Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusIsabelle Landry-Deron (dir.), L’E...

Comptes rendus

Isabelle Landry-Deron (dir.), L’Europe missionnaire en Chine sous l’empereur Kangxi. Lettres du père jésuite Jean-François Foucquet écrites de Chine à sa famille (1698-1721)

Paris, Collège de France/Institut des hautes études chinoises, coll. « Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises », 2022, 412 p.
Hélène Vu Thanh
p. 225-227
Référence(s) :

Isabelle Landry-Deron (dir.), L’Europe missionnaire en Chine sous l’empereur Kangxi. Lettres du père jésuite Jean-François Foucquet écrites de Chine à sa famille (1698-1721), Paris, Collège de France/Institut des hautes études chinoises, coll. « Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises », 2022, 412 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est l’édition critique des lettres envoyées de Chine à sa famille par le jésuite Jean-François Foucquet entre 1698 et 1721. Entré dans la Compagnie de Jésus en 1681, Jean-François Foucquet se destine très vite à la mission chinoise et part pour la Chine en 1698, parvenant en Asie l’année suivante. Il séjourne dans l’Empire du Milieu pendant plus de vingt ans – aussi bien dans le Fujian et le Jiangxi qu’à la cour de Pékin – avant de le quitter en 1722.

2Lorsque Foucquet parvient en Chine, cela fait plus d’un siècle que la mission jésuite a été fondée par Michele Ruggieri (1543-1607) et Matteo Ricci (1552-1610), les premiers Européens à être autorisés par les autorités chinoises à s’installer de façon pérenne à l’intérieur du pays. Ricci établit les fondements de l’action jésuite en Chine qui repose sur la maîtrise de la langue et l’érudition scientifique. Il adopte également le costume des lettrés dès la fin du xvie siècle. La mission est alors en pleine ascension sous le patronage de la Couronne du Portugal. Les missionnaires se rendant en Chine sont financés par le souverain portugais et doivent donc passer par la voie des Indes orientales. Cependant, des tensions éclatent au sein de la mission jésuite dès le début du xviie siècle autour des termes choisis par Ricci pour désigner Dieu. L’arrivée d’autres ordres religieux amplifie la controverse sur la pratique des rites traditionnels de respect aux ancêtres et le culte d’État rendu à Confucius, obligatoire pour les lettrés. C’est le début de la Querelle des rites dans le contexte à la fois du déclin de la dynastie des Ming, de la lutte du Portugal contre l’Espagne pour retrouver son indépendance et de la création de la Propaganda Fide par le pape Grégoire XV en 1622 pour tenter de reprendre la main sur les missions placées jusque-là sous le patronage des souverains ibériques. L’arrivée de la nouvelle dynastie mandchoue des Qing en 1644 se révèle délicate pour la mission jésuite : outre le problème toujours latent de la Querelle des rites, les effectifs missionnaires n’ont pas été renouvelés et plusieurs jésuites sont déjà âgés. Ceci explique la décision française de nommer en Chine des évêques capables d’ordonner un clergé local, à même de prendre le relais des missionnaires pour l’évangélisation du pays. Ce projet rencontre un écho favorable auprès de la Société des Missions étrangères de Paris, fondée en 1658, et reçoit l’appui de Richelieu et Mazarin qui y voient un moyen d’installer la présence française en Asie orientale. L’instauration des vicariats apostoliques est approuvée par la Propaganda Fide et trois évêques français sont envoyés en Asie, ce qui remet en cause le patronage portugais.

3La mission jésuite française en Chine, à laquelle appartient Foucquet, débute en 1685 avec l’envoi par Louis XIV des « Mathématiciens du roi » qui parviennent en 1688 en Chine où leur expertise scientifique est particulièrement prisée sous le règne de Kangxi (r. 1661-1722). En 1700, la mission jésuite française se sépare de la vice-province jésuite sous patronage portugais au nom des libertés de l’Église gallicane, même si cette prise d’autonomie ne coupe pas tous les liens hiérarchiques. Les jésuites français sont membres de l’Académie des sciences, très intéressée par les travaux d’astronomie que les missionnaires peuvent réaliser en Chine. La chrétienté connaît alors un moment d’espoir avec l’édit promulgué en 1692 par l’empereur en faveur de la religion chrétienne ; à la mort de Kangxi, elle compte 300 000 membres selon Foucquet. Néanmoins, les dérapages de la Querelle des rites au tournant du xviiie siècle altèrent rapidement les bonnes dispositions de Kangxi et le christianisme est prohibé sous son successeur Yongzheng (r. 1722-1735). La correspondance de Foucquet se fait l’écho de ce climat bien particulier et participe à la circulation des informations sur la Chine auprès d’un public européen particulièrement friand des nouvelles en provenance d’Asie. Les missionnaires sont alors les observateurs uniques de la situation en Chine et, à ce titre, disposent du monopole de l’information sur le monde chinois. Une partie des lettres des jésuites, dont certaines de Foucquet, sont rendues publiques par la publication des Lettres édifiantes et curieuses au xviiie siècle.

