Navigation – Plan du site

AccueilNuméros205VariaCatholicismeDe la psychose inspirée par les «...

Varia
Catholicisme

De la psychose inspirée par les « Jolofes » aux Indes occidentales espagnoles (xvie-xviiie siècles)

About the psychosis inspired by the “Jolofes” in the Spanish West Indies (16th-19th centuries)
De la psicosis inspirada por los « jolofes » en las Indias occidentales españolas (s. XVI-XVIII)
Jean-Pierre Tardieu
p. 59-76

Résumés

Le discours de Fernández de Oviedo dans son récit du soulèvement dirigé par des esclaves « jolofes » à Saint-Domingue en 1522 relève de la mentalité de la Reconquête. La couronne espagnole décide alors de couper court avec le risque d’une résurgence du problème musulman dans les Indes occidentales par une série de mesures discriminatoires en matière d’approvisionnement en main-d’œuvre servile, main-d’œuvre pourtant nécessaire à leur développement. Celles-ci n’auraient cependant pas eu les effets attendus sans un contrôle religieux efficace. Pour autant, l’irréductibilité des « Jolofes » et d’autres ethnies islamisées ne disparaîtra pas.

Haut de page

Texte intégral

1À la suite des pressions exercées par les colons, sur proposition du licencié Alonso Zuazo et des pères hiéronymites nommés par le régent de Castille, le cardinal Cisneros, pour le gouvernement de l’Hispaniola, la traite négrière triangulaire fut instaurée en 1518 entre l’île, la Péninsule et la côte de l’Afrique de l’Ouest, sous prétexte de soulager les Indiens de leurs tâches harassantes. Nous avons, à la suite d’études novatrices, suffisamment évoqué ce processus, plus complexe que ne le décrit l’historiographie classique, pour y revenir ici (Tardieu, 2016 : 59-74). Étant donné la réputation de robustesse dont jouissaient les esclaves africains, déjà présents sur le territoire depuis le début du xvie siècle, la main-d’œuvre servile fournie par les Portugais, détenteurs du monopole des relations avec le continent africain concédé par la papauté, fut mise à contribution pour le travail dans les plantations et les moulins de canne à sucre qui s’établirent rapidement. Le manque de liberté et les conditions de travail imposés à ces travailleurs ne tardèrent pas à susciter une violente réaction de rejet dans la propriété de Diego Colomb, le fils du découvreur. Leur révolte, menée par des « Jolofes », éclata à la Noël 1522 et s’étendit aux domaines avoisinants, puis dans d’autres territoires par la suite. La psychose suscitée donna lieu à une réglementation qui aurait eu le plus grand mal à s’imposer sans le recours à d’autres moyens de contrôle, lesquels cependant ne parvinrent pas totalement à faire disparaître l’irréductibilité des « Jolofes » et d’autres esclaves islamisés.

Les événements de Noël 1522 à l’Hispaniola

  • 1 « Fue un caso de mucha novedad en esta isla, e principio para mucho mal, si Dios no lo atajara, la (...)

2Les faits de l’Hispaniola suscitèrent une telle commotion que Gonzalo Fernández de Oviedo jugea bon de leur faire un sort dans son œuvre Historia General y Natural de las Indias (Fernández de Oviedo y Valdés, 1992, vol. 1 : 98-100), rédigée en 1535, soit douze ans après le soulèvement. Cet événement surprit à tel point les colons, assure le chroniqueur, que sans l’aide divine, rien n’aurait pu y mettre un terme1. Il s’estima donc obligé d’en faire la relation, en hommage au comportement de quelques personnes d’honneur qui le mirent en déroute. Les connaissant comme gouverneur de la forteresse de Saint-Domingue, il recueillit leur témoignage, ainsi que celui du premier concerné, à savoir l’amiral Diego Colomb, propriétaire du moulin où la révolte éclata. Cela va de soi, Fernández de Oviedo ne se risqua pas à mettre leur parole en doute. Sa version ne fait aucune allusion aux doléances des rebelles, et, à ce que l’on sait, il n’a été procédé à aucune enquête à cet égard.

La relation de Fernández de Oviedo

Figure 1. Côte sud de l’île de Saint-Domingue (Hispaniola)

Figure 1. Côte sud de l’île de Saint-Domingue (Hispaniola)

Lieux cités par Fernández de Oviedo : Azua, San José de Ocoa, la rivière Nizao, Saint-Domingue.

Infographie Philippe Camus, d’après OpenStreetMap

3Tout commença le lendemain de la nativité du Christ, soit le 25 décembre 1522, jour particulièrement bien choisi par les insurgés, assurés de l’effet de surprise. Le noyau initial ne dépassait pas le nombre de vingt Noirs, mais la précision suivante, nous le verrons ci-dessous, est d’un grand intérêt. Presque tous d’expression « jolofe », ils étaient donc de l’ethnie wolof, située au Sénégal actuel, appartenance sur laquelle il nous faudra revenir. Ils rejoignirent dans un lieu fixé d’avance un autre groupe d’une plantation voisine, d’une taille semblable, et s’adonnèrent au massacre de quelques Espagnols (dénommés cristianos par le chroniqueur, selon l’usage de la conquête), pris entièrement au dépourvu, avant de suivre leur chemin vers le bourg d’Azua. Averti, l’amiral se mit à leur poursuite avec quelques cavaliers et fantassins. L’alerte donnée, l’Audience royale fit preuve de diligence : tous les gentilshommes et hidalgos de la ville de Saint-Domingue, ainsi que les cavaliers de la cité et de ses environs, rejoignirent l’amiral. Ce branle-bas de combat donne la mesure de l’émotion de la classe dominante.

4Le 26, arrivé aux rives de la rivière Nizao, Diego Colomb apprit que les mutins étaient parvenus à la ferme d’élevage de Melchior de Castro, greffier en chef des mines, à neuf lieues de la ville, où ils tuèrent un maçon et s’emparèrent d’un Noir et de douze Indiens avant de mettre à sac la maison d’habitation. Puis ils perpétrèrent les mêmes exactions dans les domaines du voisinage, laissant neuf cadavres d’Espagnols derrière eux. Ils installèrent un camp à une lieue d’Ocoa, non loin d’un important moulin appartenant au licencié Zuazo qu’ils pensaient attaquer le jour suivant, pour massacrer les Espagnols s’y trouvant et grossir leurs effectifs d’esclaves, soit cent vingt individus, grâce auxquels ils pourraient se diriger vers Azua, rallier les esclaves des moulins de la périphérie et mettre le bourg à feu et à sang. Leur entreprise aurait réussi, assure le chroniqueur, si la Providence n’en avait décidé autrement. Seconde référence au providentialisme.

