Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusYvon Tranvouez, La puissance et l...

Comptes rendus

Yvon Tranvouez, La puissance et l’effacement : destin du catholicisme breton (fin xix- début xxie siècle)

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, 237 p.
Alain Rauwel
p. 258-260
Référence(s) :

Yvon Tranvouez, La puissance et l’effacement : destin du catholicisme breton (fin xix- début xxie siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2022, 237 p.

Texte intégral

1Les historiens de la pratique religieuse ne peuvent s’empêcher de jalouser un peu leurs collègues bretons. Là où leur champ d’études est souvent marginal et isolé, il trouve à l’Ouest une terre de promission, chercheurs nombreux, travaux abondants, y compris en master et en thèse, éditeurs bien disposés, intérêt du public… On en viendrait presque à peindre le spécialiste du catholicisme breton sous les traits d’un recteur bien renté, nourri de beurre et de cidre, quand d’autres régions laissent vivre chichement des desservants sans ouailles. Dans ce paysage, Yvon Tranvouez fait un peu figure de curé-doyen. Mais l’homme est bon prédicateur, comme son cher Adolphe Duparc, et il fait partie des rares que l’on n’écoute jamais en vain. Quinze ans après ses Catholiques en Bretagne au xxsiècle, il publie un nouveau recueil d’études, pour affronter encore le « phénomène stupéfiant » de « la décomposition de la chrétienté bretonne » : singulier talent que de revenir sans cesse à la même question tout en l’abordant sous des angles si variés que le lecteur en tire un profit constant.

2On peut d’ailleurs se demander d’emblée si l’objet de l’enquête relève davantage du fait social documenté ou de la représentation. À la limite, ne seraient-ce pas les historiens bretons qui auraient fabriqué la chrétienté bretonne ? Yvon Tranvouez n’hésite pas à suggérer que, peut-être, « le catholicisme breton est une vue de l’esprit » (p. 197), au sens où chaque génération, depuis le xixsiècle au moins, a construit ses argumentaires (apologétiques, critiques ou hostiles) sur l’idée sans cesse reprise et reformulée qu’il existerait un cousinage plus étroit entre Dieu et ses Bretons qu’avec le reste de l’humanité croyante. La grand-mère selon la chair du Fils de Dieu n’est-elle pas aussi mamm gozh ar Vretoned ? Cela crée des liens, dans un univers régi par les saintes parentés, et ce sont ces liens que la sociologie historique tente d’identifier et d’expliciter, y compris et surtout quand ils se défont.

3Reste que les chiffres sont têtus. Yvon Tranvouez part des versions successives de l’enquête Boulard, ne serait-ce que pour interroger la typologie du bouillant chanoine, avec en tête des « terres de chrétienté » dont l’Ouest était supposé représenter, il y a un environ un demi-siècle, l’exemple le plus abouti. Et l’historien de faire observer pertinemment qu’il ne faut pas aligner trop vite les chrétientés pragmatiques de la sociologie pastorale sur la « nouvelle chrétienté » des maritainiens, même si la résurgence d’un tel vocabulaire médiévalisant entre années Trente et Trente glorieuses n’est évidemment pas anodine. La Bretagne de 1950, nonobstant d’inévitables écarts cantonaux, se définit donc comme une « terre de prêtres », aux taux de pratique frisant souvent l’unanimisme, où la vie sociale s’organise encore largement autour du clocher. Un concile et une demi-douzaine de papes plus loin, les prêtres sont au cimetière ou à l’hospice, les paroissiens aux abonnés absents, tandis que le clocher attire plus de touristes que de dévots. « Comme partout », a-t-on envie d’ajouter, et de fait l’un des traits les plus saisissants du profil néo-breton est l’alignement (à deux ou trois points près) de la province de Rennes sur la moyenne nationale des comportements religieux. Serait-ce la fin de l’exception bretonne ?

