Navigation – Plan du site

AccueilNuméros205VariaAutour de la prièreLes rituels de prières des israél...

Varia
Autour de la prière

Les rituels de prières des israélites français au xixe siècle

French translations of the Jewish prayer ritual in the 19th century
Traducciones al francés del ritual de oración judío en el siglo XIX
Yehouda Bitty
p. 13-34

Résumés

Les nombreux rituels de prières à l’intention des juifs de France, publiés tout au long du xixe siècle révèlent les transformations identitaires du franco-judaïsme, liées au passage de l’émancipation à l’intégration. En introduisant la langue française dans le texte hébraïque, en s’efforçant de préserver l’usage traditionnel ou au contraire, en désirant le moderniser, ces différents rituels illustrent les diverses tendances du judaïsme français : conservatrice, réformatrice ou tout simplement pragmatique. De plus, l’appareil didactique du nouveau rituel redéfini son rôle initial : ce n’est plus seulement un livre de prières mais également un outil didactique au service de l’instruction religieuse. Une fois encore, l’étude approfondie du livre révèle son rôle d’agent culturel dans une société en changement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour une plus ample connaissance de la prière juive, voir Steinsaltz, Eisenberg, 2011.
  • 2 Les termes hébraïques figurant dans cet article sont transcrits selon l’orthographe utilisée dans (...)

1La prière juive s’enracine dans la croyance selon laquelle l’homme a la possibilité, aussi bien individuellement que collectivement, de s’adresser à Dieu, qui l’entendant, répond à son appel. Originellement improvisée (c’est ainsi qu’elle apparaît déjà dans le texte biblique), la prière se formalise dans l’Antiquité, lorsqu’un modèle liturgique pour le culte quotidien et les jours de fête vit alors le jour. À ce noyau désormais canonique vinrent s’ajouter au fil des siècles de nombreuses prières en forme poétique ou en prose, propres à une communauté ou à une autre1. En Europe, bien que toutes les prières soient rédigées en hébreu, on distingue ainsi le rite allemand (ou achkenaze2) du rite ibérique (ou sefarade). Ces textes liturgiques sont réunis dans le rituel de prières israélite (Siddour pour les prières quotidiennes ou Mahzor pour les jours de fêtes) dont l’usage est destiné aussi bien à la synagogue, lors de l’office public, qu’au domicile. Avec l’apparition de l’imprimerie, le rituel de prières devient plus maniable et largement diffusé, contrairement au volumineux codex médiéval, richement enluminé et surtout réservé à l’officiant.

  • 3 Voir pour un état des lieux de ce processus : Cohen, 1994 : 5-22.

2Cet article se concentre sur les rituels de prières destinés aux israélites de France au xixe siècle. En effet, une dizaine de rituels différents (sans compter les nombreuses rééditions) voient le jour sous les presses de l’imprimerie française tout au long de cette période. Tous ces rituels présentent une nouveauté : la langue française y est présente, soit dans une traduction juxtaposée au texte hébraïque, soit dans des instructions sur le déroulement de la prière publique, à l’intention du fidèle. Cette production témoigne d’un besoin nouveau : le traditionnel rituel de prières, rédigé en hébreu, ne convient plus à la réalité sociale et spirituelle des juifs de France. Dans l’historiographie qui leur est consacrée, les transformations du culte au xixe siècle ont souvent été considérées comme l’un des vecteurs de l’évolution du franco-judaïsme, de l’émancipation à l’intégration3. Bien que plusieurs aspects de cette thématique aient déjà été traités, comme le rôle des consistoires (Schwartzfuchs, 1989 : 281-302), la rhétorique rabbinique (Chouraqui, 2012 : 541-555) et l’architecture synagogale (Jarassé, 2004 : 65-75), l’apparition des rituels de prières en langue française n’a presque pas été retenue, comme s’il s’agissait d’un fait évident, sans signification particulière. Pourtant, leur diversité invite à la réflexion et à l’analyse. Plus qu’un objet cérémoniel, le rituel de prières propose une mosaïque de thèmes, de références et de symboles déposés sur la trame définissant les rapports entre Dieu et l’Homme. Il interpelle le fidèle et définit le caractère de la relation sociale au sein de l’assemblée en prière, autour d’une histoire commune et d’une aspiration partagée. Il semble que les différents rituels publiés à cette époque en langue française dévoilent des tensions, mais également des doutes, dans une période où se redéfinit l’identité juive entre tradition et modernité, et entre particularisme et intégration.

3Cet article se propose ainsi de présenter la production de nouveaux rituels de prières durant un « long » xixe siècle (1772-1904), et de définir son apport à la compréhension du processus d’intégration des juifs de France. L’approche méthodologique que nous avons adoptée emprunte certains outils d’analyse aux études littéraires et à la sociologie de la littérature. En effet, s’il existe bien une pluralité d’ouvrages de prières, envisager les livres dans leur globalité permet d’identifier leurs spécificités respectives, les intentions de ceux qui les éditent et les attentes de ceux qui les achètent.

4C’est pourquoi nous nous appuierons sur la notion de paratexte, proposée par le théoricien de la littérature Gérard Genette. Selon lui, si le texte est la trame du livre, le paratexte est ce par quoi « un texte se fait livre et se propose comme tel à ses lecteurs, et plus généralement au public » (Genette, 1987 : 7-11). Ainsi, les éléments de paratexte, autrement dit le titre, le nom de l’auteur, la préface, l’avant-propos et la table des matières, sont un message matérialisé qui donne un sens particulier à celui que délivre le texte. L’analyse du paratexte se fonde sur les réponses aux questions suivantes : de quel type de message s’agit-il ? À qui est-il destiné ? À quel besoin répond-il ? L’étude du paratexte est utilisée non seulement dans le domaine de la recherche littéraire mais aussi dans celui de l’histoire du livre (Chartier, Roche, 1974 : 114-136 ; Mailhot, 1985 : 285-308). Cette démarche s’accommode particulièrement à l’étude des livres de rituels de prières au xixe siècle, car ce fut une période où les fidèles se trouvaient face à une offre de plus en plus diversifiée, et qui connaissait un certain pluralisme religieux au sein du judaïsme en France.

  • 4 Le corpus consulté s’appuie sur les ressources documentaires suivantes : le catalogue de la Biblio (...)
  • 5 Ont donc été écartés tous les rituels où seule la langue hébraïque est utilisée. Voir également no (...)

5L’examen des différents rituels de prières édités en France au xixe siècle permet de déterminer plusieurs critères dans l’élaboration d’une typologie4. Nous avons retenu ceux qui sont proches de notre thématique comme la place donnée à la langue française, l’aspect novateur de l’ouvrage ou l’accompagnement du fidèle dans sa prière5. Ces critères contribuent à définir une typologie qualitative autour de ces axes et de distinguer quatre catégories d’ouvrages :

  • le type pragmatique : il répond à une nouvelle réalité qu’il accepte sans regret apparent. La langue française y est prédominante, en raison du déclin de la connaissance de la langue hébraïque chez le fidèle ;
  • le type réformateur : audacieux, il présente une nouvelle vision du vécu de la synagogue et de la relation entre le fidèle et la prière ;
  • le type conservateur : respectueux du texte traditionnel, son but est de le préserver et de le perpétuer ;
  • le type didactique : il enrichit le texte liturgique, quitte à le transformer en outil pédagogique, complémentaire de l’instruction religieuse.