  • 2 Selon Olfert Dapper (1686 : 236), les « Jolofes » avaient pour armes des arcs, des flèches, des ja (...)

5Diego Colomb attendit sur les berges du Nizao l’arrivée des renforts pour passer à l’attaque dès l’aube. Profondément outré, Melchior de Castro décida de prendre secrètement les devants avec trois cavaliers. Par la suite, l’amiral lui envoya à sa requête sept fantassins et neuf cavaliers, dont le plus important était Francisco Dávila, devenu ultérieurement échevin de Saint-Domingue. À l’approche de ces gens, bien avant le lever du jour, les insurgés formèrent un escadron en poussant des clameurs perçantes. Pour éviter leur jonction avec les esclaves du moulin de Zuazo, aux dires de Fernández de Oviedo, le petit groupe d’Espagnols, pavois hissés et lances en arrêt, passa à l’attaque sans plus attendre, invoquant Dieu et l’apôtre saint Jacques. Étriers contre étriers, au grand galop, ils donnèrent contre le bataillon ennemi en son milieu, lequel affronta cette impétuosité avec bravoure sans toutefois pouvoir éviter d’être transpercé. Malgré quelques chutes, il se reforma sur le champ, lançant des pierres, des dards et des javelines de bois durci par le feu, arme traditionnelle des guerriers africains2. Toujours à grands cris, selon leur coutume destinée à déstabiliser l’adversaire, les Noirs reçurent avec vaillance la seconde offensive des Espagnols qui ne cessaient d’invoquer saint Jacques, mais ne purent éviter de voir leurs forces transpercées de nouveau. Effrayés par la détermination et la courageuse audace des assaillants, les rebelles ne se risquèrent pas à attendre le troisième assaut et prirent la fuite pour se réfugier non loin entre des rochers escarpés, abandonnant aux Espagnols le champ de bataille jonché de six cadavres et de nombreux blessés. Melchior de Castro s’en tira avec le bras gauche gravement blessé par une pique.

6L’obscurité de la nuit ne permit pas aux vainqueurs de poursuivre leurs ennemis en déroute. Castro cependant demanda à l’un de ses vachers de s’adresser à forte voix à l’esclave et aux Indiens qui lui avaient été ravis. Reconnaissant la voix, ils rejoignirent leur maître avec grand plaisir, prétend le chroniqueur.

7Une fois le jour levé, Castro et ses hommes se dirigèrent vers le moulin de Zuazo afin de prendre quelque repos, où les rejoignirent l’amiral et ses gens. Ils rendirent grâce à Dieu pour leur victoire, car l’effectif des rebelles, encore peu nombreux, se serait accru en quinze ou vingt jours, s’il n’avait été mis un terme à leur entreprise. Leur déroute eût alors coûté fort cher aux Espagnols en vies humaines, souligna Fernández de Oviedo, qui remercia Dieu pour la troisième fois.

8L’amiral envoya Castro se faire soigner à Saint-Domingue et fit rechercher les Noirs enfuis. En cinq ou six jours bon nombre se virent rattrapés et justice fut rendue par pendaison à des potences dressées le long du chemin. Comme certains s’étaient réfugiés en des lieux escarpés, des fantassins furent envoyés à leur recherche, sous les ordres du capitaine Pero Ortiz de Matienzo. Une fois pris, non sans résistance, ils subirent le même sort. Grâce à l’intervention divine ‒ quatrième référence de ce type ‒ la diligence de Castro et de ses quelques compagnons, insiste le chroniqueur, assura la victoire et permit un châtiment exemplaire pour ceux qui envisageraient une telle « folie ». Il ne resta plus à l’amiral que s’en retourner en ville, assuré d’avoir servi Dieu et leurs Majestés comme il le devait et se devait.

Propositions d’interprétation

  • 3 Selon Paul Lovejoy (2017 : 63), « Cadamosto ne semble pas avoir compris les raisons pour lesquelle (...)

9Ce résumé met en exergue au moins trois aspects. Tout d’abord, les Noirs qui prirent l’initiative de la révolte étaient pour une bonne part des « Jolofes ». Il convient de s’attarder sur ce fait de première importance, qu’éclaire en grande partie la chronique des voyages d’Alvise Ca’ da Mosto (1455-1456) (Ca’ da Mosto, 1994). Ses contacts avec les Wolofs, installés « aux alentours du fleuve » Sénégal, lui permirent d’assurer que le souverain de ce royaume pratiquait l’esclavage, même sur son territoire, et vendait une partie de ses victimes aux marchands « azénègues » et aux « chrétiens (c’est-à-dire aux Portugais) depuis qu’ils ont commencé à trafiquer dans les terres des Noirs »3 (ibid. : 64). Voilà qui explique donc la présence de ces « Jolofes » à l’Hispaniola.

10Deuxième référence intéressante pour notre propos, ces gens s’adonnaient très souvent à la guerre avec des armes sommaires : « Ils n’ont d’autres armes défensives que des targes larges et rondes et, pour armes offensives, quantité de sagaies. Certains d’entre eux ont des dards qu’ils jettent avec autant d’adresse que de célérité » (ibid. : 68-69). Les hommes de Castro et de l’amiral firent donc l’expérience de leur habileté à manier de telles armes, mais aussi de leur grande témérité : « Ils préfèrent se faire tuer plutôt que fuir et ne prennent pas peur quand ils voient leur compagnon d’armes tomber mort, comme nous le ferions », ajoute Ca’ da Mosto (ibid. : 69).

  • 4 En Afrique, l’esclavage traditionnel, c’est-à-dire en dehors de la traite introduite par les Portu (...)

11Troisième élément, la religion pratiquée par ces Wolofs, selon le navigateur : « Ces premiers Noirs observent la religion mahométane. » Certes, elle n’est pas « très affermie comme chez les Maures blancs, et particulièrement chez les petites gens qui vivent sans religion » (Ca’ da Mosto, 1994 : 63-69), précise-t-il, mais suffisamment sans aucun doute pour savoir qu’un musulman ne peut être en théorie réduit à la servitude. Sans compter que l’esclavage pratiqué à l’Hispaniola n’avait pas grand-chose à voir avec celui connu au Sénégal4. Voilà qui permet de mieux comprendre l’insurrection des esclaves des moulins du fils du Découvreur et des principaux colons de l’île, face aux nouvelles modalités de l’esclavage introduites par la production sucrière, d’autant que la psychologie de groupe exacerba la fierté de ces guerriers musulmans.

12Il convient donc de placer les faits relatés dans ce contexte religieux, même s’il n’est pas ouvertement proposé. D’ailleurs, Fernández de Oviedo le fait lui-même pour ce qui concerne les Espagnols. Son discours renvoie immanquablement aux récits de la Reconquête, menée par les nobles chevaliers castillans ou aragonais au cri de « Santiago », où toute victoire sur les Maures était une manifestation de la Providence. Les récurrences notées ci-dessus ne sont pas le fait du hasard, le chroniqueur et probablement certains des colons furent élevés dans cette ambiance, et peut-être même participèrent-ils aux combats entre Maures et Chrétiens.

