Navigation – Plan du site

AccueilNuméros204Comptes rendusHenning Wrogemann, Christian Witn...

Comptes rendus

Henning Wrogemann, Christian Witness in a Globalised World. Meeting the Challenges of Religious Plurality, Secularity and Interculturality

Zürich, Verlag, 2021, 167 p.
Pascale Gruson
p. 262-264
Référence(s) :

Henning Wrogemann, Christian Witness in a Globalised World. Meeting the Challenges of Religious Plurality, Secularity and Interculturality, Zürich, Verlag, 2021, 167 p.

Texte intégral

1La responsabilité de partager le message évangélique afin d’en nourrir l’espérance est une dimension fondamentale du christianisme depuis les temps anciens de l’Église primitive. Ses mises en œuvre concrètes peuvent cependant ne pas être en harmonie avec l’intention initiale. Certaines, en tout cas, n’ont pas manqué de violence à l’endroit de sociétés qui paraissaient fermées à leur vérité : les croisades, des missions conquérantes en Amérique latine et en Afrique, les guerres de religion, les pratiques inquisitoriales et en milieu protestant, des missions évangéliques ont fait peu de cas du respect de l’altérité. Mais d’autres ont été, et sont encore, très engagées dans des missions humanitaires, avec l’ambition d’apaiser les souffrances et de réduire l’injustice. Un grand nombre de missions de christianisme social ont pris en charge localement des déséquilibres liés à un développement industriel rapide, leur donnant une visibilité et leur apportant des solutions. On peut penser par exemple à l’Armée du Salut, une initiative de l’Église méthodiste, née en Angleterre à la fin du xixe siècle et qui connaît encore maintenant un rayonnement dans nombre de pays. La longue histoire des missions s’inscrit dans la multiplication d’interdépendances économiques, sociales et politiques, source de relations très contrastées et souvent violentes, qui se déploient désormais à une échelle planétaire. Elles sont souvent relayées par des actions venues de la société civile au sein de nombreuses associations ou d’organisations non gouvernementales (ONG), réservoirs de ressources séculières pour traiter de problèmes multiples, y compris les entraves aux exigences de la démocratie.

2Dans notre présent, les missions chrétiennes sont sans aucun doute concurrencées. Elles le sont par d’autres religions, par d’autres formes de communication, ce qui se traduit entre autres par un marché de l’advenir heureux où chacun est supposé trouver une place – marché particulièrement volatil, décevant hors de l’instant, voire violent… C’est là un défi que les instances chrétiennes ne peuvent plus ignorer et qui les oblige souvent à des replis défensifs, et que cherche à relever ici Henning Wrogemann.

3Pasteur et théologien luthérien, il est responsable du Séminaire évangélique (Kirchliche Hochschule) de Wuppertal/Bethel en Allemagne. Wrogemann est l’auteur de nombreux écrits dans lesquels, prenant acte de la diversité des religions et des cultures, il s’intéresse à leurs croisements et à la fécondité de leurs rencontres. L’affrontement est sûrement inévitable, mais il est aussi source de clarification des enjeux des missions. Le présent livre est ainsi un recueil d’articles qui ont été des étapes ou des synthèses significatives de ses travaux. Il s’y dessine une ligne directrice dégageant ce qui fait l’originalité du christianisme et la singularité de sa vocation missionnaire : le rapport à Dieu qui se dit dans la doxologie – l’Action de grâce – invoquant Dieu qui est amour, Dieu qui est alors Père, Fils, Saint-Esprit, Dieu trinitaire. Cette doxologie (gloire à Dieu, Père, Fils, Saint-Esprit) est un moment liturgique essentiel dans le culte chrétien, car elle affirme – par sa dimension théologique – une vérité dont la dimension d’universalité ne peut jamais donner prise ou légitimité à des normes fermées.

4Dans une première partie, l’auteur s’attache à montrer en quoi cette doxologie peut préserver l’action missionnaire d’une visée dominatrice en proposant de prendre au sérieux les ressources des sociétés civiles. Si l’on considère en effet que toute religion missionnaire, l’islam entre autres, intervient dans un voisinage de cultures et de traditions, la question est alors d’aménager au mieux cet échange, en vue de les associer. Mais il y a des associations plutôt impératives – l’idée d’un compagnonnage de type communautaire reposant sur des normes fermées au nom de Dieu qui n’aime pas telle ou telle conduite – et d’autres qui font place à une hospitalité réciproque en soi plus ouverte et plus amicale à autrui dans ses différences. Par sa doxologie qui dit l’amour d’un dieu trinitaire, un amour qui ne peut se dire dans des normes préétablies, le christianisme a vocation à préférer l’hospitalité, comme horizon de sa mission, horizon toujours menacé, mais toujours présent.

5Dans une seconde partie, l’auteur interroge la mission dans le temps présent. La variété des univers religieux et des cultures peut brouiller les pistes. Certains univers sont troublants et potentiellement inquiétants, tel le retour à des pratiques magiques, ou des figures de démons qui s’immiscent dans le sens commun. Le dialogue peut permettre une approche de ces dispositions d’esprit, des inquiétudes, des obscurités qu’elles expriment aux fins de dégager d’autres horizons de sens et d’attente. Parce qu’il n’est pas simple, ce dialogue suppose pour la mission des allers et retours incessants avec la doxologie, ceux-là qui suggèrent d’approfondir les ressources de réflexion, ceux-là qui empêchent d’imposer des normes, ceux-là qui nourrissent une exigence œcuménique.

6L’auteur sait poser le problème des chantiers de mission qui s’ouvrent dans le monde présent, proche ou lointain. Ce sont des chantiers qui, de toute évidence, font partie aussi des responsabilités de la société civile, qui doivent être partagés avec elle. Et il ne peut sous-estimer les risques d’emprises qui surgissent de croyances diverses, les leurres qui peuvent en résulter au nom de vérités et de normes qui font peu de cas du rapport à autrui et du respect de sa personne. L’argumentation est subtile. Elle retient sans aucun doute l’attention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Gruson, « Henning Wrogemann, Christian Witness in a Globalised World. Meeting the Challenges of Religious Plurality, Secularity and Interculturality », Archives de sciences sociales des religions, 204 | 2023, 262-264.

Référence électronique

Pascale Gruson, « Henning Wrogemann, Christian Witness in a Globalised World. Meeting the Challenges of Religious Plurality, Secularity and Interculturality », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 204 | 2023, mis en ligne le 02 février 2024, consulté le 27 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/73944 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.73944

Haut de page

Auteur

Pascale Gruson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search