6Comme toute typologie, il s’agit là d’une classification théorique qui repose sur une analyse comparative. Concrètement, aucun rituel n’appartient exclusivement à l’un de ces types. Mais, puisque chacun est plus ou moins proche de ces types définis précédemment, on parlera donc d’un modèle. De même, un rituel particulier peut illustrer sans équivoque un des modèles et en parallèle, s’apparenter à un autre modèle. Cette classification permet de saisir la complexité des enjeux concernés. Elle s’inscrit donc dans la continuité des recherches de Phyllis Cohen Albert (1977 : 124-142, 129-171, 259-264), de Jay Berkovitz (2004 : 191-212), de Perrine Simon-Nahum (2004) et de Jean-Marc Chouraqui (1990 : 39-57) qui ont déjà démontré l’action régénératrice des figures du franco-judaïsme dans la création de nouvelles modalités de l’identité juive au sein de la synagogue. Cette étude, qui se concentre sur un « objet » et non sur un acteur, nous permet de mettre en relief l’enchevêtrement des différentes tendances au sein du judaïsme en France au xixe siècle, qui se reflète souvent au sein du même livre de prières.

Le modèle pragmatique : la traduction en langue française

  • 6 Je remercie Peter Nahon de m’avoir indiqué cette référence.

7Le premier rituel en langue française illustre le modèle pragmatique. Il est l’œuvre du provençal Mardochée Venture, hébraïste et bibliothécaire à la Bibliothèque royale (Mrejen O’hana, 2015)6. Cet ouvrage, publié sur une dizaine d’années (Nice et Paris, Lambert, 1772-1783), précède même l’émancipation des juifs. Il contient toutes les prières de l’année, en quatre gros volumes : Prières journalières à l’usage des juifs portugais ou espagnols (Nice et Paris, Lambert, 1772), Prières des jours de Rosh-Haschana et du jour de Kippour (Nice et Paris, Lambert, 1773), Prières des festes de Pessah, de Sebouhot et de Souccot (Nice et Paris, Lambert, 1774), Prières des Jeûnes de Guedalya, de Tebeth, d’Esther, de Tamouz et d’Ab (Nice et Paris, Lambert, 1783). Ce rituel en français sans texte hébreu (mis à part le premier mot de chaque paragraphe), destiné aux juifs bordelais dont certains avaient droit de séjour à Paris, témoigne de l’intérêt de ces israélites pour la vie religieuse mais également de leur éloignement de la prière juive traditionnelle (Malino, 1978 ; Cavignac, 1991 ; Nahon, 2003). Dans sa préface, Venture constate en effet que ses coreligionnaires ne comprennent plus le texte des prières en hébreu :

Je voyois depuis long-tems avec chagrin que cette vive expression de la confiance & de la tendresse filiale de l’ancien Peuple de Dieu n’étoit qu’imparfaitement sentie par ceux d’entre nos Frères qui n’ont pas fait une étude assez suivie de notre langue originelle, & ne l’étoit point du tout par ceux qui n’en ont aucune notion […] L’objet de cet ouvrage est de les lui offrir dans un langage qui puisse exciter ces sentiments dans le cœur des personnes qui n’ont aucune connoissance de la langue hébraïque. (Prières journalières à l’usage des juifs portugais ou espagnols, Nice et Paris, Lambert, 1772 : XVIII)

8Reconnaissant le changement qui s’est produit, l’hébraïsant s’adapte à la nouvelle réalité et propose une solution pratique afin que les fidèles n’aient pas le sentiment d’effectuer des rites incompréhensibles : un rituel en français. Sa position est donc pragmatique. L’hébreu n’est réintroduit que dans la troisième édition (Bordeaux, L. Lévy, 1837), mais de manière phonétique, un usage qui sera repris très souvent, surtout à partir de la seconde moitié du xixe siècle. Venture explique en effet qu’« on a jugé à propos d’ajouter dans cette nouvelle édition le texte original des kaddish, à l’usage des personnes auxquelles la connaissance de la langue sacrée est demeurée étrangère » (ibid. : 409).

9Les Prières de Venture reflètent également l’identité morcelée des juifs « espagnols et portugais », déjà domiciliés en France avant l’émancipation, mais considérés jusqu’en 1772 comme des étrangers originaires de la péninsule Ibérique. Il n’est donc pas étonnant que l’on trouve, à la fin du premier volume, les horaires hebdomadaires du Chabbat à Amsterdam, et non en pas France, où résident les fidèles des Prières. Le lien avec leurs coreligionnaires d’Amsterdam, siège principal des juifs exilés d’Espagne au xviiie siècle, reste fort pour les membres de cette communauté : Amsterdam est leur point de référence dans le présent. La première édition du texte contient donc trois repères géographiques différents, et trois cercles d’identification : la péninsule Ibérique, la France, la ville d’Amsterdam.

10La troisième édition de cet ouvrage révèle qu’un changement identitaire s’est opéré : les « juifs portugais » dont il était question dans le titre complet de la première édition sont devenus des « israélites de rite portugais » et les horaires du Chabbat qui y sont indiqués, sont ceux, cette fois, des villes de Bordeaux et de Bayonne.

  • 7 Certes David Drach a publié un ouvrage uniquement en français (Paris, l’auteur, 1819) mais l’on ne (...)

11La publication d’un rituel entièrement rédigé en français n’a pas son équivalent dans le rite achkenaze, dit allemand, qui préfère une formule bilingue (hébreu-français)7. C’est Joël Anspach qui relève ce défi en proposant un Rituel des Prières journalières à l’usage des israélites selon ce modèle (Metz, Gerson Lévy, 1820). Il invoque la même raison que Venture pour justifier son initiative :

C’est dans les entretiens avec ma famille, que l’idée de traduire et de publier le recueil de nos prières m’a été inspirée ; entouré d’une épouse et de sœurs qui rendent à la divinité l’hommage qui lui est dû et dont le cœur éprouve le besoin de s’adresser à notre père céleste, elles m’ont souvent fait observer avec raison qu’elles ne faisaient qu’un jeu d’automate, en répétant machinalement des expressions qu’elles ne comprennent point… non seulement les femmes, même une grande partie des hommes qui n’ont point fait l’étude de la langue sacrée… (ibid. : I)

12Le Rituel d’Anspach ne préconise aucun changement dans le corps du rituel traditionnel, mis à part la traduction des prières et des instructions qui l’accompagnent habituellement. Il se veut donc un ouvrage pratique qui correspond à ce que nous désignons sous le nom de « modèle pragmatique ». Il sera édité plusieurs fois (Metz, Hadamard, 1827 ; Metz, C. Grodvolle et Bloch, 1843 ; Metz, Mayer Samuel, 1848 ; Metz, J. Charleville, et Paris, L. Blum, 1868) même lorsqu’il sera en concurrence avec des ouvrages qui reflètent une conception différente du rituel.

Le modèle réformateur : une nouvelle vision de la prière

13Comme le modèle pragmatique, le modèle réformateur résulte d’une prise de conscience des changements sociaux intervenus dans les communautés juives de France. Mais, si le modèle pragmatique se limite à la traduction en français du rituel traditionnel, le modèle réformateur va bien plus loin. Il est destiné à développer une nouvelle vision du rôle de la synagogue, dans l’espoir de freiner la tendance assimilationniste et de rapprocher l’individu des voies de la prière.

  • 8 Sur ce rabbin peu commun : Schreiber, 1992 : 2-22 ; Weill, 2002 : 137-143.