13La dédicace de son œuvre à Charles Quint par Fernández de Oviedo prouve, s’il en était besoin, que notre analyse de sa relation ne relève pas d’une simple vue de l’esprit. Dans la dédicace, l’empereur est vu comme le défenseur de la Chrétienté contre l’Islam :

Pues, entre todos los príncipes que en el mundo se llaman fieles y cristianos, sólo Vuestra Cesárea Majestad al presente sostiene la católica religión e Iglesia de Dios, e la ampara contra la innumerable e malvada seta e grandísima potencia de Mahoma, poniendo en exilio su principal cabeza y Gran Turco… (Fernández de Oviedo y Valdés, 1992, vol. 1 : 11)

14Dans la dédicace de la deuxième partie, il intègre à cet égard la politique de Charles Quint dans la lutte séculaire des souverains chrétiens de la Péninsule contre les Maures :

Y el que la comenzó a restaurar y fue primero rey en ella, después de la destrucción que digo, Godo y sancto, fue don Pelayo, rey bienaventurado ; y por la espada propia dél y de sus subcesores y naturales españoles, fue cobrada y reducida España a su propio señorío y república de Cristo, y disipada y lanzada della la malvada y tirana secta del pérfido Mahoma. La cual duró desde cuando he dicho hasta el año de mil y cuatrocientos y noventa y dos años, que los Católicos Reyes, vuestros abuelos de inmortal memoria, don Fernando y doña Isabel, ganaron a Granada (lo cual yo vi), y con verdad se puede decir hasta vuestra Cesárea Majestad, que acabastes de extirpar y echar fuera de España los moros, que ya estaban subjetados, pero vivían en su condenada secta, y totalmente fué raído su nombre y lanzado fuera de todos vuestros reinos, sin dejar en ellos rito ni ceremonia ismaelita. (ibid., vol. 2 : 214)

15Cela confirme ce que nous avions pressenti ci-dessus : le chroniqueur, comme bon nombre des premiers conquistadors, a participé à la prise de Grenade, dernier épisode de la croisade contre les Maures dans la péninsule ibérique, événement qui l’a indubitablement marqué et peut-être incité à prendre part à la conquête du Nouveau Monde.

16Pouvait-il ignorer que les Wolofs étaient musulmans ? Il semblerait bien qu’il eût quelques connaissances en matière d’islam, pour superficielles qu’elles fussent, à en juger par sa référence à la découverte des îles de Ternate, Mutir, Tidore, Mate, Macchian, dans l’archipel des Moluques, effectuée par les hommes de Magellan huit mois après la mort de celui-ci. Leurs souverains, assure-t-il, embrassèrent la foi musulmane « porque dicen que ella promete muchas cosas maravillosas de aquel lugar de las ánimas » (ibid., vol. 2 : 224). Ce qui est sûr, c’est que toute indulgence envers l’islam, même sous forme de plaisanterie, insupportait notre chroniqueur. Lors de fêtes dans la ville de León de Nicaragua, il y eut un tournoi où les adversaires se déguisèrent en Maures et Chrétiens, en souvenir de la Reconquête. Le capitaine Andrés de Garabito, relate Fernández de Oviedo, se complut au jeu et invita de façon burlesque les dames présentes à se convertir à l’islam. Mal lui en prit :

« Señoras, tornaos moras ; que todo es burla sino ser moros », e otras palabras a este propósito ; e a unas tres veces que lo dijo, se cayó del caballo e nunca más habló palabras. Este bien enseñaría a sus ahijados la fee, pues que negándola en alabar la secta condenada de Mahoma murió súbitamente. (ibid., vol. 3 : 256 et 354 ; vol. 4 : 385)

17La morale de cette anecdote ? On ne badine pas avec un aussi grave sujet sans mériter le courroux divin. Faut-il prendre cette histoire comme une simple anecdote ? Il semblerait bien que non : le chroniqueur la rappelle trois fois dans sa chronique, aux chapitres XII et XXXIII du livre X de la seconde partie et au chapitre III du livre IV de la troisième partie (ibid. : vol. 3, 256 et 345 ; vol. 4 : 384).

18Il convient donc d’analyser la relation de la révolte à travers ce prisme culturel qui laissa des traces profondes dans la mentalité des conquérants, sujet dont j’ai traité il y a quelque temps à propos de la perception de l’islam par Bartolomé de las Casas (Tardieu, 2003a). Elles durèrent d’ailleurs fort longtemps, à en juger par les dires du jésuite Alonso de Sandoval dans son œuvre De Instauranda Aethiopum Salute, publiée en 1627 et 1647 à Séville :

Los jolofes, Berbesies, Mandingas y Fulos suelen de ordinario entenderse entre si, aunque las lenguas y castas son diversas, por la gran comunicacion que tienen, a causa de aver recebido comunmente todas estas naciones la maldita secta de mahoma, sin duda con gran confusion de los Christianos.

19« Maldita secta de Mahoma », c’est là une expression qu’adopta de façon récurrente l’inventeur de la pastorale des Noirs à Carthagène des Indes (Sandoval, 1987 : 119, 120, 136). Avait-il compris, pour l’avoir affrontée, l’irréductibilité religieuse des musulmans débarqués à Carthagène des Indes par les négriers ?

Deux autres représentations

20Cet aspect est complètement oblitéré par la gravure du Flamand Théodore de Bry (m. 1598) qui résume assez fidèlement mais de façon extrêmement pathétique les événements de 1522. On y voit, près d’un moulin à sucre, des cavaliers recouverts d’armures chargeant, lances en arrêt, des Noirs dénudés, seulement armés de pieux épointés. Le contraste est saisissant. La partie droite est encore plus émouvante : des fantassins menaçants, armés de mousquets, dirigent des vaincus vers la pendaison à des branches d’arbre. On l’aura deviné, l’interprétation des faits proposés par le graveur est à l’opposé de celle du chroniqueur espagnol. Le titre choisi traduit le sentiment du protestant de Bry qui ne veut voir que la cruauté des esclavagistes espagnols : « Huyen los negros de la servidumbre por causa de la crueldad de los españoles y matan a varios destos. » On est loin de la vision chevaleresque de Fernández de Oviedo !

Figure 2.

Figure 2.

Gravure représentant l’affrontement de 1522 entre Espagnols et Jolofes à l’Hispaniola.

