Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusÉtienne Fouilloux et al., avec la...

Comptes rendus

Étienne Fouilloux et al., avec la collaboration de Catherine Mayeur-Jaouen, Jean-Marie Mayeur, historien du catholicisme et de la laïcité

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire religieuse de la France », 2022, 336 p.
Jean Baubérot
p. 208-209
Référence(s) :

Étienne Fouilloux, Claude Langlois, André Encrevé, Jacques Prévotat (dir), avec la collaboration de Catherine Mayeur-Jaouen, Jean-Marie Mayeur, historien du catholicisme et de la laïcité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire religieuse de la France », 2022, 336 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage substantiel est issu d’une journée d’étude tenue en septembre 2018 en hommage à l’historien Jean-Marie Mayeur (1933-2013), qui fut un collaborateur des Archives de sciences sociales des religions, rédigeant régulièrement des recensions, notamment sur la production italienne et allemande d’histoire du christianisme. Mayeur a non seulement construit une œuvre importante « à la charnière de l’histoire politique et de l’histoire religieuse » (p. 7) contemporaine, mais il a également été un « organisateur de la recherche », animant le séminaire d’histoire religieuse de Créteil, où, dans les années 1970, se sont formés plusieurs historiens (dont les directeurs de l’ouvrage et l’auteur de ce compte rendu). Il fut, également, le premier président de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine et le premier directeur de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (alors laboratoire propre du CNRS). Professeur à Paris IV pendant plus de vingt ans, il a encadré une centaine de doctorants (dont une vingtaine de doctorats d’État ou d’HDR), principalement en histoire religieuse. Deux « Annexes variées », très consistantes, donnent sa bibliographie générale et aussi, fruit d’un travail impressionnant, la plupart de ses très nombreux comptes rendus (notamment les 69 d’entre eux parus dans Le Monde).

2Mayeur fait partie des historiens qui ont voulu « révolutionner l’histoire du christianisme par l’application des approches des Annales et de la sociologie religieuse, et par contrecoup contribuer à réformer l’Église catholique » (p. 95). La première partie de l’ouvrage se focalise sur ses engagements de jeunesse et ses convictions de la maturité. Le jeune historien participa activement à la revue d’étudiants catholiques (comprenant, entre autres, Philippe Joutard, Jacques Julliard, Antoine Prost ou Marc Vénard) Vin nouveau, luttant contre la guerre d’Algérie. La mémoire d’événements antérieurs (l’affaire Dreyfus, la guerre d’Espagne, la Résistance) s’avère très présente dans ce combat où ces jeunes se trouvent accusés de « faire le jeu du communisme ». Les prises de position contre le colonialisme et le désir d’écrire « autrement » l’histoire religieuse apparaissaient alors comme « deux engagements [qui] allaient de pair » (p. 69). Il en résulte « une nouvelle vision de l’islam et des musulmans » (p. 63). Cette réflexion se prolonge ensuite et la conclusion (republiée dans l’ouvrage) que Mayeur ajoute en 2005 lors de la réédition de son livre de 1966, La Séparation de l’Église et de l’État (titré cette fois La Séparation des Églises…), y fait écho.

3L’ouvrage observe, y compris dans la seconde partie thématique, les liens et les tensions, chez l’historien, entre conviction et recherche. Nul hasard au fait que plusieurs études de Mayeur aient analysé le rapport des catholiques français à la République, s’intéressant notamment aux catholiques dreyfusards, à la seconde démocratie chrétienne, à l’abbé Lemire (sujet de sa thèse de doctorat d’État) et aux « cardinaux verts », qui demandèrent aux évêques de « subir » la loi de Séparation. Ses convictions propres font que son intérêt scientifique « va aux hommes de la négociation davantage qu’aux hérauts sonores d’une laïcité polémique ou d’un catholicisme de combat : Gambetta, Ferry ou Barthou plutôt que Paul Bert ; les catholiques libéraux plutôt que les intransigeants » (p. 169). Mais l’objectivité du chercheur lui fait aussi prendre ses distances avec la mémoire collective, les croyances communes : ainsi, l’insistance de Mayeur sur l’acceptation par l’Alsace en 1911 d’un statut d’autonomie, prouvant que le retour dans le giron de la France n’était plus guère envisagé, lui valut des critiques « de la part d’Alsaciens attachés au mythe de la revanche cultivé sans faille pendant 45 ans » (p. 133).

4Si les apports de Mayeur à l’histoire religieuse des « mondes germaniques » et à celle de « la papauté et l’Italie » ne sont pas oubliés, la majorité des contributions concernent la France. Faute de pouvoir tout retenir, notons, comme exemple significatif, les pages qui situent l’historien dans le débat qui a opposé René Rémond à Émile Poulat. Le premier voyait dans le concile Vatican II la « victoire tardive » du courant libéral du xixe siècle alors que le second insistait sur sa filiation intransigeante. Au départ, Mayeur reprend la position de Poulat, dans une « commune insistance sur les origines intransigeantes du catholicisme social et leurs effets de matrice à moyen terme » (p. 164). Il se montre « nettement plus critique ensuite » (Ibid.) à l’égard de l’ancien directeur du Groupe de Sociologie des Religions et, sans complètement rejoindre la position de Rémond, s’en rapproche en insistant davantage sur les mutations de ce catholicisme social.

5Enfin, si ce recueil veut rendre compte des travaux d’histoire religieuse de Mayeur et souhaite qu’un autre ouvrage explore le versant de l’histoire politique, il n’existe pas, bien sûr, de frontière étanche entre les deux volets, comme en témoigne la présence du terme « laïcité » dans le titre même. Des allusions récurrentes sont faites à ce principe tout au long du livre et une contribution spécialisée y est consacrée. Elle montre à ceux qui ne connaitraient, de l’apport de Mayeur dans ce domaine, que son étude sur la Séparation, qu’en fait ses travaux vont de la laïcisation de l’école publique, avec comme maîtres d’œuvre Jules Ferry et Fernand Buisson, aux tentatives de négociation avec le Saint-Siège sous Guy Mollet, en passant par la politique religieuse du gouvernement Édouard Daladier. Outre cela, sa bibliothèque prouve son intérêt pour la laïcité au Mexique et en Argentine.

6Terminons ce compte rendu par un propos plus personnel : Mayeur a été le directeur de mon doctorat d’État et j’ai bénéficié de ses conseils très judicieux. Huit ans d’âge nous séparaient ; ce n’est pas assez pour une relation de type filial, mais je trouve totalement pertinente l’expression de « grand frère », utilisée dans ce recueil, pour qualifier la relation que Mayeur entretenait avec ses cadets du « groupe de Créteil ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baubérot, « Étienne Fouilloux et al., avec la collaboration de Catherine Mayeur-Jaouen, Jean-Marie Mayeur, historien du catholicisme et de la laïcité », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 208-209.

Référence électronique

Jean Baubérot, « Étienne Fouilloux et al., avec la collaboration de Catherine Mayeur-Jaouen, Jean-Marie Mayeur, historien du catholicisme et de la laïcité », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73611 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73611

Haut de page

Auteur

Jean Baubérot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search