Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusRoberto Esposito, Immunitas, Prot...

Comptes rendus

Roberto Esposito, Immunitas, Protection et négation de la vie

Traduit de l’italien par L. Texier, Seuil, coll. « L’ordre philosophique », 2021, 240 p.
Ana Petrache
p. 197-198
Référence(s) :

Roberto Esposito, Immunitas, Protection et négation de la vie, traduit de l’italien par L. Texier, Seuil, coll. « L’ordre philosophique », 2021, 240 p.

Texte intégral

1La théorie politique italienne est sans doute le fruit de la rencontre des héritiers du marxisme et de ceux du catholicisme dans leur désir de retourner aux racines du droit romain. Leurs œuvres laissent transparaître un retour de la question du sacré, pensée selon deux sources bien distinctes et pourtant réunies. La première se trouve dans le champ politique alors que la deuxième est un héritage du culte religieux.

2La théorie de la sécularisation avait déjà établi une analogie entre le corps politique et le corps du Christ. Un retour en arrière suggère le rétablissement de la première métaphore, celle qui associe le corps biologique au corps politique. Roberto Esposito s’inscrit dans la même ligne de pensée que celle ouverte par Giorgio Agamben ou bien par Massimo Cacciari (moins connu en France). En utilisant la méthode généalogique, ils se concentrent sur la structure du pouvoir entre le religieux et le politique. L’auteur contribue à ce débat en se penchant principalement sur l’analogie entre le langage juridique et le langage médical, à travers, par exemple, l’utilisation des métaphores immunitaires en politique et des métaphores guerrières en médecine. Cette nouvelle orientation de recherche vient de la lecture par Esposito de Jacques Derrida sur la pharmacologie, et de Michel Foucault sur la biopolitique. On retrouve leurs influences dans l’ouvrage, récemment réédité à l’occasion de la pandémie de la Covid-19, Immunitas, Protezione e Negazione della Vita publié initialement chez Giulio Einaudi à Turin en 2002, et qui aujourd’hui, presque vingt ans plus tard, est traduit en français aux éditions du Seuil. Sa recherche développe une intuition qui a trouvé une confirmation sans précédent lors de la récente pandémie : le salut de la communauté coïncide avec son immunisation (p. 21).

3L’intérêt de l’ouvrage provient de sa capacité à proposer un langage alternatif à la théorie politique classique qui analyse la société en termes de contrat social, de droits de l’homme et de justice. Au contraire, le livre se positionne dans un scénario immunitaire : un corps en danger a besoin d’intégrer une quantité de virus pour s’immuniser. Se faisant, il propose des concepts issus de la biologie pour parler du corps social et donc, pour analyser les réactions des individus, des gouvernements et des systèmes médicaux ou juridiques. En crise, face à la peur de la contagion, les gouvernements ont essayé de produire une défense sur le plan juridique pour contrebalancer l’absence de défense biologique. En d’autres termes, pour compenser l’absence d’immunité biologique, on a produit une immunité juridique en imposant l’isolement des citoyens. Comme les corps biologiques se défendent par un système immunitaire, le corps politique doit disposer d’un système de défense identique, ce qu’il fait en produisant des lois. L’auteur voit le système juridique comme une protection artificielle qui rend possible la vie en société. Une de ces thèses mérite par ailleurs d’être rappelée : pour que la vie en société soit possible, un certain degré de contamination est nécessaire. La survie de la communauté passe par l’ingurgitation d’une certaine dose de « mal », de virus, de négativité afin de rendre possible l’immunisation du corps social. Il est cependant souligné que le renfermement est autodestructeur, dans la vie biologique aussi bien que sociale. La leçon du vaccin est donc paradoxale – seuls les corps qui s’exposent au risque de la contagion peuvent survivre à long terme. Le risque et la protection sont les deux facettes de la même médaille.

4Le paradoxe de la souveraineté, où la norme est définie à partir de l’exception, est ici abordé à partir de la question de la santé. C’est le virus inoculé par le vaccin qui produit l’immunisation, la santé suppose donc un moment de contamination du virus. Cela signifie que le pouvoir du négatif n’est pas seulement une invention de Hegel, mais qu’il constitue une composante essentielle de la vie. Il nous faut ainsi l’apprivoiser, l’intégrer selon une juste quantité. L’auteur analyse l’immunité comme une catégorie qui articule la politique, la philosophie et la médecine. La contribution d’Esposito aux débats de philosophie du vivant dépasse donc la valeur contextuelle d’un livre qui met en lumière les jeux d’un pouvoir étatique qui nie la vie pour la protéger. Hors du contexte de la pandémie, le paradigme de l’immunité pourrait être utilisé pour parler de l’immigration, de la peur de l’étranger et des identitaires.

5Pour terminer, ce texte bien que datant de 2002, jette une lumière prophétique sur la pandémie. Toutefois, l’expérience de la pandémie du Covid-19 a fait évoluer la réception de la pensée d’Esposito : des thèses affirmées d’une manière ambiguë en 2002 sont clarifiées aujourd’hui dans des livres et conférences d’après 2020. Pour entrer en dialogue avec lui, on ne peut pas se contenter d’un ouvrage, à replacer d’autant plus dans l’ensemble de sa pensée, dont notamment sa réflexion sur les institutions et les communautés. Ainsi, la traduction de ce livre appelle celle des autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ana Petrache, « Roberto Esposito, Immunitas, Protection et négation de la vie », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 197-198.

Référence électronique

Ana Petrache, « Roberto Esposito, Immunitas, Protection et négation de la vie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73558

Haut de page

Auteur

Ana Petrache

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search