Navigation – Plan du site

AccueilNuméros205VariaCatholicismeLa foi peut-elle être une source ...

Varia
Catholicisme

La foi peut-elle être une source de « conversion écologique » ? L’exemple de jeunes catholiques écologistes de région parisienne avec l’encyclique Laudato si’ (2015)

Can faith be a “ecological conversion” resource? The case of young ecologist Catholics in the region of Paris and the encyclical Laudato si’ (2015)
¿La fe puede ser un recurso de “conversión ecológica”? El caso de los católicos jóvenes ecologistas en la región de París con la encíclica Laudato si’ (2015)
Gauthier Simon
p. 77-98

Résumés

Par sa proposition théologico-politique de « conversion écologique », l’encyclique Laudato si’ (2015) du pape François est un tournant doctrinal pour l’Église catholique, après une appropriation progressive du référent écologiste. Chez les jeunes catholiques écologistes étudiés, son appropriation s’inscrit dans des socialisations marquées par l’intériorisation de pratiques sociales prédisposant à la « conversion écologique ». Outre un (ré)investissement de l’institution religieuse, l’articulation des identités catholique et écologiste démontre, derrière une apparente convergence vers l’impératif de la sauvegarde de la Création, des divergences dans la manière de vivre l’écologie en tant que jeune catholique dans un catholicisme désormais minoritaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : des catholiques indisposés par l’écologie ?

1Le 24 octobre 2022, un édito de Paul Piccarreta annonce la fin de la revue d’« écologie intégrale » Limite (Piccarreta, 2022). Le directeur y reconnaît avoir sciemment « navigué à vue, quand l’opinion – et parfois vous, lecteurs – attendaient une ligne claire et un itinéraire sans détour » (ibid.), révélant ainsi les équivoques du concept d’« écologie intégrale », entre écologisation d’un conservatisme catholique, renouveau du catholicisme de gauche ou encore spiritualisation d’une écologie politique, plutôt areligieuse, voire antireligieuse en France (Obadia, 2019 : 199).

2Mais revenons à la genèse de cette aventure éditoriale, initiée en 2015 par de jeunes catholiques de la « génération Laudato si’ » (Piccarreta, 2022), alors que le pape François publiait l’encyclique Laudato si’ sur cette même « écologie intégrale ». À l’instar de beaucoup de catholiques en 2012 et 2013, ils étaient engagés, notamment le couple Gaultier Bès et Marianne Durano, dans les manifestations contre le mariage homosexuel, qui s’inscrivent dans le temps plus long d’un renouveau de la pensée conservatrice et contestataire au sein du catholicisme (Raison du Cleuziou, 2019). Concomitamment, au Vatican, le conclave de mars 2013 élit le pape François. Ce souverain pontife tranche avec ses prédécesseurs plus conservateurs, ne serait-ce que par le renouveau théologico-politique dont témoigne Laudato si’, qui se veut une réponse spirituelle tant à « la clameur de la terre que [à] la clameur des pauvres » (François, 2015 : § 49).

3Une contextualisation rapide permet de mieux entrevoir les entrelacements parfois imprévus entre écologie et catholicisme. Lorsque l’écologie politique émerge dans les années 1970, on observe parmi les catholiques un effet de ciseaux de mobilisations et de politisation entre sujets sociaux et sociétaux :

Avec le déclin de l’Action catholique, le réseau catholique le plus puissant qui demeure, au côté de celui de l’enseignement, est constitué par les Associations familiales catholiques (AFC). Dans leur orbite, à partir des années 1970, une nouvelle génération de mouvements va se créer pour résister à la sécularisation des mœurs, c’est-à-dire l’émancipation des corps en dehors de l’ordre naturel. (Raison du Cleuziou, 2019 : 36)

