Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusLaurie Larvent, Espérances ouvriè...

Comptes rendus

Laurie Larvent, Espérances ouvrières. Élie Larvent ouvrier, prédicateur, écrivain

Arras, Artois Presses Université, coll. « Études des faits religieux », 2022, 205 p.
Denis Andro
p. 227-228
Référence(s) :

Laurie Larvent, Espérances ouvrières. Élie Larvent ouvrier, prédicateur, écrivain, Arras, Artois Presses Université, coll. « Études des faits religieux », 2022, 205 p.

Texte intégral

1C’est un beau livre que Laurie Larvent consacre ici à son grand-père Élie Larvent (1882-1954), mineur de huit à dix-huit ans puis ouvrier fraiseur à Denain, importante ville minière et industrielle jusqu’à la fermeture d’Usinor. L’approche, originale, relève à la fois de la sociologie des religions et de l’histoire ouvrière.

2Le récit retrace avec minutie la vie dans les corons : les achats à la coopérative La Fraternelle, les élevages de lapins, seul apport de viande, les marques de bière alors en vente (dont une « Familistère »). Appartenant par ses parents à l’important groupe protestant baptiste local, Élie Larvent rejoint dans sa jeunesse, comme la moitié des fidèles, les Étudiants de la Bible, mouvement fondé dans les années 1880 aux États-Unis par Charles Taze Russell (1852-1916). La doctrine, au millénarisme marqué, promet de rejoindre pour mille ans, par le Haut Appel réservé à 144 000 élus, le règne du Christ. Le mouvement s’appuie sur une propagande moderne avec la société Watch Tower Bible and Tract Society, qui produit notamment en 1914 le film le Photo-drame de la Création. Il s’implante en Belgique puis dans le Nord-Pas-de-Calais, essentiellement chez des mineurs et des ouvriers. Une nouvelle terminologie se développe de pair : l’église est une « ecclésia », le culte une « réunion », le sermon un « sujet ». Il n’y a pas de pasteur : le culte est dirigé par un « ancien », élu chaque année à main levée. Sont mises en place des « études béréennes » (du nom d’une ville de la Bible où les apôtres formulaient questions et réponses), sorte de formation biblique. Les Étudiants de la Bible sont la matrice de nombreux schismes. Le plus connu, formalisé en 1931sous la direction de Joseph Franklin Rutherford (1869-1942), reste les Témoins de Jéhovah ; un autre est, en 1916, les Amis de l’Homme du Suisse Alexandre Freytag (1870-1947) (qui ont fait dans les années 1930 une « station d’essai » dans le Vaucluse).

3Élie Larvent, lui, fidèle au russellisme, devient un « ancien » et le prédicateur itinérant d’un nouveau mouvement lui aussi issu des Étudiants de la Bible : le Mouvement missionnaire intérieur laïque (MMIL) fondé en 1920 par le juif américain converti au christianisme Paul S. L. Johnson (1873-1950). Denain en est un foyer important, des groupes étant également créés chez les mineurs polonais du Nord. De part et d’autre de la frontière, le MMIL atteint 400 membres. Une particularité de cette secte (au sens sociologique s’entend) est, en liaison avec son millénarisme, son sionisme religieux. Parmi les points de doctrine, il existe plusieurs classes spirituelles : l’élite du Petit Troupeau et les 144 000 qui se transformeront « en un clin d’œil » en des créatures spirituelles ; la Grande Foule de ceux qui ont « perdu la Couronne ». Avec la mort de Johnson en 1950, le Petit Troupeau est supposé complet, Élie Larvent n’en fera donc pas partie. Il n’est pas pour autant dépité, et ne rejoint pas les nouvelles scissions qui proclament que le Petit Troupeau reste ouvert. C’est un opposant farouche aux Témoins de Jéhovah, qui sont aussi présents à Denain, et aux spirites. Pourquoi des centaines de mineurs, d’ouvriers, se sont-ils affiliés à ces groupes ? La question est esquissée par Laurie Larvent, évoquant l’espérance d’un monde « débarrassé du mensonge, de la maladie, de la mort » (p. 24), d’« un monde égalitaire qui ne serait pas le résultat d’une lutte entre la bourgeoisie et le prolétariat, mais de l’instauration du règne millénaire du Christ » (Ibid.). La figure d’Élie Larvent n’est pas réductible à celle d’un doctrinaire religieux : il est amateur d’opéra et auteur, en rouchi (une variété de picard) de littérature prolétarienne, même s’il n’est pas lié à ce courant. Plusieurs centaines de Denaisiens suivront à sa mort le convoi funèbre hippomobile, qui passa par la rue Charles Fourier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Andro, « Laurie Larvent, Espérances ouvrières. Élie Larvent ouvrier, prédicateur, écrivain », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 227-228.

Référence électronique

Denis Andro, « Laurie Larvent, Espérances ouvrières. Élie Larvent ouvrier, prédicateur, écrivain », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73733 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73733

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search