Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusLaurent Jalabert, Julien Léonard ...

Comptes rendus

Laurent Jalabert, Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine, xvie-xxie siècle

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », 2019, 720 p.
Laurent Bourquin
p. 221-223
Référence(s) :

Laurent Jalabert, Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine, xvie-xxie siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », 2019, 720 p.

Texte intégral

1Historiquement, la Lorraine n’est pas une terre d’élection du protestantisme. À l’apogée de sa diffusion lors du second tiers du xvie siècle, le duché fait déjà partie de la « dorsale catholique », cette vaste région qui s’étend de l’Italie du Nord aux Pays-Bas espagnols, où le luthéranisme puis le calvinisme ont eu le plus grand mal à s’enraciner. Cette situation « d’extrême minorité » mise en lumière par Yves Krumenacker est, entre autres, ce qui fait le grand intérêt de la démarche de Laurent Jalabert et de Julien Léonard. Ils interrogent ainsi cette faiblesse numérique à la fois pour l’expliquer, mais aussi pour la remettre en perspective – et parfois la nuancer puisqu’elle n’est pas nécessairement synonyme de marginalité. Le résultat de ce travail considérable, mené avec une vingtaine de chercheurs et de chercheuses, est un bel ouvrage qui étudie sur un temps long – cinq siècles – les protestantismes en Lorraine : un pluriel qui répond à la pluralité des confessions réformées, mais aussi à la diversité de leurs situations.

2Au xvie siècle, Metz fait figure de « capitale » pour les protestants lorrains, qui pèsent peut-être pour moitié dans la population urbaine et sont particulièrement nombreux dans la marchandise et la magistrature. Alors que leurs coreligionnaires français subissent diverses persécutions, ils bénéficient, en effet, d’une certaine mansuétude de la part d’Henri II, qui a pris la ville à l’empereur Charles Quint en 1551-1552 avec l’assentiment des princes protestants allemands, et qui ne peut se permettre de froisser ses alliés. Julien Léonard montre ainsi que les réformés messins profitent, par comparaison avec les autres sujets du roi de France, d’une situation plutôt enviable aux marges du royaume, à tel point que leur ville fera longtemps figure de refuge pour les persécutés de la dorsale catholique, jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes. La situation est bien différente dans la noblesse, où le protestantisme n’a pas séduit beaucoup de familles – peut-être 5 à 10 % de l’effectif. Néanmoins, en regardant au-delà de ce chiffre, Hugues Marsat montre que les protestants sont clairement surreprésentés dans les franges supérieures de la noblesse lorraine, où l’on trouve des branches acquises à la Réforme.

3Pourquoi certains ont-ils franchi le pas ? Pourquoi la plupart ne l’ont-ils pas fait ? Comme souvent, il est difficile, voire impossible, de répondre à cette question avec des certitudes fondées sur des sources explicites. Nous en sommes donc, comme dans d’autres régions, réduits à des conjectures. Laurent Jalabert insiste, avec de solides arguments, sur deux facteurs politiques. D’une part, le duc Charles III, pourtant « adepte d’un humanisme politique fondé sur le consensus et la paix, érasmien au fond » selon Alain Cullière (p. 330), est resté fidèle à l’Église catholique tout au long de son très long règne (1545-1608) et s’est investi dans les guerres de Religion françaises. D’autre part, les relais administratifs dont il disposait sur son territoire, en particulier ses officiers de justice et de finances, ne sont généralement pas passés à la Réforme. Le mimétisme descendant, qui a pu provoquer ailleurs des conversions en cascade, ne s’est donc pas produit en Lorraine. Ajoutons-y la puissance de la mystique mariale, comme dans la Champagne toute proche, qui a sans doute joué dans le même sens. La Lorraine, carrefour entre l’Empire, la France et les Pays-Bas, a également été sillonnée par des prédicateurs de talent auxquels Stefano Simiz consacre une étude précise, où se dessine l’impact de leurs sermons sur les foules, mais aussi le rôle majeur des processions et l’audience des ouvrages de controverse. Il en conclut toutefois que nous ne devons pas appréhender cette histoire sous un angle exclusivement conflictuel : « Pour de très nombreux catholiques, le voisinage des protestants n’est pas un sujet de lutte permanente, et ne pose guère de difficultés au quotidien, surtout si cette autre famille chrétienne demeure dans son statut minoritaire » (p. 348-349). Un certain consensus social a donc, sans doute, favorisé la coexistence confessionnelle, même si les sources, essentiellement religieuses et judiciaires, nous poussent souvent à surestimer les conflits, voire la haine de l’autre. On peut en dire autant des monuments de la Contre-Réforme analysés par Raphaël Tassin : inspirés du baroque romain, ils fleurissent en Lorraine dans le dernier tiers du xviie siècle, mais ne témoignent pas d’un anti-protestantisme explicite. Leur glorification des saints et des sacrements contribue davantage à une pédagogie catholique qu’à un véritable combat contre l’hérésie.

