Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusRobin Le Poidevin, Ne pas croire....

Comptes rendus

Robin Le Poidevin, Ne pas croire. Essai sur l’agnosticisme

Traduit de l’anglais par A. Dang Van, S. Dunand, M. Mulcey et al., Paris, Eliott Éditions, coll. « La part des choses », 2022, 158 p.
Yann Schmitt
p. 228-229
Référence(s) :

Robin Le Poidevin, Ne pas croire. Essai sur l’agnosticisme, traduit de l’anglais par A. Dang Van, S. Dunand, M. Mulcey et al., Paris, Eliott Éditions, coll. « La part des choses », 2022, 158 p.

Texte intégral

1Pour que l’agnosticisme religieux soit pensé philosophiquement, il faut commencer par le caractériser à travers une définition, un contexte généalogique et une comparaison avec la croyance religieuse et l’athéisme. Ce n’est qu’ensuite que cette attitude ou cet état d’esprit agnostique peut être évalué quant à sa rationalité, sa possible place dans l’existence et sa valeur. Professeur de métaphysique à l’Université de Leeds, Robin Le Poidevin réussit le tour de force d’aborder l’ensemble de ces thèmes en un court livre plutôt accessible.

2Comme l’indique le titre français choisi pour la traduction de cet ouvrage, l’agnosticisme consiste fondamentalement à ne pas croire en un double sens : ne pas croire que Dieu existe, mais aussi ne pas croire qu’il n’existe pas. Croire s’entend ici au sens d’un état ou d’une disposition consistant à tenir pour vrai un contenu de pensée ; pour l’agnosticisme religieux, ce contenu est soit religieux, soit athée. Il existe une version faible de l’agnosticisme qui est un aveu d’ignorance de fait et une version forte qui estime qu’il n’est pas possible de croire en un sens ou un autre, parce que les données disponibles ne suffiront jamais à faire pencher la balance en faveur ou en défaveur de l’existence de Dieu. Cette caractérisation conceptuelle est ensuite rapportée à une histoire de l’agnosticisme qui permet de souligner que le scepticisme antique est d’abord une méthode pour produire des doutes en mettant en regard des raisons positives et négatives tandis que l’agnosticisme est l’état d’esprit qui résulte de cette méthode.

3L’agnosticisme peut être contesté sur deux fronts : par les croyants comme par les athées. Or, l’auteur montre que ce n’est pas sur le terrain de l’argumentation qu’une décision peut être prise puisque nous faisons face à une forme d’ambiguïté du monde pouvant être associée aussi bien avec l’existence qu’avec l’inexistence d’un Dieu. À cette occasion, sont examinées les différentes raisons de croire comme l’existence d’un ordre et de lois dans l’univers, l’existence d’êtres intelligents et conscients ou celle de la conscience morale. Si la cosmologie et les théories de l’évolution peuvent être rendues compatibles avec l’athéisme, des théories théistes subtiles – par opposition à des créationnistes qui le sont moins – peuvent montrer que leurs croyances religieuses ne sont pas toutes remises en question par le développement des connaissances scientifiques. De même, les expériences religieuses peuvent se comprendre comme une forme d’expérience de Dieu ou comme une illusion. Le match nul entre une conception du monde où règnent des mécanismes aveugles et une conception religieuse plus enchantée n’est pas, pour l’auteur, une facilité, mais bien le résultat d’un examen scrupuleux des raisons théoriques proposées en faveur des croyances religieuses et athées.

4Une telle approche pourra surprendre le lectorat francophone peu au fait de la philosophie analytique de la religion qui a connu d’importants développements depuis au moins cinquante ans. Le chapitre 5 permet de comprendre comment la question de la crédibilité occupe une place centrale dans ce type de réflexion puisqu’il constitue une forme d’introduction à l’épistémologie des croyances religieuses. Il se conclut par la présentation de la pensée de William James : quand l’urgence de la vie l’impose, il est rationnel de choisir à partir de sa vie émotionnelle et affective même si les données ou les arguments ne permettent pas de sortir du doute.

5Les deux derniers chapitres de l’ouvrage portent ainsi sur la dimension pratique de l’agnosticisme. L’auteur y défend une position originale : le fictionnalisme religieux. Si l’agnosticisme nait de l’égal poids des raisons théoriques en faveur de l’existence et de l’inexistence de Dieu, il n’implique pas nécessairement une vie athée. L’agnosticisme est compatible avec l’athéisme pratique comme avec la vie religieuse d’un agnostique dès lors qu’il se rapporte aux textes et discours religieux en les considérant comme des fictions. Ce rapprochement avec les fictions n’a rien d’un affaiblissement, car les réponses émotionnelles, cognitives et pratiques aux fictions peuvent être très sérieuses, voire indispensables pour affronter la condition humaine et ses vicissitudes. L’agnostique ne dit pas que les religions ne sont que l’œuvre de l’imagination ou qu’elles ne peuvent être vraies par aucun de leurs aspects. S’il l’affirmait, il deviendrait athée au sens où il croirait que Dieu n’existe pas. L’agnostique peut réellement et authentiquement s’engager dans une vie religieuse en utilisant son discours comme une fiction sérieuse et même vitale, tout en ne sachant pas si ce discours n’est qu’une fiction puisqu’il est possible que Dieu existe et que certains énoncés soient, d’une manière ou d’une autre, vrais ou proches de la vérité. Cette compatibilité de l’agnosticisme avec la vie religieuse tout comme avec la vie athée montre ainsi la valeur de cette attitude qui apprend à assumer son ignorance lors de l’examen des arguments et des modes de vie religieuse ou athée.

6Cette position originale associant l’agnosticisme et le fictionnalisme pose au moins deux questions. D’une part, un fictionnalisme complet est-il possible ? Il semble que pour pouvoir s’engager durablement dans une pratique religieuse relative à des textes, une tradition et des pratiques régulées, un minimum d’adhésion à des contenus soit nécessaire et que tout le discours religieux ne puisse être fictionnalisé. D’autre part, l’auteur ne devrait-il pas aussi défendre qu’il existe une forme de nécessité d’adopter une vie religieuse pour justifier l’engagement de l’agnostique adoptant un usage fictionnel et sérieux d’une religion ? Qu’il soit possible d’être agnostique et religieux peut être défendu, mais puisqu’il est possible d’être agnostique et athée, les raisons d’être religieux devraient être renforcées tandis que l’auteur ne montre que certains avantages à donner une tournure religieuse à sa vie. En effet, rien ne dit que la vie bonne d’un agnostique ne soit pas mieux réalisée sans religion. Quoi qu’il en soit des questions que l’on peut se poser à la fin de cet ouvrage, il offre un beau parcours clair et stimulant sur les forces de l’agnosticisme religieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Schmitt, « Robin Le Poidevin, Ne pas croire. Essai sur l’agnosticisme », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 228-229.

Référence électronique

Yann Schmitt, « Robin Le Poidevin, Ne pas croire. Essai sur l’agnosticisme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73744 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73744

Haut de page

Auteur

Yann Schmitt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search