Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusCarine van Rhijn, Leading the Way...

Comptes rendus

Carine van Rhijn, Leading the Way to Heaven. Pastoral Care and Salvation in the Carolingian Period

Abingdon/New York, Routledge, 2022, 274 p.
Alexis Fontbonne
p. 261-262
Référence(s) :

Carine van Rhijn, Leading the Way to Heaven. Pastoral Care and Salvation in the Carolingian Period, Abingdon/New York, Routledge, 2022, 274 p.

Texte intégral

1Après un ouvrage consacré à l’examen des prêtres à l’époque carolingienne, Carine van Rhijn continue ici son enquête avec une étude de 35 compilations de manuscrits destinées aux prêtres locaux et constituant actuellement la moitié du corpus connu. L’ambition est ainsi d’étudier les transformations ecclésiales du monde carolingien à leur niveau le plus local, celui des prêtres, voire des communautés de laïcs.

2Les premières pages fournissent une description pragmatique des transformations connues à l’époque carolingienne : une impulsion royale – stimulée par une cour dont les membres cultivés se préoccupent de la formation des clercs et partagent la conviction d’un lien actif entre l’empire et Dieu – qui vise à guider l’ensemble de la population vers le Salut, mais qui ne se concrétise que dans des relais locaux donnant une forme concrète et diverse aux initiatives supérieures et surtout qui les perpétuent durant le déclin de la dynastie carolingienne.

3L’Admonitio generalis de 789 est présentée comme la prise en compte d’une évolution caractérisée par la multiplication des églises et des monastères, ainsi que par le passage d’un modèle des communautés de prêtres urbains circulant d’une église à l’autre à l’installation locale en milieu rural. Ce dernier point peut être nuancé, l’époque carolingienne se situant ici dans la continuité de la ruralisation progressive du clergé, déjà nettement identifiable à l’époque mérovingienne. L’Admonitio renforce donc le contrôle des connaissances des prêtres, de plus en plus isolés alors même qu’ils sont investis de veiller à tous les aspects de la vie de la communauté rurale. Cette réalité façonne à présent leur quotidien, auquel s’ajoute l’insistance d’adopter des rituels et des attitudes corrects. Ces exigences se retrouvent dans les capitulaires et conciles ultérieurs, mais toujours sous une forme très générale. Les manuscrits abordés par l’ouvrage constituent une source remarquable pour ainsi rendre compte concrètement de l’application des consignes.

4L’auteure définit comme « manuscrits pour prêtres » un ensemble de documents, apparaissant vers 800, principalement des collections de commentaires et d’instructions destinées à répondre aux besoins spécifiques des prêtres. Ces documents présentent tendanciellement les caractéristiques communes suivantes : une taille limitée, peu de décoration, un parchemin de faible qualité, l’usage d’un latin non classique et peu sophistiqué, présentant des textes souvent anonymes, des compilations à finalité pratique plutôt que d’autorité. Il n’y a pas de production centralisée ni de standardisation. Rédigés par des mains anonymes, n’étant pas issus des grands scriptoriums carolingiens, ces documents peuvent circuler de part en part du monde franc et font l’objet de fréquents rajouts et d’une utilisation sur de très longues périodes. Cet ensemble de caractéristiques rend très difficile leur datation et localisation d’origine.

5Trois chapitres centraux présentent successivement le traitement, dans les manuscrits pour prêtres, du baptême, de la messe et de la pénitence. Des tendances communes à ces trois « pierres angulaires de la société chrétienne » apparaissent. Malgré certaines constantes dans les références (Dominus Vobiscum et Primum ordine pour la messe, Jean Cassien pour la description des péchés) ou sur certains points rituels (l’absence de la triple immersion est considérée comme condition d’invalidité du baptême), c’est avant tout la diversité la plus grande qui caractérise ces textes, en particulier pour ce qui est des explications, que celles-ci soient destinées aux clercs ou aux laïcs. L’un des aspects centraux de ces documents est la volonté de fournir une connaissance, la plus socialement élargie possible, du sens des gestes et des mots de la liturgie, « car la prière est une demande stupide si la personne qui demande ne sait pas ce qu’elle demande » (ms Sankt Gallen, Stiftsbibliothek 40-III, début ixe siècle). Cette unité du désir d’instruction aboutit à une diversité, pouvant aller jusqu’à la contradiction et parfois à des propositions assez peu orthodoxes pour ce qui est des explications données. Sur ce point, on peut regretter que, peut-être en raison du caractère numériquement limité du corpus, les exemples ne soient donnés qu’à titre d’illustrations ponctuelles, au détriment d’une analyse plus systématique.

6Les deux derniers chapitres visent à montrer que la compétence du prêtre s’étend bien au-delà de ce que l’on pourrait considérer comme son domaine d’action légitime, donnant ainsi à voir le degré d’intrication entre l’économie du salut et les autres dimensions de la vie sociale. On rencontre en effet, dans une proportion moindre et des annotations parfois marginales, des conseils, allant des prières pour les semailles au choix des jours fastes pour entreprendre une action particulière, à la connaissance de la destinée d’un enfant, des recettes de médecine, ou encore des conseils légaux, en particulier la mise en œuvre d’une ordalie, alors même que les critiques épiscopales contre cette pratique se multiplient déjà. Les deux sujets qui dominent cet ensemble foisonnant sont les questions sur le mariage, de ses conditions de validité aux pratiques sexuelles permises, et la santé, mêlant recettes médicales et astrologie. Si les textes dénoncent les hérétiques comme une réalité du passé, et les païens comme une menace toujours présente sous la forme des jeteurs de sorts et devins, nombre de pratiques sont tolérées. Ainsi se combinent, parfois dans le même manuscrit, d’une part des condamnations prévues, plus lourdes pour les prêtres ou ceux qui s’adonnent aux pratiques païennes (amulettes, célébration du premier janvier, usage des augures) et d’autre part, pleinement utilisables par les prêtres, des pratiques divinatoires dont le sortes sanctorum fondé sur le jet de dés, une pratique pourtant condamnée par des conciles depuis le ve siècle.

7Avec un corpus limité par rapport à l’étendue des populations laïques et sacerdotales, cet ouvrage parvient à donner une image à la fois de la fonction et de la position du prêtre dans les communautés laïques de l’époque carolingienne. Agent que l’on espère former au mieux et aussi destiné à la formation des fidèles, il n’est pas seulement le maillon central de l’intégration liturgique des laïcs sur la voie du salut, mais le détenteur du monopole local du savoir légitime ; les pratiques concurrentes, y compris lorsqu’elles sont identiques, sont rejetées comme païennes et diaboliques. Le seul regret à la lecture de ce livre admirable est la critique de l’historiographie classique, réduite de manière parfois caricaturale à une approche top/down : le lecteur a par exemple des difficultés à comprendre en quoi Sacré Charlemagne de France Gall illustre les limites de la « tradition historiographique de plusieurs pays européens ». On aurait préféré que ces lignes soient remplacées par une combinaison entre la connaissance empirique du sacerdoce et les transformations ecclésiologiques contemporaines concernant la position du prêtre par rapport à l’évêque et au sacrement eucharistique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Fontbonne, « Carine van Rhijn, Leading the Way to Heaven. Pastoral Care and Salvation in the Carolingian Period », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 261-262.

Référence électronique

Alexis Fontbonne, « Carine van Rhijn, Leading the Way to Heaven. Pastoral Care and Salvation in the Carolingian Period », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73936 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73936

Haut de page

Auteur

Alexis Fontbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search