4La révocation de l’édit de Nantes, en octobre 1685, intervient donc dans une Lorraine où les protestants ne représentent qu’une petite minorité et vivent sans trop de difficultés dans une société massivement catholique. Cette situation ne contribue pas à leur visibilité, y compris dans les sources du xviiie siècle, si ce n’est dans la législation suspicieuse de Léopold (1697-1729). Les directeurs du volume en prennent acte, déplorant à juste titre la rareté des travaux portant sur le protestantisme lorrain au siècle des Lumières et pendant la Révolution.

5De ce fait, il est souvent difficile de construire un pont, dans cette histoire, entre l’Ancien Régime et la période contemporaine : la géographie et la sociologie de la Réforme semblent avoir évolué de manière souterraine, à tel point que les noms des familles ne sont souvent plus les mêmes. En outre, la Révolution et l’Empire jettent les bases d’un nouveau rapport au religieux, permettant au protestantisme lorrain de jouer un rôle sociopolitique sans commune mesure avec ses effectifs anémiques (0,3 % de la population en 1851). Certes, l’épiscopat catholique, une partie du clergé et certains maires, dans la première moitié du xixe siècle, perpétuent les vexations en obligeant les réformés à enterrer les leurs dans des espaces à part, au sein des cimetières municipaux. Cela n’empêche pas les protestants d’acquérir un crédit considérable dans plusieurs secteurs, en particulier l’industrie et le monde politique. Les études de Nicolas Stoskopf et Éric Tisserand reviennent ainsi sur la fondation de nouvelles usines textiles par des familles venues d’Alsace dès la première moitié du xixe siècle, ou par des optants arrivés des régions annexées par l’Allemagne après 1870. Les protestants s’investissent également dans la vie politique lorraine, où ils pèsent bien plus lourd que leurs effectifs dans la société. Jean El Gammal montre qu’ils sont porteurs d’une triple sensibilité : d’abord socialement conservatrice, puis républicaine modérée lors de l’installation de la IIIe République, enfin plus à gauche et dreyfusarde au tournant du siècle. Si les protestants lorrains, comme souvent, n’ont que rarement mis en avant leur identité religieuse dans les débats des xxe et xxie siècles, le livre y revient dans une dernière partie, avec deux études approfondies qui inscrivent la diversité du protestantisme dans une évolution de plus longue durée : l’une sur les anabaptistes-mennonites par Frédéric Schwindt et l’autre sur les évangéliques par Sébastien Fath.

6On l’aura compris, ce gros ouvrage, qui propose à la fois des synthèses thématiques et des analyses plus érudites, est un jalon essentiel pour son sujet. En faisant le point sur nos connaissances actuelles, il montre aussi tout ce qu’il reste à faire, en particulier sur la clandestinité du xviiie siècle et sur les mutations politiques et religieuses de la Révolution française. Enfin, ce livre nous invite à la comparaison, car il donne à voir, sur la longue durée, l’histoire d’une minorité protestante qui bénéficie paradoxalement de son invisibilité pour s’enraciner durablement dans un terreau socioculturel catholique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bourquin, « Laurent Jalabert, Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine, xvie-xxie siècle », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 221-223.

Référence électronique

Laurent Bourquin, « Laurent Jalabert, Julien Léonard (dir.), Les protestantismes en Lorraine, xvie-xxie siècle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73701 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73701

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search