4Or, dans le même temps, l’écologie politique s’affirme progressivement par son « libéralisme culturel ». L’Église s’y oppose fermement, y voyant une « nouvelle religion panthéiste libertaire » (Deléage, 2016 : 310). Ce raidissement moral institutionnel n’est pas accepté par tous les fidèles, notamment par les catholiques militants écologistes, désormais plus réticents à l’idée de faire part de leur socialisation religieuse (Repaire, 2016 : 113). Car si ces derniers s’engagent, parfois même aux côtés de prêtres, dans les combats militants du Larzac (Bertina, 2017 : 36), le mouvement écologiste en France est plus proche de l’écologie antireligieuse d’une gauche libertaire que d’une écologie romantique et spirituelle (Obadia, 2019 : 199). Les travaux sur les liens entre religion et écologie dans le contexte du catholicisme français (Pelletier, 1992 ; Turina, 2013 ; Bertina, 2017) attestent du « retard » de ce dernier dans « l’appropriation collective de la thématique écologiste » (Bertina, 2017 : 35), notamment en raison d’une méconnaissance de la controverse anglo-saxonne sur l’éventuelle responsabilité judéo-chrétienne dans la crise écologique (White, 1967).

5Après de premières contributions universitaires françaises sur les affinités entre religion et écologie (Hervieu-Léger, 1993 ; Champion, 1995), plus récemment, Lionel Obadia indique qu’une « nouvelle cartographie semble nécessaire, avec une inflexion significative vers la thématique du climat vue sous un angle politique » (Obadia, 2019 : 193). Si des travaux sociologiques et philosophiques ont abordé le positionnement de l’Église (Turina, 2013 ; Le Bot, 2017 ; Roblin, 2019) avec une approche plus empirique, Ludovic Bertina retrace dans sa thèse les prises de position successives de l’institution religieuse sur l’écologie (Bertina, 2017), quand Mathieu Gervais croise dans la sienne identités paysanne et catholique (Gervais, 2020). Laudato si’ veut justement montrer aux catholiques « qu’ils ne remettent pas en cause les principes de leur foi en adoptant un comportement écologique » (Larrère, 2020 : 195). La particularité de François réside dans le fait de s’ancrer dans la continuité de ses prédécesseurs Jean-Paul II et Benoît XVI, à savoir le « refus de dissocier la question environnementale de la défense de l’environnement familial et du droit à la vie » (Bertina, 2016 : 133), tout en étant moins polémique qu’eux (Pelletier, 1992). En effet, il « choisit dans cette encyclique sociale de partir d’une problématique englobante pour défendre un certain nombre de droits » (Bertina, 2017 : 166).

6Ainsi, dans le contexte des mobilisations écologistes à l’aune de la COP21, nous supposons que Laudato si’ a pu fournir une occasion d’engagement politique, une « ressource convictionnelle » identitaire et éthique (Willaime, 2008) pour les jeunes catholiques. Un peu à l’image de ce qu’avait été la Manif pour tous quelques années auparavant, dans une séquence de socialisation à la fois religieuse et politique, marquant l’engagement d’une « jeunesse sans complexe » (Raison du Cleuziou, 2014 : 111). Si les itinéraires biographiques de ces individus ont déjà pu être étudiés (Béraud, Portier, 2017 ; Raison du Cleuziou, 2019), quels sont ceux des militants qui se sont engagés dans le contexte de la publication de l’encyclique ? En abordant un enjeu plus consensuel, comment l’engagement de jeunes catholiques écologistes s’est-il construit après la période de conflictualisation de la Manif pour tous ? Notre travail consistera à examiner si, au niveau individuel, un accord peut se faire entre foi catholique et écologie chez les jeunes catholiques, à la suite de la publication de Laudato si’. Ces derniers appartiennent à une génération plus sensibilisée et plus sensible à l’écologie que celle de leurs parents (Koschmieder, Brice-Mansencal, Hobian, 2019). Or, il nous semble intéressant de croiser cet élément différenciant de socialisation politique avec leur socialisation religieuse dans un catholicisme accusant (toujours) du « retard » en matière d’écologie (Bertina, 2017 : 35). Nous faisons l’hypothèse que les positions sociétales plus progressistes des Verts (Repaire, 2016 : 123) pourraient être éloignées de leurs convictions religieuses, pour ne prendre que les questions de la filiation (PMA, GPA) ou du mariage homosexuel. Mais si l’encyclique se positionne clairement sur l’impératif religieux de sauvegarde de la Création, quel est son pouvoir effectif d’inflexion concernant les convictions et comportements des jeunes catholiques ? Cette question se pose d’autant plus dans le cadre d’un catholicisme français actuellement plus conservateur, marqué par l’activisme politique et militant visible de la partie de ses fidèles « observants », quantitativement plus engagés (Raison du Cleuziou, 2020a : 322) :

