Leur engagement auprès des minorités (indiennes, noires, hispaniques) est consolidé. Reste que certaines questions (avortement, libération sexuelle, homosexualité) ne font pas l’unanimité. Ainsi que l’écrit l’auteur en conclusion, il s’avère difficile d’enfermer les jésuites dans une idéologie particulière. La Compagnie est en définitive plus un « baromètre » de l’Église des États-Unis qu’une « agitatrice » en son sein.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Ormières, « David J. Collins, Les Jésuites aux États-Unis. De la colonisation à nos jours », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 181-183.

Référence électronique

Jean-Louis Ormières, « David J. Collins, Les Jésuites aux États-Unis. De la colonisation à nos jours », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73473

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Ormières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search