Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusJean Foyer, Aurélie Choné, Valéri...

Comptes rendus

Jean Foyer, Aurélie Choné, Valérie Boisvert (dir.), Les esprits scientifiques. Savoirs et croyances dans les agricultures alternatives

Grenoble, UGA Éditions, coll. « Écotopyques », 2022, 330 p.
Jean Chamel
p. 209-211
Référence(s) :

Jean Foyer, Aurélie Choné, Valérie Boisvert (dir.), Les esprits scientifiques. Savoirs et croyances dans les agricultures alternatives, Grenoble, UGA Éditions, coll. « Écotopyques », 2022, 330 p.

Texte intégral

1L’objectif de cet ouvrage collectif est énoncé dès l’introduction : « rouvrir prudemment » le dossier des rapports entre savoirs légitimes et savoirs alternatifs en s’intéressant au cas concret contemporain des « agricultures alternatives ». Si le champ des agricultures non conventionnelles est en plein essor, la littérature dans ce domaine – particulièrement en français – reste réduite, comme en témoignent les références bibliographiques des différents chapitres. Cette étude est donc un apport bienvenu.

2La première partie, relative à l’agriculture biodynamique, constitue l’élément central du livre. Le texte d’Aurélie Choné offre au néophyte une synthèse remarquable sur la biodynamie, à partir du fameux Cours aux agriculteurs, une série de conférences données en 1924 par Rudolf Steiner, fondateur du courant anthroposophique dont la pensée ésotérique irrigue la biodynamie. La clarté des explications laisse croire au lecteur qu’il a saisi l’essence de cette « science de l’esprit » (Geisteswissenschaft). Mais le chapitre suivant de Nadia Breda, en le plongeant dans l’infinie complexité des représentations cosmologiques de la communauté italienne La Nuova Terra, montre que les appropriations de la doctrine steinerienne peuvent être des plus subtiles. Les deux contributions d’Alexandre Grandjean et de Leila Chakroun, à propos de vignerons biodynamiciens romands, illustrent quant à elles la diversité des discours des pratiquants, entre « dé-cosmologisation » (prise de distance avec la filiation steinerienne) et « re-cosmologisation » (insertion des pratiques dans un contexte « spirituel » et « holistique » plus large et bigarré). Elles constituent une transition logique vers la deuxième partie (on pourrait dire « couche ») du livre, qui nous éloigne du cœur biodynamique pour traiter de diverses approches agricoles, mais dont les ressemblances avec le premier courant apparaissent très clairement.

3Le texte de l’agronome Kevin Morel donne un premier aperçu des nombreuses appréhensions de la permaculture en fonction de leurs rapports à la « scientificité » et à la « spiritualité ». La permaculture originelle revêt ainsi deux orientations différentes qui prolongent les divergences de ses deux fondateurs. L’une prend la forme d’un « perma-scientisme » quand l’autre s’apparente à une « permaculture indigénisée », voire à une « permaculture New Age » ou à un « perma-fondamentalisme » (sans qu’aucun de ces termes ne soit cependant réellement problématisé). Les deux chapitres suivants sont de facture plus classique. Dans le premier, Julien Blanc croque l’agriculture naturelle brésilienne mise en œuvre par les membres de l’Église messianique mondiale, en montrant finement comment les préceptes originaux du maître japonais Mokiti Okada sont réinterprétés pour s’adapter au contexte local, notamment économique. Dans le second, Sébastien Carcelle décrit, toujours au Brésil, l’usage de l’homéopathie rurale appliquée aux plantes en soulignant son caractère holiste et spirituel. L’ensemble élargit utilement le dossier par-delà la biodynamie, tout en présentant les nombreuses résonances avec celle-ci en termes d’énergie, de dynamisation ou de force vitale.