Depuis La Manif Pour Tous, si les catholiques ont souvent fait la une de la presse en raison de leur activisme politique (Sens Commun par exemple), c’est de fait des observants qu’il s’agissait et non de l’ensemble des catholiques. (Raison du Cleuziou, 2020a : 317)

7Notre développement commencera par retracer la genèse d’une « conversion écologique » de jeunes catholiques au cours de socialisations marquées par l’intériorisation de pratiques sociales prédisposant à l’écologie. L’article proposera ensuite une typologie du rapport à l’écologie des enquêtés, entre engagements religieux et/ou militants. Enfin, une dernière partie montrera qu’outre un (ré)investissement de l’institution religieuse, l’articulation des identités catholique et écologiste révèle, derrière une convergence sur la sauvegarde de la Création, des divergences dans la manière d’aborder et de vivre l’écologie en tant que catholique.

  • 1 En nous fondant sur la déclaration d’appartenance des enquêtés (Michelat, Simon, 1977).
  • 2 Chaque séance commençait par une présentation introductive du thème abordé, avant un temps de part (...)
  • 3 Les entretiens ont été menés entre novembre 2020 et mars 2021. Âgés entre 20 et 35 ans, 26 individ (...)

8Concernant les modalités de l’enquête, des individus et des groupes qui affichaient une double sensibilité, catholique1 et écologiste, ont été approchés. De « jeunes » catholiques, parce que la « jeunesse » est une période d’intervalle souple, marquée par « une très grande disponibilité biographique, propice à l’engagement » (Pagis, 2010 : 85). Des observations participantes ont été menées à Paris, au sein du Groupe de travail Laudato si’ et du café associatif chrétien Le Dorothy. Lancé en 2016, le premier est un parcours de formation d’un an animé par un prêtre, que nous avons suivi à distance en raison du contexte sanitaire entre janvier et mai 2021, consistant en une vingtaine de soirées autour de l’« écologie intégrale2 ». Les membres se rapprochent des catholiques « observants » (participation à la Manif pour tous, identification partisane à droite, importance accordée à la pratique religieuse hebdomadaire), que Yann Raison du Cleuziou qualifie de « minorité élitiste et conservatrice », quand le second pôle d’observation du Dorothy se rapproche de ce qu’il nomme les catholiques « émancipés », moins pratiquants, et critiques du conservatisme catholique (Raison du Cleuziou, 2014). Fondé en 2017, Le Dorothy est composé d’une vingtaine de membres, majoritairement catholiques, plutôt engagés socialement et écologiquement. Entre janvier et mai 2021, nous nous rendions deux fois par mois au café, pour participer à des réunions et pour rencontrer les membres. Si ces deux groupes constituaient les lieux de nos observations participantes, nous avons élargi notre panel auprès d’autres jeunes catholiques écologistes recrutés par « des échantillonnages en boule de neige, c’est-à-dire via les réseaux d’interconnaissances des enquêtés eux-mêmes » (Grossetête, 2019 : 87). Au total, 26 entretiens non directifs ont été menés3, pendant lesquels il était demandé de « raconter la manière dont ils étaient venus à s’intéresser à l’écologie ». Habitant quasi exclusivement à Paris ou en région parisienne, même si nous avons rencontré quelques cas de néoruraux catholiques (résidant dans des écohameaux, des maisons communautaires ou des lieux d’accueil de pèlerins), les enquêtés n’étaient pas représentatifs de l’ensemble du catholicisme français et illustraient clairement la « gentrification » de ce dernier (Raison du Cleuziou, 2020b), étant très majoritairement issus de familles de CSP+.

