Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusMichel Niqueux, Julia Danzas (187...

Comptes rendus

Michel Niqueux, Julia Danzas (1879-1942). De la cour impériale au bagne rouge

Genève, Éditions des Syrtes, 2020, 394 p.
Yohann Chanoir
p. 240-241
Référence(s) :

Michel Niqueux, Julia Danzas (1879-1942). De la cour impériale au bagne rouge, Genève, Éditions des Syrtes, 2020, 394 p.

Texte intégral

1Pour évoquer les vies plurielles de Julia Danzas (aristocrate russe, demoiselle d’honneur de l’impératrice, sous-officier dans une unité de cosaques pendant la guerre, collaboratrice de Maxime Gorki, survivante du goulag, tertiaire dominicaine…), l’auteur a choisi de rédiger une « docu-biographie », appuyée notamment sur des sources originales (journaux intimes, articles inédits, Curriculum vitae écrit en 1934 par Julia Danzas, archives ecclésiastiques…). De fait, l’organisation de l’ouvrage reflète ce choix d’écriture, avec une première partie biographique, mais dont chaque volet est ouvert par un passage du Curriculum vitae, puis une seconde partie constituée de différents écrits de Julia Danzas, dont Bagne rouge, premier témoignage publié par une femme détenue au goulag et dont la force et l’intérêt méritaient une édition accessible à tous.

2Dans le premier volet, l’auteur tente de reconstituer la vie de son héroïne malgré les lacunes, la dispersion des sources et leur rédaction dans des langues différentes. Née en 1879 à Athènes d’un père diplomate et d’une mère issue d’une ancienne famille grecque, Julia bénéficie d’une éducation soignée : la bibliothèque de la maison où la famille s’installe après la mort du père comporte 20 000 volumes. Curieuse, intéressée autant par l’histoire que par la philosophie, la jeune femme est également attirée par les questions métaphysiques, dont elle recherche seule les réponses. Sans nier sa singularité, l’auteur montre qu’elle incarne par cette soif intellectuelle « l’âge d’argent de la culture russe ». Vers 1907, elle devient demoiselle d’honneur de l’impératrice Alexandra, chargée à ce titre d’une fonction spécifique. Elle s’occupera ainsi des œuvres de bienfaisance de la tsarine. Si elle découvre dans cette charge « la nécessité pratique de la religion », elle se méfie du mysticisme populaire alors en vogue et incarné par Raspoutine. Elle tente vainement de prévenir l’impératrice contre les effets néfastes de son exaltation religieuse, dont profite le moine, et qui sépare la cour des réalités sociales de la Russie du début du xxe siècle.

3De 1908 à 1912, elle collabore à une revue monarchiste d’extrême droite, y publie des articles sur la question finlandaise où elle défend la conquête de 1809 et le maintien de la présence russe. Elle apparaît ainsi comme un soutien de la politique impériale, dont l’écroulement rapide sera décisif dans sa « recherche d’un royaume qui ne soit pas de ce monde ». Lorsque la guerre de 1914 éclate, patriote convaincue, elle choisit de partir au front au service de la Croix-Rouge plutôt que d’être une charge au Palais d’hiver. Après deux ans et demi, elle rejoint un régiment de Cosaques. La révolution bouleverse son quotidien, renverse son univers et ouvre un nouveau chapitre de sa vie. Dans cette période, elle assure l’incertaine tranquillité de son quotidien en étant bibliothécaire et enseignante d’histoire. Embauchée par Gorki pour participer aux éditions de la Littérature mondiale, elle traduit et présente des ouvrages tout en donnant des conférences. Parallèlement, elle poursuit sa quête religieuse, se convertit au catholicisme et devient « sœur Justine » en 1921. Sa conversion explique son arrestation en 1923 pour activités « contre-révolutionnaires » puis sa déportation au goulag l’année suivante.

4Libérée en janvier 1932 grâce à l’intercession de Gorki, elle parvient à gagner l’Allemagne en mars 1934 puis la France. En dépit de sa captivité, elle a conservé sa foi et elle rejoint le monastère de Prouilhe, pour un séjour de cinq mois qu’elle vit toutefois comme un « suicide spirituel et intellectuel ». En septembre 1934, elle est affectée au Centre dominicain d’études russes Istina situé à Lille, où elle devient une plume importante de la revue Russie et Chrétienté. Son dépouillement de la presse et des revues soviétiques, la pluralité des sources étrangères consultées (de la Chine au Canada) et son style font d’elle une analyste pointue des évolutions de l’URSS. En six ans, elle produit un travail colossal (200 comptes rendus) qui, comme le remarque l’auteur, dessine sa « personnalité intellectuelle ». Sa collaboration à la revue est loin d’épuiser l’ensemble de ses activités : participation à des rencontres œcuméniques, rédaction de contributions pour L’Histoire générale des religions (qui sera publiée en 1947). Comme le remarque l’auteur, pendant ces années Julia vit « en étrangère en France », n’obtenant la nationalité française qu’après un long chemin de croix achevé en mars 1939. Bien que désormais « Française par la loi », elle quitte sa nouvelle patrie pour rejoindre Rome en automne, « sa patrie spirituelle », où elle trouvera enfin « la solitude avec Dieu à laquelle elle a aspiré toute sa vie ». Elle s’éteint en avril 1942, victime d’apoplexie.

5La seconde partie, comme le signale Étienne Fouilloux dans la préface, permet de saisir la « cohérence et l’importance d’une œuvre » et de comprendre cette riche personnalité, et notamment son choix d’embrasser la foi catholique. Un des textes les plus forts est sans aucun doute celui sur son expérience carcérale publié sous le titre Bagne rouge dès 1935. Son parcours au sein de la galaxie concentrationnaire soviétique souligne et la géographie et la variété de la machine répressive. Après trois prisons à Moscou, dont celle de la Loubianka, elle est déportée au centre d’Irkoutsk prévu pour 1 000 détenus et qui en comptait 5 000 à son arrivée. Elle est affectée ensuite au camp des îles Solovki, premier camp de concentration ouvert par les Soviétiques. Enfin, en septembre 1931, elle est envoyée sur le site de construction du canal de la mer Blanche à la Baltique, où plus de 300 000 personnes trouvèrent la mort. Cette trajectoire et l’analyse sans fioritures de Julia Danzas font de son récit une source précoce et exceptionnelle sur la machine répressive soviétique.

6Au plaisir de lire les aléas d’une vie aventureuse peu commune, de découvrir une femme de valeurs, désireuse de vivre sa foi, s’ajoute celui procuré par la grande rigueur méthodologique de l’auteur et par l’ampleur impressionnante de sa documentation. Une biographie en tous points exceptionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yohann Chanoir, « Michel Niqueux, Julia Danzas (1879-1942). De la cour impériale au bagne rouge », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 240-241.

Référence électronique

Yohann Chanoir, « Michel Niqueux, Julia Danzas (1879-1942). De la cour impériale au bagne rouge », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73836 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73836

Haut de page

Auteur

Yohann Chanoir

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search