Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusFlorian Michel, Yann Raison du Cl...

Comptes rendus

Florian Michel, Yann Raison du Cleuziou (dir.), À la droite du Père. Les catholiques et les droites de 1945 à nos jours

Paris, Éditions du Seuil, 2022, 784 p.
Étienne Fouilloux
p. 238-239
Référence(s) :

Florian Michel, Yann Raison du Cleuziou (dir.), À la droite du Père. Les catholiques et les droites de 1945 à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 2022, 784 p.

Texte intégral

1Disons-le d’emblée : cet imposant volume bleu (alors que son pendant chez le même éditeur, À la gauche du Christ, était rouge) vaut mieux que le faux procès intenté à René Rémond qui lui sert d’introduction. Partisan d’une évolution des catholiques français vers la gauche depuis 1955, il aurait, de ce fait, évité de travailler et de faire travailler sur les catholiques de droite et serait ainsi responsable du vide historiographique constaté à leur sujet. Les thèses de Jacques Prévotat sur l’Église et l’Action française ou de Véronique Auzépy-Chavagnac sur Jean de Fabrègues, dirigées par René Rémond, s’inscrivent en faux contre le premier grief. Le second ne tient pas plus au vu de son parcours : le bref penchant mendésiste de 1955-1956 n’a pas eu de suite, l’historien veillant à se garder tant sur sa droite que sur sa gauche et se refusant aux prises de position publiques ou autres pétitions. Certes, il a soutenu la réforme Edgar Faure contre la droite universitaire et la réforme conciliaire contre le traditionalisme ecclésial. Si ce réformisme en fait un homme de gauche, celle-ci est assez largement majoritaire en France !

2Plus sérieusement, le volume déroule un parcours chronologique en quatre étapes de 1945 à 2021. Chacun de leurs chapitres, et ce n’est pas le moindre attrait du volume, est suivi d’encarts biographiques sur des personnalités qui se sont particulièrement illustrées dans le domaine traité. Des quatre, c’est la première, 1945-1958, qui nous paraît la plus discutable alors qu’elle a suscité le plus de travaux. Ainsi, apparaît-il curieux de faire du jésuite Gaston Fessard ou de Mgr Alfred Ancel des parangons d’anticommunisme, plutôt que des proches du mouvement « Paix et Liberté », comme Alain Griotteray par exemple. Au moment où elles paraissent, les brochures de l’évêque auxiliaire de Lyon sont jugées trop complaisantes envers l’adversaire par Mgr Ottaviani, assesseur du Saint-Office. L’anticommunisme catholique ne saurait se résumer à ces deux fortes personnalités (chapitre 2) ! On cherche en vain, dans le chapitre 4 sur les relations internationales au temps de la « guerre froide », des informations sur la politique coloniale du Mouvement républicain populaire (MRP) ou sur sa lutte contre le gouvernement Mendès France à propos de la Communauté européenne de défense. En revanche, les trois autres parties (1958-1974, 1974-1997, 1997-2021) comportent nombre d’excellents développements, sur les catholiques et le gaullisme (chapitre 6), les origines du traditionalisme (chapitre 7), la révolte scolaire de 1984 (chapitre 11) ou la Manif pour tous (chapitre 13).

3Quelle que soit la valeur de ses divers éléments, l’ensemble peine à résoudre deux questions qui ont dû se poser à chacun des auteurs. Comment faire apparaître ces paroissiens du dimanche ou ces catholiques saisonniers, qui ne sont affiliés à aucune organisation politique ou religieuse, mais qui votent invariablement pour les candidats de droite et du centre selon tous les sondages ? Cette majorité silencieuse ne sort de ses gonds que lorsqu’elle se sent menacée dans son souci de l’ordre social (manifestation gaulliste du 30 juin 1968), de la liberté scolaire (manifestations du printemps 1984) ou d’un certain ordre moral (Manif pour tous). En dehors de ces rares événements, elle est insaisissable ; bien plus en tous cas que ses franges extrêmes, dont les organisations et les moyens d’expression sont plus visibles, et donc mieux traités, alors qu’ils sont souvent groupusculaires. La deuxième difficulté est plus redoutable. Autant le vote permet d’identifier un catholique de droite, autant la même opération est périlleuse dans le domaine religieux où le clivage droite-gauche ne fonctionne pas bien comme l’a montré naguère Émile Poulat (auquel le volume ne rend pas vraiment justice). Un homme (ou une femme) qui vote régulièrement à droite peut être en même temps un (ou une) conciliaire convaincu(e), fort éloigné(e) du conservatisme ou du traditionalisme religieux. D’où une sorte d’alternance dans les chapitres du livre : les historiens du politique y traitent avant tout des électeurs de droite et de leurs chefs ; et les historiens du religieux des fidèles réservés envers les réformes conciliaires ou hostiles à celles-ci. Rares sont les chapitres, comme le 10 sur les années 1970-1980, qui tentent de conjuguer les deux aspects. D’où de curieuses lacunes aussi : le lecteur est très bien informé sur les débuts peu connus du traditionalisme (chapitre 7 à dominante religieuse), alors que son irruption sur la scène nationale, avec le schisme de Mgr Lefebvre, n’est pas traitée pour elle-même, ce qui est troublant. Sans doute ces deux problèmes n’étaient-ils pas solubles de manière satisfaisante, mais ils auraient mérité d’être mieux pris en considération. Peut-être aurait-il fallu signaler aussi que l’enjeu n’est pas tout à fait le même à 25 % de pratiquants réguliers, il y a 60 ou 70 ans, et à moins de 5 % aujourd’hui…

4Tel qu’il est, le volume apporte néanmoins une masse de données qui le rendra indispensable. S’y ajoute un remarquable « Dictionnaire thématique », sur les cultures des droites catholiques dont les notices attendues (le vote) ou inattendues (la chanson, le loden) sont autant de compléments bienvenus au reste de l’œuvre, plus classique. Celle-ci se conclut sur la proposition d’une typologie tripartite à substituer à celle de René Rémond, trop politique : le concordisme, le conservatisme et la réaction. Si les deux dernières attitudes sont bien typées, on peut se demander si la confiance en l’avenir du concordisme, qui lui fait accepter d’assez bonne grâce le changement, est bien une posture de droite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Fouilloux, « Florian Michel, Yann Raison du Cleuziou (dir.), À la droite du Père. Les catholiques et les droites de 1945 à nos jours », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 238-239.

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « Florian Michel, Yann Raison du Cleuziou (dir.), À la droite du Père. Les catholiques et les droites de 1945 à nos jours », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73828

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search