Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusLevi McLaughlin, Sōka Gakkai’s Hu...

Comptes rendus

Levi McLaughlin, Sōka Gakkai’s Human Revolution. The Rise of a Mimetic Nation in Modern Japan

Honolulu, University of Hawai`i Press, 2019, 236 p.
Hugo Trevisan
p. 232-234
Référence(s) :

Levi McLaughlin, Sōka Gakkai’s Human Revolution. The Rise of a Mimetic Nation in Modern Japan, Honolulu, University of Hawai`i Press, 2019, 236 p.

Texte intégral

1L’état de l’art qui ouvre ce premier livre de Levi McLaughlin révèle le caractère novateur et original de son travail. Malgré une littérature abondante sur le mouvement religieux japonais d’inspiration bouddhiste Sōka Gakkai, fondé en 1930, les travaux non partisans – ni critiques ni hagiographiques – sont rares, de même que ceux qui s’appuient sur des enquêtes ethnographiques de première main. Cela tient à la fois à la dimension politique des activités de la Sōka Gakkai (à l’origine du parti conservateur Kōmeitō), et aux pratiques de la recherche sur les « nouveaux mouvements religieux » au Japon, qui évitent l’ethnographie depuis l’attentat commis en 1995 par le groupe Aum Shinrikyō et les réactions négatives envers la recherche en sciences sociales des religions qui l’ont suivi, avec leur lot de démissions et de changements de méthodes et de sujets).

2L’objectif de l’ouvrage est donc de combler ce manque dans la littérature académique en proposant une réponse empirique à la question du succès de la Sōka Gakkai mesuré à l’aune de sa croissance démographique. Cette réponse se condense en une thèse, centrale tout au long de l’ouvrage, selon laquelle la Sōka Gakkai constituerait une sorte de « mimétique » de l’État-nation japonais. Au cours de leur histoire parallèle, elle en aurait reproduit et adopté certaines caractéristiques et attributions, à l’origine de son succès. Cette « métaphore », selon les termes de l’auteur, indique que la « Sōka Gakkai se rend elle-même intelligible et attirante en émulant les institutions, activités et idéologies perpétuées par les entreprises d’État-nation » (p. 19) – l’État-nation étant compris à partir de l’articulation de différents concepts postulés principalement par Louis Althusser, Étienne Balibar et Benedict Anderson. Pour étayer cette affirmation, l’auteur s’appuie sur différentes sources textuelles (ouvrages théologiques ou romans publiés par la Sōka Gakkai, archives de presse, sources secondaires) et sur les données tirées de plusieurs enquêtes ethnographiques menées de 2000 à 2017 dans différentes régions japonaises, ainsi que sur environ deux cents entretiens, dont la majorité date de 2007. Ces données font l’objet d’un traitement thématique, développé sur six chapitres. Le premier retrace brièvement l’histoire de la Sōka Gakkai et en décrit les pratiques religieuses, les croyances et la structure interne, très hiérarchisée et aux forts ancrages locaux. Il en énumère aussi les caractéristiques qui, selon l’auteur, rapprocheraient l’organisation religieuse d’un État moderne – drapeau, hymne, territoire, monnaie, canon textuel, etc. – puis propose une discussion théorique de la « métaphore » de « l’État-nation mimétique ». Le deuxième chapitre expose une histoire plus détaillée de la Sōka Gakkai, articulée autour des biographies de ses présidents successifs et de la mise en parallèle de l’histoire du mouvement avec celle de l’État japonais. Le troisième s’intéresse au « canon littéraire » du groupe (ses nombreux romans, notamment) et à l’éthos qu’il permettait à ses membres de cultiver. Le quatrième évoque ensuite la formation ininterrompue de ce canon et la participation des membres du groupe à cette élaboration, à travers les pratiques d’écriture. Le cinquième est consacré à la place de l’éducation scolaire et des examens (notamment internes) dans la Sōka Gakkai, tandis que le sixième s’attache enfin à décrire la place des femmes dans le groupe et la variété des rôles qu’elles peuvent y jouer.

3Au fil de ces thématiques, l’auteur mobilise utilement le matériau ethnographique pour rendre compte des modalités diverses de l’investissement dans les institutions de la Sōka Gakkai, et compléter ainsi les approches trop souvent textuelles et indirectes qui caractérisent les travaux qui la concernent. Parmi les apports descriptifs principaux de l’ouvrage, on peut notamment compter la mise en lumière des « devoirs » que les membres de la Sōka Gakkai estiment avoir envers l’organisation : attirer de nouveaux membres, susciter des abonnements aux publications de la Sōka Gakkai, etc. À partir de plusieurs récits de vie, l’auteur inscrit pleinement ces « devoirs » dans le quotidien des membres : le cas de Mme Hashimoto est ainsi une exploration réussie des rapports entre engagement individuel, pratique de la prière et enjeux affectifs personnels, notamment dans leur dimension familiale. Au-delà de la question des « devoirs », d’autres longues biographies issues d’entretiens permettent à l’auteur de rendre compte des rapports variés entre trajectoires et investissements personnels. C’est le cas dans le chapitre portant sur l’éducation, où les parcours scolaires des membres sont comparés à leurs « études » au sein de la Sōka Gakkai (par exemple avec la mobilité sociale ascendante de Mme Kanabe par le biais de l’éducation au sein du groupe). Le chapitre sur les femmes montre comment l’engagement dans la Sōka Gakkai et l’appropriation des ressources narratives qu’elle propose permettent à certains membres féminins de surmonter des problèmes familiaux. Le cas de la famille Watanabe, dans ce même chapitre – par ailleurs le plus riche ethnographiquement – offre un aperçu descriptif des imbrications entre agencements particuliers de l’espace domestique (présence et disposition de l’autel), pratiques rituelles quotidiennes, réflexions individuelles et collectives sur les doctrines et recherche d’un équilibre entre vie familiale et engagement religieux, notamment dans un milieu familial « mixte », où certains n’adhèrent pas à la Sōka Gakkai. Ces descriptions fines des situations observées au cours de l’enquête sont un des points forts de ce travail, et ce d’autant plus dans un contexte japonais où, rappelons-le encore, l’enquête ethnographique dans la durée n’a quasiment plus été employée auprès des organisations religieuses perçues comme « nouveaux mouvements religieux » au cours des deux décennies ayant suivi l’« affaire Aum ». Dans cette perspective, la parution du livre de Levi McLaughlin est salutaire et s’inscrit dans un récent retour vers l’ethnographie dans l’étude des religions au Japon.