4Yvon Tranvouez fait dans ce volume le choix d’examiner la question sous forme de diptyque : d’un côté un tableau du catholicisme breton autour de 1905 et de la crise de la Séparation de l’Église et de l’État, de l’autre un état des lieux « cent ans après », où l’on sent plus que chez Dumas à quel point les mousquetaires sont fatigués. On ne peut s’empêcher de trouver que les analyses électorales à la Rémond, voire à la Siegfried, dans les chapitres par ailleurs remarquables de la première partie, occupent une place un peu trop abondante. Le rapport plus distancié des générations nouvelles avec le jeu électoral ne devrait-il pas inciter à discuter plus âprement sa valeur d’indicateur ou de révélateur des phénomènes structurels ? Tout aussi classique, mais plus efficace, demeure l’approche prosopographique. Les hasards du rassemblement d’articles mettent ici en avant, à deux reprises, l’évêque de Quimper Adolphe Duparc, recordman régional et national avec trente-huit ans d’épiscopat, de Pie X à Pie XII et d’une guerre à l’autre. Dans son cas comme dans d’autres, le plan retenu fait ressentir l’absence des étapes intermédiaires, entre l’avant 1914 et l’après-Vatican II. Le remède est aisé, puisqu’il suffit de consulter d’autres titres du même auteur. Mais le propre des travaux excellents est de ne rassasier jamais, et les suggestions glissées mettent constamment en appétit. Un seul exemple : à propos de la réception de l’étrange poète Jean-Pierre Calloc’h surgit au détour d’une page Pierre Géraud, alias Perig Keroad, l’une des figures de l’histoire infiniment complexe du scoutisme, tant breton que français ; impossible alors de ne pas rouvrir le beau numéro de Kreiz qu’Yvon Tranvouez avait consacré à ce mouvement, il y a déjà un quart de siècle.

5Plus spécifique à La puissance et l’effacement est l’interrogation autour du destin des églises de pierre en régime post-ecclésial. La question se pose partout, mais elle est sans doute plus cruciale en Bretagne où la surabondance des chapelles multiplie presque à l’infini les problèmes que soulèvent déjà les usages et non-usages des églises paroissiales. Les analyses très documentées d’Yvon Tranvouez montrent à quel point le clergé, hier comme aujourd’hui, refuse d’affronter le caractère inéluctable des aménagements au régime d’affectation unique de 1905 (avec, il faut le reconnaître, l’appui inentamé d’un Conseil d’État dont la jurisprudence sur ce point mériterait examen). Les évêques et leurs collaborateurs multiplient les directives restrictives quant au permis et à l’interdit dans des sanctuaires qu’ils ne sont plus en état de desservir et dont ils n’assument pas les coûts d’entretien : voilà bien, dans son obstination paradoxale à régenter la vie commune, une manifestation du « catholicisme ostensible » à l’œuvre depuis une quarantaine d’années, à laquelle il faudrait en ajouter beaucoup d’autres, comme ce pèlerinage du Tro Breiz « restauré » en 1994, qui constitue un cas splendide d’invention de la tradition.

6Refaire chrétienne la Bretagne, résister à l’individualisme désacralisant… On croirait chez les ratzingeriens bas-bretons entendre le prélat Duparc, qui gémissait déjà en 1911 : « les mœurs se paganisent, les traditions chrétiennes s’en vont » (p. 52). Rien de nouveau alors sous le soleil mouillé du Finistère ? Ou bien est-ce Chateaubriand, cité en épigraphe (p. 9), qui a raison : « tout a changé en Bretagne » (et Dieu le premier) ? Yvon Tranvouez n’échappe pas toujours à la tentation centriste, en faisant mine de garder balance égale entre « une chrétienté bretonne d’hier plus équivoque qu’on ne l’imagine » et « un catholicisme d’aujourd’hui moins déprimé qu’on ne le croit » (p. 19). Des analyses aussi solides que brillantes qui foisonnent dans ce livre comme dans les précédents, le lecteur tirera peut-être des conclusions plus tranchées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Rauwel, « Yvon Tranvouez, La puissance et l’effacement : destin du catholicisme breton (fin xix- début xxie siècle) », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 258-260.

Référence électronique

Alain Rauwel, « Yvon Tranvouez, La puissance et l’effacement : destin du catholicisme breton (fin xix- début xxie siècle) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73928 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73928

Haut de page

Auteur

Alain Rauwel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search