Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusFreddy Raphaël, Rire pour réparer...

Comptes rendus

Freddy Raphaël, Rire pour réparer le monde. L’humour des Juifs d’Alsace et de Lorraine

Strasbourg, La Nuée bleue, 2021, 129 p.
Paul Zawadzki
p. 250-252
Référence(s) :

Freddy Raphaël, Rire pour réparer le monde. L’humour des Juifs d’Alsace et de Lorraine, Strasbourg, La Nuée bleue, 2021, 129 p.

Texte intégral

1Après plusieurs ouvrages consacrés au judaïsme alsacien – le dernier étant Les Juifs d’Alsace et de Lorraine de 1970 à nos jours (2018) – Freddy Raphaël, sociologue du judaïsme et professeur émérite à l’université de Strasbourg, nous offre cette fois une plongée tout en finesse dans l’état d’esprit des juifs d’Alsace et de Lorraine. Un voyage de nature anthropologique, pourrait-on dire, à ceci près que l’humour dont il explore aussi bien les usages que les formes est celui d’un monde culturel qui lui est familier. L’un des scrupules de l’auteur, peut-être embarrassé sur ce point par les pudeurs du positivisme français, tient à cette proximité avec son objet qu’un Claude Lévi-Strauss aurait désavouée. Mais qui prétendrait que la tendresse est incompatible avec la visée de connaissance ? Quant à la neutralité, a-t-elle jamais nourri la moindre grande œuvre de l’esprit ? Proximité culturelle, certes, mais distance temporelle, déjà, car c’est d’un monde en extinction que Freddy Raphaël s’efforce infatigablement de recueillir les traces. On aurait pu craindre que le désir d’arracher une culture à l’oubli force le trait apologétique, mais l’auteur est assurément trop prévenu contre les tentations de l’entre-soi (Bordes-Benayoun, Schnapper, Raphaël, 2009, La condition juive en France. La tentation de l'entre-soi) pour en donner une présentation idéalisée, autarcique et désincarnée. En se demandant quels peuvent en être les héritiers contemporains, il cite Tristan Bernard ou encore Pierre Dac : « Quand un Français est con, on dit de lui que c’est un sale con. Quand un Juif est con, on dit de lui que c’est un sale Juif. Je revendique pour les Juifs le droit d’être cons » (p. 123).

2Son terrain ? Principalement les moshelish, ces petites histoires drôles, collectées avec le concours de Muriel Klein-Zolty, qui tissent le quotidien des marchands de vaches et de chevaux, des bouchers ou des aubergistes, des tailleurs comme des matelassiers. Ce n’est pas seulement parce que ce monde s’efface que nous avons besoin d’interprète. C’est aussi, et ce n’est pas le moindre mérite de cet ouvrage que de nous le donner à entendre (en translittération), qu’il se raconte et sourit en yiddish alsacien, cette variante du yiddish de l’ouest. Bien entendu, signale l’auteur, toute cette micro-effervescence du quotidien s’accompagnait de mimiques et de gestuelles dont l’ouvrage ne rend pas compte.

3Avant d’entrer dans la matière du livre composé de treize chapitres d’une écriture enlevée, rappelons le mot clé du titre : il s’agit bien d’une étude sur l’humour et non sur le rire en général. D’ailleurs, les moshelish prêtent à sourire plus qu’à rire. Cet humour n’est ni le sarcasme ni la raillerie, l’auteur le souligne à plusieurs reprises. Ce n’est pas davantage l’ironie dont Vladimir Jankélévitch disait qu’elle a « une assurance et un enracinement qui manquent à l’humour ». À suivre le philosophe, quelquefois sollicité par l’auteur, la fonction de ce dernier serait « de substituer au triomphe des triomphants le doute et la précarité, de tordre le cou à l’éloquence et à la bonne conscience un peu bourgeoise des vainqueurs ». Sarcasmes et rires ironiques jouissent de se moquer des autres ; généralement ils ne s’incluent pas comme objet du rire. Les moshelish, eux, cultivent un humour autocritique (p. 43) et une forme de déprise de soi qui s’arrête toutefois aux limites de l’autodestruction (p. 45.)