La genèse d’une « conversion écologique »

9Si le terme de « conversion écologique » a une valeur heuristique, puisque l’écologie s’apparente de plus en plus à une « profession de foi » pour des individus cherchant à être en cohérence avec leurs convictions et leurs pratiques (Faucher-King, 1997 ; Ollitrault, 2001), nous soulignerons dans cette première partie que des éléments de socialisation primaire et secondaire peuvent prédisposer à cette « conversion écologique ».

Bourgeoisie (catholique) oblige 

10Tentons de déterminer le rôle des socialisations primaire et secondaire dans l’intériorisation d’une « vertitude » (Faucher-King, 1999) à la mode catholique. Dans une culture de classe bourgeoise catholique, nous faisons l’hypothèse d’une ambivalence entre la condition matérielle objective, relativement aisée (profession des parents, fréquentation d’une résidence secondaire), et le rapport subjectif à la matérialité, caractérisé par une volonté religieuse de détachement. De ce fait, dans les discours des jeunes catholiques, la « contrainte symbolique » immatérielle, issue de la socialisation religieuse ou du capital culturel, est susceptible de primer sur la « contrainte économique » (Herpin, 2004) dans la justification de leurs pratiques écologiques. Par exemple, lorsqu’ils évoquent leur résidence secondaire, où beaucoup se sont régulièrement rendus pendant leur enfance et adolescence, les enquêtés valorisent leur consommation de produits « frais et locaux » :

  • 4 Afin d’assurer l’anonymat des enquêtés, les prénoms sont des pseudonymes.

On était avec ma famille à la campagne et on est allés acheter des yaourts dans la ferme d’à côté… Quand on prenait le yaourt après, j’étais content. Mais d’abord t’es attaché au lieu parce que c’est là où tu vas depuis que t’es petit, où tes parents sont allés, où tes grands-parents sont allés… et te dire que c’est ce lieu-là qui te nourrit, c’est vachement sympa je trouve… (Tancrède4, 22 ans, chef Scouts unitaires de France)

11Ici, dès la socialisation primaire, la fréquentation d’une résidence secondaire participe de l’intériorisation de premières pratiques, qui seront qualifiées d’écologistes a posteriori. Celles-ci se caractérisent également par leurs résonances affectives, en lien avec l’attachement émotionnel à un lieu particulier. Par contraste avec son style de vie urbain, Charles est par exemple confronté à un autre rapport à la technique et au temps, par des pratiques concrètes, comme la coupe du bois, qui lui permettent d’envisager écologiquement des « décélérateurs de temps » (Deléage, Sabin, 2014). Il retrouve ce rapport à un temps plus long dans son expérience récente d’ouvrier maraîcher :

Comme ouvrier maraîcher, je me suis rendu compte que quand tu commences à faire à la main quelque chose… Tout prend un temps monstrueux. Encore une fois on est un peu déconnectés de cette réalité matérielle, surtout quand on habite en ville... Donc ça m’a fait réfléchir sur tout ce qu’on utilise… ça demandait beaucoup de travail et on valorise pas les produits qu’on achète… Revenir à des choses simples… Un côté manuel et le côté intellectuel pour réfléchir à faire des actes intéressants. (Charles, 21 ans, en formation d’agroécologie)

12Dans un rapport remontant à 1995, le Groupe de prospective sur l’avenir des espaces ruraux de la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale) avance que selon « les résidents secondaires issus de classes bourgeoises au niveau culturel élevé », « nature et tranquillité riment avec isolement » (Dubost et al., 1995 : 118). Pour les jeunes catholiques rencontrés, la nature « rime » avec pratiques écologiques intériorisées. Outre « leur indifférence au temps qui passe et leur enracinement dans les choses qui durent », l’analyse de Pierre Bourdieu distingue chez les classes supérieures, auxquelles ces jeunes catholiques appartiennent majoritairement, un « culte de la nature », typique de la mode de la résidence secondaire « qui entretient une affinité profonde avec le style de vie “vieille France” de la fraction la plus “ancienne” des fractions dominantes. » (Bourdieu, 1979 : 319)

