Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusFanny Gribenski, Amélie Porret-Du...

Comptes rendus

Fanny Gribenski, Amélie Porret-Dubreuil (dir.), avec la collaboration de Vincent Rollin ,Musiques et pratiques religieuses en France au xixe siècle

Paris, Classiques Garnier, coll. « Musicologie », 2022, 401 p.
Vincent Petit
p. 219-220
Référence(s) :

Fanny Gribenski, Amélie Porret-Dubreuil (dir.), avec la collaboration de Vincent Rollin ,Musiques et pratiques religieuses en France au xixe siècle, Paris, Classiques Garnier, coll. « Musicologie », 2022, 401 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, fort bien fait, est le résultat d’un colloque qui s’est tenu les 20 et 21 mars 2014, lui-même issu de la rencontre en 2012 des coordinateurs du volume alors qu’ils étaient doctorants en musicologie. Comme ils l’expliquent dans l’introduction, leur objectif était d’entamer des discussions entre spécialistes de musicologie et d’histoire religieuse, et plus précisément de travailler au chantier historiographique et musicologique délaissé qu’est la musique d’église au xixe siècle.

2Le livre, composé de douze contributions réparties en trois thématiques, vaut à la fois pour le bilan qu’il dresse et les pistes de recherche qu’il ouvre. Dans les questionnements que sa lecture suscite, insistons sur quelques apports utiles à l’histoire culturelle. Si l’historiographie a privilégié jusqu’à présent le point de vue des musiciens, et même des théoriciens, elle néglige encore trop les prescripteurs, les praticiens, les producteurs et les consommateurs – qu’on excuse ce vocabulaire économiste – d’autant plus que l’analyse des répertoires musicaux et des prescriptions canoniques se déploie sur plusieurs échelles : romaine, nationale, diocésaine, locale, sans compter les pratiques musicales propres aux communautés monastiques et aux établissements scolaires. Cela justifie de chercher dans les archives ecclésiastiques – comme la bibliothèque musicale de la psallette du Mans (p. 97-140) ou les archives monastiques (p. 305-324).

3L’état de la musique interprétée dans les sanctuaires au sortir de la décennie révolutionnaire dépend des conditions dans lesquelles l’exercice du culte avait repris à la faveur de la loi de 1795. Sur le plan musical, la reconstruction concordataire passe par une série d’expérimentations, de récupérations et de continuités. La messe royale de Dumont publiée pour la première fois en 1669 et arrangée pour trois voix d’hommes en 1865 (p. 21-39) devient la pièce maîtresse du répertoire catholique concordataire. La restauration du culte public et le retour des pèlerinages et processions impliquent l’édition de recueils adaptés aux besoins et aux ressources des paroisses. Ainsi sont reprises des pratiques polyphoniques traditionnelles, comme le contrepoint à trois voix (p. 41-59), ou des cantiques, y compris en langues régionales (p. 61-96). Par reprises, il faut entendre réemplois, réaffectations, reconversions ou arrangements. Les airs d’hymnes politiques ou révolutionnaires servent pour les cantiques, mais l’inverse est vrai aussi. Les œuvres des compositeurs sont réutilisées – un Stabat mater devenu messe de requiem ou le célébrissime Minuit, chrétiens transformé en Pie Jesu. Aux obsèques de Jacques Offenbach, la messe funèbre est ornée de quelques-uns des airs lyriques dont il est l’auteur. La musique religieuse s’adapte aux occasions pour laquelle elle est interprétée : cérémonies funèbres (p. 175-205), cérémonies patriotiques et militaires, missions… Elle répond à une demande sociale de la bourgeoisie urbaine ou des classes populaires, ce qui explique qu’elle sorte des sanctuaires : elle investit ainsi les concerts et les établissements d’enseignement et de formation (p. 229-247). Elle s’inscrit dans des formes de dévotion nouvelles, plus libres, plus sensibles, qui connaissent un grand succès comme les exercices du mois de Marie mis en musique (p. 143-173). Il faut aussi compter avec l’usage d’un langage musical religieux par d’autres formes de spiritualité – et en premier lieu, l’art conçu comme religion (p. 207-225).

4Les conflits entre musique sacrée et musique profane, les débats sur ce que doit être la vraie musique religieuse, les jugements négatifs sur un répertoire parfois considéré facile et léger relèvent d’une lutte des classes interne au catholicisme, dans lequel domine l’esthétique dictée par une élite : musicographes, experts et techniciens (p. 249-273) ou militants des comités catholiques (p. 275-303). La musique religieuse est indissociable d’une autorité, qu’elle soit académique ou ecclésiastique, qui cherche à appliquer un processus d’unification et de centralisation dont l’imposition de la prononciation du latin à la romaine est emblématique (p. 325-358).

5On mesure tout le profit qu’on tirera d’une telle lecture. Reste un sujet obscur, négligé par les musicologues et les historiens, au cœur des relations entre musiques et pratiques religieuses du xixe siècle : celui des connaissances musicales dont dispose le clergé ordinaire. Un point qui interroge la formation initiale des prêtres dans les petits et grands séminaires, leur éventuelle formation continue tout au long de leur carrière, leur culture personnelle ou familiale, leur fréquentation des lieux de concert et leurs rapports avec les sociétés musicales de leur paroisse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Petit, « Fanny Gribenski, Amélie Porret-Dubreuil (dir.), avec la collaboration de Vincent Rollin ,Musiques et pratiques religieuses en France au xixe siècle », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 219-220.

Référence électronique

Vincent Petit, « Fanny Gribenski, Amélie Porret-Dubreuil (dir.), avec la collaboration de Vincent Rollin ,Musiques et pratiques religieuses en France au xixe siècle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73676

Haut de page

Auteur

Vincent Petit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search