Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusDaniel Dubuisson, Terres d’infort...

Comptes rendus

Daniel Dubuisson, Terres d’infortune. L’Homme, la religion et la magie

Grenoble, Éditions Jérôme Million, 2022, 234 p.
Lionel Obadia
p. 190-191
Référence(s) :

Daniel Dubuisson, Terres d’infortune. L’Homme, la religion et la magie, Grenoble, Éditions Jérôme Million, 2022, 234 p.

Texte intégral

1Historien des idées et des croyances, spécialiste de mythologie comparée, Daniel Dubuisson s’inscrit ici dans la continuité de ses œuvres antérieures, participant de sa démarche d’analyse des catégories des sciences religieuses. Après avoir affronté, entre autres, la question de la religion (L’Occident et la religion, 1998) ou de la sagesse (Les sagesses de l’homme, 2004), il continue ainsi sa réflexion autour de la magie. L’approche de déconstruction et d’analyse de la catégorie de magie utilisée donne une cohérence d’ensemble au programme épistémologique que Daniel Dubuisson développe dans son œuvre.

2L’auteur entreprend dans ce livre une réhabilitation scientifique de la notion de magie à travers les grandes théories de l’anthropologie, avec la volonté d’analyser les fondements idéologiques qui ont conduit à la restriction idéologique et théorique dans laquelle la magie a été enfermée en Occident. Sans craindre de revenir sur ce qui apparaît comme un lieu commun des sciences des religions (« la magie s’oppose à la religion »), Dubuisson rouvre le dossier et rythme sa démonstration en trois volets : théories classiques de la magie et disqualification de celle-ci, motifs et tonalités idéologiques qui encadrent les théories occidentales de la magie, et ouverture vers les théories critiques de la religion pour laisser s’exprimer une nature particulière aux « magismes ».

3Marcel Mauss, avec son célèbre Essai sur la magie écrit avec Henri Hubert au début du xxe siècle, participe aux yeux de Dubuisson d’une « défiguration » et d’une « caricature » de la magie. L’Essai, pourtant considéré comme une œuvre majeure, peu discutée sur le plan idéologique, est donc aussi responsable de la stigmatisation de la magie. Il fallait une lecture aussi précise que celle de Dubuisson pour se convaincre que le grand anthropologue français donne de la magie une idée « dispersée et confuse ». De là part un constat : l’opposition de la magie à la religion, qui forme l’architecture des réflexions sur la première (et une partie des débats sur la seconde) est fragile en raison du manque de consistance des concepts sur lesquels elle repose. L’opposition catégorielle est en fait, selon l’auteur, catégorique, en vertu d’une dépendance de l’épistémè des sciences religieuses à une idéologie catholique : cela explique la « condescendance » des sciences et des organisations religieuses à l’endroit de l’antique pensée magique. L’argument formera le fil rouge de la réflexion : à travers les travaux scientifiques, c’est bien la pensée religieuse qui s’exprime de manière détournée, et qui impose au savoir scientifique non seulement ses catégories, mais aussi ses présupposés. Entre la diabolisation historique et la disqualification moderne de la magie, c’est une même morgue qu’afficheraient ceux qui s’intéressent à la magie et l’enferment dans des cadres conceptuels qui font violence à sa réalité et à sa diversité. Cette histoire est retracée ici depuis les Antiques jusqu’aux Modernes : celle du pouvoir de la religion dans la vision occidentale du monde, qui transpire dans les sciences des religions en dépit de leur volonté de s’en affranchir. Si Dubuisson est, en tant que comparatiste, attentif à ne pas enfermer la magie dans son histoire occidentale, les portes qu’il ouvre régulièrement vers les mondes non occidentaux et vers une réhabilitation effective de la magie auraient pu porter plus avant le projet d’une « magie à visage humain », telle qu’il la caractérise dans son ultime partie. Là, la magie cesse d’être considérée au seul prisme du miroir déformant de la religion.

4L’ouvrage pouvait aller bien plus loin que le propos qu’il déploie, pourtant déjà largement pertinent par lui-même. En effet, la réflexion critique sur la question du magisme et sur la possibilité d’émanciper la connaissance que nous en avons des cadres idéologiques et religieux qui ont, aux yeux de l’auteur, longtemps pesé sur elles, restent fortement ancrées dans une réflexion convoquant la seule anthropologie. Elle souligne, mais en creux, l’incapacité des religions instituées à prendre en charge une demande à la fois psychologique, symbolique et sociale, liée à une souffrance, au sentiment de l’infortune et à l’espoir de guérison qui en résulte, et la réduction de cette demande à une « niche » disqualifiée comme « magie ». En sorte que, si la démonstration d’une fabrique de la magie par la religion, y compris sous les oripeaux de la science, est convaincante, solide et bien menée, la lecture s’achève avec le sentiment qu’il s’agit ici bien plus d’un livre sur la religion, sa trajectoire historique, politique et scientifique, que sur la magie proprement dite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lionel Obadia, « Daniel Dubuisson, Terres d’infortune. L’Homme, la religion et la magie », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 190-191.

Référence électronique

Lionel Obadia, « Daniel Dubuisson, Terres d’infortune. L’Homme, la religion et la magie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73528

Haut de page

Auteur

Lionel Obadia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search