Source : Théodore de Bry, Americæ pars quinta, 1595. Brown University Library. https://repository.library.brown.edu/​studio/​item/​bdr:350856/​

21Le graveur synthétise de la sorte le texte de Girolamo Benzoni publié à Venise en 1565 sous le titre de Historia del mondo nuovo, qui avait déjà mis l’accent, non sans une erreur chronologique peut-être due à l’impression, sur le traitement inhumain reçu par les esclaves des moulins à sucre de l’Hispaniola, bien décidés à lutter pour leur libération :

A primeras horas del día de Navidad anno 1552, cuando no podían soportar más varios de los negros tan inhumanos tormentos, veinte dellos huyeron de la servidumbre. En recorriendo, pues, estos desesperados la isla, liberaron y engancharon a otros veinte de sus compañeros de la servidumbre. Y estos cuarenta dieron muerte a cuantos españoles pudieron encontrar. Onde el almirante Diego Colón deliberó con los consejeros reales de la isla de Santo Domingo y salió a caballo en persecución de los esclavos huidos. Entre tanto, sin embargo, habían atacado los mencionados cuarenta negros la casa de un español, asesinado al señor désta junto con todo su servicio y robado todo cuanto hallaron. Se dirigieron, pues, con el botín en los otros grandes molinos, en la esperanza de liberar también a muchos otros negros que quedaban. Y estando ellos tumbados ante uno de esos molinos para pasar la noche, atacóles mientras dormían el capitán Francisco D’Aquila con sus caballos y unos seis esclavos como si fueran ganado, matando parte dellos y mandando ahorcar la otra, para dar ansí ejemplo. Al principio les fue bastante bien a los españoles tal proceder: pero escarmentaron los negros y a la vez siguiente fueron más avisados y curaron de protegerse mejor. (Bry, 2003 : 193)

22Texte et gravure sont à intégrer dans ce qui fut qualifié plus tard de « légende noire » à propos de la conquête espagnole du Nouveau Monde.

Les réactions de la Couronne

23L’affaire suscita grand émoi : Fernández de Oviedo n’en eût pas traité aussi longuement sans cela. En 1519 éclata la révolte des Amérindiens dirigée par le cacique Enriquillo, pourtant éduqué par les franciscains. Selon le même chroniqueur, des Noirs rejoignirent les rebelles :

[…] no se había de tener en tan poco, en especial viendo que cada día se iban e fueron a juntar con este Enrique e sus indios, algunos negros ; de los cuales ya hay tantos en esta isla, a causa destos ingenios de azúcar, que paresce esta tierra una efigie o imagen de la misma Etiopía. (Fernández de Oviedo y Valdés, 1992, vol. 1 : 125)

24Cette exagération rhétorique n’est pas propre au chroniqueur. Pour une fois, Fray Bartolomé de las Casas fut d’accord avec lui, lorsqu’il se reprocha amèrement d’avoir contribué à l’essor de l’esclavage des Noirs (Tardieu, 2016 : 74-91), et fournit l’explication de leurs soulèvements :

[…] después que los metieron en los ingenios, por los grandes trabajos que padecían y por los brebajes que de las mieles de cañas hacen y beben, hallaron su muerte y pestilencia, y así muchos de ellos mueren. Por esto se huyen cuando pueden a cuadrillas, y se levantan y hacen muertes y crueldades en los españoles, por salir de su captiverio, cuantas la oportunidad poder les ofrece, y así no viven muy seguros los chicos pueblos desta isla, que es otra plaga que vino sobre ella. (Casas, 1957 : 488)

25Las Casas, qui contribua de près aux négociations avec Enrique, ne pouvait ignorer l’alliance évoquée par Fernández de Oviedo. Ce dernier fut cependant plus explicite et mit en exergue la crainte d’union entre les deux composantes ethniques au détriment des Espagnols, danger que ressentit la Couronne, comme nous le verrons. Pour l’instant, on se demandera si parmi ces alliés africains ne se trouvaient pas des « Jolofes » ou des membres d’ethnies déjà islamisées.

26À la suite des rapports reçus sur le sujet, la Couronne en vint à prendre des mesures ne laissant aucun doute sur la perception identitaire des « Jolofes ».

Mesures à l’encontre des « Jolofes »

  • 5 L’orthographe varie, selon le document : « Jelofes », « Jolofes », « Gelofes ». On retrouve la mêm (...)
  • 6 La traite musulmane fournissait en effet des esclaves par les Baléares et Valence : voir Cortés Al (...)

27Moins de quatre ans après les événements, le 11 mai 1526, Charles Quint s’adressa aux fonctionnaires de la Casa de Contratación à Séville, chargée de contrôler les passagers à destination du Nouveau Monde, et en particulier les esclaves concédés par décision royale (licencias), pour leur prescrire, sans doute par le biais des « registres », de s’opposer à l’envoi aux Indes des esclaves noirs appelés « Gelofes5 ». Aucune explication n’est donnée à cet ordre. Cependant, l’extension de cette interdiction ne laissa aucun doute sur la nature des craintes éprouvées face aux « Jolofes ». Elle concernait en effet tous les esclaves qui auraient été en contact avec les Maures, c’est-à-dire avec des musulmans, même ceux acquis sur les côtes du Levant espagnol6 ou de Guinée. Il s’agissait dans ce dernier cas d’ethnies islamisées, comme les Mandingues.

  • 7 Recopilación de leyes de los Reynos de las Indias, lib. 9, tit. 26, ley 19, cité dans Lucena Salmo (...)

Téngase mucho cuidado en la Casa de Contratación de que no pasen a las Indias ningunos esclavos Negros, llamados Gelofes, ni los que fueren de Levante, ni los que se hayan traído de allá, ni otros ningunos criados con moros, aunque sean de casta de Negros de Guinea, sin particular y especial licencia nuestra7

  • 8 Voir José L. Franco, « Rebeliones, cimarrones y esclavos en los territorios españoles » in Price, (...)

28L’aspect concis de l’instruction laisserait entendre que toutes les informations n’étaient pas encore parvenues à la Couronne. Cependant, d’autres soulèvements eurent lieu en 1529 à Santa Marta, en Colombie actuelle, et en 1531 à Panamá8. D’autres rapports arrivèrent de Porto Rico, par l’intermédiaire d’une demande du conseil municipal de la ville de San Juan qui exprima le 2 juin 1532 à la reine doña Juana, mère de l’empereur, son appréhension face au comportement belliqueux des « Jolofes ». Les échevins craignaient que ces gens, apparemment rompus au métier de la guerre, ne prennent la tête d’un éventuel soulèvement de Noirs. Ils n’eussent point exprimé ce sentiment, s’ils n’avaient déjà eu affaire à des tentatives où les « Jolofes » prirent l’initiative :

  • 9 Ibid. : 44.

