Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusFiammetta Palladini (dir.), avec ...

Comptes rendus

Fiammetta Palladini (dir.), avec la collaboration de R. Violet, Les Actes du Consistoire de l’Église française de Berlin (1672-1694)

Paris, Honoré Champion, coll. « Vie des Huguenots », 2022, 691 p.
Julien Léonard
p. 242-244
Référence(s) :

Fiammetta Palladini (dir.), avec la collaboration de R. Violet, Les Actes du Consistoire de l’Église française de Berlin (1672-1694), Paris, Honoré Champion, coll. « Vie des Huguenots », 2022, 691 p.

Texte intégral

1Si depuis une dizaine d’années l’éditeur Droz propose des ouvrages autour des sources des Églises réformées de France, ces derniers, bien trop rares encore, sont aujourd’hui complétés par la parution bienvenue des origines des actes du Consistoire de la communauté française de Berlin aux éditions Honoré Champion. Celles-ci ont déjà publié des documents similaires pour les Églises du Refuge (en particulier à Rotterdam aux Provinces-Unies, Frankenthal ou Otterberg dans le Palatinat), et c’est donc une nouvelle source dont les historiennes et historiennes pourront disposer aisément.

2Bien que le volume soit imposant (près de 700 pages !), il s’agit de l’édition d’un seul registre, conservé dans les archives du Französischer Dom de Berlin (AFrD), sous la cote Rep. 04-2400. Souvent mobilisée dans des travaux sur le Refuge huguenot, cette source a plusieurs caractéristiques qui en font à la fois un document exceptionnel et exemplaire. Le tout premier intérêt est de pouvoir suivre la fondation d’une Église microscopique en 1672, sous la protection de l’électeur de Brandebourg Frédéric-Guillaume Ier, rassemblant des « Français » qui sont en fait pour la plupart des francophones venus de tous horizons, et pas nécessairement du royaume dirigé alors par Louis XIV. Cette communauté est d’ailleurs tellement petite que les pages présentées comme des actes du Consistoire pour la période 1672-1680, lorsque le pasteur David Fornerod est seul, ne sont en fait que des notes sommaires, sans doute rédigées a posteriori, et dans un autre contexte. Car c’est cette institution qui accueille, dès la fin des années 1670 et de façon massive après la révocation de l’édit de Nantes en 1685, des réfugiés fuyant la France malgré l’interdiction de l’article 10 de l’édit de Fontainebleau. Certes, avec « seulement » une vingtaine de milliers d’individus, le Brandebourg (futur Brandebourg-Prusse) fait pâle figure en regard des Provinces-Unies ou des îles britanniques. Néanmoins, cette immigration influence durablement le développement de la petite capitale des États de l’électeur. Si l’on sait par ailleurs que cet afflux résulte justement d’une politique volontariste du prince (qui promulgue l’édit de Potsdam quelques semaines après celui de Fontainebleau) et d’une véritable opération de séduction par des agents placés dans des lieux de passage comme Francfort-sur-le-Main, les effets sur l’Église se lisent bien dans ces actes consistoriaux. Jusqu’en 1694 (et il faut souhaiter la publication prochaine des registres suivants), on suit ce qui peut être décrit comme une véritable crise de croissance, crise qui comprend des aspects très divers (elle est disciplinaire, doctrinale, économique, sociale, voire identitaire), et qui, comme toute crise, permet de penser les évolutions et les comparaisons historiques. Bien qu’il soit préférable de ne pas voir dans l’Église de 1672 un lieu prédestiné à accueillir des réfugiés en masse, la simple lecture des multiples débats, parfois conflictuels, montre que tout change avec l’orage qui s’abat sur les huguenots de France en 1685-1686, et auquel l’institution doit s’adapter.

