Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusSylvain Milbach, Lamennais 1782-1854

Comptes rendus

Sylvain Milbach, Lamennais 1782-1854

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 444 p.
Alexandra Delattre
p. 239-240
Référence(s) :

Sylvain Milbach, Lamennais 1782-1854, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2021, 444 p.

Texte intégral

1L’histoire de Lamennais a donné lieu à de multiples commentaires et nourrit une très abondante littérature biographique où il est parfois difficile de trouver son chemin. Le livre de Sylvain Milbach devrait s’imposer comme une nouvelle et salutaire référence. Sobrement intitulé Lamennais 1782-1854, il se distingue par une démarche critique dont l’objet est précisément de distinguer l’homme du mythe. Mettant à distance le matériau biographique, il procède à une mise en perspective, nous rappelant que l’histoire de Lamennais n’est pas seulement l’histoire d’un homme, mais aussi celle d’un siècle.

2La composition de l’ouvrage suit un ordre chronologique, organisé en trois périodes. La période 1782-1823, intitulée de façon éloquente « Dans la fabrique d’une renommée », revient sur les années de formation de Lamennais et procède à une lecture critique des sources biographiques. La séquence 1824-1834 sur le « mennaisianisme » replace l’homme dans son contexte et analyse la formule collective et surtout médiatique du mouvement mennaisien ; celle de 1834-1854 « L’exilé partout est seul » s’attarde sur le mythe de l’isolement et invite à une réflexion sur la postérité républicaine du personnage.

3Le livre met d’emblée à distance la légende mennaisienne : il s’agit, selon le mot de son auteur, de « lever l’hypothèque biographique » (p. 27). En guise de préambule, l’auteur évoque trois lieux de la doxa biographique de Lamennais : son « caractère indomptable », sa « formation d’autodidacte » et sa « vocation incertaine » qui ont longtemps servi d’explication pour rendre compte de la rupture avec Rome. L’auteur, avec beaucoup de finesse, remet en question la rhétorique des « années de jeunesse » dans laquelle on a souvent cherché une solution de continuité pour expliquer les revirements successifs de Lamennais. Il nous rappelle qu’avant d’être un « caractère », Lamennais est un écrivain dont les textes furent aussi des écrits de circonstance qui s’inscrivent dans l’histoire d’une polémique catholique en intime rapport avec l’actualité religieuse.

4L’une des contributions majeures de l’ouvrage est de nous offrir un éclairage précieux sur une œuvre jusqu’ici occultée par la légende biographique. Ce faisant, il nous livre un portrait du siècle ; de l’aveu de son auteur, l’ambition du livre est de « dépasser la question de l’évolution personnelle de Lamennais pour en faire une expression paradigmatique des questionnements de la période » (p. 244). La question de savoir s’il y a un ou deux, voire trois Lamennais (l’ultramontain intransigeant, le père du catholicisme libéral, le républicain) trouve sa résolution ou plutôt se résorbe dans l’idée que ce premier xixe siècle est un immense laboratoire d’idées où ce qui nous paraît aujourd’hui contradictoire se rencontrait sans effort. Lamennais n’était pas un homme isolé, mais un homme au sein d’un groupe : le mennaisianisme. L’œuvre de Lamennais est avant tout collective et s’inscrit dans une conjoncture romantique favorable au déploiement d’une pensée sociale issue du catholicisme.

5À de multiples reprises, l’auteur prend le temps de déconstruire le discours qui s’est cristallisé autour Lamennais : celui de l’orgueil du personnage qui l’aurait conduit à rompre brutalement avec Rome, celui de la révélation qu’il aurait eue au lendemain de la révolution de Juillet et serait à l’origine de sa conversion aux idées républicaines. L’analyse fine de la temporalité de l’interdiction romaine restitue les raisons conjoncturelles de la condamnation de Lamennais, celle de la chronologie de l’écriture de Paroles d’un croyant, l’« interpolation rétrospective de l’auteur lui-même » (p. 215). L’exercice vise à montrer que contrairement au discours répandu, la pensée de Lamennais n’est pas faite de fulgurations et de « retournements spectaculaires », mais possède une logique propre, décelable dans son évolution. En effet, par-delà l’immense travail de mise à distance critique, un des grands apports de l’ouvrage est de nous rendre la pensée de Lamennais familière sans aplanir ses difficultés. L’auteur nous offre ainsi les clés d’un travail que la philosophie académique a souvent négligé. Il explore à l’échelle du livre le continuum consentement universel, sens commun, raison générale, la distinction entre ordre de foi et ordre de conception et offre des pages précieuses sur l’œuvre de la fin, notamment la synthèse que constitue Esquisse d’une philosophie, un livre très peu commenté jusqu’ici. On peut y percevoir comment la centralité de l’idée de société déjà présente dans l’emprunt de Lamennais à la Législation primitive de Bonald devient progressivement pragmatique et fait basculer la revendication d’une origine divine de la société vers les principes d’un nouveau programme social dominé par l’idée de progrès (p. 308). C’est peut-être le passage à une conception évolutive du temps qui s’avère le plus intriguant pour l’ancien penseur de la Tradition : l’avènement d’une temporalité nouvelle réinscrite dans le contexte des utopies romantiques du premier xixe siècle, mais aussi dans celui d’un plus vaste « passage à l’histoire », domaine du savoir en mutation dont Lamennais enregistre les progrès.

6La dernière partie de l’ouvrage est consacrée comme il se doit au dernier Lamennais, peut-être le moins connu, et revient sur son inscription dans les réseaux républicains. Lamennais est un auteur admiré, mais dont le catholicisme tenace rend difficile la complète assimilation (p. 316). L’auteur retrace les activités politiques de Lamennais et s’intéresse à sa réception populaire, mettant au jour des disciples inattendus comme le tailleur Jean Dessoliaire. Rappelant l’intérêt de Lamennais pour l’éducation populaire, il le rapproche de la pensée d’un Saint-Simon ou d’un Auguste Comte, mais également de leurs conceptions sur le pouvoir spirituel, grand problème du xixe siècle sur lequel l’auteur nous offre des pages éclairantes. Le livre propose in fine une réflexion sur la généalogie de l’idée républicaine. Lamennais est un cas qui outrepasse largement l’étiquetage politique, mais c’est précisément cette indétermination qui s’avère intéressante. Le cas Lamennais résume les possibles d’un siècle qui ne s’est pas encore installé dans la contradiction. Ouvrant de nouvelles pistes de réflexion, ce livre s’impose non seulement comme titre de référence sur Lamennais lui-même, mais également aussi sur l’histoire des idées politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Delattre, « Sylvain Milbach, Lamennais 1782-1854 », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 239-240.

Référence électronique

Alexandra Delattre, « Sylvain Milbach, Lamennais 1782-1854 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73829 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73829

Haut de page

Auteur

Alexandra Delattre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search