4Les lettres éditées dans cet ouvrage présentent cependant un certain nombre de particularités par rapport à celles publiées en direction d’un large public, car elles sont issues d’un fonds privé, le fonds Sermizelles, du nom d’un membre de la famille de Foucquet. Ce fonds rassemble 158 lettres écrites par Foucquet à sa famille entre 1692 et 1740. Ne sont éditées ici que les trente-sept lettres écrites de Chine et adressées à trois membres de la famille du jésuite : sa mère, sa sœur et son beau-frère. Le fonds Sermizelles est tout à fait exceptionnel, car il est rare pour les missions de disposer d’un fonds de correspondance privé, qui plus est préservé par la famille du scripteur depuis le xviiie siècle sans avoir subi d’altération majeure ni d’interruption. Certaines des lettres adressées par Foucquet à sa famille ont également fait l’objet d’une publication dans les Lettres édifiantes et curieuses, mais avec des modifications. Ces lettres, parfois accompagnées de divers documents comme le plan de la mission à Pékin ou la traduction et le commentaire du testament de Kangxi, circulent plus largement dans le cercle familial, tout autant dans un souci d’édification que pour répondre à la curiosité des proches sur la Chine. En effet, dans ses lettres, Foucquet décrit le pays, ses coutumes, sa culture tout autant qu’il fait part de ses propres succès, mais aussi des soucis et difficultés rencontrées tout au long de son séjour. Il se fait également l’écho de la Querelle des rites qui agite la mission chinoise. Les lettres offrent ainsi une plongée dans la vie quotidienne d’un missionnaire envoyé d’abord à la campagne puis séjournant à la cour. Elles se distinguent par le ton, souvent plein de sollicitude et d’affection à l’égard des membres de sa famille ; par les plaintes nombreuses sur les difficultés de communication qui empêchent Foucquet d’avoir des nouvelles régulières d’Europe, ce qui fait qu’il apprend le décès de sa sœur avec plusieurs années de retard ; par les nombreuses références aux biens en provenance de Chine (tissus, porcelaine, thé, etc.) que Foucquet adresse aux membres de sa famille, témoignant de la circulation des objets asiatiques en Europe par des circuits moins officiels  ; par les demandes régulières faites par Foucquet à sa sœur et à son beau-frère pour toucher la pension qui lui est due en France et qui doit être envoyée en Chine. À ce titre, cette correspondance privée apporte un éclairage complémentaire bienvenu par rapport à la correspondance officielle, adressée notamment aux supérieurs de la Compagnie de Jésus, et elle fournit des renseignements sur l’aide matérielle que les familles continuent d’apporter aux missionnaires, contribuant ainsi à la survie de la mission.

5La présente édition se distingue par un appareil critique fourni. La première partie, rédigée principalement par Isabelle Landry-Deron et Jean-Marie de Bourgoing, permet, d’une part, de restituer le contexte de la mission chinoise dans lequel s’inscrit l’action et la correspondance de Foucquet en Chine pour mieux en cerner les principaux enjeux. D’autre part, une présentation du fonds Sermizelles et du milieu familial du jésuite permet de comprendre les particularités des lettres éditées. La deuxième partie de l’appareil critique revient sur certains aspects de l’action de Foucquet en Chine et sur les controverses qui agitent alors la mission chinoise et auxquelles Foucquet participe. Catherine Jami évoque ainsi la solide culture scientifique du jésuite et les ouvrages d’astronomie et de mathématiques qu’il rédige pendant son séjour à Pékin afin de rendre les jésuites indispensables auprès de l’empereur et d’assurer la survie de la mission. Pierre-Antoine Fabre, parfois en collaboration avec Jean-Marie de Bourgoing, revient sur le dossier de la Querelle des rites et sur la participation de Foucquet au débat, dans lequel il prend position pour le figurisme. La fin de carrière de Foucquet, après son retour en Europe, est également retracée. Des annexes (bibliographie, index, chronologie, description du fonds Sermizelles) complètent l’ouvrage.

6Cette édition soignée sera utile pour tous ceux qui s’intéressent à la mission chinoise et plus généralement aux échanges scientifiques, culturels et intellectuels entre Europe et Asie au xviiie siècle. Comme le fait remarquer Pierre-Antoine Fabre (p. 334), la correspondance de Foucquet est également riche de renseignements sur la société française et sur le climat religieux de l’époque. On peut regretter que le fonds Sermizelles n’ait pas fait l’objet d’une édition complète, mais ce n’était pas là l’objectif de cet ouvrage. Bien que certains chapitres de la deuxième partie de l’appareil critique manquent d’un développement approfondi, l’objectif de l’ouvrage était avant tout d’ouvrir des pistes de réflexion, que ce soit sur le dossier du figurisme ou encore sur la sociologie religieuse de la famille Foucquet. On ne peut qu’espérer que ce beau travail d’édition sera complété et que la correspondance de Foucquet fera l’objet d’une analyse plus détaillée dans les prochaines années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Vu Thanh, « Isabelle Landry-Deron (dir.), L’Europe missionnaire en Chine sous l’empereur Kangxi. Lettres du père jésuite Jean-François Foucquet écrites de Chine à sa famille (1698-1721) », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 225-227.

Référence électronique

Hélène Vu Thanh, « Isabelle Landry-Deron (dir.), L’Europe missionnaire en Chine sous l’empereur Kangxi. Lettres du père jésuite Jean-François Foucquet écrites de Chine à sa famille (1698-1721) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73729

Haut de page

Auteur

Hélène Vu Thanh

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search