Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusSamuel Gicquel, Frédéric Le Moign...

Comptes rendus

Samuel Gicquel, Frédéric Le Moigne (dir.), L’Église dans l’enseignement secondaire. Les institutions catholiques en France (xixe-xxe siècles)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2022, 288 p.
Michel Ostenc
p. 215-216
Référence(s) :

Samuel Gicquel, Frédéric Le Moigne (dir.), L’Église dans l’enseignement secondaire. Les institutions catholiques en France (xixe-xxe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2022, 288 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif réunit les actes du colloque tenu en juin 2019 à Ploërmel et consacré à l’histoire de l’enseignement secondaire catholique français, à ses institutions et aux lignes de force qui structurent son action. Sous le titre « Les fondations », la première partie insiste sur la diversité qui a fait la force d’un enseignement catholique qui répondait à l’origine à la volonté des familles de choisir un environnement spécifique. Entrer dans un établissement secondaire catholique impliquait en effet le choix d’un type d’éducation et de carrière professionnelle. Loin de juxtaposer des institutions atomisées et indépendantes les unes des autres, ce secteur est traversé par une tension jamais résolue entre, d’une part, des acteurs de terrain défendant leur autonomie et, d’autre part, la volonté d’intégration ou de contrôle de la part des autorités religieuses. Il faut toutefois attendre la fin du xixe siècle pour que les directions diocésaines commencent à s’affirmer davantage.

2Trois exemples permettent d’illustrer ce propos. Estelle Berthereau revient d’abord sur l’action des disciples de Lamennais et Laurentie qui enseignaient la rhétorique au Collège Stanislas, destinée sous la Restauration à donner un élan aux Collèges royaux contre l’Université. Après la deuxième condamnation de Lamennais, ils poursuivent son action en se gardant des écarts susceptibles de conduire à une excommunication, tout en contribuant à inscrire la liberté de l’enseignement dans le débat d’idées, et bien qu’après le vote de la loi Falloux, Laurentie se soit mué en chantre de l’ultramontanisme. Un fort enracinement dans les initiatives de Lamennais est à l’origine de la vocation des futurs tertiaires de l’Ordre prêcheur fondé par Lacordaire à Oullins en 1852, auquel s’attache Marie-Thérèse Duffau dans un second texte. Le tiers-ordre s’installe ensuite à Arcueil et donne naissance à la Congrégation Saint Dominique pour l’éducation de la jeunesse, occasion pour Yvon Tranvouez de s’attarder dans son article sur la figure du père Didon. À la tête de l’école Albert le Grand d’Arcueil, celui-ci souhaite dispenser un enseignement d’esprit libéral conforme au ralliement à la République prôné par Léon XIII. Dans la crainte de voir l’agitation cléricale conduire à la séparation de l’Église et de l’État, il semble que le père Didon ait cherché à sauver le Concordat en négociant avec Waldeck-Rousseau des aménagements à la législation anticongréganiste.

3La deuxième partie du livre offre une plongée dans la formation des élèves. Philippe Rocher s’intéresse à la formation d’une élite masculine attachée à la pédagogie des Jésuites qui reposait sur un Ratio studiorum. Après son rétablissement par Pie VII en 1814, la Compagnie de Jésus a voulu reprendre en France son enseignement en revenant aux bases de sa méthode pédagogique ; mais la forme et le contenu de cet enseignement ne répondaient plus aux attentes de la société française. Amélie Puche analyse l’enseignement secondaire catholique pour jeunes filles, longtemps délaissé par l’historiographie malgré l’apport ancien de Françoise Mayeur, et son rôle majeur dans la société bourgeoise. Malgré l’anticléricalisme des premières années de la Troisième République et le développement d’établissements publics qui les concurrençaient, les institutions catholiques d’enseignement féminin de la ville de Tours traversent les décennies grâce à leur capacité à répondre à une demande à la fois scolaire et sociale. C’est ce que démontre Anne Jusseaume à travers notamment le cas des Filles du Saint-Esprit dans les établissements scolaires bretons de la première moitié du xxe siècle. La place de l’Église dans l’enseignement se traduit aussi par le rôle essentiel qu’occupe l’habit monastique dans une histoire bouleversée par la sécularisation. Le rapport constant entretenu par Mgr Grente avec son collège d’origine depuis les temps oratoriens du Concordat jusqu’aux secousses de la Séparation et aux mutations du siècle suivant permet de mieux saisir le parcours du cardinal : une mondanité qui n’hésitait pas à se montrer dans une cour d’école du xixe siècle. Ce n’est pas le moindre paradoxe que de retrouver sous son arc de triomphe normand un personnage caricatural que l’on croyait définitivement enterré après le Concile sous les ors du pontificat de Pie XII et les dorures de l’Académie.

4La troisième partie du livre commence au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le système scolaire des collèges catholiques, avec ses internats et l’étroitesse des publics concernés, vit ses dernières années. Ces années de l’après-guerre sont pourtant riches en petites mutations, annonciatrices d’autres, dans le contexte d’une timide ouverture à la société. Les mutations de l’enseignement secondaire catholique s’ordonnent autour d’événements majeurs : la disparition de la Congrégation enseignante dominicaine (1957), le vote de la loi Debré en 1959 et la mise en place de la mixité au cours des années 1960. La loi Debré devait assurer une certaine pérennité à une institution catholique rapidement sécularisée par la disparition de ses personnels cléricaux. La survie de l’institution catholique passe ainsi par sa déconfessionnalisation. Dans le contexte d’un conflit culturel entre les deux France, la transformation du rapport au religieux conduit les établissements secondaires à s’adapter ou à disparaître : l’enseignement de masse s’accompagne d’une baisse des vocations et d’un changement d’horizon des clercs. Les établissements catholiques n’accueillent plus la même population scolaire et leurs professeurs sont moins animés par un souci pastoral que par des motivations de formation professionnelle. L’étape de la contractualisation et de l’association avec l’État conduit l’enseignement secondaire catholique à remplir une mission de service public dans un cadre qui lui est propre. Elle s’accompagne d’un changement sociétal. Il a été parfois reproché à l’universalisme abstrait de la culture républicaine d’avoir nui à la réflexion sur la mixité scolaire. L’enseignement catholique, soucieux de la personne dans sa globalité, a cependant régulièrement voulu tenir compte de la différence des sexes en s’assurant que cette approche globale n’était pas synonyme d’indifférenciation.

5Les instances de l’enseignement catholique tentent aujourd’hui de porter une pastorale conciliaire et missionnaire collective qui est au centre de la quatrième partie de l’ouvrage. Cette offre religieuse apparaît cependant un enjeu moins spécifique dès lors qu’elle s’inscrit dans une géographie sociale et culturelle qui la conditionne plus largement. En définitive, les établissements catholiques secondaires proposent une offre scolaire qui satisfait les parents d’élèves qui ont recours à eux pour leurs enfants. Ils ont réussi à s’adapter aux évolutions de la société et maintiennent un lien avec l’Église catholique tout en se montrant respectueux du contrat qui les attache à l’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Ostenc, « Samuel Gicquel, Frédéric Le Moigne (dir.), L’Église dans l’enseignement secondaire. Les institutions catholiques en France (xixe-xxe siècles) », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 215-216.

Référence électronique

Michel Ostenc, « Samuel Gicquel, Frédéric Le Moigne (dir.), L’Église dans l’enseignement secondaire. Les institutions catholiques en France (xixe-xxe siècles) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73664 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73664

Haut de page

Auteur

Michel Ostenc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search