14Alexandre Créhange (1791-1872), homme de lettres et une des figures principales de la communauté juive parisienne sous le second Empire, fait partie de ces « régénérateurs » pour reprendre la formule de Berkowitz (2004 : 191-212), qui élaborèrent de nouvelles modalités d’identité juive, face à l’indifférence croissante des juifs parisiens à l’égard de la religion (Lustman, 2006 : 351-356). En 1861, il publie les Prières des Fêtes à l’usage des Israélites français, portugais et espagnols (Paris, Librairie israélite), et ensuite, avec l’aide du jeune rabbin Elie Aristide Astruc8, les Prières de Rosch Haschana à l’usage des Israélites français, portugais et italiens (Paris, Librairie israélite, 1864), suivies par les Prières de Kippour (Paris, Librairie israélite, 1864). Destinés à servir la communauté entière, ces rituels des fêtes juives ont pour objectif de créer un nouveau rite, le « rite français » :

Nos livres des fêtes sont bien du rite portugais pur, mais, nous l’avouons volontiers, notre intention est d’offrir ces livres à toutes les familles israélites, à quelque rite qu’elles appartiennent. (Prières de Rosch Haschana à l’usage des Israélites français, portugais et italiens, Paris, Librairie israélite, 1864, préface : VI)

15Créhange qui est d’origine lorraine – donc, du rite achkenaze, explique pourquoi le nouveau rite se base sur le rite portugais :

Toutes les prières obligatoires sont absolument les mêmes pour tous les rites […] les Sphardiim ont conservé les prières obligatoires dans leur pureté primitive, tandis que les Aschkenasim les ont surchargées d’une énorme quantité de Piyoutim, ou prières non-obligatoires, devenues inintelligibles pour l’immense majorité des fidèles. (ibid. : VII)

16Ce projet n’est pas l’initiative d’un individu avant-gardiste qui se révolte contre l’autorité établie. Bien au contraire, il se situe dans l’esprit de la conférence des rabbins de 1856 et représente l’aboutissement des résolutions prises par le corps rabbinique sous la conduite du Consistoire central. Cette conférence voulait en effet mettre fin à un vaste débat public et institutionnel sur les réformes nécessaires pour adapter le culte public aux nouvelles exigences du siècle : harmonie, ordre et dignité. La simplification du rituel par l’allégement de certaines prières (surnommées Piyoutim) et la tentative d’unifier les différents rites dans un rite français étaient au cœur des délibérations de la conférence (Berkovitz, 2004 : 210-211).

17La recherche d’une unité religieuse par les instances dirigeantes du judaïsme français est la preuve de l’aspiration à une nouvelle identité juive nationale. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre le modèle réformateur du rituel de prières en France. Contrairement à ce qui se passe en Allemagne par exemple, ces ouvrages ne portent pas atteinte à l’usage synagogal farouchement défendu par la majorité des rabbins consistoriaux. En France, ces initiatives sont, en fait, des offensives du rabbinat, comme l’a souligné Perrine Simon-Nahum (2007 : 26-27).

18Les efforts d’unification du rite français sont poursuivis par le rabbin Moïse Bloch (1815-1909) dans son Seder ha-Tefilat. Rituel de prières pour la semaine, le sabbat et les trois fêtes : conforme au service adopté pour les synagogues de Paris. Rite Allemand (Paris, A. Lévy, 1878, 1890 et Paris, Libraires du culte israélite, 1913). Il est publié avec l’approbation des grands rabbins Lazare Isidor et Zadoc Kahn qui désirent ardemment voir se répandre le nouveau rite allégé, déjà en usage à la synagogue de la rue de la Victoire :

Le public n’aura plus désormais, pour suivre les offices, ni de gros livres à feuilleter, ni surtout de programme à consulter. C’est un progrès, et c’est à vous qu’on le devra […] C’est le Minhag du Grand Temple, mais c’est un acheminement vers quelque chose de plus général, vers un Minhag français que nous appelons de nos vœux. Un jour viendra où il y aura dans tous nos temples et toutes nos Communautés, le même rituel et les mêmes prières. (Paris, A. Lévy, 1878 : VI-VII)

19Cependant, malgré ces souhaits, le rite français ne réussit pas à s’imposer dans toutes les communautés consistoriales.

  • 9 Sur cet acteur principal de la régénération : Simon-Nahum, 2004 : 27-42 ; Kaufmann, 2014 : 77-118.

20S’il est difficile d’opérer ces changements dans l’espace public, il en va différemment dans le domaine privé. Le modèle réformateur apparaît dans de nombreux recueils de prières personnelles (ou de méditations) proposées à l’occasion d’événements divers. Contrairement aux rituels qui permettent aux fidèles de suivre l’office public synagogal, ces ouvrages sont destinés au « culte domestique ». Le premier de ces recueils est La Vallée des Pleurs de l’hébraïsant réputé Samuel Cahen (1796-1862)9, qui réunit les Prières qu’on récite au cimetière, près des malades, des mourants et des morts (Paris, Bureau des Archives israélites, 1847). Bien que l’usage de ces prières soit ancien, cet ouvrage n’est pas simplement la traduction d’un recueil traditionnel. Dans son « Avant-propos », Cahen présente ainsi son projet novateur :

Nous avons conservé intégralement quelques prières, en les accompagnant d’une traduction française. Nous nous sommes contentés d’extraire la substance de quelques autres, et nous avons composé quelques méditations en faveur des personnes qui ne peuvent donner elles-mêmes une forme aux pensées mélancoliques inspirées dans un cimetière. (ibid. : 6)

21Un autre de type de recueils innovants est celui destiné aux femmes, comme la compilation de Georges Heumann au titre plus qu’évocateur : La Fille d’Israël, recueil de prières pour la femme israélite (Haguenau, éditeur non identifié, 1847). L’ouvrage du grand rabbin Arnaud Aron (1807-1890), intitulé Prières d’un cœur israélite. Livre d’offices et recueil de prières et de méditations pour toutes les circonstances de la vie, et publié à Strasbourg en 1848 par la Société consistoriale des bons livres (Bas-Rhin), contient, entre autres, de nombreux textes destinés à la fille, à l’épouse et à la mère.

22La plupart de ces textes sont des compositions nouvelles. Il s’agit, en fait, de l’adaptation moderne d’un usage ancien : les recueils de prières pour femmes en judéo-allemand. Dans la société juive traditionnelle, la femme juive, éloignée de la scène de l’office public, prie pour le bien de ses proches, chez elle, dans sa langue maternelle. Dans la société moderne, elle fréquente davantage la synagogue et continue également à prier chez elle pour les siens.

23Ces nouvelles prières reflètent l’image sociale de la femme juive du xixe siècle, ses préoccupations et ses désirs, ainsi que ses aspirations. C’est une Parisienne originaire d’Europe centrale, Amélia Marsden, qui offrira à ses contemporaines, en 1904, son ouvrage intitulé La fille de Sion. Recueil de prières et de méditations pour les jeunes filles et les femmes israélites, adaptées d’après divers auteurs (Paris, A. Durlacher). Un livre de prières pour femmes, rédigé par une femme : voilà un bon exemple du modèle réformateur.

24Isaac Levy, grand rabbin de Bordeaux à la production littéraire très prolifique, publie, en fin de carrière, un recueil très particulier qui sort des sentiers battus : Heures de recueillement, prières pour tous les sabbats et fêtes de l’année et pour des circonstances diverses (Paris, Vve Durlacher, 1898). Cette initiative est très créative : elle propose pour chaque Chabbat une prière de caractère méditatif, inspirée de la lecture de la Torah dudit Chabbat (la « péricope »). À qui est destiné cet ouvrage ? Cela n’est pas indiqué dans la courte préface de l’auteur, mais l’on comprend que son usage est domestique et l’on peut deviner qu’il s’agit d’une alternative à l’office public synagogal. Pour de nombreux juifs travaillant le samedi, ce recueil permet de maintenir le lien avec le calendrier communautaire, en parallèle avec ce qui se passe à la synagogue. C’est une réponse religieuse inédite à une réalité sociale nouvelle.

