Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusVincent Goossaert, Masaaki Tsuchi...

Comptes rendus

Vincent Goossaert, Masaaki Tsuchiya (dir.), Lieux saints et pèlerinages. La tradition taoïste vivante

Turnhout, Brepols, 2022, 458 p.
Benoît Vermander
p. 218-219
Référence(s) :

Vincent Goossaert, Masaaki Tsuchiya (dir.), Lieux saints et pèlerinages. La tradition taoïste vivante, Turnhout, Brepols, 2022, 458 p. 

Texte intégral

1Fruit d’un colloque franco-japonais tenu en 2017, ce volume collectif croise deux problématiques : l’étude des lieux saints (naturels ou construits) en monde chinois, avec des ouvertures sur l’ensemble du monde sinisé, et celle des visites à ces lieux, des itinéraires et des réseaux de sociabilité organisés autour d’eux. L’introduction, signée par Vincent Goossaert, détaille les contours du projet et les sources utilisées, aussi bien historiographiques qu’ethnographiques. Les premières (que la plupart des contributions privilégient) font ressortir l’extrême ancienneté des lieux saints et l’évolution des cultes adressés à des animaux, des immortels, des saints locaux. Au fil du temps, une géographie sacrée s’est développée, répertoriant les lieux nodaux qui structurent le territoire religieux. Cette entreprise cartographique est conjuguée avec l’essor des centres monastiques, tant taoïstes que bouddhiques, qui aménagent et étendent fortement le bâti et les récits associés aux lieux sacrés. Les montagnes, notamment, outre leur dimension proprement culturelle, deviennent lieux de révélation et de pratiques ascétiques, tandis que les « lieux paradisiaques » décrits par cette géographie nourrissent l’imaginaire collectif. En sus, le volume s’intéresse au partage et à la transposition réciproque des « marqueurs » taoïstes et bouddhiques autour de ces espaces sacrés.

2Une attention particulière est accordée aux pèlerins et aux moines se rendant dans les sanctuaires. La persistance des pratiques dévotionnelles locales se heurte souvent à l’orthodoxie promue par les adeptes taoïstes et bouddhistes de stricte observance qui fréquentent ces mêmes lieux. En même temps, les deux publics ne peuvent se passer des ressources (économiques, rituelles) offertes par leurs vis-à-vis respectifs, d’où un processus d’accommodation constante. Plus largement, les interactions entre les différents publics et des pèlerins ou moines de provenance variée alimentent des réseaux qui, depuis le centre que constitue une montagne particulièrement prestigieuse, peuvent baliser un immense territoire.

3La première partie du volume s’intéresse essentiellement au concept de lieu saint et aux représentations attachés à ces lieux. Ces dernières sont souvent marquées d’une dimension thanatique : les tombes marquent les lieux sacrés, et leur géographie est aussi celle des cours souterrains qui les traversent. Par ailleurs, les géographies et les cartes religieuses elles-mêmes voyagent, et leur transposition de la Chine au Japon (pour reprendre l’exemple longuement développé par Lai Sih-yu) marque les représentations indigènes des pics sacrés.

4La seconde partie examine les pratiques qui sacralisent un endroit donné tout en reliant différents lieux en un réseau. On remarquera la contribution de Pierre Marsone sur le culte à la montagne sainte des Khitan, un lieu fondateur de la dynastie des Liao. Ses initiateurs ne partagent pas les représentations courantes en monde Han : ils distinguent les lieux proprement funéraires de ceux dédiés à la vénération des fondateurs de la dynastie, et du Ciel et de la Terre. Plusieurs autres centres géographiques font l’objet de contributions précieuses : le Jiangnan, constitué par ses cours fluviaux en un lieu de denses réseaux (Sakai Norifumi) ; le Chaozhou, et l’importance de la technique de l’écriture inspirée dans la constitution des cultes locaux (Shiga Ichiko) ; le rite de passage dans les grottes-matrices au Wutaishan (Isabelle Charleux). Cette dernière contribution et plusieurs autres s’intéressent particulièrement à l’hybridation des cultes et des traditions.

5La dernière partie de l’ouvrage est centrée sur les « itinéraires » – ceux des spécialistes ascétiques et spirituels comme ceux des pèlerins ordinaires. L’étude des hagiographies et des épitaphes ayant pour objet un saint taoïste montre combien est grande l’importance des voyages initiatiques d’une montagne à l’autre. Anne Bouchy consacre une contribution très utile à l’un des parcours religieux les plus importants du Japon, celui de Kumano, avec ses trois montagnes saintes. Des études consacrées aux guides modernes pour pèlerins bouddhistes et aux troupes processionnelles qui animent le parcours de certains grands pèlerinages complètent heureusement le panorama (ce dernier thème, traité par Patrice Fava, est richement illustré).

6Le volume présente les (grands) avantages et les (petits) inconvénients du gros volume collectif. Il regorge de matériau précis et précieux ; mais son utilisation est malaisée, et le chercheur ou l’étudiant en sciences religieuses qui n’est pas un spécialiste des religions en monde sinisé aura grand mal à s’y repérer. Cette difficulté d’accès ne doit pas décourager le comparatiste : l’ensemble nourrit la réflexion sur la façon dont représentations et pratiques façonnent une géographie sacrée spécifique, et cela au-delà des dénominations et des aires culturelles considérées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Vermander, « Vincent Goossaert, Masaaki Tsuchiya (dir.), Lieux saints et pèlerinages. La tradition taoïste vivante », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 218-219.

Référence électronique

Benoît Vermander, « Vincent Goossaert, Masaaki Tsuchiya (dir.), Lieux saints et pèlerinages. La tradition taoïste vivante », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73669 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73669

Haut de page

Auteur

Benoît Vermander

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search