13De son côté, la socialisation politique primaire ne prédispose généralement pas à l’écologie, sans entraver pour autant la « conversion écologique ». Les résultats de l’enquête révèlent des socialisations politiques primaires faibles, que les jeunes expliquent par la rareté des discussions politiques, avec des ancrages familiaux plutôt à droite. Lorsqu’on les interroge sur leur contenu, on ne retrouve pas de fortes réticences conservatrices à l’égard de l’écologie politique, comme celles de la doctrine catholique évoquées en introduction. Toutefois, « l’évitement de discussion » politique en famille est parfois « l’expression d’un certain type de rapport politique au monde social et non pas seulement le signe d’une absence de politisation » (Boughaba, Dafflon, Masclet, 2018). Un autre rapport à la politique s’exprime par exemple dans le scoutisme, une instance de socialisation clé dans la « conversion écologique ».

« Le scout voit dans la nature l’œuvre de Dieu : il aime les plantes et les animaux. »

14Concernant a priori plus directement la socialisation religieuse, une expérience dans le scoutisme prédispose à l’engagement écologique. Si le scoutisme peut préfigurer un engagement politique ou militant (Fretel, 2004 ; Balas, 2021), il peut également être un lieu d’intériorisation de pratiques considérées comme écologiques a posteriori. Reprenons cet échange avec un membre de l’équipe nationale des Scouts unitaires de France (désormais SUF) :

Fin c’est tout bête mais en prenant aussi un peu de recul… C’était vraiment avec un regard d’adulte que j’avais réinterprété ce qu’on avait fait pendant toutes ces années… La question de l’écocitoyenneté, elle revenait tellement souvent comme… une identité du scoutisme. (Alexandre, 26 ans, encadrant national SUF)

15Les jeunes sont sensibilisés à la nature, lors des camps d’été qui leur permettent de se familiariser avec des pratiques dont ils soulignent le « bon sens » et qu’ils perpétuent en dehors des scouts :

Il y a beaucoup de trucs qu’on a toujours faits aux scouts sans y réfléchir… qui aujourd’hui relèvent d’une pratique écocitoyenne… Parce que c’est vraiment un engagement pour l’environnement et pour sa préservation, mais qui ne sont absolument pas explicitement désignés comme une cause… (Alexandre)

16Si Alexandre effectue une analyse rétrospective de ses pratiques écologiques provenant du scoutisme, il n’avance jamais de justifications religieuses, s’en étonnant même une fois l’entretien passé. Il n’est néanmoins pas l’exception qui confirme la règle. Même si un enquêté a cité l’article 6 de la loi scoute (« Le scout voit dans la nature l’œuvre de Dieu, il aime les plantes et les animaux. »), l’intériorisation de ces pratiques, qualifiées d’« écologiques » a posteriori seulement, s’inscrit dans un registre de « bon sens », de nécessité d’adaptation à un lieu de camp, davantage qu’elle ne s’exprime en termes d’impératif religieux de sauvegarde de la Création.

17Il est en revanche plus clair que le scoutisme prédispose à un engagement militant et politique, puisque sa fonction socialisatrice se prolonge jusqu’à la socialisation secondaire, pendant laquelle il devient un engagement bénévole, en tant que chef d’unité ou responsable au niveau national :

Je dirais que vraiment c’est l’expérience… ces 15 années passées chez les scouts, puis en tant que cheftaine… ça a construit la personne que je suis aujourd’hui et ça m’a ensuite donné envie d’aller voir ailleurs dans mes engagements et c’est une bonne chose. (Jeanne, 32 ans, membre du Dorothy)

18Un tel prolongement donne à certains l’envie de s’impliquer dans des mouvements et des associations écologistes, comme ici Jeanne, qui s’est progressivement dirigée vers des actions de désobéissance civile au sein de l’association Alternatiba. Son engagement militant vient « clarifier des dispositions politiques qui ne demandaient qu’à trouver un débouché socialement légitime » (Fretel, 2004 : 84), par « transfert de compétences acquises » dans son « univers de socialisation » (Balas, 2021 : 163).