Le modèle conservateur : le respect du texte traditionnel

25Le modèle conservateur se distingue par l’attention donnée au texte hébraïque traditionnel et par l’importance de la version originelle de la prière juive aux yeux du rédacteur.

26Une dizaine d’années avant le rituel innovateur du rite français présenté précédemment, Créhange publie un rituel des prières journalières (Tephillat Adath Yeshouroun. Prières des Israélites français, Paris, Librairie israélite, 1850), qui présente des caractères propres au modèle conservateur. Il s’agit d’un rituel bilingue où le texte en hébreu est placé en regard du texte en français. Pourtant, sur le page de garde, le titre « en français » est en fait un titre en hébreu, transcrit en phonétique, titre qui est fréquemment utilisé pour les livres de prières : Tephillath Adath Yeshouroun (littéralement : « Prière de la communauté d’Israël »). Ainsi, la langue française n’est utilisée que pour le sous-titre : « Prières des Israélites français ». Cette page de garde révèle le caractère traditionnel de ce livre de prières, comme cela est clairement exprimé dans l’avant-propos que l’auteur adresse à ses « coreligionnaires » :

Les indications relatives au cérémonial y ont été données en hébreu, en français et en allemand […] et les Fidèles y trouveront des hymnes et des prières dites Tehinot [en hébreu dans le texte] qui ne figurent dans aucun Rituel français. Ayant pris Heidenheim pour modèle […] j’ose croire que mon Rituel se distinguera par la pureté du texte hébreu. (ibid. : 4)

  • 10 L’approbation rabbinique (la Haskama) est la version juive de l’imprimatur de l’Église catholique. (...)

27Ce rituel est donc, tout d’abord, une adaptation de celui publié par le grammairien et exégète allemand Wolf Heidenheim (1757-1832) en 1800 à Rödelheim, faubourg de Francfort-sur-le-Main. Connus pour l’exactitude du texte originel et la qualité de la typographie, les ouvrages de Heidenheim faisaient autorité dans les milieux juifs orthodoxes allemands. Créhange adopte donc ce format et reproduit le texte hébraïque avec des notes explicatives, non pas « en allemand », mais en judéo-allemand, c’est-à-dire en caractères hébraïques « carrés » (Baumgarten, 2002 : 20). Il y ajoute une traduction française qualifiée de « remarquable par sa pureté et son élégance » par le grand rabbin Marchand Ennery, dans son approbation placée au début de l’ouvrage10.

  • 11 Astruc, qui semble, d’après la préface, être plus impliqué dans cet ouvrage que Créhange lui-même, (...)
  • 12 Il est intéressant de remarquer qu’un rituel de prières conforme au rite des communautés espagnole (...)

28Quelques années après, c’est le rite portugais que Créhange veut préserver, avec l’aide du jeune rabbin Elie Aristide Astruc. Dans leur Mincha Hadasha. Prières de Rosch-Haschana à l’usage des Israélites français, portugais et italiens (Paris, Librairie israélite, 1864) suivi du Mincha Hadasha. Prières de Kippour (Paris, Librairie israélite, 1864), les prières sont « revues et corrigées d’après les rituels du Hazan Mendez et d’Abraham Attias » (page de garde). Il s’agit d’un projet qui s’inscrit dans la continuité du Tephilath Adath Yeshouroun de rite allemand, en proposant le texte original11, une traduction soignée, une pagination bilingue et de brèves instructions en français et en hébreu, imprimé en caractères Rachi, la typographie habituelle du judéo-allemand 12. L’approche de Créhange est donc conservatrice dans les années 1850, puis réformatrice, après 1860.

29Le Rituel des prières journalières à l’usage des Israélites (Metz, Mayer Samuel, 1850), « revu et corrigé par J. Charleville », est proche du modèle conservateur. Il semble basé sur le rituel de Joël Anspach, à l’exception de la traduction française et des notes explicatives qui ont été supprimées. En fait, les prières n’y figurent qu’en hébreu et seules les courtes instructions sont en français. Ainsi, le judaïsme alsacien prend soin de développer ses propres livres de prières en terre d’Alsace, en affirmant de la sorte un certain éloignement de la capitale, conformément à son caractère traditionaliste.

  • 13 Remarquons, ici aussi, la construction de l’appareil titulaire : titre principal hébraïque, puis t (...)

30À Paris, le représentant du modèle conservateur est sans doute Elcan Durlacher (1813-1889), dont la collection en dix volumes Erech Hatephiloth ou Rituel de toutes les grandes fêtes à l’usage des Israélites du rite allemand (Paris, A. Durlacher, 1852-1857), est complétée par la suite par Prières et pioutim de tous les sabbats de l’année (Paris, 1861-1864) ainsi que par un rituel journalier : Seder Hatephilot, ou Rituel des prières journalières à l’usage des Israélites du rite Allemand (Paris, A. Durlacher, 1869)13.

  • 14 Le Mincha Hadasha. Prières de Kippour (Paris, Librairie israélite, 1864) de Créhange contient une (...)
  • 15 Il importe de noter que, contrairement à la plupart des auteurs, Durlacher a publié tout d’abord s (...)
  • 16 Elcan Durlacher, bien qu’étranger, était proche du milieu rabbinique parisien. Il épousa Flore Enn (...)

31Ses traductions sont claires et précises, les indications liturgiques y sont minimes14. Bien qu’il ne jouisse pas officiellement de l’approbation du corps rabbinique, les israélites parisiens de rite allemand sont fidèles au « Durlacher » : le rituel des fêtes est réédité en 1865 et le rituel journalier est publié pour la dixième fois en 1892, toujours sans aucune approbation du corps rabbinique15. Les rééditions du rituel des fêtes contrarient donc les efforts d’unification du rite français et entendent perpétuer le rite allemand traditionnel16.

  • 17 Sur ce rite particulier, le seul qui soit autochtone, voir Nahon, 2017 : 109-120.

32Le modèle conservateur aspire, en effet, à préserver le rite propre à chaque communauté, particulièrement face aux changements démographiques et aux mutations sociétales. Michaël Milhaud, descendant d’une des plus vieilles familles juives de Provence, publie un Rituel des prières en hébreu à l’usage des Israélites de l’ancien Comtat en trois volumes (Aix-en-Provence, Imprimerie de Vitalis, 1855). Le rituel précédent, entièrement en hébreu, lui était semblable et avait été imprimé à Avignon en 1765. Le nouveau comprend de brèves instructions liturgiques en français17. Trente ans plus tard, Jules et Mardochée Cremieu, parfaits hébraïsants et bons musiciens, ajoutent une dimension musicale au rituel de Milhaud, en publiant un ouvrage de plus de 200 pages intitulé Chants hébraïques suivant le rit[e] des communautés israélites de l’ancien Comtat-Venaissin (Aix-en-Provence, éditeur non identifié, 1885).

33Contrairement au projet unificateur du modèle réformateur, le modèle conservateur renforce les différentes traditions du judaïsme de France : le rite allemand, le rite portugais et le rite provençal, dit comtadin (Lunel, 1975 : 172).

Le modèle didactique : un outil complémentaire à l’instruction religieuse

34Les modèles décrits précédemment diffèrent les uns des autres par leur approche du texte liturgique. Pour sa part, le modèle didactique se réfère aux instructions rituelles et aux autres annotations qui figurent dans le livre de prières. Ces nombreuses remarques, intercalées entre les différentes prières, étaient déjà présentes dans des manuscrits liturgiques du Moyen Âge. À l’origine destinées à l’officiant auquel l’utilisation du codex pendant l’office public est accordée, elles guident le fidèle par la suite, après le développement du rituel imprimé. C’est donc un paratexte qui est devenu un texte à part entière. En fait, le texte du modèle didactique figure en parallèle du texte liturgique, de même que la note musicale apparaît dans une partition en parallèle du texte chanté.

