Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusRoberto Simona, Conversions relig...

Comptes rendus

Roberto Simona, Conversions religieuses et liberté. Regards croisés entre le christianisme et l’islam

Lausanne, Antipodes, coll. « Existences et société », 2022, 255 p.
Julien Argoud
p. 255-257
Référence(s) :

Roberto Simona, Conversions religieuses et liberté. Regards croisés entre le christianisme et l’islam, Lausanne, Antipodes, coll. « Existences et société », 2022, 255 p.

Texte intégral

1Conversions religieuses et liberté est l’ouvrage issu de la thèse de doctorat en science politique de Roberto Simona, soutenue à l’Université de Lausanne. Il s’agit d’une étude comparée des logiques de conversion à l’islam et au christianisme en Suisse. L’auteur souligne en particulier les convergences et les divergences durant le processus de conversion des acteurs.

2Dès l’introduction, Simona est réflexif quant à sa foi catholique et à son engagement professionnel auprès de minorités chrétiennes dans des « pays musulmans » (p. 10-11). Pour prendre des distances par rapport à son objet, il adopte une approche très individualiste, qui étudie la conversion à partir du point de vue des convertis. Cette décision est assumée et imprègne l’ensemble des analyses des trente-deux entretiens effectués.

3Tout d’abord, dans les deux premiers chapitres, l’auteur présente le cadre théorique, méthodologique et géographique dans lequel s’est déroulée cette enquête. L’intérêt du premier chapitre est notamment de souligner les enjeux de temporalité au cœur de l’étude des conversions religieuses. Par exemple, le récit d’une convertie, interrogée deux fois à quatre années d’intervalle, portait dans un premier temps sur sa rencontre avec le christianisme avant de se concentrer plus tardivement sur le rejet de son ancienne religion (p. 45). Selon l’auteur, ce changement pourrait s’expliquer par la crise que l’enquêtée vivait au moment de la seconde entrevue, en raison d’un isolement relatif en Suisse et d’une nostalgie de son pays d’origine. En d’autres termes, Simona souligne l’importance du contexte biographique spécifique dans lequel un entretien a lieu pour comprendre le récit d’un enquêté, tout en incitant les chercheurs à étudier son évolution sur la durée.

4Le deuxième chapitre sur le contexte religieux suisse pointe ce que l’analyse des conversions révèle de la place du christianisme et de l’islam. Ainsi, tout en prenant du recul par rapport aux statistiques qu’il utilise, l’auteur montre qu’une majorité significative de la population suisse s’identifie comme chrétienne. Bien qu’ancré par l’immigration récente, l’islam n’y est encore que faiblement représenté, la quasi-totalité des musulmans en Suisse étant extranationale. Cet élément pourrait expliquer pourquoi la plupart des convertis à l’islam rencontrés par Simona sont des Suisses auparavant chrétiens et, à l’inverse, pourquoi les convertis au christianisme interrogés sont essentiellement d’anciens musulmans ayant quitté un pays à majorité musulmane. De ce fait, ce travail ne relève finalement pas tant de la conversion au christianisme et à l’islam de manière indifférenciée que des mécanismes de passage de l’une à l’autre.

5Le cœur analytique du livre se situe donc dans les chapitres suivants, et particulièrement dans le troisième, qui porte sur le processus de conversion des acteurs et occupe près de la moitié du livre. Simona y insiste sur la portée du « rejet » par les convertis de leur ancienne religion, qui semble avoir souvent été vécue comme une contrainte. Par la comparaison, l’auteur relativise donc le fait que l’une d’entre elles soit nécessairement ressentie comme plus « oppressante » que l’autre.