4La troisième partie apporte un éclectisme qui complète judicieusement l’ouvrage. L’article de Mathieu Gervais semble au premier abord un peu décalé : il ne dépeint pas de pratiques agricoles alternatives si ce n’est une agriculture paysanne française effectivement non productiviste, mais ne renvoie pas pour autant au niveau d’altérité cosmologique ou épistémologique des autres textes. Sa déconstruction de la catégorie religieuse à partir de la pensée décoloniale peut cependant éclairer le lecteur peu au fait des sciences des religions. De même, son interprétation du « spirituel » nourrit la problématisation d’un concept autour duquel on ne cesse de tourner dans cet ouvrage, souvent avec des guillemets, sans jamais vraiment oser l’aborder de front (l’introduction donne bien des pistes pertinentes à ce sujet, mais avance prudemment sur un terrain, il est vrai, délicat, qui reste encore à prendre à bras-le-corps). Le texte suivant de Mélanie Roy et Sophie Caillon, joliment illustré, aborde la question de la sensibilité du chercheur grâce à un mécanisme d’aquarelles, mais sans qu’émerge une conclusion forte. Il permet cependant d’introduire le dernier chapitre rédigé à partir d’un terrain sur des vignes solognotes par des membres du collectif Vin-Vivants, Emmanuelle Blanc, Denis Chartier et Aurélien Gabriel Cohen. Les auteurs partagent l’approche et les résultats d’une recherche/création faite de « bricolages polyphoniques » entre arts et sciences. Leur proposition d’écouter en ligne une pièce sonore immersive faite de sons enregistrés, et de visionner une vidéo de pièges photographiques, deux dispositifs longs chacun d’une vingtaine de minutes, rappelle l’importance d’une « attention résonnante au vivant ». Cette respiration bien venue après 300 pages assez denses souligne que ces agricultures alternatives sont non seulement faites de préceptes et de conceptions, à consonance moniste, qui accordent une large place aux analogies et aux correspondances entre microcosme et macrocosme, mais qu’elles ont aussi en partage l’observation fine du vivant en intensifiant les perceptions sensorielles. Le chapitre conclut ainsi efficacement l’ouvrage en rappelant que derrière la dialectique science/spiritualité se cache la question du pouvoir, souvent éclipsée à l’exception notable de l’article de Gervais. Face au risque pour ces « bricolages alternatifs » d’être tolérés, voire « digérés » – une critique récurrente de ces terrains comme de son étude –, les auteurs répètent le message principal qu’on retient de Nous ne sommes pas seuls de Léna Balaud et Antoine Chopot : « faire avec le vivant, certes, mais “contre ce qui l’épuise et ceux qui l’effondrent” ».

5Assemblage de dix chapitres (en plus de l’introduction) qui pourraient sembler a priori disparates (quatre sur la biodynamie, trois sur des méthodes agricoles différentes et trois contributions inclassables), cet ouvrage réussit le tour de force de les faire « fonctionner » par une lecture concentrique qui fait résonner son sujet central, la biodynamie, avec la multiplicité des pratiques alternatives mises en lumière, puis avec des réflexions plus épistémologiques et politiques. Les agricultures alternatives s’en trouvent mieux saisies dans cette diversité, et en relation avec la biodynamie qui joue d’une certaine manière un rôle structurant, deviennent un point de comparaison solide auquel se référer. Le livre aurait toutefois pu gagner en puissance en se dotant d’une conclusion condensant les thèmes essentiels qui traversent la plupart des textes : les questions d’énergie, de force vitale, d’information, et surtout de « spiritualité », partagée entre rapport à la matière, à la religion et au sens, voire à l’éthique. La problématique majeure de l’ouvrage – celle d’un dépassement ou d’une reconfiguration des catégories de la modernité à travers la remise en question des pôles scientificité/spiritualité, visible/invisible, esprit/matière, savoirs/pouvoirs/croyances (un terme malheureux dont le sous-titre aurait par ailleurs pu faire l’économie) – est extrêmement bien explorée. La complexité des entrelacs est démontrée par les terrains d’enquête, mais sans que soient suggérées de nouvelles catégories d’entendement, par-delà les voix des enquêtés.

6Mais il faut sans doute considérer ce livre comme un premier état des lieux suscitant des réflexions inédites. Les méthodes à mobiliser pour y répondre sont déjà en gestation dans les derniers chapitres, avec notamment des collaborations arts-sciences, mais il manque encore une proposition théorique plus élaborée qui permettra non seulement d’entrevoir l’unité de ces pratiques dans leur diversité, mais aussi d’en rendre compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Chamel, « Jean Foyer, Aurélie Choné, Valérie Boisvert (dir.), Les esprits scientifiques. Savoirs et croyances dans les agricultures alternatives », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 209-211.

Référence électronique

Jean Chamel, « Jean Foyer, Aurélie Choné, Valérie Boisvert (dir.), Les esprits scientifiques. Savoirs et croyances dans les agricultures alternatives », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73616 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73616

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search