35Dès 1772, Mardochée Venture avait ajouté, en bas de page de ses Prières, « des notes élémentaires pour en faciliter l’intelligence ». L’éditeur anonyme d’une nouvelle édition « revue et corrigée » (Paris, Bureau des Archives israélites, 1846) qui est sans doute Samuel Cahen, le directeur des Archives Israélites, va plus loin :

Nous donnons à la fin du volume une courte notice sur le motif des fêtes et des jeûnes […] utile aux femmes et aux enfants. (ibid. : VI)

36De même, dans la préface de son rituel (Metz, Gerson Lévy, 1820), Joël Anspach développe le thème de la prière juive et son historique selon les sources rabbiniques (Maïmonide et autres) auxquelles il se réfère implicitement. Il semble même vouloir transformer le livre de prières en manuel d’instruction religieuse :

Il peut d’ailleurs contribuer à faciliter l’étude d’une langue archive des vérités de toutes les religions, et dans laquelle se trouve écrit tout ce que l’Israélite doit croire et espérer. (ibid. : I)

37Dans la deuxième édition (Metz, Hadamard, 1827), il effectue quelques modifications d’ordre didactique :

Le public remarquera aussi que pour éviter, principalement aux enfants, des recherches trop embarrassantes, j’ai répété plusieurs prières, au lieu de les indiquer par des renvois ; enfin, une table des matières contribuera encore à faciliter les recherches. (ibid., « Avis à cette seconde édition »)

  • 18 Il est curieux que Créhange, pédagogue exemplaire, n’ait pas rédigé de précis d’instruction religi (...)

38Il semble que Créhange voit lui aussi dans le rituel l’occasion de transmettre des savoirs : les notes de son Tephillath Adath Yeschouroun (Paris, Librairie israélite, 1850), qui sont dispersées en différents endroits du rituel mais exposées au début du livre, dénotent une vocation didactique. En une douzaine de pages, Créhange a rédigé trente-huit notes. Certaines sont effectivement d’ordre liturgique (note 4 : « Adon Olam », note 12 : « Kaddish ») ; d’autres sont plutôt d’ordre pratique (note 2 : « Des Tephilines », note 33 : « Du Schophar »), et d’autres encore ne sont pas sans rappeler les dogmes rapportés dans les précis d’instruction religieuse (note 16 : « Souviens-toi », note 37 : « Juge équitable »)18. Les notes à l’intérieur du rituel sortent souvent, elles aussi, du cadre liturgique étroit et constituent un descriptif de la vie juive traditionnelle. C’est ce qui ressort de la page 110 de l’ouvrage :

Le vendredi après-midi, à l’heure fixée par les chefs de la Synagogue, à peu près une heure avant le coucher du soleil, tout travail cesse, et chacun, suivant ses moyens, revêt ses habits de fêtes en l’honneur du Sabbath. Vers l’heure de la prière, les femmes allument une lampe et prononcent la bénédiction suivante : Sois loué, Éternel notre Dieu…

39Il est vrai qu’avant Créhange, de nombreuses « notes élémentaires » de Venture dépassaient, elles aussi, largement le domaine de la prière pour expliquer d’autres notions de la vie juive et du calendrier religieux.

40Isaac Wurmser est, quant à lui, à l’origine d’une initiative particulière qui montre une autre facette du modèle didactique. Son ouvrage Prières juives. Le Mot à mot du rituel, ou la traduction littérale […] du rituel (Mulhouse, éditeur non identifié, 1859) est accompagné d’un « appendice grammatical à l’usage des écoles élémentaires israélites » dans une deuxième édition (Mulhouse, éditeur non identifié, 1865). Sa portée didactique ne concerne pas le « pourquoi de la prière » ou le « comment prier », mais bien la compréhension du texte de la prière. L’exigence de la traduction littérale du rituel facilite aussi la compréhension du texte de la prière et l’apprentissage de la langue hébraïque. Cette démarche aboutira à une traduction française interlinéaire publiée à plusieurs reprises (Rituel des prières journalières, avec traduction française interlinéaire, Paris, Librairie du culte israélite, 1877, 1882 et 1889 ; Paris, A. Durlacher, 1893, 1898 et 1906). Léopold Blum, l’éditeur de ce rituel, explique la raison de son entreprise dans sa préface :

Les différentes traductions françaises du Rituel, avec l’hébreu en regard, sont nécessairement plus ou moins libres et ne peuvent donner l’idée exacte de la phrase hébraïque à ceux qui ont besoin de s’en rendre compte. Une traduction littérale est seule capable d’atteindre ce but. Nous l’avons entreprise à la demande d’un grand nombre d’instituteurs et d’institutrices. (Paris, Librairie du culte israélite, 1877, préface, sans numéro de page)

  • 19 L’exemplaire consulté à la Bibliothèque nationale d’Israël (édition de 1877) porte en estampille l (...)
  • 20 Contrairement à L’Encens du Cœur de Simon Hallel (Metz, J. Mayer, 1867) qui est un manuel destiné (...)

41Certes, Créhange avait déjà introduit, dans son Tephillath Adath Yeschouroun. Prières des Israélites français (Paris, Librairie israélite, 1850), un alphabet hébraïque avec quelques instructions pour la lecture d’expressions particulières dans le rituel (comme les noms de Dieu). Mais il était farouchement opposé à la traduction littérale, lui préférant une littéraire. Pour lui, l’argument didactique se limitait à la compréhension du sens général de la prière, nécessaire pour produire une émotion religieuse chez le fidèle. Plus la traduction était belle, plus l’effet était grand. Blum a une vision didactique différente : le fidèle doit comprendre littéralement le texte hébraïque pour donner un sens et une authenticité à sa prière. Le texte de la prière doit donc être enseigné dans les écoles19. Le Rituel de Blum se trouve ainsi à l’intersection entre le livre de prières et le livre de classe20.

42Une extension ad absurdum du modèle didactique s’opère dans le recueil de prières personnelles du grand rabbin Lazare Wogue (1817-1897), intitulé Le Guide du croyant israélite. Recueil de prières, hymnes et méditations en prose et en vers, appropriées à tous les âges et à toutes les situations de la vie, à l’usage des israélites des deux sexes (Metz, J. Mayer, 1857 ; Paris, A. Durlacher, 1898). Cet ouvrage se présente comme, à la fois, un livre de prières et un livre d’instruction religieuse, ainsi que l’explique l’auteur dans sa préface :

Populariser la connaissance et l’amour de la religion par la voie de la prière, tel a été notre principal but […] Entretien de l’âme avec Dieu ou de l’âme avec elle-même, la prière est à la fois une force et une lumière ; elle éveille, soutient ou corrobore en nous l’idée religieuse, et elle est déjà elle-même un acte religieux […] Les paroles de ce livre, que l’auteur a mises dans vos bouches, seront vos paroles à vous ; et les pensées qu’il exprime vous sembleront l’écho de vos propres pensées. La prière nous a donc paru être le canevas le plus heureux pour l’instruction religieuse. (Metz, J. Mayer, 1857 : XI-XIII)

43Le modèle didactique transforme le rituel de prières en un outil didactique, au service de l’instruction religieuse.