[…] Así mismo suplicamos a V. M. sea servida de mandar que de hoy más no entren en esta Isla negros jolofes, porque como son gente belicosa y su ejercicio en su tierra no sea otro sino guerras, tenemos recelo que si en esta isla algún alzamiento de negros se acometiese han de ser los movedores de ello los de esta nación9

29La réponse ne se fit pas attendre. Sa rapidité ‒ nous ne sommes pas encore très loin des guerres de Reconquête et les morisques donnaient bien des inquiétudes ‒, montre que la Couronne était consciente du danger.

  • 10 Cedulario indiano recopilado por Diego de Encinas, t. IV, p. 383, cité dans Lucena Salmoral, 2005 (...)

La Reina. Nuestros oficiales que residís en la ciudad de Sevilla, en la Casa de la Contratación de las Indias. Yo he sido informada que todo el daño que en la isla de San Juan y otras islas ha habido en el alzamiento de negros y muertes de cristianos que en ellas han sucedido, han sido la causa los negros Gelofes que en ella están, por ser, como diz que son, soberbios e inobedientes y revolvedores e incorregibles, y que pocos dellos reciben castigos, y que siempre, los que han intentado de alzarse y cometido muchos delitos, así en el dicho alzamiento, como en otras cosas han sido ellos, y que los que están pacíficos y son de otras tierras y de buenas costumbres los traen a sí y a sus malas maneras de vivir, de que Dios Nuestro Señor es deservido y nuestras rentas reciben daño. Lo cual visto por nuestro Consejo de las Indias conviene que no vayan a ellas ningún esclavo Gelofe, vos mando que de aquí adelante tengáis mucho cuidado que persona, ni personas algunas, no pasen a las dichas nuestras Indias, islas e Tierrafirme del mar Océano ningunos esclavos de la isla de Gelofe sin nuestra licencia expresa para ello, y de otra manera mandamos que sean perdidos y aplicados a nuestra Cámara : lo cual mandamos sea pregonado en las gradas de Sevilla. Fecha en Segovia, a veinte y ocho días del mes de septiembre de mil y quinientos y treinta y dos años. Yo la Reina. Por mandado de S. M. Juan de Sámano10.

30La reine établit le 28 septembre 1532 un lien entre les événements de San Juan de Porto Rico de cette année et ceux de l’Hispaniola de 1522. Le Conseil des Indes eut à délibérer sur les menaces que faisaient planer sur la sécurité des colons les « Jolofes », dont il est tracé un tableau particulièrement négatif, à partir des rapports reçus : c’était des gens « orgueilleux, désobéissants, agités, incorrigibles ». Il semblerait même que leurs maîtres hésitaient à les punir. On les retrouvait, poursuivit la reine, dans toutes les tentatives de révolte et dans de nombreux actes délictueux. De plus, ils avaient une mauvaise influence sur les autres esclaves auxquels ils imposaient leur comportement. Cette description correspond bien à l’irréductibilité des musulmans dont nous avons parlé plus haut, en matière religieuse certes, mais aussi dans le domaine civil, les deux étant intimement liés à leurs yeux. Entre parenthèses, on notera l’imprécision des connaissances géographiques des membres du Conseil des Indes, qui firent une île du pays des « Jolofes », le confondant probablement avec les îles du Cap-Vert.

31Cette cédule royale est la première manifestation officielle de la prise de conscience du danger pour la paix et l’économie coloniales causé par la présence de tels esclaves aux Indes occidentales, et, partant, pour le fisc royal. L’interdiction arrêtée en 1526 fut donc renouvelée avec plus de précaution. On la proclama à la criée sur le marché des esclaves à Séville, établi sur les degrés de la cathédrale : ainsi nul ne pourrait prétendre ignorer la loi et les acquéreurs de « Jolofes » se verraient saisir ces gens au profit du Trésor.

Mesures à l’encontre des esclaves barbaresques, levantins et morisques

  • 11 « Extracto de las ordenanzas para la sujeción de esclavos, hechas por el cabildo dominicano en 153 (...)
  • 12 « Capítulos relativos a los esclavos en las ordenanzas del cabildo de Veracruz », cité dans Lucena (...)
  • 13 « Ordenanzas del pacificador La Gasca para el castigo de los esclavos huidos y cimarrones de la ci (...)

32Cette menace, d’une évidente gravité, eut-elle les résultats espérés ? Il semblerait que non, à en juger par la récurrence des mesures administratives de divers ordres qui suivirent. D’ailleurs les « Jolofes » n’étaient pas les seuls musulmans présents à cette époque aux Indes occidentales. Les ordonnances du conseil municipal de Saint-Domingue de 1536, 1542 et 1545 interdirent de vendre quoi que ce fût aux « esclaves barbaresques », c’est-à-dire en provenance d’Afrique du Nord11. Celles du conseil de Veracruz de 1539 prohibèrent aux Noirs et aux morisques, libres ou esclaves, de porter des armes, ces morisques étant ceux de Grenade12. Les Barbaresques apparaissent également dans les ordonnances rédigées par La Gasca en 1549 au Pérou qui les menaçaient de sanction pour toute fuite13.

33En 1550, se reposa un problème auquel Charles Quint avait déjà fait allusion dans sa décision de 1526 : celui des esclaves « levantins ». La Couronne en traita de nouveau le 16 juillet 1550 pour une raison singulière. Le prix des esclaves en provenance d’Afrique (Guinée et îles du Cap-Vert), fournis par les Portugais, ayant augmenté, les négriers s’étaient repliés sur l’achat d’esclaves en Cerdagne, à Majorque, à Minorque et en d’autres lieux du Levant espagnol. Or, bon nombre de ces gens étaient musulmans (casta de moros), d’où le risque qu’ils pouvaient représenter pour un continent où la foi chrétienne n’était pas encore bien affermie. Cette cédule fait donc apparaître non plus une menace pour la paix civile et l’économie coloniale, mais une possibilité de contamination religieuse, qui n’avait pas l’air de préoccuper les négriers soucieux de profit.