4Comme sur une scène de théâtre, ces historiettes, fables et autres calembours mettent en scène des personnages typiques. Le shlemil et sa maladresse légendaire ; le shlemazel irrémédiablement poursuivi par son mauvais sort, pour qui la poisse est un destin ; le shadshen, un marieur pas toujours scrupuleux ; le mismakher, rabat-joie et prophète de malheur acariâtre ; ou encore le shnorer, astucieux mendiant dont l’humour parodique ainsi que le sens de la répartie aux limites du culot (khoutspa) parviennent à subvertir habilement le rapport dominant-dominé (p. 34). Un personnage légendaire, Mauschef Kahn, s’y profile quelquefois. Riche commerçant de Strasbourg, il donne la matière des moshelish qui mettent en scène le face-à-face des nantis et des laissés-pour-compte. Les parvenus y sont souvent rappelés à leur universelle condition de mortels. À l’un de ceux-là qui sentit venir la fin des jours, un habitant d’une bourgade très pauvre lança : « Venez chez nous à Uffheim ! Jamais un homme riche n’y est décédé » (p. 63).

5Comme toute culture, celle-ci est traversée par la bipartition du monde, le clivage « eux/nous » étant renforcé par la longue durée de l’hostilité antijuive. « Un évêque s’adresse à un rabbin : quand est-ce que vous, les Juifs, vous mangerez du porc ? Le jour de votre mariage, Monseigneur » (p. 95). À travers les interactions quotidiennes d’une communication fluidifiée par les ressources du sourire et du bon mot, l’auteur montre comment l’humour des juifs d’Alsace et de Lorraine « bricole ». Entendez par là qu’il réunit en un même esprit des bribes et des morceaux de culture et d’événements. Il s’autorise du rire biblique (le rire d’Abraham apprenant que Sarah, son épouse de quatre-vingt-dix ans, attendait un enfant) et d’anciennes pratiques de l’interprétation infinie (midrash) qui fait jaillir aussi bien le sens que le rire. Mais tous ces éléments de culture épars s’actualisent de manière diffuse dans l’univers de prédilection des moshelish, à savoir le quotidien du travail, de la misère et de la nécessité. Avec subtilité, l’auteur montre comment à son tour cet ordinaire se trouve souvent nommé par des expressions qui relèvent du monde biblique ou liturgique et qui « conservent – non sans malice – une référence implicite à leur signification première » (p. 21).

6Ce rapport à la réalité constitue, parmi tant d’autres thématiques de ce livre d’une grande richesse, l’une des dimensions les plus intéressantes. « L’humour juif d’Alsace et de Lorraine mine le réel en favorisant une présence décalée au monde » (p. 81) écrit l’auteur. Cette présence décalée n’est pas une fuite du monde. Les aspérités de l’existence quotidienne ne sont pas éludées (p. 85), mais comme légèrement érodées. L’humour en apprivoise la dureté. Il travaille à déjouer l’inéluctable dans le partage raconté du bon mot. Il exorcise les conflits, en cultivant le jeu infini des apparences, apportant une lueur de joie dans un monde qui pouvait prêter à abattement ou mélancolie. « Le contrôleur m’a regardé fixement, comme si je n’avais pas de billet. Et alors qu’as-tu fait ? Je l’ai regardé fixement, comme si j’en avais un » (p. 71).

7Il ne se livre ainsi à aucune sortie du réel, mais augmente celui-ci d’un ensemble de significations supplémentaires. Les emprunts linguistiques au monde biblique habillent et intensifient le présent en permettant l’entrecroisement des temporalités. Si l’expérience d’un homme « rivé » est celle d’une grande souffrance, on voit qu’ici l’humour « dé-rive » en déridant. En distordant les mots, la langue, en poussant à l’absurde certains raisonnements logiques, il apporte une respiration joyeuse au quotidien tout en masquant les vulnérabilités (p. 89). C’est peut-être dans cette capacité symbolique de transmuer le réel pour échapper au tragique que l’humour constitue l’une des attestations les plus profondes de la liberté humaine, celle de se décoller, ne fût-ce que légèrement, aussi bien de soi que du contexte plus ou moins oppressif.

8C’est ici en tous cas que prend sens le titre : « rire pour réparer le monde », ce monde que les juifs d’Alsace qualifiaient parfois de tordu et de bossu. « Par l’humour, le Juif tente de mettre en déroute ce que la réalité immédiate a d’insupportable, d’ébranler les murs qui se referment sur lui » (p. 107). Par cette dense exploration d’une culture à laquelle seuls quelques spécialistes auront bientôt accès, Freddy Raphaël restitue les contours d’un monde unique comme le sont les langues, l’une des manières singulières et donc irremplaçables de dire la dignité humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Zawadzki, « Freddy Raphaël, Rire pour réparer le monde. L’humour des Juifs d’Alsace et de Lorraine », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 250-252.

Référence électronique

Paul Zawadzki, « Freddy Raphaël, Rire pour réparer le monde. L’humour des Juifs d’Alsace et de Lorraine », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73901 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73901

Haut de page

Auteur

Paul Zawadzki

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search