Conclusion

44Cette étude des différents rituels de prières en langue française publiés durant « le long xixe siècle » donne une idée concrète des tensions entre continuité et modernité au sein de l’espace synagogal, dans une communauté en cours de changement. La typologie proposée ne repose pas sur une approche chronologique. Elle ne permet donc pas d’approfondir l’évolution historique du franco-judaïsme. En revanche, elle enrichit la compréhension de tensions souvent idéologiques en mettant en lumière la diversité des acteurs de cette évolution et la complexité de son processus. En effet, contrairement à l’exposé théorique et cohérent des différentes sous-catégories du franco-judaïsme, l’examen d’un « objet » concret de ce mouvement historique dévoile souvent la perméabilité qui existe entre les frontières qui séparent des tendances opposées.

  • 21 Autre exemple : le Erech Hatephilot de Durlacher, on l’a vu, représente le modèle conservateur pui (...)

45En voici un exemple, parmi d’autres : la traduction des Prières journalières de Venture représente, on l’a vu, le modèle pragmatique. Ce modèle qui remplace l’hébreu par le français a, en réalité, une vocation assimilationniste. Mais le fait que cette édition maintienne totalement le contenu de la tradition liturgique révèle le caractère conservateur de Venture et son attache au judaïsme traditionnel. De même, le fait que les innombrables notes du traducteur dépassent le cadre étroit du texte traité est la preuve de l’importance que revêt la transmission d’un judaïsme profond à ses yeux. Venture est-il donc un israélite assimilationniste ou un juif orthodoxe ? Son opus magnum démontre bien la complexité de son identité21.

46Notre approche du rituel comme outil de travail pour la recherche de la compréhension du passé, se fonde, on l’a vu, sur la lecture attentive du paratexte qui reflète les intentions de l’auteur. Mais l’historien, désireux d’approfondir l’histoire intellectuelle à l’aide de l’histoire sociale, ne peut se contenter d’examiner le livre, réel agent culturel, uniquement d’après la vision de l’auteur.

47Les théories de la réception de la littérature, développées par Hans Robert Jauss et Wolfgang Iser, incitent l’historien à repenser le poids de la triade auteur-texte-public pour cerner de façon pertinente la socialisation du texte (Heidenreich, 1989 : 77-89). Dans notre contexte, les questions qui se posent sont les suivantes : quel est le sens que le fidèle a donné au rituel qu’il a entre les mains ? Le choix d’un rituel nouvellement acquis correspond-il à l’adhésion au modèle représenté dans ce rituel ? Si nous ne disposons pas des chiffres du tirage pour chacun de ces ouvrages, le nombre de rééditions est-il révélateur du succès d’un modèle par rapport aux autres ? Certes, il est difficile de répondre à ces questions mais on ne peut éviter de les soulever, ne serait-ce que pour souligner le caractère qualitatif, et non quantitatif, de cette typologie.

48De plus, il est important de remarquer un point commun aux différents modèles : l’usage de la langue française est réservé à la prière individuelle parce que le culte public est célébré en hébreu. Il s’agit plus d’un état de fait accepté que du respect d’une ordonnance rabbinique. L’absence de polémique à ce sujet est significative. En effet, tout au long du xixe siècle, l’introduction de la langue française dans les murs de la synagogue est limitée aux sermons et aux instructions administratives. Curieusement, il n’y a pas de débats sur une éventuelle prière publique en français, mis à part la prière pour l’État, récitée en langue française, selon les décisions du Grand Sanhédrin convoqué par Napoléon en 1807 (Gutman, 2000).

  • 22 Dans son analyse des événements qui ont abouti à la fondation de l’Union libérale israélite, Cathe (...)

49Le pas sera franchi, on le sait, en 1907 : l’Union libérale israélite se sépare du Consistoire de Paris et adopte l’introduction de textes liturgiques en français dans l’office public22. Son rabbin, Louis-Germain Levy publiera un nouveau rituel intitulé Des ailes à la terre : prières (Paris, Union libérale israélite/Durlacher, 1907). L’histoire des rituels de prières publiés à l’usage des juifs de France est donc très révélatrice de leur propre histoire, de ses tournants et de leurs interrogations identitaires.

50Souvenir d’un passé proche ou lointain, témoin identitaire et outil de passage culturel, le livre ne cesse de nous surprendre. C’est ce qu’évoquait François Furet :

Pour l’historien, le livre est toujours un objet de perplexité. Enveloppé dans son titre comme dans une définition intemporelle, il est à jamais clos et ne cesse de revêtir pourtant des significations successives. Produit d’une élaboration par excellence individuelle, il suppose la communauté d’un langage et tout un système de complicité sociale. Il est doublement mystérieux, comme invention et comme familiarité ; de fait, son étude cristallise toutes les difficultés du métier de l’historien : le passage de l’individuel au collectif, le rapport de l’intellectuel et du social, les jugements du temps sur le temps, la mesure de l’innovation et de l’inertie. (Furet, 2007 : 129)

Appendice : tableau récapitulatif et repères chronologiques

51La démarche méthodologique de cette étude étant principalement typologique et qualitative, il nous a semblé pertinent de présenter dans un tableau chronologique les différents rituels examinés, de façon à suggérer une éventuelle approche diachronique.

52Aussi, ce tableau récapitulatif ne mentionne que la première édition de chaque ouvrage (et s’il s’agit d’une collection, du premier volume uniquement), afin de souligner l’évolution historique des rituels de prières des israélites français au xixe siècle.

Année Titre (fr.) Auteur Lieu Éditeur Modèle
1772-1783 Prières journalières à l’usage des juifs portugais ou espagnols Mardochée Venture Nice/Paris Lambert Pragmatique
1820 Rituel des Prières journalières à l’usage des israélites J[oël] Anspach Metz Gerson Lévy Pragmatique
1847 La Vallée des Pleurs S[amuel] Cahen Paris Bureau des Archives israélites Réformateur (Culte domestique)
1847 La Fille d’Israël, recueil de prières pour la femme israélite G[eorges] Heumann Haguenau Non identifié Réformateur (Culte domestique)
1848 Prières d’un cœur israélite Arnaud Aron Strasbourg Société consistoriale des bons livres Réformateur
1850 Tephillat Adath Yeshouroun. Prières des Israélites français A[lexandre] Créhange Paris Librairie israélite Conservateur
1850 Rituel des prières journalières à l’usage des Israélites J. Charleville Metz Mayer Samuel Conservateur
1855 Rituel des prières en hébreu à l’usage des Israelites de l’ancien Comtat Michaël Milhaud Aix-en-Provence Imprimerie de Vitalis Conservateur
1852-1857 Erech Hatephiloth ou Rituel de toutes les grandes fêtes à l’usage des Israélites du rite allemand E[lcan] Durlacher Paris A. Durlacher Conservateur
1857 Le Guide du croyant israélite Lazare Wogue Metz J. Mayer Didactique
1859 Prières juives. Le Mot à mot du rituel, ou la traduction littérale […] du rituel Isaac Wurmser Mulhouse Non identifié Didactique
1861 Prières des Fêtes à l’usage des Israélites français, portugais et espagnols A[lexandre] Créhange Paris Librairie israélite Réformateur (Culte public)
1861-1864 Prières et pioutim de tous les sabbats de l’année E[lcan] Durlacher Paris A. Durlacher Conservateur
1864 Mincha Hadasha. Prières de Rosch Haschana à l’usage des Israélites français, portugais et italiens A[lexandre] Créhange Elie Aristide Astruc Paris Librairie israélite Réformateur (Culte public)
1877 Rituel des prières journalières, avec traduction française interlinéaire L[éopold] Blum Paris Librairie du culte israélite Didactique
1878 Seder ha-Tefilat. Rituel de prières pour la semaine, le sabbat et les trois fêtes : conforme au service adopté pour les synagogues de Paris. Rite Allemand Moïse Bloch Paris A. Lévy Réformateur (Culte public)
1898 Heures de recueillement, prières pour tous les sabbats et fêtes de l’année et pour des circonstances diverses Isaac Levy Paris Vve Durlacher Réformateur (Culte domestique)
1904 La fille de Sion. Recueil de prières et de méditations pour les jeunes filles et les femmes israélites, adaptées d’après divers auteurs Amélia Marsden Paris A. Durlacher Réformateur (Culte domestique)
Haut de page

Bibliographie

Albert Phyllis Cohen, 1977, The Modernization of French Jewry. Consistory and Community in the Nineteenth-Century, Hanovre, Brandeis University Press.

