Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusChristian Sorrel, L’abbé Glasberg...

Comptes rendus

Christian Sorrel, L’abbé Glasberg. Du sauvetage des Juifs à l’accueil des migrants

Maisons-Laffitte, Éditions Ampelos, 2022, 135 p.
Frédéric Gugelot
p. 257-258
Référence(s) :

Christian Sorrel, L’abbé Glasberg. Du sauvetage des Juifs à l’accueil des migrants, Maisons-Laffitte, Éditions Ampelos, 2022, 135 p.

Texte intégral

1Ce court ouvrage est l’aboutissement d’un ensemble de travaux qui tente depuis la mort en 1981 d’Alexandre Glasberg de cerner « le mystère Glasberg » (documentaire de Julie Bertuccelli, 2008). Faisant suite au déjà très synthétique ouvrage de Lucien Lazare, L’abbé Glasberg (1990), Christian Sorrel avait initié un colloque Alexandre Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant publié dans Chrétiens et Sociétés en 2013. Si ce livre ne repose pas sur des sources nouvelles – l’homme n’a guère laissé d’archives –, il ressaisit tous ces travaux et entend dessiner les lignes de force d’une destinée complexe, celle d’un juif converti au catholicisme, devenu prêtre, résistant, qui se consacre à aider les exilés, les persécutés et les opprimés. La fidélité d’Alexandre Glasberg à cette ligne de conduite lui vaut de secourir des Allemands et des Autrichiens avant même le début du conflit, de sauver des Juifs pendant la guerre et plus tardivement, en Irak, d’aider à la naissance d’Israël en sioniste convaincu, voire plus socialiste que nationaliste, avant de lutter pour la libération nationale et les revendications palestiniennes. Son engagement en faveur du sauvetage des Juifs pendant la guerre résonne jusque dans son militantisme en faveur des réfugiés et des apatrides après le conflit.

2L’homme s’inscrit dans la mouvance progressiste du christianisme. Le prêtre apparaît comme un marginal, qui n’occupe le plus souvent aucun poste officiel, mais que son institution soutient parfois. C’est un homme d’action – résistante et humanitaire –, qui n’est pas un théoricien, même si ces fréquentations l’associent à certaines aventures du progressisme (« Jeunesse de l’Église » dans les années 1940-1950 puis « Confrontations » dans les années 1960-1970). Juif d’origine, baptisé luthérien en Allemagne, il devient catholique en France. Son parcours est parallèle à celui de son frère, qui quittera le sacerdoce, alors qu’Alexandre Glasberg reste fidèle à ce choix de vie. Il porte donc la soutane et pour nombre de ceux qui le croisent dans ses activités multiples hors de l’Église, il est une figure d’un catholicisme qui ne sait pourtant comment le canaliser.

3L’abbé Glasberg bénéficie de la lignée du catholicisme social fort puissant à Lyon. Il est des aventures qui ouvrent le catholicisme aux autres (Amitiés chrétiennes) et aux problèmes de la société. Précocement, il a conscience de l’émergence d’un monde des camps dont il faut prendre charge les enfermés. Cette « conception, nous l’avons trouvée dans les paroles de l’Évangile : Bienheureux ceux qui ont faim et soif, parce qu’ils seront rassasiés. Malheureux les riches, parce tout leur sera enlevé » (p. 34). Son rejet de la charité au profit de la justice l’inscrit aussi dans son siècle. Ses luttes et combats illustrent cette errance qui voit dans le tiers-mondisme et les luttes d’indépendance nationale, tant algérienne que sud-américaine, une suite des combats de la guerre, même si toutes ces tentatives n’aboutissent pas toujours. L’homme aurait été agent du Mossad, du Deuxième Bureau français, de la CIA. Dans l’attente d’un accès aux archives, il est impossible de répondre à cette avalanche de rattachements secrets. Qu’il fût correspondant ou agent, peu importe, Glasberg apparaît comme un homme des marches, aux frontières des religions, des États et des luttes du xxe siècle. Il a tenté d’apporter aux victimes de ces affrontements une aide renouvelée tant dans sa conception que dans ses formes.

4L’auteur parvient donc en quelques pages à nous livrer les axes d’une vie sans tomber dans l’écueil de l’hagiographie. Peut-on aller plus loin ? Il aurait été possible de comparer le parcours de Glasberg à celui d’autres convertis d’origine juive au même moment pour mieux souligner l’éventuelle originalité de son itinéraire. Il aurait aussi été possible de déceler les lignes de force de cette génération du clergé catholique, fondateurs de nouvelles formes de secours comme Jean Rodhain, né en 1900, l’abbé Pierre, né en 1912 et Joseph Wresinski, né en 1917. Mais c’eût été un autre livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Gugelot, « Christian Sorrel, L’abbé Glasberg. Du sauvetage des Juifs à l’accueil des migrants », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 257-258.

Référence électronique

Frédéric Gugelot, « Christian Sorrel, L’abbé Glasberg. Du sauvetage des Juifs à l’accueil des migrants », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73926 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73926

Haut de page

Auteur

Frédéric Gugelot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search