Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusDmitri Levitin, The Kingdom of Da...

Comptes rendus

Dmitri Levitin, The Kingdom of Darkness. Bayle, Newton, and the Emancipation of the European Mind from Philosophy

Cambridge, Cambridge University Press, 2022, 966 p.
Andy Serin
p. 231-232
Référence(s) :

Dmitri Levitin, The Kingdom of Darkness. Bayle, Newton, and the Emancipation of the European Mind from Philosophy, Cambridge, Cambridge University Press, 2022, 966 p.

Texte intégral

1L’histoire intellectuelle de la modernité a pu être conçue sous le prisme téléologique du progrès de l’esprit vers les « lumières de la philosophie » qui s’accompliraient alors magnifiquement dans la « philosophie des Lumières ». Dmitri Levitin entend ici dissiper un tel leurre historiographique et pluriséculaire qu’on retrouve aussi bien chez d’Alembert que chez Ernst Cassirer ou encore Paul Hazard. Une étude textuelle de l’histoire des reconfigurations disciplinaires autour du dernier xviie siècle permet d’établir que la philosophie n’a pas tant été le vecteur d’émancipation que l’obstacle épistémologique à lever. Du moins, faut-il préciser, une conception et une pratique de la philosophie qui avait jusqu’alors prédominé : la philosophie spéculative, c’est-à-dire une certaine discipline institutionnalisée comprenant la métaphysique, la philosophie naturelle et la logique qui en constitue la propédeutique. Mais au-delà du déclin de la philosophie spéculative, il est foncièrement question de l’histoire des mutations du savoir, c’est-à-dire de l’idéal du savoir tel qu’il est pensé dans son essence et ses buts légitimes. La structure de production du savoir s’analyse ici au niveau des disciplines qui en produisent les idées. C’est pourquoi Dmitri Levitin revendique de faire « une histoire sociale de la philosophie » (préface, p. IX), montrant comment son identité disciplinaire se reconfigure au tournant de 1700, mais aussi de conférer à la première modernité une spécificité historique qui évite de l’incorporer trop hâtivement aux grandes réécritures historiographiques de la modernité. En revanche, il élude la question, si polémique soit-elle, des « Lumières radicales » de Jonathan Israël.

2Comment en est-on venu à s’émanciper de la philosophie spéculative ? Dmitri Levitin se propose de l’étudier à une double échelle. D’abord, sont examinés trois faits structurels ou relevant d’un contexte de long terme : la dé-métaphysicalisation de la philosophie naturelle, la dé-philosophicalisation de la théologie, et la re-conceptualisation de l’esprit humain, notamment païen, au moyen de l’érudition historique et des récits de voyage. Suit l’analyse de deux illustres penseurs pour lesquels la philosophie spéculative est le « royaume des ténèbres » dans lequel a chu l’humanité : Pierre Bayle et Isaac Newton. Pour Bayle, la dé-philosophicalisation de la théologie, c’est l’adhésion à l’occasionalisme comme seule solution face à la logique athée du paganisme ; le constat de l’échec de toute théodicée, tout en justifiant que la doctrine réformée de la prédestination soit la croyance la plus rationnelle que l’on puisse avoir ; enfin l’accusation – mutuelle – de « rationalisme » contre les théologiens rationaux, alors que nul n’est moins rationnel que l’autre, et l’un et l’autre parfaitement d’accord pour séparer la théologie et la philosophie afin de diminuer l’odium theologicum et l’intolérance. Concernant Newton, la dé-métaphysicalisation de la philosophie naturelle, c’est entre autres en demeurer à une science mathématique des propriétés phénoménologiques, sans faire d’hypothèses illégitimes sur l’ontologie des causes. Or, pas plus que le De Gravitatione, le sensorium dei et par la suite le « God of dominium » n’ont de teneur métaphysique chez Newton, bien qu’il puisse en faire un argument de théologie naturelle anticartésien : l’enquête de la nature permet de concevoir un Dieu intelligent au lieu d’un premier principe impersonnel, métaphysique, fruit de la philosophie spéculative cartésienne. Enfin, Levitin revient de façon plus succincte sur le système européen du savoir vers 1700 et au-delà. Mais cette double échelle a l’inconvénient de prolonger considérablement le propos qui atteint quasiment mille pages. Et bien que l’auteur suggère de ne lire que la grande partie qui nous intéresse, sur Bayle et Newton, celle-ci ne prend tout à fait sens qu’au regard de la première partie sur les trois faits structurels.

3Pour Levitin, qui reconnaît une proximité méthodologique avec le contextualisme de Quentin Skinner, il s’agit par là de saisir en quoi Bayle et Newton, dans leur contexte de court terme, au sens du cadre immédiat et polémiquement localisé de leurs écrits, ont contribué à développer ces trois faits structurels, mais dont ils sont toujours en même temps les produits individuels. D’une part, cela requiert de lire tout ce que Bayle et Newton ont écrit et pu lire. D’autre part, l’objet d’étude de la philosophie spéculative n’induit pas de se limiter à l’histoire de la philosophie, mais exige, bien au contraire, de connaître tant l’histoire de la science que l’histoire de la théologie. On peut voir que, à la suite de la critique humaniste de la scolastique, la discipline de la philosophie naturelle a été colonisée par la médecine et la mathématique appliquée, et l’auteur souligne à plusieurs reprises que le mécanisme qui y était en vigueur n’était pas ontologique, mais méthodologique. Ce mécanisme n’est qu’un outil explicatif des phénomènes de la nature et fermement agnostique sur leurs principes métaphysiques. Quant à la discipline de la théologie, celle-ci devient « positive » avec l’apport de la philologie, tandis que la scolastique se trouve à nouveau condamnée pour son excès de rationalisme, lequel est imputé à la confusion de la théologie et de la philosophie. Même l’essor de la scolastique protestante n’est pas tant à mettre au compte d’une rationalisation que d’une organisation de la doctrine à des fins pastorales au cours de la confessionnalisation.

4Mais en définitive, pourquoi le « royaume des ténèbres » ? À l’instar de Thomas Hobbes qui expose dans la quatrième partie du Léviathan la masse d’erreurs et de vices dans laquelle l’humanité a chu et qui menace le gouvernement civil, la philosophie spéculative est cette autre version du « royaume des ténèbres » contre lequel Bayle et Newton n’auraient cessé, chacun de leur côté, de lutter. La formule hobbesienne offre certes une élégante grille de lecture de Bayle et Newton, mais elle aurait pu être davantage explicitée (prologue général, p. 3-4). Hobbes n’avait-il pas identifié quatre causes aux ténèbres de l’esprit humain : la mésinterprétation de l’Écriture, la démonologie païenne, la vaine et fausse philosophie, en particulier celle d’Aristote, et les traditions fabuleuses ? Cependant, il n’en demeure pas moins que Dmitri Levitin livre une étude substantielle et documentée sur l’identité disciplinaire de la philosophie qui se reconfigure au tournant du xviie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andy Serin, « Dmitri Levitin, The Kingdom of Darkness. Bayle, Newton, and the Emancipation of the European Mind from Philosophy », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 231-232.

Référence électronique

Andy Serin, « Dmitri Levitin, The Kingdom of Darkness. Bayle, Newton, and the Emancipation of the European Mind from Philosophy », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73781 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73781

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search