Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusMarco Guglielmi, The Romanian Ort...

Comptes rendus

Marco Guglielmi, The Romanian Orthodox Diaspora in Italy. Eastern Orthodoxy in a Western European Country

Cham, Palgrave Macmillan, 2022, 170 p.
Maria Chiara Giorda
p. 220-221
Référence(s) :

Marco Guglielmi, The Romanian Orthodox Diaspora in Italy. Eastern Orthodoxy in a Western European Country, Cham, Palgrave Macmillan, 2022, 170 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Marco Guglielmi résulte d’une précieuse recherche sociologique sur la présence orthodoxe en Italie, dans le cadre des études qui, ces dernières années, ont abordé et fourni des résultats sur l’histoire des Églises chrétiennes orthodoxes en Europe occidentale. Il s’agit d’une majorité au sein du groupe multiforme des minorités religieuses qui, au cours des dernières décennies, ont caractérisé une société dite « super-diversifiée » également en ce qui concerne la donnée religieuse.

2Le panorama européen est étudié à travers le prisme de lecture italien : de solides arguments font de ce pays un cas exemplaire pour traiter de l’histoire et de la sociologie de l’immigration orthodoxe. L’Italie a été – et est encore – une terre privilégiée de flux d’entrée de femmes et d’hommes, provenant en particulier d’états où l’orthodoxie est la religion la plus répandue, et représente de plus aujourd’hui le lieu d’arrivée de la plus grande diaspora roumaine au monde. À cet égard, l’auteur réussit à restituer de manière experte la relation complexe entre la donnée confessionnelle et la donnée sociale de la migration, en mettant en évidence la double condition de minorité et, liée à celle-ci, la dynamique habituelle de la discrimination. Les résultats de ce risque discriminatoire peuvent remettre en question et remodeler des pratiques religieuses, culturelles et sociales qui, en terre de migration, aident à la survie du groupe lui-même. Une protection qui s’exprime néanmoins non pas en termes de fermeture et d’enclavement du groupe, mais en termes de maintien de liens protecteurs à l’intérieur du groupe, et à l’extérieur, notamment dans les relations avec la mère patrie et avec le contexte orthodoxe international.

3À cet égard, il faut reconnaître l’efficacité de la façon dont Guglielmi parle de diaspora : non pas tant parce qu’un substantif qui se rapporte à la présence involontaire ailleurs que dans sa géographie d’origine est approprié, mais en raison du contexte étendu et global qu’un tel concept suggère. En ce sens, la diaspora orthodoxe en Italie est en relation si étroite avec d’autres qu’elle peut être considérée comme une diaspora à la fois internationale et régionale ou, pour utiliser une expression féconde, une diaspora glocale. Guglielmi se focalise en particulier sur l’Église orthodoxe roumaine, centre de son étude. Avec des implications culturelles, religieuses, mais aussi sociales, politiques et économiques, toujours dans un processus continu d’adaptation, de changement et d’innovation, elle dialogue avec les autres composantes de l’orthodoxie et demeure influencée par les institutions religieuses orthodoxes et non orthodoxes.

4Un autre fait apparaît également très clairement, la nécessité de l’intersection cruciale entre les stratégies descendantes et les dynamiques ascendantes : sur cette paire, et en évitant les polarisations stériles, l’étude de Guglielmi traite du positionnement des personnes de la communauté et des autorités dans leur interaction continue.

5Afin de donner une idée de la structure, basée sur une recherche sociologique solide, parfaitement encadrée dans un contexte international de chercheurs de haut niveau qui ont mené des recherches sur les minorités religieuses et sur la dimension transnationale du phénomène, le premier chapitre met l’accent sur les aspects culturels de l’orthodoxie chrétienne en Italie et en particulier de l’Église orthodoxe roumaine, à la lumière d’une relation réciproque entre les diasporas orthodoxes d’Italie et celles d’Europe occidentale : des agents actifs par rapport aux changements socioculturels et politiques. Le deuxième chapitre propose un excursus historique sur l’orthodoxie orientale italienne. Il examine certains des modèles migratoires et religieux, en se penchant sur les modalités de « création de lieu » des minorités religieuses. Le troisième chapitre analyse les activités religieuses et sociales ainsi que l’enracinement des paroisses orthodoxes roumaines à travers des relations hybrides et la création de nouveaux modèles agrégatifs. Le quatrième chapitre se concentre sur les liens multiples entre l’Italie et la Roumanie à travers les formes transnationales de la pratique religieuse des immigrants, ce qui révèle une valorisation par l’Église de la glocalisation de ses diasporas locales en Europe. Enfin, le livre se termine par une exploration des stratégies de l’Église dans la formation d’une identité orthodoxe européenne plus large et du positionnement des diasporas orthodoxes roumaines dans le projet social et politique de l’Union européenne.

6La lecture du volume de Guglielmi offre une avancée théorique au regard des études sur les minorités et les diasporas et du croisement qui s’y joue entre les plans religieux, social et politique. Le livre fournit en outre une mine d’informations utiles, et trace de solides perspectives disciplinaires et méthodologiques qui, bien qu’ancrées dans une tradition que l’auteur maîtrise bien, sont originales et novatrices, au point de tracer des lignes directrices pour d’autres voies de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Chiara Giorda, « Marco Guglielmi, The Romanian Orthodox Diaspora in Italy. Eastern Orthodoxy in a Western European Country », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 220-221.

Référence électronique

Maria Chiara Giorda, « Marco Guglielmi, The Romanian Orthodox Diaspora in Italy. Eastern Orthodoxy in a Western European Country », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73693 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73693

Haut de page

Auteur

Maria Chiara Giorda

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search