Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusBrigitte Feuillet-Liger, Aurélien...

Comptes rendus

Brigitte Feuillet-Liger, Aurélien Rissel (dir.), Corps et religions. Panorama international

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des religions », 2021, 320 p.
Laurie Larvent
p. 201-202
Référence(s) :

Brigitte Feuillet-Liger, Aurélien Rissel (dir.), Corps et religions. Panorama international, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des religions », 2021, 320 p.

Texte intégral

1Comme son titre l’indique, il s’agit d’une étude internationale avec pas moins de vingt-trois contributions étrangères et pluridisciplinaires – on y croise des professeurs de droit, un sociologue, un anthropologue et enfin un politologue – qui interrogent le lien entre le corps et la religion dans dix-huit pays laïques ou ayant fait le choix d’une religion d’État.

2Dès l’introduction, Brigitte Feuillet-Liger soulève un paradoxe qui devient le fil conducteur de l’étude. En effet, la religion, « domaine de l’intime et donc de l’invisible » (p. 7), finit par devenir « visible » par ses rites et ses comportements. Par conséquent, les religions intéressent le droit qui doit garantir les libertés religieuses tout en fixant des limites afin d’assurer le vivre-ensemble. Reprenant les travaux de l’anthropologue David Le Breton (contributeur d’une excellente analyse en fin de l’ouvrage sous le titre « Corps, religion, laïcité »), Feuillet-Liger rappelle que le « corps est la personne » (p. 8) et permet parfois de manifester sa spiritualité. Il devient alors un enjeu pour la religion pour deux raisons. La première en tant qu’« image de soi révélée aux autres » (p. 11) : le corps se fait vitrine pour devenir un outil de communication où la croyance est clairement affichée avec l’obligation par exemple de porter la kippa, le foulard ou une barbe. La seconde par l’empreinte laissée par la religion au « corps intime » (p. 11) : la circoncision en est un exemple connu. La religion peut également dicter au corps les conduites à suivre : refus des traitements (les transfusions sanguines pour les Témoins de Jéhovah), refus de toute contraception ou refus de l’IVG.

3À travers les différents États étudiés classés par continent (Europe, Afrique, Amérique, Asie), les auteurs cherchent à comprendre comment les législateurs autorisent la religion à « s’afficher » (p. 11) et à « s’inscrire dans les corps » (p. 12), laissant parfois apparaître une tension d’une part entre la liberté de la personne et ses droits fondamentaux garantis par les valeurs démocratiques et d’autre part les restrictions qu’impose « un gouvernement du collectif » (p. 13) qui peut, le cas échéant, limiter les libertés pour garantir l’ordre public et plus largement le vivre-ensemble.

4On passe ainsi du cas de l’Allemagne où la liberté religieuse serait « en perte de vitesse » (p. 24) à la Belgique où l’Islam bouscule une société jusque-là « pilarisée entre mondes chrétien et laïque » (p. 44). Au Japon, la séparation nette entre les religions et l’État est officialisée le 1er janvier 1946, lorsque l’empereur fait sa déclaration d’humanité (Ningen-sengen) et abandonne sa qualité de « dieu vivant ». Pourtant la religion influence encore le législateur, notamment à propos du don d’organes. En effet, seul un corps complet peut accéder au paradis selon la croyance japonaise. En Israël, le statu quo de 1947 entre Ben Gourion et les milieux religieux orthodoxes sur notamment le respect du Shabbat, l’éducation, la Kasherut et le mariage reste pour le moins fragile. Bien d’autres exemples viennent enrichir l’ouvrage le rendant passionnant.

5Par ailleurs, le choix d’un regard sociologique en fin d’étude est particulièrement pertinent. Il permet de prendre de la hauteur sur les chapitres lus précédemment. David Le Breton montre que le religieux ne disparaît pas, mais « se fragmente à l’infini » (p. 271) avec des croyances qui s’individualisent davantage du fait des offres multiples disponibles sur le marché des spiritualités. L’auteur évoque ainsi « une fabrique personnelle du religieux » (p. 271), également liée à la mondialisation, qui provoque une déterritorialisation des croyances.

6Enfin, Aurélien Rissel, dans un « Article de synthèse » qui clôture l’ouvrage, propose une « typologie d’États » (p. 313) dans laquelle s’inscrivent les dix-huit exemples étudiés. Au-delà de la diversité des règles juridiques déployées d’un pays à l’autre, il distingue trois catégories. Les États figurant dans la première catégorie accordent une « importante liberté de principe à leurs concitoyens » (p. 313) : l’intervention des autorités publiques serait perçue comme une atteinte aux libertés individuelles. On peut citer les États-Unis, le Canada, l’Allemagne ou le Royaume-Uni. Le deuxième groupe est moins homogène que le précédent et aussi « plus directif » (p. 314), puisque l’exercice de la religion y est encadré par l’État : ainsi de l’Égypte, où l’Islam est la religion officielle et où la Charia est une source à la législation, ce qui signifie que les préceptes religieux sont applicables en droit. Entrent néanmoins dans cette catégorie des États comme la Tunisie où les préceptes religieux sont moins affirmés, voire « assouplis » (p. 315). La dernière catégorie propose « une forme de régulation des comportements » (p. 315) dans le respect de l’intérêt général. La liberté de manifester sa religion doit s’y conformer. La France, la Belgique et la Suisse en sont de parfaits exemples.

7En définitive, cette étude, sans porter de jugement de valeur sur les prescriptions religieuses, est particulièrement riche et offre une lecture stimulante qui intéressera aussi bien les universitaires du fait de l’ampleur du panorama proposé que les enseignants du secondaire dans le cadre de l’Enseignement moral et civique (EMC) inscrit dans leurs programmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurie Larvent, « Brigitte Feuillet-Liger, Aurélien Rissel (dir.), Corps et religions. Panorama international », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 201-202.

Référence électronique

Laurie Larvent, « Brigitte Feuillet-Liger, Aurélien Rissel (dir.), Corps et religions. Panorama international », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73569 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73569

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search