Baumgarten Jean, 2002, Le Yiddish. Histoire d’une langue errante, Paris, Albin Michel.

Berkovitz Jay R., 2004, Rites and Passages. The Beginnings of Modern Jewish Culture in France, 1650-1860, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Cavignac Jean, 1991, Les Israélites bordelais de 1780 à 1850. Autour de l’émancipation, Paris, Publisud.

Chartier Roger, Roche Daniel, 1974, « Le livre : un changement de perspective », in J. Le Goff et P. Nora (dir.), Faire de l’histoire. Nouveaux objet, vol. 3, Paris, Gallimard, p. 114-136.

Chouraqui Jean-Marc, 1990, « De l’émancipation des juifs à l’émancipation du judaïsme. Le regard des rabbins français du xixe siècle », in P. Birnbaum (dir.), Histoire politique des Juifs de France. Entre universalisme et particularisme, Paris, Presses de Sciences Po, p. 39-57.

Chouraqui Jean-Marc, 2012, « Émancipation politique et tradition juive : quelques usages de la Bible et du Talmud au xixe siècle chez les rabbins français », in D. Iancu-Agou, C. Iancu (dir.), L’Écriture de l’histoire juive. Mélanges en l’honneur de Gérard Nahon, Paris/Louvain, Peeters, p. 541-555.

Cohen Martine, 1994, « De l’émancipation à l’intégration : les transformations du judaïsme français au xixe siècle », Archives de sciences sociales des religions, 88, p. 5-22.

Furet François, 2007 [1982], « La “librairie” du royaume de France au xviiisiècle », L’Atelier de l’histoire, Paris, Flammarion, p. 129-163.

Genette Gérard, 1987, Seuils, Paris, Le Seuil.

Gutman René, 2000, Le Document fondateur du judaïsme français : les décisions doctrinales du Grand Sanhédrin 1806-1807, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Heindenreich Rosmarin, 1989, « La problématique du lecteur et de la réception », Cahiers de recherche sociologique », 12, p. 77-89.

Jarassé Dominique, 2004, « Le temple israélite. Approche comparative d’un symbole et d’un instrument de l’israélitisme dans l’Europe et l’Amérique du xixe siècle », in P. Cabanel, Ch. Bordes-Benayoun (dir.), Un modèle d’intégration. Juifs et israélites en France et en Europe, xixe-xxe siècles, Paris, Berg international, p. 65-75.

Kaufmann Francine, 2014, « Samuel Cahen : éducateur et premier traducteur juif de la Bible en français », in E. H. Cohen (dir.), Tsarfat. Mutations de l’identité juive à l’époque moderne et contemporaine, Ramat-Gan, Bar-Ilan University Press, p. 77-118.

Lunel Armand, 1975, Juifs du Languedoc, de la Provence et des États français du Pape, Paris, Albin Michel.

Lustman François, 2006, De l’émancipation à l’antisémitisme. Histoire de la communauté juive de Paris, Paris, Honoré Champion.

Maillot Laurent, 1985, « Le métatexte camusien : titres, dédicaces, épigraphes, préfaces », in R. Gay-Crosier, J. Lévi-Valensi, Cahiers Albert Camus 5. Albert Camus : œuvre fermée, œuvre ouverte ?, actes du colloque du Centre culturel international Cerisy-la-Salle en juin 1982, Paris, Gallimard, p. 285-308.

Malino Frances, 1978, The Sephardic Jews of Bordeaux: Assimilation and Emancipation in Revolutionary and Napoleonic France, University, University of Alabama Press. Traduction française (1984) : Les Juifs sépharades de Bordeaux. Assimilation et émancipation dans la France révolutionnaire et impériale, Bordeaux, Institut aquitain d’études sociales.

Mrejen-O’hana Simone, 2015, « Mardochée Venture (?-12 mars 1789), Rabbin, poète, traducteur, secrétaire interprète du roi Louis XV en langues orientales », LÉcho des Carrières, 81, p. 26-33.

Nahon Gérard, 2003, Juifs et judaïsme à Bordeaux, Paris, Mollat.

Nahon Peter, 2017, « Un regard bordelais sur le rite comtadin en 1847, assorti de quelques remarques sur la disparition de celui-ci », Revue française d’histoire du livre, 138, p. 109-120.

Piette Christine, 1983, Les Juifs de Paris [1808-1840]. La marche vers l’assimilation, Québec, Presses de l’Université Laval.

Poucet Bruno, 2010, « Éducation et religion », in Fr. Jacquet-Francillon, R. d’Enfert, L. Loeffel (dir.), Une histoire de l’école. Anthologie de l’éducation et de l’enseignement en France xviiie-xxe siècle, Paris, Retz, p. 69-77.

Poujol Catherine, 2007, « Le rôle de Zadoc Kahn dans la réforme du judaïsme en France et son résultat paradoxal : L’Union libérale israélite », in J.-Ph. Chaumont (dir.), Zadoc Kahn. Un grand rabbin entre culture juive, affaire Dreyfus et laïcité, Paris/Tel-Aviv, L’Éclat, p. 73-86.

Schwartzfuchs Simon, 1989, Du Juif à l’israélite. Histoire d’une mutation 1770-1870, Paris, Fayard.

Schreiber Jean-Philippe, 1992, « Un rabbin dans le siècle : Élie-Aristide Astruc, Grand-Rabbin de Belgique de 1866 à 1879 », Bijdragen, 53, 1, p. 2-22.

Simon-Nahum Perrine, 2004, « Samuel Cahen entre Lumières et science du judaïsme », Romantisme, 125, p. 27-42.

Simon-Nahum Perrine, 2007, « Continuité ou rupture ? Des précurseurs aux fondateurs de l’Union libérale israélite », Archives Juives, 40, p. 23-42.

Steinsaltz Adin, Eisenberg Josy, 2011, Introduction à la prière juive, Paris, Albin Michel.

Weill Georges, 2002, « Élie-Aristide Astruc, rabbin, écrivain et publiciste (Bordeaux, 12 décembre 1831 – Bruxelles, 23 février 1905) », Archives Juives, 35, p. 137-143.

Wigoder Geoffrey (dir.), 1993, Dictionnaire encyclopédique du judaïsme, adaptation française dirigée par Sylvie Anne Goldberg, Paris, Le Cerf.

Haut de page

Notes

1 Pour une plus ample connaissance de la prière juive, voir Steinsaltz, Eisenberg, 2011.

2 Les termes hébraïques figurant dans cet article sont transcrits selon l’orthographe utilisée dans le Dictionnaire encyclopédique du judaïsme (Wigoder, 1993). Lorsqu’ils apparaissent dans une citation ou dans le titre d’un livre, l’orthographe originelle a été conservée.

