Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusMaurice Samuels, Le droit à la di...

Comptes rendus

Maurice Samuels, Le droit à la différence. L’universalisme français et les juifs

Paris, La Découverte, 2022, 300 p.
Valérie Irtanucci-Douillard
p. 252-253
Référence(s) :

Maurice Samuels, Le droit à la différence. L’universalisme français et les juifs, Paris, La Découverte, 2022, 300 p.

Texte intégral

1Maurice Samuels, professeur en études juives, littérature et culture française du xixe siècle, à l’université de Yale, nous offre dans cet essai une histoire de l’universalisme en France. La thèse de l’auteur se décline en trois volets principaux. Tout d’abord, Samuels retrace l’évolution des conceptions de la notion d’universalisme depuis l’époque révolutionnaire inspirée des Lumières jusqu’à nos jours. Puis, il démontre comment cette notion s’est façonnée au contact de la minorité juive, dont la place, au sein de la société française, a été repensée pendant la Révolution. Enfin l’auteur promeut l’idée selon laquelle la notion d’universalisme n’a pas toujours opposé le particulier à l’universel.

2Pour étayer sa thèse, l’auteur a judicieusement sélectionné un corpus diversifié et original. Celui-ci est composé aussi bien de discours politiques que de pièces de théâtre, de romans ou de films. Ces œuvres, témoins de leur époque, offrent des expressions multiples et variées de la notion d’universalisme, au gré des interprétations possibles. Structuré de manière chronologique, l’ouvrage débute par une présentation de l’état de la question à l’époque révolutionnaire, période matricielle durant laquelle une multitude de points de vue se déploie concernant l’accès à la citoyenneté et à l’égalité des juifs. Se côtoient alors des conceptions assimilationnistes, des plus absolues, comme celle de Pierre-Louis Lacretelle qui envisage l’assimilation économique, sociale, culturelle et religieuse, aux plus minimalistes qui ne prennent en compte que l’assimilation économique. Parallèlement, des conceptions pluralistes émergent, acceptant le particularisme juif comme c’était le cas de Mirabeau. Finalement, c’est le courant universaliste le plus rigide et le moins pluraliste qui prévaut dans les lois napoléoniennes de 1808.

3Les chapitres ultérieurs illustrent les alternances entre les différentes interprétations de l’universalisme, déjà présentes à l’époque prérévolutionnaire, qui imprègnent les périodes historiques suivantes. L’auteur évoque le cas de la chanteuse et comédienne à la Comédie-Française, Rachel Félix, durant la monarchie de Juillet (1830-1848). L’analyse de l’accueil de ses prestations démontre à quel point le particularisme juif a été l’un des « véhicules » (p. 130) permettant de concevoir que l’universalisme peut inclure des particularismes. En effet, non seulement sa judéité n’a pas constitué un obstacle à sa célébrité, mais sa condition juive a été perçue comme l’incarnation d’un universalisme à la française, inclusif, qui s’accommodait parfaitement de tout particularisme. En se basant sur l’exemple du roman La juive de Constantine de Théophile Gautier, Samuels illustre le changement de perspective de la France sur ce que doit incarner l’universalisme à la fin du xixe siècle. En effet, l’auteur décèle dans l’œuvre du nouvelliste comment, depuis le décret Crémieux de 1870 accordant la citoyenneté française aux juifs d’Algérie, les différences légales séparent et hiérarchisent les communautés religieuses. L’objectif est de concilier une certaine idée de la mission civilisatrice qui incombe à la France dans ses colonies avec la nécessité de soumettre les populations indigènes. L’auteur ne manque pas de souligner que la version assimilationniste de l’universalisme en vigueur au sein de la colonie algérienne contredit les principes d’égalité de 1789 en incitant les juifs à s’assimiler et en maintenant les musulmans dans une position de colonisés.

