Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusAnoush Ganjipour (dir.), Monothéi...

Comptes rendus

Anoush Ganjipour (dir.), Monothéismes et politique : modernité, sécularisation, émancipation

Paris, CNRS éditions, 2022, 364 p.
Yann Schmitt
p. 212-213
Référence(s) :

Anoush Ganjipour (dir.), Monothéismes et politique : modernité, sécularisation, émancipation, Paris, CNRS éditions, 2022, 364 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite à deux colloques, tenus en 2018 et 2019, l’un sur le monothéisme et la politique, l’autre sur le messianisme et l’émancipation. Les 19 articles qui le composent explorent le concept de sécularisation pour mieux appréhender notre position par rapport aux héritages religieux et politiques du passé, tout en repensant la place du religieux dans une logique d’émancipation. Comme l’auteur le rappelle en introduction, le volume s’inscrit donc dans les nombreuses réflexions récentes sur le post-séculier et le théologico-politique.

2L’ouvrage est traversé par trois problématiques principales.

3La première est héritée de la célèbre affirmation de Carl Schmitt sur le prolongement politique de la théologie chrétienne, qui semble aller contre l’interprétation de l’époque moderne en tant que rupture, notamment du fait de l’avènement des États européens souverains imposant leur loi en lieu et place de l’Église. Diverses contributions, sur la constitution de la théologie politique chrétienne, sur le judaïsme et l’islam, sur les différentes modalités d’association entre monothéisme et politique, permettent de revenir sur le propos de Schmitt et surtout de le complexifier.

4Les travaux de Jan Assmann amorcent le deuxième questionnement de l’ouvrage. L’égyptologue a d’abord défendu la thèse d’un caractère intrinsèquement violent du monothéisme, arguant que celui-ci proclamait un dieu unique qui monopolisait la vérité et exigeait le combat contre les idolâtres. S’il a ensuite nuancé son propos, il importe de revenir sur la part de conflictualité au sein des monothéismes, et notamment sur le lien d’implication, ou au contraire de limitation, entre monothéisme et violence politique et religieuse.

5Le troisième enjeu est celui de l’émancipation, qui gagne en importance au cours de l’époque moderne. Ce projet politique de libération ne consiste pas seulement à rompre avec les traditions religieuses, il implique également d’œuvrer au progrès en aspirant à une fin de l’histoire. Cela soulève ainsi la question d’une présence du messianisme au cœur de certains projets d’émancipation. Comme l’indique Anoush Ganjipour dans son texte introductif et en conclusion, repenser le sens à donner aux messianismes revient à s’interroger sur la possibilité d’une politique capable de surmonter les impasses de la modernité : cette politique doit-elle se faire dans le cadre d’une promesse de progrès selon le modèle d’un dieu absent mais dont le retour est annoncé ? Faut-il au contraire déconstruire ce modèle et ses avatars que sont par exemple la religion civile ou la foi dans le progrès ?

6Au-delà des questions partagées entre les contributions, les auteurs recourent à des méthodologies diverses, qui relèvent autant de la psychologie, de la théologie ou de l’histoire que de l’anthropologie ou la philosophie. Bien sûr, cette diversité n’est pas en soi un défaut, bien au contraire. Néanmoins, un problème de compréhension se pose car le volume ne contient aucune indication sur les fonctions et positions des auteurs et donc sur la perspective qui préside à leur travail. On ne peut pas lire un texte qui propose d’objectiver historiquement ou scientifiquement un phénomène religieux comme on lit un texte qui se place sous l’autorité d’une révélation dont il explicite le sens ou en déploie la richesse. Ainsi, il n’est pas toujours évident de comprendre le projet poursuivi dans certains chapitres : précision du récit historique, simple exposé sur un auteur, intelligence de la foi ou d’une tradition religieuse dans un but religieux, formulation d’un programme politique ?

7Cette difficulté de lecture liée à la richesse des textes se retrouve dans la diversité des méthodologies suivies. Celles-ci pourraient être figurées selon un « éventail » organisé autour de deux pôles. Certains textes nourrissent leur réflexion grâce à l’enquête historique et empirique. Ainsi, Salmon nous montre, dans l’Empire britannique, l’imposition d’une loi religieuse modulée au nom d’enjeux économiques et politiques. De son côté, Chabbi décrit comment Muhammad a défendu et affirmé progressivement le monothéisme au cœur d’un monde polythéiste à rebours d’un récit où la révélation du dieu unique serait première. Enfin, De Smet expose de manière très éclairante les tensions au sein de courants messianistes contestant la loi musulmane. D’autres contributions font le pari inverse : l’interprétation travaille sur des entités générales – l’islam, la modernité, le judaïsme – pour en manifester le sens et, régulièrement, pour en rectifier la compréhension afin de produire des récits concurrents de ceux de la sécularisation, tout en reproduisant leurs défauts : de vastes synthèses survolant l’hétérogénéité de la réalité empirique.

8Ces deux pratiques de la réflexion manifestent probablement deux analyses de l’héritage moderne. Pour les uns, notre situation requiert une réaffirmation de l’esprit critique moderne grâce aux méthodes historiques et scientifiques exemptes de toute intention de production de systèmes ou de compréhensions synthétiques générales, c’est-à-dire affranchies de tout esprit religieux totalisant. Pour les autres, l’effort herméneutique suppose de réduire les exigences empirico-rationnelles en faveur d’interprétations post-séculières assumant leur imprégnation religieuse renouvelée. L’ouvrage reflète ainsi les contradictions actuelles des réflexions sur le post-séculier qui, s’il n’est pas un retour au religieux prémoderne, oscille entre deux extrêmes : conservation plus ou moins explicite du religieux par d’autres moyens et émancipation plus radicale assumant un héritage scientifique et critique non religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Schmitt, « Anoush Ganjipour (dir.), Monothéismes et politique : modernité, sécularisation, émancipation », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 212-213.

Référence électronique

Yann Schmitt, « Anoush Ganjipour (dir.), Monothéismes et politique : modernité, sécularisation, émancipation », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73634 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73634

Haut de page

Auteur

Yann Schmitt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search