Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusKevin Lewis O’Neill, Hunted. Pred...

Comptes rendus

Kevin Lewis O’Neill, Hunted. Predation and Pentecostalism in Guatemala

Chicago, University of Chicago Press, 2019, 217 p.
Enzo Pace
p. 241-242
Référence(s) :

Kevin Lewis O’Neill, Hunted. Predation and Pentecostalism in Guatemala, Chicago, University of Chicago Press, 2019, 217 p.

Texte intégral

1O’Neill, anthropologue à l’Université de Toronto, est le directeur du Centre pour la diaspora et les études transnationales. Observant principalement le Guatemala, il a pu y analyser le développement et le rôle du pentecôtisme. Le présent ouvrage en est la suite logique, dernier en date d’une trilogie dédiée au bouleversement socio-religieux dans une société guatémaltèque majoritairement catholique traversée par la propagation du pentecôtisme (City of God en 2010 et Secure the Soul en 2015). L’impact de ce nouveau type de christianisme en Amérique latine et, en particulier au Guatemala, a déjà fait l’objet d’études, avec notamment la parution de Et Dieu sous-traita le salut au marché (Garcia-Ruiz, Michel, 2012).

2O’Neill nous conduit à travers les secrets de Guatemala City, des ruelles où les individus s’attardent pour consommer des drogues et où les bergers pentecôtistes les capturent pour les conduire en « lieux sûrs ». Ils y resteront captifs jusqu’à ce que le Saint-Esprit les libère miraculeusement de l’esclavage de la drogue. Une lutte acharnée contre la toxicomanie semble avoir envahi le Guatemala, menée avec les armes de l’eschatologie pentecôtiste : le corps combat les forces de Satan, évoqué de manière obsessionnelle pendant les longues séances de délivrance, de dépossession des mauvais esprits qui vivent dans le corps et l’âme des fidèles.

3Écrit dans le style narratif d’un journal ethnographique, le livre offre à ceux qui le parcourent les résultats d’une observation participante intense qui a duré environ dix ans. Il retransmet en même temps les émotions, le climat de la violence, la douleur et les hallucinations des chasseurs et des victimes, ainsi que sa propre angoisse d’observateur. En un mot, le style adopté par O’Neill implique le lecteur et le fait participer à une histoire qui ressemble parfois à un thriller.

4Les quatre chapitres du livre traitent successivement de l’histoire d’une chasse, de la captivité, de la tentative d’évasion et, enfin, du secours apporté à la proie. La description ethnographique est soutenue par un modèle théorique qui combine Michel Foucault (Securité, territoire, population, 2004) avec Grégoire Chamayou (Les chasses à l’homme, 2010), et la notion de pouvoir pastoral avec celle de pouvoir cynégétique. Dans le premier cas, nous avons affaire au concept de pastorat, qui renvoie au berger avec son troupeau tel qu’il est présenté dans la tradition chrétienne. Il est donc une figure exemplaire de l’histoire de la gouvernementalité, de l’antiquité au temps moderne. Dans le deuxième cas, Chamayou relit la chasse à l’homme, dans toute sa pluralité (esclaves, fugitifs, exils, nomades, juifs, sans-papiers, etc.) à travers le prisme de l’histoire constante et récurrente de la violence des dominants sur les plus faibles, notant comment, avec l’avènement du capitalisme, le grand pouvoir chasseur devient celui du capital.

5Cependant, la référence faite par O’Neill aux deux auteurs ne semble pas toujours pertinente ni convaincante. Pouvons-nous nous demander si un pasteur pentecôtiste, qui capture un jeune toxicomane et le retient dans l’attente du miracle de la libération du démon de la toxicomanie, exerce la fonction pastorale ou le service subsidiaire d’un État agissant par ailleurs en connivence avec le trafic de drogue ? Se laissant aller au récit, l’auteur ne dissipe pas complètement les doutes du lecteur. L’histoire d’un cas dramatique, considéré comme exemplaire, ne suffit pas pour tester un modèle théorique, certes suggestif dans les prémisses épistémologiques, mais pas suffisamment vérifié empiriquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enzo Pace, « Kevin Lewis O’Neill, Hunted. Predation and Pentecostalism in Guatemala », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 241-242.

Référence électronique

Enzo Pace, « Kevin Lewis O’Neill, Hunted. Predation and Pentecostalism in Guatemala », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73843 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73843

Haut de page

Auteur

Enzo Pace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search