Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusMarion Dapsance, Le Sacré-Cœur et...

Comptes rendus

Marion Dapsance, Le Sacré-Cœur et la réinvention du catholicisme

Montrouge, Bayard, 2021, 357 p.
Samuel Dolbeau
p. 183
Référence(s) :

Marion Dapsance, Le Sacré-Cœur et la réinvention du catholicisme, Montrouge, Bayard, 2021, 357 p.

Texte intégral

1Faisant suite à une série de travaux sur le bouddhisme tibétain en France – notamment une thèse de doctorat soutenue en 2013 à l’École Pratique des Hautes Études sur les centres Rigpa –, l’anthropologue Marion Dapsance s’attèle depuis quelques années à la publication d’ouvrages centrés sur le catholicisme. Assumant un positionnement confessant, elle publie par exemple en 2020 un récit autobiographique revenant sur sa conversion et, l’année suivante, un essai coécrit avec Jérôme Ferrier (auteur du blog catholique Archidiacre) cherchant à répondre aux critiques de l’institution ecclésiale émises par les tenants du courant traditionaliste. Ne délaissant pas pour autant une recherche plus académique, elle se penche également sur la figure de la religieuse britannique Mary Ward (1585-1645). Le présent travail s’inscrit dans cette dernière approche et entend étudier dans une perspective diachronique le phénomène de la dévotion au Sacré-Cœur comme vecteur de « réinvention » du catholicisme.

2Précisons-le d’emblée, cet ouvrage ne constitue pas stricto sensu une histoire de la dévotion au Sacré-Cœur. Il s’agit bien davantage d’une analyse sémiotique des différentes relectures et réinterprétations des apparitions du Christ à Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690), notamment par ses promoteurs jésuites : Claude de la Colombière (1641-1682), Claude de la Colombière (1656-1738), Joseph Gallifet (1663-1749), Henri Ramière (1821-1884), François-Xavier Gautrelet (1807-1886), etc. Sur onze chapitres, l’autrice montre en effet comment les exégèses des messages reçus par la visitandine – insistant tantôt sur un versant « miséricordieux », tantôt sur un versant « réparateur » – ont pu servir de ressources argumentatives, légitimant des formes de militance, dans des contextes religieux, sociaux et politiques extrêmement hétérogènes. Plusieurs sections se penchent également sur les sources plus ou moins directes (chap. 5 et 6 notamment), ainsi que les critiques de cette pratique (chap. 7).

3Deux problèmes majeurs émaillent cependant ce travail. Sur le fond tout d’abord, et à de rares exceptions – comme au chapitre 3 traitant de la peste de Marseille de 1720, ou encore dans certaines sections du chapitre 9 – le contenu concret de ces dévotions reste inaccessible au lecteur. Quels gestes, quels rituels ont entouré ce culte rendu au Sacré-Cœur ? Ce parti pris d’analyse, que l’on peut regretter dans un travail d’anthropologue, invisibilise à certains endroits le profil des fidèles, adeptes de cette dévotion. De plus, certains éléments pourtant importants de son histoire sont omis. À titre d’exemple, si la question du « vœu national » et de la construction de la basilique du Sacré-Cœur sont abordées, aucune mention n’est faite du pèlerinage à Paray-le-Monial mis en place à partir de 1873, notamment sous l’impulsion du jésuite Victor Drevon (1820-1880). Plus proche de nous, hormis une brève allusion en fin d’ouvrage (p. 336), le réinvestissement des sanctuaires parodiens et de la dévotion au Sacré-Cœur à partir du milieu des années 1970 par le charismatisme catholique, et plus spécialement par la Communauté de l’Emmanuel, est totalement oblitéré.

4Sur la forme ensuite, on peut parfois regretter une méthode scabreuse de citation. En plusieurs endroits, l’autrice cite au début d’un paragraphe/chapitre un ou plusieurs travaux sur lesquels elle fonde son analyse. Cependant, au fil de son développement, des phrases entières sont reprises de ces sources, parfois mot pour mot, sans guillemets ni note de bas de page précisant le caractère citationnel du passage. À titre d’exemple, il convient de s’arrêter sur une section du chapitre 6 consacrée à « l’origine égyptienne de l’idée de cœur mystique » (p. 167-170). Pour étayer son propos, Dapsance précise en début de paragraphe qu’elle s’appuie sur un article de 2004 rédigé par deux médecins (et historiens de la médecine), Bernard Ziskind et Bruno Halioua. Or, des phrases entières de l’article de 2004 sont reprises, à peine reformulées, sans aucune note le précisant. L’autrice ajoute simplement, dans une citation directe en conclusion de son développement, qu’elle « cite toujours » l’article de Ziskind et Halioua (p. 169).

5Malgré ces problèmes, cet ouvrage constitue un point d’avancé utile pour tout chercheur désireux de se familiariser avec cette importante dévotion catholique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Dolbeau, « Marion Dapsance, Le Sacré-Cœur et la réinvention du catholicisme », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 183.

Référence électronique

Samuel Dolbeau, « Marion Dapsance, Le Sacré-Cœur et la réinvention du catholicisme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73481 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73481

Haut de page

Auteur

Samuel Dolbeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search