El Rey. Nuestros oficiales que residís en la ciudad de Sevilla en la Casa de la Contratación de las Indias. Nos somos informados que a causa de se haber encarecido el precio de los esclavos negros en Portugal y en las islas de Guinea y Cabo Verde, algunos mercaderes y otras personas que entienden en pasar de ellas a las nuestras Indias, han ido y enviado a comprar negros en las islas de Cerdeña y Mallorca y Menorca y otras partes de Levante, para los pasar a las dichas nuestras Indias, porque diz que por allí valen más baratos. Y porque los negros que hay en aquellas partes de Levante, muchos dellos diz que son de casta de moros y otros tratan con ellos, y en una tierra donde se planta ahora nuestra Santa Fe Católica no conviene que gente de esta calidad pasen a ella, por los inconvenientes que de ello podrían suceder, os mando que en ninguna manera ni por ninguna vía dejéis ni consintáis pasar a las nuestras Indias, islas e Tierrafirme del mar Océano, ningún esclavo negro que sea de Levante, ni se haya traído de allá, ni otros ningunos negros que se hayan criado con morisco, aunque sean de casta de negros de Guinea. Fecha en Valladolid a diez y seis días del mes de julio de mil y quinientos y cincuenta años. Maximiliano. La Reina. Por mandado de S. M. Sus Altezas en su nombre, Juan de Sámano. (Lucena Samoral, 2005 : 76)

34Par la suite, les références aux Barbaresques et aux morisques se multiplièrent pour toutes les provinces des Indes. L’interdiction pour les premiers de porter des armes fut imposée à Lima en 1551. Dans le même endroit, ils se virent retirer en 1572 le droit d’avoir des domiciles particuliers (Lucena Samoral, 2005 : 78, 103). Nous ne nous attarderons pas sur cet aspect, Louis Cardaillac ayant amplement traité des interdictions faites par Charles Quint (1539) et Philippe II (1559) de laisser passer outre-mer des Maures ou des juifs convertis. Ce dernier demanda même aux prélats un rapport sur les nouveaux convertis de Maures et de les renvoyer en Espagne. Leurs cédules n’eurent guère d’effet à en juger par les actions menées par l’Inquisition contre des morisques, tant en Nouvelle-Espagne qu’au Pérou (Cardaillac, 1976 : 286-288, 293 sq.).

35Après leur déroute en 1571, les morisques de Grenade furent déportés à travers toute la Castille. La Couronne, de façon contradictoire avec les mesures citées ci-dessus, n’aurait éprouvé dans un premier temps aucun inconvénient à autoriser le passage aux Indes pour certains d’entre eux. Elle eut à s’en repentir, à en juger par une cédule envoyée à l’Audience royale du Mexique le 20 mai 1578. À la suite de plaintes, auxquelles il est fait allusion, probablement au sujet de leurs pratiques religieuses, si l’on tient compte de la gravité de la mesure arrêtée, il fut demandé à l’Audience d’expulser du territoire vers la Péninsule tous les Barbaresques et les morisques, libres ou esclaves, ainsi que leur descendance. Mesure sans précédent, significative des craintes de la Couronne de voir se reproduire dans le Nouveau Monde, où il serait beaucoup plus difficile de les réprimer, les troubles causés par la rébellion des morisques de Grenade. Aucune exception ne serait tolérée. Cette cédule met donc en évidence l’extension aux Indes du syndrome qui marqua toute la Péninsule :

[…] En quanto a lo que decís que está por nos ordenado que no pasen a esas partes esclavos berberiscos, so pena de perderlos los que los llevaren, se ha ejecutado hasta que ahora han pasado algunos moriscos del Reino de Granada, con licencia nuestra, con los cuales hay los mismos inconvenientes que con los berberiscos y convenía que de aquí adelante no pasen, por las mismas razones que referís, y porque tenemos ordenado que así se haga y se tendrá cuenta con que no se den más estas licencias, luego que veáis ésta, haréis embarcar y enviar a estos Reinos todos los esclavos y libres, así berberiscos como del dicho Reino de Granada, sin que por ninguna vía quede allá ninguno de ellos, ni de los hijos que les hubieren nacido, sin embargo de cualesquier cédulas y licencias nuestras que para ello tengan, y de lo que hiciéredes me daréis aviso, y lo mismo lo haréis de los moriscos… (Lucena Samoral, 2005 : 128)

36À partir de ce moment, 1578, plus rien n’est dit dans les cédules royales et les ordonnances locales au sujet des « Jolofes ». Éprouvait-on moins de craintes ? L’offre portugaise s’était diversifiée, grâce à la traite avec les « rivières de Guinée », le Congo et l’Angola. Même si l’interdiction n’était plus respectée, leur nombre se diluait dans la masse des Bossales en provenance d’Afrique. D’autre part, le passage des licences ‒ bien souvent de faveur ‒ concédées à des particuliers, aux contrats monopolistiques (asientos) permettait, du moins en théorie, de mieux contrôler leur origine.

37La preuve en est fournie par le contrat signé le 30 janvier avec Pedro Gómez Reynel, lequel s’engagea « que no vaya, ni haya de ir, ninguno mulato, ni mestizo, turco, morisco, ni de otra nación, sino negros atezados de las dichas islas y ríos de la Corona de Portugal » (Lucena Samoral, 2005 : 145).

Efficacité

38Un contrôle strict de la provenance des esclaves était impossible malgré les précautions prises par l’administration centrale, pour deux raisons principales. Les stocks constitués par les « pombeiros » dans les factoreries portugaises des côtes africaines étaient d’origines très diverses, contrairement à ce que laissaient entendre les dénominations attribuées arbitrairement, selon les ports d’embarquement : par exemple les « Minas », rassemblés au célèbre fort de São Jorge da Mina, n’étaient pas forcément des Ashantis, comme on serait tenté de le croire, mais pouvaient provenir de régions très éloignées, voire de la zone sahélienne, d’obédience islamique. Il en allait de même d’autres appellations, tout aussi approximatives, en relation avec la côte dite « des esclaves » (« Popó », « Arará », « Chala », etc.). Les négriers n’avaient cure des appartenances religieuses de leurs victimes, se contentant, avant la traversée de leur faire subir un simulacre de baptême, dont le jésuite Sandoval dénonça l’invalidité, preuves à l’appui. Donc, il n’y avait aucune garantie que des « Jolofes » ou des « Mandingas » ne parviennent sur le Nouveau Continent. D’ailleurs, même pour une date aussi tardive que celle de l’expulsion des jésuites des Amériques espagnoles, soit 1767, l’établissement des inventaires des dotations de leurs haciendas fait précisément apparaître ces noms d’origine ethnique pour ce qui est des Bossales (Tardieu, 2003b : 71).

39Certes, l’engagement de ces mêmes religieux en faveur de l’évangélisation des Africains débarqués dans les ports de répartition comme Carthagène des Indes et le « ministère des Noirs » par eux professés à partir de leurs collèges, ainsi que la pastorale élaborée par les responsables diocésains à la suite de divers conciles et synodes, ne devaient pas manquer de résultats et laissent présager que ces gens ne manifestaient plus ouvertement leur adhésion à leur ancienne religion, si tant est qu’elle eût résisté au temps. D’autant que la diversité d’approvisionnement prônée par l’administration vice-royale finissait par amoindrir les solidarités communautaires, sur lesquelles se fondaient bien souvent les appartenances religieuses à l’époque.

