Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusClaire Gantet, Une histoire du rê...

Comptes rendus

Claire Gantet, Une histoire du rêve. Les faces nocturnes de l’âme (Allemagne, 1500-1800)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 324 p.
Yves Krumenacker
p. 211-212
Référence(s) :

Claire Gantet, Une histoire du rêve. Les faces nocturnes de l’âme (Allemagne, 1500-1800), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 324 p.

Texte intégral

1Si l’histoire du rêve a commencé à être étudiée dans les années 1970-1980 par les antiquisants, les médiévistes et les contemporanéistes, les modernistes s’y sont, à de rares exceptions près, peu intéressés. C’est dire l’intérêt du livre de Claire Gantet, tiré d’une thèse d’habilitation soutenue à l’Université libre de Berlin en 2008 (publiée en 2010 chez De Gruyter) et de plusieurs articles ultérieurs. Le sous-titre ne doit pas tromper : si le propos est centré sur l’Allemagne, de nombreux excursus concernent d’autres aires géographiques comme la Suisse, la France ou l’Angleterre, donnant une dimension européenne à cette recherche. Celle-ci ne se limite pas au rêve stricto sensu, elle aborde aussi le songe, la fable, les prédictions, le rêve fictif. Même si la documentation est très dispersée et ne renseigne que sur une infime partie des rêves réels, le matériau traité est abondant. L’érudition de l’autrice est impressionnante, et son utilisation d’une très importante bibliographie en allemand est précieuse pour les lecteurs français qui la connaissent souvent mal.

2Le livre est d’une lecture ardue, car l’autrice résiste à la tentation d’écrire une histoire linéaire. Si l’intérêt pour le rêve évolue, depuis le contenu des rêves vers la personnalité du rêveur, l’inscription du rêve dans un « grand récit » s’avère problématique : Gantet prend au sérieux les concepts de confessionnalisation, de sécularisation, de psychologisation, pour finalement les rejeter, car trop simplificateurs. Elle montre bien la multiplicité des paradigmes en œuvre, la permanence de visions anciennes sur le rêve, la diversité des personnes qui s’y intéressent, rendant vaine toute étude strictement chronologique. Aussi le livre est-il structuré de manière thématique. La première partie, qui débute avec Luther et qui est centrée sur les xvie-xviie siècles, est consacrée aux divers savoirs qui interrogent le rêve ; la seconde, aux diverses formes de rêves et à la manière de les conter ; la troisième partie, qui porte sur le xviiie et le début du xixe siècle, s’intéresse aux manières de comprendre le rêve. Le résultat relève plus d’une histoire culturelle des savoirs, non chronologique, que d’une histoire religieuse, même si la religion est très présente, souvent plutôt sous une forme hétérodoxe ; même si l’âme est au cœur du livre, car le rêve est censé donner accès à l’âme.

3Au début du xvie siècle, on considère l’âme coupée des sens extérieurs pendant le sommeil, ce qui lui permet d’accéder à une connaissance surnaturelle. Des savoirs concurrents, puisant à Aristote, aux savoirs médicaux sur les humeurs, au néo-platonisme, à la Bible, veulent en rendre compte, alors que les « enthousiastes » (Schwärmer) et les mystiques voient dans le rêve un accès à Dieu. Avec l’apparition de la Réforme, une confessionnalisation se fait jour, mais sans qu’il y ait de véritables oppositions entre catholiques et protestants. Au terme de l’évolution, le rêve ne relève plus guère des arts divinatoires, encore qu’on en ait des rémanences jusqu’à la fin de la période étudiée, mais de l’étude de l’âme, permise par diverses méthodes : art de la mémoire, œil intérieur, instrumentation optique.

4La mise par écrit des rêves est l’objet de la deuxième partie du livre. On y croise des rêves de médecins, des rêves de princes, des rêves de patients adressés à leur médecin (dans ce dernier cas, cela concerne surtout le xviiie siècle). Les rêves autobiographiques sont surtout masculins ; il faut noter l’importance de ceux de Jérôme Cardan (1501-1576). Son traité des songes, lu pendant toute l’époque moderne et jusqu’au xxe siècle, repose sur une théorie des signes renvoyant à des propriétés occultes. Savants et philosophes, de Descartes à Locke, Leibniz ou Wolff, tentent de comprendre les rêves au crible du rationalisme et de l’empirisme, et ces débats s’élargissent au xviiie siècle au grand public grâce aux encyclopédies et à des publications comme le Magazine de la science de l’âme issue de l’expérience (1783-1793).

5La troisième partie nous mène jusqu’aux débuts du romantisme. Les réflexions philosophiques, les transformations des sciences affectent profondément le genre littéraire des « clés des songes » ; il se vulgarise et il est utilisé dans l’oniromancie, pour le jeu, les loteries, les tarots, etc. Dans les universités allemandes, les savants veulent étudier scientifiquement les rêves, en recourant à la médecine, à la philosophie ou à ces sciences naissantes que sont la psychologie et l’anthropologie. Leurs thèmes et leur style sont repris par les romantiques, fascinés par le rêve, qui trouvent de la matière notamment dans le Magazine de la science de l’âme issue de l’expérience. Ils le rapportent à la conscience et aux affects, le reliant ainsi à la santé tout en considérant son langage comme symbolique.

6La longue conclusion du livre offre une belle synthèse de son contenu. Cette Histoire du rêve, dans sa complexité, expose les diverses manières, les outils, le vocabulaire usités avant que naissent la psychologie et la psychanalyse pour explorer les « perceptions de l’âme ». On l’a dit, ce n’est pas un ouvrage d’histoire religieuse, mais il offre de nombreuses pistes à ceux que les questions religieuses intéressent, et permet de réfléchir à la manière dont l’étude de l’âme échappe en grande partie aux théologiens des Églises établies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Krumenacker, « Claire Gantet, Une histoire du rêve. Les faces nocturnes de l’âme (Allemagne, 1500-1800) », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 211-212.

Référence électronique

Yves Krumenacker, « Claire Gantet, Une histoire du rêve. Les faces nocturnes de l’âme (Allemagne, 1500-1800) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73641 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73641

Haut de page

Auteur

Yves Krumenacker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search