3Les principaux problèmes urgents après la Révocation concernent le choix de nouveaux pasteurs pour faire face à la croissance démographique, l’adaptation de fidèles venus cette fois du royaume, l’application de la discipline des Églises réformées de France garantie par l’électeur, mais difficile à toujours mettre en œuvre en l’absence de synodes, les conflits avec les fidèles et les pasteurs déjà là avant 1685 et brutalement minoritaires. Plus ordinaires et attendues dans ce genre de source, les questions de contrôle des mœurs et d’assistance aux pauvres sont elles aussi omniprésentes, mais évidemment plus aiguës que naguère en France, dans une communauté où bien des membres ont laissé leurs biens en fuyant, et ont un temps abjuré, devant demander réconciliation au consistoire. Face à ces fidèles désorientés, l’assistance charitable (qui peut ensuite se répercuter par des demandes d’aide de l’Église elle-même à ses sœurs) ou le retour à la « vraie foi » sont des questions qui noircissent bien des feuillets de ce registre.

4Si le Consistoire berlinois fonctionne plus ou moins comme un consistoire du royaume de France au temps du régime de l’édit (bien qu’il ne compte aucun diacre identifiable pourtant au sein des anciens), l’absence de structure synodale donne nécessairement une originalité. Elle est renforcée par le poids du pouvoir politique, à la fois protecteur et jaloux de ses propres prérogatives, par exemple sur la question des mariages. La compagnie doit ainsi régler de façon plus autonome des questions doctrinales (souvent héritées des débats d’avant 1685 en France) ou disciplinaires (par exemple l’examen des proposants), et les réfugiés n’en ont pas toujours eu l’habitude avant leur exil.

5Ces actes du Consistoire sont bien entendu une source imparfaite, partielle (car tout n’est pas enregistré) et partiale (il s’agit aussi de construire une mémoire et une identité), mais Raymond Mentzer nous a depuis longtemps appris que c’était banal. Interroger les silences, les non-dits, les implicites pousse à réfléchir sur certains rapports de force, entre les clercs et les laïcs au sein de la compagnie, ou entre cette dernière et les fidèles. Bien au-delà de l’image peut-être un peu « ecclésiastique » de ce type de source, elle peut servir à une histoire sociale très ambitieuse. Dans cette perspective, les futures recherches seront facilitées par le travail titanesque de Fiammetta Palladini, chercheuse habituée des archives berlinoises et spécialiste entre autres de Jean Barbeyrac et de Robert Violet, l’archiviste du Französischer Dom.

6D’un point de vue purement pratique, on se réjouira de la présence de deux index (matières et noms) qui permettent la navigation entre les centaines d’actes consistoriaux, ainsi que la conservation de l’index du registre d’origine. Sa présence permet d’ailleurs de constater comment les rédacteurs de celui-ci concevaient son utilité, ses usages et les raisons de sa conservation. En outre, l’introduction, nourrie (p. 13-21), permet de replacer le document dans son contexte, de présenter comment fonctionne un consistoire. Mais surtout, c’est un travail considérable d’identification et de contextualisation qui a été réalisé dans les notes de bas de page, en se fondant sur des milliers d’archives dépouillées, à Berlin et ailleurs, dans les fonds des Églises ou des colonies brandebourgeoises, pour retrouver les acteurs de cette histoire et rédiger des notes biographiques très utiles. S’il faut un bémol, regrettons l’absence de bibliographie scientifique sur le Refuge (et en particulier sur le Refuge berlinois), les quelques mentions de travaux de référence sont un peu trop rares. Mais cela ne suffira pas à refroidir l’enthousiasme que l’on peut avoir à l’idée de disposer d’une telle source, qui facilitera assurément les études croisées entre France et Refuge ou entre différents centres de ce dernier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Léonard, « Fiammetta Palladini (dir.), avec la collaboration de R. Violet, Les Actes du Consistoire de l’Église française de Berlin (1672-1694) », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 242-244.

Référence électronique

Julien Léonard, « Fiammetta Palladini (dir.), avec la collaboration de R. Violet, Les Actes du Consistoire de l’Église française de Berlin (1672-1694) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73849 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73849

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search