40Les responsables administratifs d’outre-mer et le Conseil des Indes éprouvaient donc moins d’inquiétude : les moyens de contrôle constitués dans la dernière partie du xvie siècle et au début du xviie diminuaient considérablement les risques (Tardieu, 1993 : 357-550). Un ultime garde-fou se dressait pour déceler des comportements suspects, l’Inquisition, qui avait établi un maillage de toutes les Indes grâce à ses commissaires. C’est ainsi que fut repérée au Cuzco dès 1560 la tentative du mulâtre Luis de Solano et de Lope de la Peña, « Maure » de Guadalajara, de propager la foi musulmane (ibid. : 615-616). D’autres manifestations relevaient davantage d’un vague syncrétisme mimétique de la part d’esprits inquiets que d’une véritable croyance. On citera le cas en 1701 du mulâtre José de la Cruz y Coca, alias Marqués y Saavedra, esclave âgé de 19 ans, sacristain de l’église de l’hôpital de Santa Ana de Lima. Après une lecture sur Mahomet, il conçut le projet de fonder une nouvelle secte, la « saavedrina ». Ses pratiques individuelles ne portèrent toutefois pas à conséquence (ibid. : 627-628).

  • 14 La littérature abonde à ce sujet : voir notamment Reichert, 1966, vol. 3 : 621-627 et Reis, 2004.

41Néanmoins, l’abandon de la diversification du recrutement n’était pas sans risques. À Bahia la forte concentration des Haoussas et des Malês (peut-être de imale, « musulman » en yoruba, voir note 14) au début du xixe siècle, dont les convictions étaient ravivées depuis l’Afrique grâce à la réduction volontaire d’imams à l’esclavage, suscita une grave révolte en 183514. Ce ne fut pas le cas pour les territoires espagnols.

  • 15 On regrettera que l’autrice n’ait pas analysé plus en détail la révolte de 1522 à Saint-Domingue. (...)

42La participation des premiers conquérants du Nouveau Monde aux dernières luttes pour la reconquête du royaume de Grenade accentua probablement la psychose qui s’empara d’eux lors du soulèvement des « Jolofes » de l’Hispaniola, puis d’autres territoires. Le discours de Fernández de Oviedo dans sa relation des événements relève bien de la mentalité des guerriers espagnols. La Couronne ne négligea pas la menace mise en exergue par les colons, d’autant que les morisques lui donnaient bien des préoccupations dans la Péninsule. Elle décida donc de couper court avec le risque d’une résurgence du problème musulman aux Indes, qui lui eût été d’autant plus difficile de juguler que la foi chrétienne y était encore mal assise, en établissant une série de mesures discriminatoires en matière de recrutement des esclaves nécessaires au développement de ces nouveaux territoires. Étant donné les contradictions des colons, dans l’absolue nécessité de se pourvoir en main-d’œuvre servile, et les intérêts des négriers portugais, elles n’auraient cependant pas eu les effets escomptés sans l’imposition d’un efficace contrôle religieux. Les Indes de Castille ne connurent donc pas de contamination musulmane. Pour autant, l’irréductibilité des « Jolofes » et d’autres ethnies islamisées ne disparut point, ressurgissant parfois de façon inattendue, comme le prouve Sylviane Anna Diouf (1998 : 145-153), en particulier pour ce qui concerne la Révolution haïtienne15. À tel point que, dans toutes les Amériques, « Mandinga » devint populairement synonyme de « diable » (Tardieu, 2001: 166-182).

Haut de page

Bibliographie

Benzoni, Girolamo, 1565, Historia del mondo nuovo, Venise, F. Rampazetto.

Bry Theodor de, 2003 [1992], América, 1590-1634, traduit de l’allemand par A. Kovacsics, Madrid, Siruela.

Ca’ da Mosto Alvise, 1994, Voyages en Afrique noire d’Alvise Ca’ da Mosto (1455 et 1456), relations traduites de l’italien et présentées par F. Verrier, Paris, Chandeigne/Unesco.

Cardaillac Louis, 1976, « Le problème Morisque en Amérique », Mélanges de la Casa de Velásquez, 12, p. 283-306.

Casas Bartolomé de las, 1957, Obras escogidas de Fray Bartolomé de Las Casas. Historia de las Indias, édition de Juan Pérez de Tudela et Emilio López Oto, vol. 2, Madrid, Atlas, coll. « Biblioteca de autores españoles », 96.

Contreras Felipe Roa, 2010, Negros musulmanes, esclavos y libres en la América Colonial : Cofradía de Jolofos de Lima correspondiente de la nación de los Jolofos, thèse de licence, Santiago, Université du Chili.

Cortés Alonso Vicenta, 1963, « La trata de esclavos durante los primeros descubrimientos (1489-1516) », Anuario de Estudios Atlánticos, 9, p. 23-50.

Cortés Alonso Vicenta, 1964, La esclavitud en Valencia durante el reinado de los Reyes Católicos (1479-1515), Valence, Publicaciones del Archivo Municipal de Valencia.

Cortés Alonso Vicenta, 1972, « Procedencia de los esclavos negros de Valencia (1482-1516) », Revista Española de Antropología Americana, 7-1, p. 123-152.

Cortés Alonso Vicenta, 1980, « Los pasajes de esclavos en Valencia en tiempo de Alfonso V », Anuario de Estudios medievales, 10, p. 791-819.

Dapper Olfert, 1686, Description de l’Afrique, Amsterdam, Wolfgang, Waesberge, Boom & van Someren.

Diouf Sylviane Anna, 1998, Servants of Allah. African Muslims Enslaved in the Americas, New York/Londres, New York University Press.

Fernández de Oviedo y Valdés Gonzalo, 1992 [1959], Historia General y Natural de las Indias (5 vol.), édition et étude préliminaire de J. Pérez de Tudela Bueso, vol. 1, Madrid, Atlas, coll. « Biblioteca de autores españoles », 117.

Franco Silva Alfonso, 1979, La esclavitud en Sevilla y su tierra a fines de la edad media, Séville, Diputación Provincial de Sevilla.

Kaké Ibrahima Baba, 1977, La Dislocation des grands empires. L’Afrique occidentale du xvie au xviiie siècle, in I. B. Kaké, E. M’Bokolo (dir.), Histoire générale de l’Afrique, vol. 3, Paris, A. B. C.

Lovejoy Paul E., 2017, Une histoire de l’esclavage en Afrique. Mutations et transformations (xive-xxe siècles), Paris, Karthala.

Lucena Salmoral Manuel, 2005, Regulación de la esclavitud negra en las colonias de América Española (1503-1886) : Documentos para su estudio, Madrid/Murcie, Universidad de Alcalá de Henares/Universidad de Murcia.

Price Richard (comp.), 1981, Sociedades cimarronas. Comunidades Esclavas Rebeldes En Las Americas, Mexico, Siglo Veintiuno.