6Simona développe l’idée de l’importance d’une « rencontre inattendue » avec un « agent-modérateur », ce dernier étant déterminé comme un individu que les convertis rencontrent « par hasard ou pour des raisons qui ne sont pas liées à des motifs religieux ou missionnaires » (p. 94). Selon lui, cet « agent-modérateur » jouerait un rôle crucial en étant à la fois un élément déclencheur de la conversion et en fournissant des ressources morales et matérielles au néo-converti durant ce processus (p. 93). L’intérêt de cette définition est qu’elle exclut de facto tout individu ayant pour objectif d’évangéliser autrui comme des missionnaires. Les « agent-modérateurs » sont donc très variés en l’espèce : il peut autant s’agir d’un croyant rencontré sur son lieu de travail (p. 90) que de sa future épouse rencontrée dans un restaurant, sans aucun lien préalable (p. 108).

7Concernant ce dernier point, un apport original de cet ouvrage est la grande place accordée à la sociologie de la famille, et notamment au rôle du statut conjugal dans la conversion. En effet, l’auteur analyse aussi bien les mécanismes par lesquels une personne peut se convertir au sein d’un couple, que la manière par laquelle laquelle le couple participe à maintenir la conversion des acteurs sur la durée. Par exemple, pour Simona, les convertis qui vivent en couple avec quelqu’un partageant leur religion tendent à développer un « micro-espace » d’interaction, essentiellement composé des membres de leurs familles ou d’un cercle extérieur restreint (p. 151-153). En contraste, les convertis célibataires auraient plus de difficultés de ce point de vue, en raison des spécificités du contexte suisse. Ainsi, les convertis au christianisme, qui sont généralement issus de pays à majorité musulmane, ne se retrouvent pas dans les offres d’associations créées pour inciter les Suisses à la pratique du christianisme, plutôt que d’accompagner les convertis venant d’une autre foi. Les convertis à l’islam, qui ont quant à eux généralement grandi en Suisse, sont souvent réticents à l’égard d’offres associatives centrées sur les cultures nationales dont sont issus la plupart des musulmans. L’auteur parvient donc à étudier le statut conjugal comme facteur de la conversion religieuse, tout en le reliant au contexte national des convertis, complétant ainsi habilement la littérature sur les conversions.

8Le quatrième chapitre de l’ouvrage constitue également une contribution originale à travers l’étude du rôle des « symboles, objets et pratiques » – c’est-à-dire des aspects esthétiques et culturels – de la nouvelle religion dans le processus de conversion. Il s’intéresse ainsi à des sujets peu étudiés en science politique des religions, comme les fêtes religieuses. Ces dernières attestent la religiosité passée des convertis – comme la nostalgie des ex-musulmans à l’égard de la ferveur communautaire de tels événements dans leur pays d’origine, qui est largement absente en Suisse. Ces fêtes sont révélatrices des conflits qui peuvent survenir dans un couple aux religiosités discordantes – comme avec l’exemple d’une Suisse ex-chrétienne convertie à l’islam qui souhaite fêter Noël de manière sécularisée et se heurte à la réticence de son compagnon musulman (p. 190).

9Enfin, le cinquième et dernier chapitre de l’ouvrage traite du lien entre conversion et « déviance ». Il démontre que si les convertis vivent des stigmatisations tant au sein de leur nouvelle communauté que dans leur groupe social d’origine, celles-ci ne sont pas du même ordre selon les religions étudiées. Ainsi, les convertis au christianisme courent significativement plus de risques d’être menacés de mort ou de subir « des agressions et de la violence » lorsqu’ils sont issus de pays à majorité musulmane réprimant sévèrement l’apostasie (p. 212). À l’inverse, les convertis suisses – et souvent ex-chrétiens – à l’islam doivent constamment justifier leur choix de conversion. Ceux-ci sont victimes des discriminations ethnoraciales importantes et deviennent, en quelque sorte, « étrangers » en leur propre pays.

