Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusVincent Goossaert, Vies des saint...

Comptes rendus

Vincent Goossaert, Vies des saints exorcistes. Hagiographies taoïstes, xie-xvie siècles

Paris, Les Belles Lettres, 2021, 252 p.
Benoît Vermander
p. 216-218
Référence(s) :

Vincent Goossaert, Vies des saints exorcistes. Hagiographies taoïstes, xie-xvie siècles, Paris, Les Belles Lettres, 2021, 252 p.

Texte intégral

1S’il constitue d’abord et avant tout une contribution précieuse à la connaissance d’un type donné de textes taoïstes, à la vision et aux pratiques qu’ils véhiculent, le présent volume offre également des perspectives susceptibles d’éveiller l’intérêt des spécialistes du récit hagiographique dans d’autres traditions religieuses.

2L’introduction générale mérite une lecture détaillée. Elle établit d’abord une distinction de principe entre deux types d’écrits : ceux portant sur les « immortels » dont les pratiques ascétiques ont modifié le statut ontologique (ils sont « devenus coéternels au monde tout en étant restant activement présents à celui-ci », p. X) ; et ceux qui concernent les individus « divinisés », en d’autres termes intégrés après leur décès dans la bureaucratie céleste, sans avoir pour autant effectué pareil saut ontologique (les récits rassemblés ici participent essentiellement du deuxième modèle). Le modèle narratif de base emprunte à celui du récit de la vie des personnages éminents que l’on trouve dans les Mémoires historiques de Sima Qian, tout en étant enrichi par d’autres emprunts, d’abord au récit gravé sur stèle, puis, à partir de l’époque mongole, au théâtre, au roman et au conte déclamé. Les écrits fondateurs de Liu Xiang (-77-6 AEC) et Ge Hong (283-343) inspireront des épigones qui vont associer à leur suite figures historiques et légendaires. La multiplication des traditions taoïstes (chacune d’elle fondée sur une révélation spécifique accordée à son fondateur) va de pair avec l’enrichissement du corpus, dont les accents se diversifient : à la célébration d’un héros local va succéder l’insistance sur les techniques de transmutation intérieure. Enfin, les techniques d’écriture inspirée permettront aux divinités de narrer elles-mêmes, par l’intermédiaire d’un médium, leurs réincarnations successives jusqu’à l’obtention de leur statut définitif. Les textes choisis par Vincent Goossaert, publiés entre les dynasties Song et les Ming, se trouvent généralement situés à l’intérieur de grandes anthologies.

3Malgré la diversité des sources, modèles et matériaux, quelques traits communs peuvent être relevés, permettant à Goossaert de parler d’« une grammaire générale de l’hagiographie taoïste » (p. XIX) : prédestination du héros ; rencontre d’un maître initiateur, avec les épreuves qui s’ensuivent ; progression de l’adepte jusqu’à l’apothéose ; carrière post-apothéose. Cette structure narrative de base s’applique différemment selon le « type-idéal » auquel appartient l’adepte : il peut être un dignitaire, érudit et en plein contrôle de lui-même ; il peut être un « immortel » fantasque, coupé du monde ; enfin, le type de l’exorciste, détaché du monde mais capable lorsqu’il le faut d’y rétablir un ordre un temps perturbé (par exemple en appelant la pluie) est celui qui sous-tend la sélection des textes du présent volume. Comme nous le verrons, les récits propres à ce dernier type introduisent quelques écarts par rapport au schéma narratif de base. Un récit mythique décrit un « type pur », tandis que les textes à base historique associent ces modèles de façon et à des degrés divers.

4Le modèle que privilégie ce recueil est donc celui du prêtre exorciste (fashi, faguan) divinisé après sa mort. Historiquement, le modèle du prêtre itinérant, guérisseur et exorciste, se répand à partir du xe siècle. Les lignages que ces prêtres ont fondés leur rendent un culte et perpétuent leurs liturgies. Les rituels d’exorcisme (daofa) sont le produit d’une révélation, mais les techniques qu’ils codifient sont évolutifs, modifiés et enrichis par le lignage qui s’y réfère, circulant aussi entre différentes traditions. En renvoyant aux liturgies promues par les exorcistes célébrés, nos hagiographies donnent accès à d’autres types de textes : talismans, invocations et serments convoquent les dieux martiaux qui vont agir à la demande du prêtre ; les « codes » déterminent autant le sort des esprits indisciplinés que celui des spécialistes rituels contrevenant aux ordonnances à respecter ; la présentation des panthéons convoqués nous informe autant sur la structure de la bureaucratie céleste que sur les divinités qui président à la hiérarchie céleste particulière à une tradition donnée. Par ailleurs, l’hagiographie des généraux divins engagés dans ce combat qu’est le rituel est partie prenante du déroulement du rituel même.