4Toutefois, le cadre théorique permettant à l’auteur d’exposer son enquête, en particulier la « métaphore » de l’« État-nation mimétique », nous semble problématique. Tout d’abord, parce que parler, à propos de la Sōka Gakkai, de son « territoire », de sa « monnaie » (en réalité des bons d’achat) ou encore de son canon textuel fonctionnant « comme un équivalent de la littérature nationale » nous semble relever d’une surinterprétation. Ensuite, parce que l’auteur s’appuie parfois trop sur sa métaphore, à tel point que c’est – dans ses propres mots – « la métaphore qui explique », au risque de forcer l’interprétation des données. Mais surtout, cette approche métaphorique fait l’économie d’une analyse empirique des enjeux d’autorité et de pouvoir au sein de l’organisation, ainsi que des rapports réels entre ses membres et l’État-nation japonais. En effet, si l’auteur s’intéresse aux proximités entre la Sōka Gakkai et l’État à l’échelle de l’organisation et dans une perspective historique, la façon dont les membres naviguent entre les institutions de la Sōka Gakkai et celles de l’État n’est pas abordée, alors même qu’elle serait nécessaire pour faire la preuve de l’« isomorphisme institutionnel » postulé par l’auteur. Au contraire, la « métaphore » présente le danger de faire accepter telle quelle, sous la forme d’une vérité scientifique, la représentation d’eux-mêmes et de leur organisation que donnent les dirigeants de la Sōka Gakkai, dont l’auteur décrit par ailleurs le souci de la donner à voir comme une totalité cohérente, puissante et organisée. C’est ce même danger que l’on observe dans les nombreuses phrases dont « Sōka Gakkai » est le sujet, révélatrices d’une approche considérant l’organisation elle-même comme ayant sa propre agentivité – un reproche, qui, ironiquement, a parfois été opposé à une sociologie classique de l’État comme entité agissante et homogène.

5De cette représentation, il résulte que l’auteur passe globalement sous silence les relations de pouvoir, d’autorité et de domination au sein de la Sōka Gakkai. Certes, il évoque plusieurs fois les risques d’exclusion, les pratiques d’ostracisation, les injonctions régulières à observer la conformité des pratiques au sein du groupe. Cependant, aucun exemple concret n’en est donné, et l’analyse des interactions où se jouent les relations de pouvoir dans la Sōka Gakkai manque totalement. Cette absence est d’autant plus étonnante que les enjeux politiques de l’activité de la Sōka Gakkai sont présentés par l’auteur comme des aspects centraux de l’organisation, de même que sa structure hiérarchique très élaborée, reposant sur la distinction entre les membres de la direction, les employés plus ou moins haut placés et les membres de base plus ou moins avancés et plus ou moins influents. La « métaphore » permet ainsi une forme d’euphémisme commode pour l’auteur, dont on peut pourtant supposer, à la lecture notamment du dernier chapitre, qu’il a certainement eu l’occasion d’assister à des luttes de pouvoir, à des menaces d’exclusion, à des difficultés dans les relations entre les sections locales et les supervisions locales ou nationales. S’il est tout à fait légitime de la part de l’auteur de ne pas vouloir compromettre de futures enquêtes auprès des membres de l’organisation, il nous semble néanmoins rencontrer là un écueil majeur, qu’une approche plus informée de la sociologie de l’État et des travaux contemporains sur les modalités de l’engagement et de l’autorité dans le champ religieux aurait pu aider à surmonter.

6L’apport théorique est donc limité par le choix d’outils conceptuels à la pertinence heuristique relativement faible et par la reprise trop peu critique du discours des dirigeants de la Sōka Gakkai sur leur propre organisation. Toutefois, cet ouvrage n’en reste pas moins une contribution précieuse dans l’étude ethnographique de la religion au quotidien, en particulier dans un contexte japonais où de tels travaux sont rares.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Trevisan, « Levi McLaughlin, Sōka Gakkai’s Human Revolution. The Rise of a Mimetic Nation in Modern Japan », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 232-234.

Référence électronique

Hugo Trevisan, « Levi McLaughlin, Sōka Gakkai’s Human Revolution. The Rise of a Mimetic Nation in Modern Japan », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73793 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73793

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search