Reichert Rolf, 1966, “El ocaso del Islam entre los negros brasileños”, XXXVI Congreso Internacional de Americanistas : Actas y Memorias (1964), vol. 3, Séville, Comisión Editora del Congreso Internacional de Americanistas, p. 621-625.

Reis João José, 2004 [2003], Rebelião Escrava no Brasil : a História do Levante dos Malês em 1835, São Paulo, Companhia das Letras.

Sandoval Alonso de, 1987, Un tratado sobre la esclavitud [De Instauranda Aethiopum Salute], édition d’Enriqueta Vila Vilar, Madrid, Alianza Editorial.

Tardieu Jean-Pierre, 1993, L’Église et les Noirs au Pérou (xvie-xviie siècles), Paris, L’Harmattan.

Tardieu Jean-Pierre, 2001, Del Diablo Mandinga al Muntú Mesiánico. El negro en la literatura hispanoamericana del siglo XX, Madrid, Pliegos, 2001.

Tardieu Jean-Pierre, 2003a, « Las Casas et le “chemin de Mahomet” », Bulletin hispanique, 105-2, p. 303-319.

Tardieu Jean-Pierre, 2003b, « Los esclavos de los jesuitas del Perú en la época de la expulsión (1767) », Caravelle. Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien, 81, p. 61-109.

Tardieu Jean-Pierre, 2010, « La résistance des esclaves musulmans dans l’Amérique des Habsbourgs : naissance et développement d’un mythe », Nuevo Mundo Mundos Nuevos. https://journals.openedition.org/nuevomundo/59309 (consulté le 20 mars 2024).

Tardieu Jean-Pierre, 2016, Les Penseurs ibériques et l’esclavage des Noirs (xvie-xviiie siècles). Justifications, réprobations, propositions, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 « Fue un caso de mucha novedad en esta isla, e principio para mucho mal, si Dios no lo atajara, la rebelión de los negros. »

2 Selon Olfert Dapper (1686 : 236), les « Jolofes » avaient pour armes des arcs, des flèches, des javelines, des sabres et des dards.

3 Selon Paul Lovejoy (2017 : 63), « Cadamosto ne semble pas avoir compris les raisons pour lesquelles le roi se serait attaqué à son propre peuple. En admettant que ses informations aient été correctes, ces raids avaient sans doute suivi des rivalités politiques internes ou avaient été menés en réaction à une rébellion ». Ibrahima Baba Kaké (1977 : 43) explique que les Wolofs, rassemblés dans le royaume de Dyolof, se divisèrent en quatre monarchies au xve siècle, dont le Cayor était la principale. Suivit une « longue période de conflits plus ou moins larvés, alimentés par les querelles dynastiques et les rivalités des hauts dignitaires. Cet état de guerre endémique favorisa le métier des armes… ».

4 En Afrique, l’esclavage traditionnel, c’est-à-dire en dehors de la traite introduite par les Portugais, puis les autres nations européennes, ne réduisait pas l’individu à une situation infrahumaine par esprit de lucre. Il permettait au prisonnier de guerre ou pour dettes de s’intégrer à la vie communautaire comme « esclave de case », même s’il n’échappait pas à sa condition.

5 L’orthographe varie, selon le document : « Jelofes », « Jolofes », « Gelofes ». On retrouve la même variation en littérature espagnole des xvie et xviie siècles.

6 La traite musulmane fournissait en effet des esclaves par les Baléares et Valence : voir Cortés Alonso, 1980 et 1964 ; données significatives dans Cortés Alonso, 1972 : 127-128. À partir de 1489 arrivent à Valence d’importantes cargaisons de « Jalofes » par lots de cent personnes concédés par contrat au marchand florentin Marchione par le roi du Portugal (voir aussi Cortés Alonso, 1963). Pour Séville, à la fin du xve siècle, Alfonso Franco Silva assure que la plupart des esclaves noirs étaient « Jolofes » ou « Mandingas » (Franco Silva, 1979 : 69). On consultera aussi Tardieu, 2010, en particulier « 1-2-2. Présence des “Jolofes” et des “Mandingas” à Séville », où ils acceptaient difficilement leur condition servile.

7 Recopilación de leyes de los Reynos de las Indias, lib. 9, tit. 26, ley 19, cité dans Lucena Salmoral, 2005 : 31.

8 Voir José L. Franco, « Rebeliones, cimarrones y esclavos en los territorios españoles » in Price, 1981 : 43.

9 Ibid. : 44.

10 Cedulario indiano recopilado por Diego de Encinas, t. IV, p. 383, cité dans Lucena Salmoral, 2005 : 45.

11 « Extracto de las ordenanzas para la sujeción de esclavos, hechas por el cabildo dominicano en 1535, 42, y 45 », cité dans Lucena Salmoral, 2005 : 51.

12 « Capítulos relativos a los esclavos en las ordenanzas del cabildo de Veracruz », cité dans Lucena Salmoral, 2005 : 57.

13 « Ordenanzas del pacificador La Gasca para el castigo de los esclavos huidos y cimarrones de la ciudad y término de Lima », cité dans Lucena Salmoral, 2005 : 74-75.

14 La littérature abonde à ce sujet : voir notamment Reichert, 1966, vol. 3 : 621-627 et Reis, 2004.

15 On regrettera que l’autrice n’ait pas analysé plus en détail la révolte de 1522 à Saint-Domingue. Felipe Roa Contreras (2010), offre une mise en situation historiographique intéressante, mais sollicite à l’évidence l’appellation « cofradía de Jolofos de Lima » pour l’époque étudiée, à savoir le xixe siècle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Côte sud de l’île de Saint-Domingue (Hispaniola)
Légende Lieux cités par Fernández de Oviedo : Azua, San José de Ocoa, la rivière Nizao, Saint-Domingue.
Crédits Infographie Philippe Camus, d’après OpenStreetMap
URL http://journals.openedition.org/assr/docannexe/image/75083/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2.
Légende Gravure représentant l’affrontement de 1522 entre Espagnols et Jolofes à l’Hispaniola.
Crédits Source : Théodore de Bry, Americæ pars quinta, 1595. Brown University Library. https://repository.library.brown.edu/​studio/​item/​bdr:350856/​
URL http://journals.openedition.org/assr/docannexe/image/75083/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Tardieu, « De la psychose inspirée par les « Jolofes » aux Indes occidentales espagnoles (xvie-xviiie siècles) », Archives de sciences sociales des religions, 205 | 2024, 59-76.

Référence électronique

Jean-Pierre Tardieu, « De la psychose inspirée par les « Jolofes » aux Indes occidentales espagnoles (xvie-xviiie siècles) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 205 | janvier-mars 2024, mis en ligne le 17 mai 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/75083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p8o

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Tardieu

Université de La Réunion

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search