3 Voir pour un état des lieux de ce processus : Cohen, 1994 : 5-22.

4 Le corpus consulté s’appuie sur les ressources documentaires suivantes : le catalogue de la Bibliothèque nationale de France, celui de la Bibliothèque nationale d’Israël ainsi que la bibliothèque du Séminaire israélite de France (consultée lors de nos deux visites sous la direction du bibliothécaire, le rabbin Ilane Toledano que je remercie pour son aide). Tous les ouvrages cités dans cet article ont été examinés in manibus, dans leur totalité. Les changements effectués lors des différentes éditions ont également été pris en compte. Le lecteur trouvera en appendice la liste de la première édition de chaque ouvrage de ce corpus.

5 Ont donc été écartés tous les rituels où seule la langue hébraïque est utilisée. Voir également note 12.

6 Je remercie Peter Nahon de m’avoir indiqué cette référence.

7 Certes David Drach a publié un ouvrage uniquement en français (Paris, l’auteur, 1819) mais l’on ne peut dire qu’il répond à un réel besoin. Contrairement à leurs coreligionnaires de Bordeaux établis à Paris, les juifs de Paris « de rite allemand » sont très loin de maîtriser la langue française dans le premier quart du xixe siècle. Voir Piette, 1983 : 128-130. Aussi, les premiers rituels de rite allemand sont bilingues.

8 Sur ce rabbin peu commun : Schreiber, 1992 : 2-22 ; Weill, 2002 : 137-143.

9 Sur cet acteur principal de la régénération : Simon-Nahum, 2004 : 27-42 ; Kaufmann, 2014 : 77-118.

10 L’approbation rabbinique (la Haskama) est la version juive de l’imprimatur de l’Église catholique. Dans le judaïsme traditionnel, cette procédure est très courante dans les ouvrages religieux. C’est donc une des caractéristiques du modèle conservateur.

11 Astruc, qui semble, d’après la préface, être plus impliqué dans cet ouvrage que Créhange lui-même, écrit : « Je me suis entouré de toutes les éditions hébraïques, anciennes et nouvelles ; d’Amsterdam, de Livourne, de Londres et de Philadelphie. J’ai consulté les traductions espagnoles d’Isaac Nietto, française de Venture, italienne de M. le rabbin Costa, et anglaise de MM. De Sola et Isaac Leeser » (Mincha Hadasha. Prières de Rosch-Haschana à l’usage des Israélites français, portugais et italiens, Paris, Librairie israélite, 1864, « Avis » : VI).

12 Il est intéressant de remarquer qu’un rituel de prières conforme au rite des communautés espagnoles a été publié, en 1826, par le grand rabbin Abraham de Cologna, quelques mois avant sa démission de la présidence du Consistoire central. Ce rituel, publié à Paris, est entièrement en hébreu, sans même une page de titre en français (c’est pour cela qu’il n’est pas directement traité dans cette étude). Pourtant, le chevalier de Cologna, né en Italie, était un brillant orateur qui maniait parfaitement la langue française. Membre du Grand Sanhédrin, « il va jusqu’à accepter le français pour les prières individuelles mais pas pour les prières en commun car il craint beaucoup la disparition complète de la langue hébraïque » (Piette, 1983 : 120).

13 Remarquons, ici aussi, la construction de l’appareil titulaire : titre principal hébraïque, puis titre secondaire qui est, en fait, la traduction exacte de ce dernier, avec un complément thématique (Genette, 1987 : 54-55).

14 Le Mincha Hadasha. Prières de Kippour (Paris, Librairie israélite, 1864) de Créhange contient une longue préface du rabbin Astruc consacrée à la fête de Kippour en général, et à sa liturgie en particulier (p. IX-XXIV).

15 Il importe de noter que, contrairement à la plupart des auteurs, Durlacher a publié tout d’abord son rituel des fêtes et uniquement ensuite, son rituel journalier, plus de quinze ans après. La raison en est sans doute l’usage répandu du rituel journalier de Créhange qui écrit dans la préface pour la septième édition, en 1863 : « J’ai été bien inspiré [… ] il est devenu, en France, le livre de prières de toutes les familles. » La dernière édition (la onzième !) date de 1869, deux ans après la parution du rituel journalier de Durlacher qui, de fait, le remplace.

16 Elcan Durlacher, bien qu’étranger, était proche du milieu rabbinique parisien. Il épousa Flore Ennery, fille du grand rabbin Marchand Ennery. Leur fils Armand, qui s’allia à la famille du grand rabbin Zadoc Kahn, poursuivit l’activité paternelle de libraire. Leur deuxième fils, Nathaniel, qui participa également à l’entreprise familiale comme typographe de la partie hébraïque des ouvrages imprimés, devint ministre officiant en 1875 à la nouvelle synagogue de la rue des Tournelles et, en 1883, à la synagogue de la rue de la Victoire. Professeur de chant religieux au Séminaire rabbinique en 1890, il ne pouvait pas ignorer le nouveau rite français.

17 Sur ce rite particulier, le seul qui soit autochtone, voir Nahon, 2017 : 109-120.

18 Il est curieux que Créhange, pédagogue exemplaire, n’ait pas rédigé de précis d’instruction religieuse. Bien que le recueil de Cahen intitulé Précis élémentaire d’instruction religieuse et morale, réédité plusieurs fois (Paris, C. Ballard, 1820) soit le plus populaire, presque vingt précis différents ont été rédigés et publiés entre 1818 et 1912. Il semblerait que la préférence de Créhange aille à l’éducation informelle plutôt qu’à l’éducation formelle, comme le montre sa Semaine israélite (Paris, l’auteur, 1846).

19 L’exemplaire consulté à la Bibliothèque nationale d’Israël (édition de 1877) porte en estampille le cachet « Talmud-Thora Marseille », celui consulté à la bibliothèque du Séminaire israélite de France (édition de 1882) porte sur sa reliure la mention « Cours d’instruction religieuse – Nancy ».

20 Contrairement à L’Encens du Cœur de Simon Hallel (Metz, J. Mayer, 1867) qui est un manuel destiné à la prière de l’enfant en classe, avec des extraits du rituel et « traduction interlinéaire et notes explicatives ». Jusqu’à la laïcisation de l’éducation après la loi de Séparation, la journée scolaire dans toutes les écoles communales de France commençait par la prière (Poucet, 2010 : 72). Les limites de cet article ne nous permettent pas d’aborder les ouvrages consacrés à la prière de l’enfant, à l’école ou à la synagogue.

21 Autre exemple : le Erech Hatephilot de Durlacher, on l’a vu, représente le modèle conservateur puisqu’il se focalise sur l’authenticité du texte liturgique hébraïque. Pourtant, l’absence d’approbation rabbinique affirme la liberté de conscience de l’éditeur du judaïsme parisien et son autonomie. De plus, le support matériel de cette collection fait preuve de modernité : chaque volume s’ouvre sur une gravure illustrant un thème biblique lié à la fête concernée.

22 Dans son analyse des événements qui ont abouti à la fondation de l’Union libérale israélite, Catherine Poujol insiste sur la proximité des opinions des principaux acteurs et également sur les points de divergences entre eux. L’office public en français (et non la lecture publique de la Bible en français) en est un. Voir Poujol, 2007 : 73-86. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yehouda Bitty, « Les rituels de prières des israélites français au xixe siècle », Archives de sciences sociales des religions, 205 | 2024, 13-34.

Référence électronique

Yehouda Bitty, « Les rituels de prières des israélites français au xixe siècle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 205 | janvier-mars 2024, mis en ligne le 17 mai 2024, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/74893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p8m

Haut de page

Auteur

Yehouda Bitty

Institut académique Herzog, Israël

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search