4L’universalisme assimilationniste et républicain est effectivement réaffirmé lors de l’affaire Dreyfus. À travers l’analyse de trois des écrits de Zola – L’Argent, « Pour les juifs » et Vérité – Samuels reconsidère le philosémitisme attribué à l’écrivain-journaliste. L’auteur rend compte de l’évolution de la pensée de Zola quant à la « question juive ». Il affirme qu’à la fin de l’écriture de l’ouvrage Vérité, Zola est convaincu que la défense des juifs implique inévitablement celle de l’esprit républicain. En effet, les valeurs républicaines sont considérées comme le meilleur rempart à l’antisémitisme, voué, grâce à elles, à l’extinction. Elles rendront également obsolète le particularisme juif qui s’effacera naturellement, par l’assimilation, grâce au mimétisme et à la multiplication des mariages mixtes. Le film La Grande Illusion du cinéaste Jean Renoir, sorti en 1937, illustre un universalisme inclusif qui accepte les différences et accorde de la valeur à cette différence, tout comme celui des révolutionnaires de 1789 qui « voyaient dans la différence juive une chance de mettre à l’épreuve la nature réellement universelle de l’universalisme français » (p. 234). L’auteur montre à quel point le film, en attribuant tous les stéréotypes antisémites au personnage de Rosenthal, joue délibérément avec ces clichés pour mettre à distance les discours racistes et les neutraliser. Selon l’auteur, l’intention du réalisateur est de montrer que le juif peut être accueilli dans la communauté symbolique et que la différence juive « peut devenir source d’inspiration et de créativité » (p. 238). À l’instar de l’actrice Rachel Félix, le film incarne une forme ouverte de l’universalisme de la Révolution française.

5Dans son dernier chapitre, l’auteur analyse les Réflexions sur la question juive de Jean-Paul Sartre parues en 1946, tant du point de vue de sa position philosophique que de sa réception auprès des juifs d’après-guerre. Sartre porte un regard nouveau sur la place des juifs en France en critiquant à la fois l’antisémitisme et l’universalisme républicain. Pour résoudre « la question juive », il propose un nouveau modèle, le « libéralisme concret ». L’intérêt de ce modèle est de prendre en considération la « différence juive » qui constitue un groupe défini par Sartre comme « le produit d’une “situation” » multifactorielle déterminant leur position dans la société (p. 261). Ce « libéralisme concret » invite également chaque juif à être « authentique », c’est-à-dire à affirmer, célébrer et valoriser sa différence. Samuels note que pour Sartre, le « libéralisme concret » n’est que transitoire, car il précède la phase ultime où la société aura dépassé les différences. Toutefois, selon l’auteur, les Réflexions ont insufflé un nouvel état d’esprit à partir des années 1990. Une meilleure expression des minorités et leur plus grande acceptation ont permis aux juifs d’être plus authentiques, c’est-à-dire d’assumer leur judéité.

6Au-delà des six chapitres consacrés à l’histoire de la notion d’universalisme, l’introduction et la conclusion s’intéressent à la période actuelle et aux questionnements sur la place des minorités en France. Aux yeux de Samuels, retourner aux sources historiques de la notion d’universalisme, retracer ses évolutions conceptuelles permet de se remémorer les nombreuses interprétations qui se sont succédé jusqu’à ce jour. Ce retour aux sources jette une lumière vive sur la ligne dure de l’universalisme qui fait son grand retour à l’époque actuelle. Au niveau de l’État, devenu philosémite, les juifs incarnent un symbole des valeurs républicaines menacées par la différence musulmane. C’est au tour de la communauté musulmane de devenir l’objet du conflit entre l’universel et le particulier, en lieu et place des juifs d’autrefois. L’aspect singulièrement novateur de l’ouvrage réside dans la fusion d’une démarche historique avec une analyse littéraire et cinématographique. Cette approche offre l’opportunité d’appréhender les « contre-discours » qui ont permis une réflexion alternative sur la question des identités minoritaires (p. 31). Ces contre-discours pourraient, à nouveau, nourrir les discussions contemporaines sur l’universalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Irtanucci-Douillard, « Maurice Samuels, Le droit à la différence. L’universalisme français et les juifs », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 252-253.

Référence électronique

Valérie Irtanucci-Douillard, « Maurice Samuels, Le droit à la différence. L’universalisme français et les juifs », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73903 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73903

Haut de page

Auteur

Valérie Irtanucci-Douillard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search