Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusDominique Desjeux, Le marché des ...

Comptes rendus

Dominique Desjeux, Le marché des dieux. Comment naissent les innovations religieuses : du judaïsme au christianisme

Paris, Presses universitaires de France, 2022, 254 p.
Lionel Obadia
p. 188-189
Référence(s) :

Dominique Desjeux, Le marché des dieux. Comment naissent les innovations religieuses : du judaïsme au christianisme, Paris, Presses universitaires de France, 2022, 254 p.

Texte intégral

1Dominique Desjeux, auteur prolifique et talentueux, a déjà pu démontrer sa polyvalence en abordant des problématiques aussi diverses que la question des échelles dans la pensée ethno-anthropologique ou la création d’un réseau de professionnalisation des jeunes (et moins jeunes) anthropologues. Anciennement considéré comme un anthropologue africaniste, avant de se tourner vers l’étude de la consommation en Chine, il surprend de nouveau aujourd’hui avec la publication de cet ouvrage. L’occasion ainsi pour lui de s’intéresser à une anthropologie des religions qui ne craint pas la prise de risque théorique et qui propose des pistes tout à fait originales dans un secteur où la créativité intellectuelle n’est pas toujours la priorité. Le livre, petit par son format, mais riche par son contenu, contient plusieurs propositions à fort potentiel heuristique : la première est méthodologique et les autres, plus théoriques, en découlent logiquement.

2L’auteur pose d’emblée les cadres d’analyse de son étude en avançant l’idée d’une « anthropologie stratégique » comme grille de lecture de l’émergence historique du monothéisme dans un contexte méditerranéen. Contrairement à la plupart des études historiques qui se concentrent principalement sur les contenus symboliques et leur relation avec les idéologies dominantes, cette approche adopte un regard original. Elle met ainsi en lumière les jeux d’acteurs, les logiques sociales et les éléments de contexte en œuvre, notamment lorsque des crises se profilent. À l’approche stratégique s’adjoint une analyse en termes d’« innovation » (un vocable peu utilisé dans le champ des sciences religieuses) et de « marché », pour saisir la manière dont, lors de la naissance du christianisme, le « choix » du monothéisme peut s’expliquer en des termes autres que théologiques ou culturels. Desjeux revisite donc l’histoire des religions pour en dégager les enjeux, les risques et les gains symboliques et sociaux qui ont présidé à l’adoption du monothéisme dans la zone méditerranéenne alors largement polythéiste. La transformation du judaïsme en christianisme, ensuite, constitue pour l’auteur une véritable « innovation » : chaque changement mineur ou majeur (d’une pratique et plus tardivement, des grandes orientations des systèmes de croyances et de pratiques) semble guidé par une certaine intentionnalité qui se déploie dans un ensemble de possibles dictés par les conditions écologiques, économiques et sociales. Il y a donc moins une téléologie et une sorte de « loi invisible » qu’une série de stratégies contextuelles qui ont présidé aux mutations des croyances dans les grands systèmes religieux.

3Si l’auteur prémunit l’analyse de toute extension abusive d’une approche économiste ou « civilisationniste » (qui mettrait l’accent essentiellement sur l’une ou l’autre des dimensions), il observe les grands changements des systèmes de production et les processus liés à la romanisation et à l’hellénisation. Il va même jusqu’à intégrer dans l’analyse des dimensions climatiques. Deux types de phénomènes retiennent plus particulièrement l’attention de Desjeux : la circoncision et le prosélytisme, des innovations dans l’ancienne religion monothéiste et qui sont autant de facteurs agissant dans la naissance du christianisme. Dans sa diversité antique, sous la forme d’une multitude de mouvances et de sectes, le judaïsme était déjà en situation de produire de l’innovation. Ce sont néanmoins celles que le christianisme a privilégiées qui lui donneront un avantage sur les autres courants religieux contemporains. De là, l’auteur avance la thèse essentielle de l’ouvrage, qui fait de Paul de Tarse le promoteur de la plus décisive innovation, celle d’avoir transformé en prosélytisme l’attente messianique et les règles strictes de pureté, et donc d’avoir, en d’autres termes, permis le passage d’une économie religieuse fermée à une économie ouverte. Les deux termes ne sont pas employés par Desjeux, pas plus, finalement, que celui de « marché » qui donne pourtant son titre à l’ouvrage. Ce n’est pas là une véritable critique – l’on aurait simplement aimé savoir si le modèle s’applique à des innovations postérieures à la période concernée.

4L’ouvrage, qui, s’il ne dialogue pas avec le vaste champ des théories en « économie des religions », ne refuse pas de s’y confronter, propose tout simplement une alternative théorique plus suggestive. Une lecture vivifiante et utile, donc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Obadia, « Dominique Desjeux, Le marché des dieux. Comment naissent les innovations religieuses : du judaïsme au christianisme », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 188-189.

Référence électronique

Lionel Obadia, « Dominique Desjeux, Le marché des dieux. Comment naissent les innovations religieuses : du judaïsme au christianisme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73519 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73519

Haut de page

Auteur

Lionel Obadia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search