19En somme, au cours de la socialisation primaire et secondaire, le rapport à la nature des enquêtés relève de pratiques, qualifiées d’« écologistes » a posteriori, qui n’ont pas été intériorisées dans un registre religieux. Les enquêtés mentionnent a posteriori le rôle implicite de leur longue expérience du scoutisme dans leur engagement écologiste, allant dans le sens d’une politisation d’engagements religieux (Pagis, 2010). Notons, enfin, que les jeunes gens issus des Scouts et Guides de France étaient davantage susceptibles de rejoindre un groupe de militants écologistes que ceux passés par les SUF ou les Scouts d’Europe, mouvements plus conservateurs que le premier (Raison du Cleuziou, 2016).

Quatre nuances de (jeune) vert catholique

20Cette deuxième partie proposera une typologie des nuances de (jeune) vert catholique. Ancrée dans l’histoire politique récente du catholicisme, elle prendra en compte la manière dont leur rapport à l’écologie s’inscrit dans des engagements religieux et politiques, ainsi que le rôle éventuel de l’encyclique Laudato si’, en tant que « ressource convictionnelle » identitaire et éthique (Willaime, 2008).

Jeunes catholiques de l’écologie humaine

  • 5 Remontant aussi à la Manif pour tous, il se veut un terrain de lutte pour la prise de conscience e (...)

21En premier lieu, des enquêtés sont issus de parcours socialisation de « jeunes catholiques de l’écologie humaine », à l’image de Joseph qui, après s’être engagé dans le Courant pour une écologie humaine5 pendant la Manif pour tous, a décidé de vivre l’« écologie intégrale » dans un écohameau catholique. Voici comment il théorise la succession de ses engagements :

Derrière des désirs compréhensibles d’enfants et d’être reconnus par la société… Il y a malheureusement un progrès réel qui est la mainmise technique sur la vie de famille, sur la procréation… Voilà, c’est l’argument simple mais qui, à mon avis, garde toute sa force. Derrière le slogan de l’égalité des droits, il y a une soumission à la puissance technique. (Joseph, 33 ans, habitant d’un écohameau)

22Joseph n’adopte pas une stratégie conflictuelle frontale vis-à-vis de l’écologie politique en raison du « libéralisme culturel » de cette dernière, comme nous en faisions l’hypothèse. Il souligne ses « incohérences » dans sa manière de vivre le rapport entre nature et artifice, pour rentrer dans une lutte définitionnelle de ce que serait l’écologie « intégrale ». Aussi, malgré leur participation à la Manif pour tous, ces enquêtés ont le sentiment d’être « minoritaires » parmi les catholiques. Cela s’explique par une inscription, pour les plus militants d’entre eux, dans le « renouveau conservateur » aux accents anticapitalistes d’une partie minoritaire du catholicisme (Raison du Cleuziou, 2019), en décalage avec le capital économique élevé de leur groupe social d’origine. Pour Joseph, cela a pris la forme d’un positionnement intellectuel antilibéral, proche de Limite (Schlegel, 2018). S’il a conscience d’appartenir à un milieu qui, réticent à la critique du productivisme et de la croissance, ne le prédispose pas à l’écologie radicale, il ne souhaite pas rejeter sa socialisation religieuse primaire, marquée par l’importance des sujets bioéthiques. Il concilie un entre-deux avec l’écologie « intégrale » :

L’idée que nos modes de vie doivent favoriser une économie vertueuse et juste qui permette à chacun de vivre dignement de son travail… J’ai petit à petit pris conscience de ça… Dans l’écologie intégrale, c’est pas seulement une écologie environnementale plus écologie humaine… C’est aussi repenser les modes de production, de consommation qui soient socialement plus justes, soutenables… (Joseph)

23Quant à lui, influencé dans sa socialisation politique par un père « anarchiste de droite », Mathieu revient sur son engagement dans la Manif pour tous, marqué par la critique d’un catholicisme « gentrifié » :

