Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusÉdouard Mehl, Christian Trottmann...

Comptes rendus

Édouard Mehl, Christian Trottmann (dir.), Histoire de la fin des temps. Les mutations du discours eschatologique : Moyen Âge, Renaissance, Temps modernes

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Philosophie de la religion », 2022, 493 p.
Yann Schmitt
p. 234-235
Référence(s) :

Édouard Mehl, Christian Trottmann (dir.), Histoire de la fin des temps. Les mutations du discours eschatologique : Moyen Âge, Renaissance, Temps modernes, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Philosophie de la religion », 2022, 493 p.

Texte intégral

1Issu d’un colloque qui s’est tenu en 2019 au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CERS) de Tours, le volume est composé de 19 contributions ayant pour objet l’évolution des discours et représentations de la fin des temps au Moyen Âge tardif et à la Renaissance.

2Si l’Incarnation a traditionnellement été comprise comme le rachat des péchés, une seconde venue du Christ pour la résurrection des morts, leur jugement et l’avènement du Royaume, est tout autant à attendre et espérer selon Paul. Or, cette fin peut s’entendre en deux sens souvent mêlés : le salut individuel post mortem et le règne hors de l’histoire d’une souveraineté divine. Au cours de la Renaissance, le spirituel d’une part, et le politique de l’autre vont progressivement être distingués au sein même du discours eschatologique, préparant ainsi l’avènement de la modernité. Plutôt que d’invoquer une vague sécularisation de l’eschatologie, le volume met en avant l’émergence du xiie au xviie siècle des thèmes utopiques et politiques séparés au fur et à mesure que se renforce la dimension spirituelle et individuelle de l’eschatologie. La finalité de l’ouvrage, rappelée par les deux directeurs en ouverture, est donc de questionner l’interprétation par Carl Schmitt de la modernité politique comme sécularisation au sens d’une continuité plus ou moins déformante entre la théologie chrétienne et la pensée politique moderne. À l’arrière-plan de nombreux chapitres, se trouve ainsi le problème du sens à donner au katekhôn, celui qui, luttant contre le mal, le limite en attendant la seconde venue du Christ.

3La première partie présente les ambivalences de l’eschatologie médiévale. Tout d’abord, y sont étudiées les réflexions de Thomas d’Aquin sur la perpétuité comme image de l’éternité, de Maïmonide sur le retour à la Loi bien plus que sur l’activisme politique, et de Luther (rattaché ici au Moyen Âge) encourageant à la confiance en l’avènement du Christ contre la menace des « Turcs » et du catholicisme. De plus, la fin des temps est à la fois proche et sans cesse repoussée, d’où l’importance du déchiffrement des signes annonçant le moment de la fin et le besoin d’adopter un mode de vie adapté à cette époque d’avant la fin, toujours en position de résistance face à la possible destruction par l’antéchrist. L’activité poétique de Dante est ainsi présentée comme étant en elle-même une de ces formes de résistance au mal. Mais bien sûr, c’est la pensée de Joachim de Flore qui joue un rôle fondamental dans la conception de la sécularisation et dans la promotion de l’utopisme politique. Cependant, à la place de l’interprétation politique habituelle, une lecture plus spirituelle du millénarisme joachimite précédant la seconde venue du Christ est proposée. Elle met en avant le temps de transformation de chaque être humain singulier devant se rendre apte à vivre en communauté selon le modèle du monachisme plutôt que l’essor d’une organisation politique résistant au mal.

4La deuxième partie analyse l’évolution des ambiguïtés du discours eschatologique médiéval. L’écart entre l’eschatologie articulant le destin post mortem de l’âme individuelle et l’événement cosmique de la fin du monde et de l’histoire va grandissant. Plusieurs articles valorisent le développement de l’astronomie rationnelle sans signification eschatologique, préparant ainsi tout autant la conception scientifique du monde qu’une possible eschatologie politique.

5La troisième partie s’attache aux prémices d’une pensée du monde reconfigurée où l’immanence se sépare toujours plus radicalement de tout horizon transcendant. Le dernier chapitre expose la prophétie politique de Campanella. À rebours de l’eschatologie joachimite qui insistait sur la spiritualisation de l’Église, Campanella exhorte l’Église et le pape à jouer un rôle de producteurs de monde, un monde où les humains s’organiseraient pour que dans l’histoire se réalise une sortie du mal. Nous sommes alors au seuil d’une modernité post-chrétienne où la fin de l’histoire advient grâce à un projet politique compris à partir d’un christianisme tout autant rationalisé que politisé.

6Ce stimulant volume offre donc les matériaux nécessaires pour enrichir notre compréhension historique, théologique et philosophique de l’émergence de la modernité comme projet politique. Par ses réflexions, il constitue aussi une entrée dans les polémiques générales sur la sécularisation. Notons pour finir la présence d’utiles études d’histoire de l’art et une iconographie pertinente permettant une prise en compte, certes limitée, des représentations collectives, au-delà des seuls débats les plus intellectuels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Schmitt, « Édouard Mehl, Christian Trottmann (dir.), Histoire de la fin des temps. Les mutations du discours eschatologique : Moyen Âge, Renaissance, Temps modernes », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 234-235.

Référence électronique

Yann Schmitt, « Édouard Mehl, Christian Trottmann (dir.), Histoire de la fin des temps. Les mutations du discours eschatologique : Moyen Âge, Renaissance, Temps modernes », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73806 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73806

Haut de page

Auteur

Yann Schmitt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search