10Néanmoins, malgré une stimulante contribution à la littérature sur les conversions, cet ouvrage présente plusieurs limites. Tout d’abord, concernant la sélection des enquêtés, Simona a exclusivement considéré comme converties les personnes ayant été baptisées ou ayant récité leur Chahâda. Or, ce choix est problématique. Il revient en effet à mettre sur le même plan le baptême catholique, d’une part, et le baptême protestant ainsi que la Chahâda, d’autre part, alors que ces dernières religions sont sensiblement moins institutionnalisées que le catholicisme. L’auteur n’a donc pas pris en compte les cas de conversions vécues hors des institutions, alors que l’institutionnalisation différenciée des religions étudiées aurait rendu particulièrement féconde une comparaison sur ce point. Ce positionnement théorique est d’ailleurs difficilement tenable pour l’auteur, en ce qu’il contredit les données empiriques récoltées, certains convertis étudiés s’étant par exemple considérés comme chrétiens – et comme convertis – avant d’être baptisés (p. 118).

11Ensuite, l’auteur a tendance à surindividualiser le processus de conversion – il répète à de nombreuses reprises que celui-ci est essentiellement « individuel » (p. 23, 73, 116, 120, 170, 186…) – ce qui est amplifié par l’absence d’observations ethnographiques. Il ne tient ainsi que peu compte des facteurs structurels et des dispositions qui influencent ce processus. Dans certains cas, cela le conduit à considérer les expériences émotionnelles au cœur de la conversion des enquêtés comme ex nihilo plutôt que comme étant produites socialement. Par exemple, lorsqu’une enquêtée déclare s’être convertie après une expérience mystique dans un rêve (p. 139), l’auteur n’indique rien de la manière avec laquelle elle a pu, durant sa trajectoire biographique, développer des dispositions non seulement à vivre une telle expérience, mais également à la considérer comme vraie. Ce manque de recontextualisation des propos des enquêtés est récurrent au sein de l’ouvrage. De ce fait, si le recours par l’auteur au paradigme individualiste n’est pas un problème en soi, il limite cependant la réflexivité à l’égard du discours des enquêtés, et nuit à l’objectivation de certains résultats.

12De manière plus problématique, le manque de contextualisation des entretiens conduit parfois à s’interroger sur la validité interne des interprétations. Par exemple, l’auteur dédie de nombreuses pages à la démonstration selon laquelle les « rencontres inattendues » avec des « agents-modérateurs » relèveraient du « hasard ». Or, cette conclusion reflète, là encore, une surindividualisation des enquêtés. Il relate, à titre d’exemple, les propos d’une convertie, qui, après s’être éloignée de l’islam, s’est rendue pendant « cinq ou six mois » dans une paroisse catholique, sans pour autant se convertir. Celle-ci aurait par la suite demandé à une paroissienne pourquoi elle n’avait pas droit à l’eucharistie. Cette dernière lui ayant indiqué qu’il fallait être baptisée, cette enquêtée aurait décidé d’entrer en catéchuménat. Étant donné que ces deux femmes ne se connaissaient pas, cette rencontre relèverait, selon l’auteur, du « hasard ». Or, au-delà du fait qu’échanger avec une paroissienne après plusieurs mois de fréquentation d’une église semble plutôt relever d’une resocialisation que du « hasard », comment sa vision du monde et d’elle-même a-t-elle évolué durant cette période ? Quelles étaient les dispositions de cette enquêtée à être sensible à la liturgie catholique, et à vouloir se faire baptiser suite à cette discussion ? Soulignons néanmoins pour conclure que, malgré les réserves qu’il peut susciter quant aux choix théoriques qui le sous-tendent, ce livre comble un manque en mettant l’accent sur la comparaison des conversions au christianisme et à l’islam.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Argoud, « Roberto Simona, Conversions religieuses et liberté. Regards croisés entre le christianisme et l’islam », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 255-257.

Référence électronique

Julien Argoud, « Roberto Simona, Conversions religieuses et liberté. Regards croisés entre le christianisme et l’islam », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73913 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73913

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search