5Les fashi ont été traditionnellement opposés aux prêtres taoïstes (daoshi), même si cette distinction n’interdit pas la rencontre des deux identités au sein d’un même personnage, ni même la fusion des oppositions dans une tradition donnée. Le daoshi procède à des rituels communautaires non sanglants, adressés aux divinités qui incarnent le Dao en son essence pure, tandis que les traits attribués au fashi sont martiaux, plus individualisés (comme le sont aussi les rituels qu’ils pratiquent), dirigés davantage vers les marges religieuses et sociales. L’individualisation de la figure du fashi n’empêche pas, ajoute Goossaert, de lire les particularités du récit comme des variations autour d’éléments structurants : après une déchéance initiale le héros effectue une rencontre salvatrice qui l’amène à s’initier aux rituels exorcistes, à s’allier avec une figure divine qui commandera les esprits que le rituel mobilisera, à accomplir une série d’exploits qui renforcera progressivement le statut autant de l’exorciste que de la figure divine avec laquelle il a conclu alliance, et à prendre place dans la hiérarchie céleste après son apothéose, tout en devenant le patriarche révéré d’un lignage spirituel. En d’autres termes, les récits centrés sur les prêtres exorcistes diffèrent du modèle taoïste hagiographique général par la suppression des thèmes de la prédestination et de l’ascèse et par l’ajout des thèmes liés à la crise initiale et à l’alliance avec un dieu martial. Les deux types de récits se distinguent aussi par leur description des modes de canonisation. Une analyse plus fine de ces textes dévoile les évolutions intervenues dans les procédures narratives et rituelles d’intronisation, autant des dieux que des prêtres exorcistes. D’autres variations affectent la description de l’alliance entre prêtre exorciste et guerrier divin, ou encore la façon dont le premier mobilise la présence et l’action du deuxième. Enfin, note Goossaert, l’orthopraxie dans la célébration du rituel n’est pas la seule norme qu’entend instiller le récit hagiographique : au-delà des singularités, des excentricités observées dans le comportement des exorcistes, la vision morale véhiculée est centrée sur le service de la communauté et – de façon marquée – sur le désintérêt envers les richesses.

6Cette introduction générale permet de comprendre les treize récits traduits à sa suite. Chaque introduction particulière spécifie brièvement les sources imprimées et la thématique d’ensemble. Libre au lecteur de trouver, d’un récit à l’autre, les points qui retiendront plus particulièrement son attention. Ainsi, on pourra noter que les jugements sur les classiques bouddhistes et confucéens diffèrent quelque peu selon les récits qui les mentionnent, allant du syncrétisme le plus marqué à des jugements très mitigés sur les doctrines extérieures au taoïsme. On pourra aussi s’arrêter sur les rituels destinés à faire tomber la pluie, comme ceux que l’on trouve dans l’hagiographie du prêtre exorciste du Jiangxi Wang Wenqing (1093-1153). Dans le court texte consacré à l’importante figure de Zhang Jixian (1092-1126), on goûtera la réprimande et la punition infligées par l’exorciste à son dieu protecteur – Guan Yu – pour être apparu devant l’Empereur sans respecter les rites prescrits. Enfin, le traducteur semble trouver un plaisir particulier dans l’histoire qui clôt ce volume, celle de Tête Brûlée, un exorciste ainsi nommé parce que marqué par le pinceau de feu d’un dieu qui l’avait trouvé tout occupé à la satisfaction de ses besoins naturels lorsqu’il avait daigné apparaître devant lui. Goossaert dégage aussi les significations possibles de cette histoire souvent reprise, la rattachant aux distinctions ente le pur et l’impur comme à celles, largement concomitantes, entre fashi et daoshi. Peut-être du fait de la proximité de cet exorciste avec le dieu du tonnerre, l’impureté de Tête Brûlée (il porte une robe noire de crasse, il mange de la viande de chien) va de pair avec le pouvoir qui l’habite. Après sa mort, sa robe en gardera témoignage – jusqu’au jour où, lavée, elle aura perdu son efficacité. Je n’ai pu m’empêcher de penser ici aux considérations de l’anthropologue Mary Douglas, dans De la souillure, sur le pouvoir de renouvellement contenu dans toute substance impure, double de sa dangerosité. Par ailleurs, au fil des récits, on peut s’interroger sur la nature de l’alliance entre exorciste et dieu martial, se demander lequel s’avère être la figure dominante, mais, ainsi posée, la question conduit probablement à une impasse : les codes divins qui gouvernent la conduite tant de l’exorciste que du dieu régissent de ce fait les sanctions que l’un, comme l’autre, est susceptible de subir.

7Un très léger regret subsiste néanmoins : les raisons qui ont présidé à la détermination du corpus ici traduit sont peu développées. Il en résulte par exemple qu’il est difficile de saisir tout l’intérêt d’avoir sélectionné une hagiographie tardive (xvie siècle) du fondateur de la Voie du Maître Céleste, Zhang Daoling (ier ou iie siècle de notre ère ?). Les accents du texte sont déconcertants pour un lecteur plus familier avec le taoïsme des premiers siècles qu’avec celui qui suivra la dynastie Yuan, d’autant que (dans ce cas précis) les notes jointes à la traduction renvoient aux travaux pertinents (ceux de Franciscus Verellen en l’occurrence) sans mobiliser tout à fait leurs résultats au profit du lecteur. Mais cette remarque ne pèse presque rien au regard de l’originalité du corpus sélectionné, de la qualité et de la précision de la traduction, et enfin de l’intérêt de la grille de lecture proposée, sur laquelle j’ai fait porter l’essentiel de ce compte rendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Vermander, « Vincent Goossaert, Vies des saints exorcistes. Hagiographies taoïstes, xie-xvie siècles », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 216-218.

Référence électronique

Benoît Vermander, « Vincent Goossaert, Vies des saints exorcistes. Hagiographies taoïstes, xie-xvie siècles », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73668 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73668

Haut de page

Auteur

Benoît Vermander

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search