On est souvent sévère envers les milieux qui nous ressemblent. Moi j’étais en colère contre les milieux catho et de droite, mais plutôt catho… parce que droite et gauche je m’en fous… Contre les catholiques qui sont dans leurs modes de vie un contre-témoignage au niveau économique, écologique, social… Je le suis moins aujourd’hui… Je me suis dit « les cathos sont tellement obsédés par le fait de subvenir aux besoins de leurs familles qu’ils sont allés vers les milieux qui permettaient cela sans remettre en cause le paradigme dans lequel on vit ». C’est être trader dans le paradigme dans lequel on vit… C’est pas logique. (Mathieu, 28 ans, habitant d’une maison communautaire catholique d’écologie intégrale)

24Face à la « colère » qu’il ressentait, Laudato si’ vient chez lui confirmer et renforcer la « cohérence » d’engagements politico-religieux antérieurs sous une forme « intégrale » :

Laudato si’ cite toutes les encycliques sociales. Ça m’a ouvert à pas mal de pensées, donc ça a été chouette… Je pense que j’étais pas mal dans une optique « y a le milieu catho, y a le milieu écolo » et les deux ne disent pas la même chose et là c’est venu un peu « rassembler » les choses… Je suis pas contre le milieu catho mais « avec » le milieu catho. (Mathieu)

25Il vit aujourd’hui dans une maison communautaire d’écologie intégrale en région parisienne.

Jeunes écologistes catholiques 

26D’autres enquêtés, les « jeunes écologistes catholiques », évoquent l’encyclique en prenant le soin de préciser que leur militantisme vert n’avait originellement pas lieu dans une organisation catholique. Et pour cause, leur prise de conscience face à la crise écologique ne s’étant pas effectuée sur un registre religieux :

Ce qui est très net, c’est qu’il y a un déclic énorme en arrivant à l’école d’agro… On saute dans le bain de la découverte de toutes ces questions agricoles que je connaissais finalement très mal. On se rend compte qu’il y a plusieurs visions du développement de l’agriculture, que tout ça est très politique, que tout ça a des répercussions sur notre alimentation, sur l’aménagement du territoire… Je me vois vraiment tomber là-dedans avec fougue et passion. (Bastien, 29 ans, membre du Dorothy)

  • 6 Séjour de quelques jours à quelques mois dans une exploitation agricole, souvent biologique, où l’ (...)

27Que cela soit Bastien ici à propos de son entrée en école d’agronomie, ou encore Juliette lors d’une expérience de woofing6, ces deux enquêtés ont eu une prise de conscience écologiste à partir des questions agricoles, ce qui correspond aux « trajectoires à dominante scientifique » évoquées par Sylvie Ollitrault (2001 : 114). Notons que leurs critiques ont peu ou prou la même cible que les « jeunes catholiques de l’écologie humaine » : le supposé matérialisme de la bourgeoisie catholique. Cependant, ils expriment leur sentiment minoritaire à l’extérieur du militantisme de et issu de la Manif pour tous, en raison d’une « crispation » autour des représentations politiques et médiatiques de leur groupe d’appartenance, dont ils désapprouvent les motifs de mobilisation :

Bon, c’était le début de l’année 2013, donc le mouvement de la Manif pour tous commençait à prendre de l’ampleur qui moi… me crispait un peu en tant que catho quoi. Le fait de voir qu’en fait… je sais pas ça fait un peu bizarre… le fait que l’image qu’on avait dans les cathos, dans les médias à ce moment-là, me crispait vraiment parce qu’on retournait un peu dans le cliché « les cathos ne s’intéressent qu’aux questions bioéthiques et familiales »… et de voir qu’en même temps y avait une formation sur les questions sociales. Je me dis… tout ça mélangé, même sans que j’y pense sur le coup, m’a donné envie d’y aller et j’y suis allé ! (Marc, 32 ans, membre du CERAS et des Scouts et Guides de France)

28Si Marc décide de travailler ensuite pour le Centre de recherche et d’actions sociales (CERAS) des jésuites, où il s’était initialement rendu pour une conférence sur la doctrine sociale de l’Église, un tel sentiment par rapport aux représentations de son groupe social d’origine peut aussi se répercuter sur la sociabilité religieuse. Après une période de remise en question de sa foi, Jeanne, que nous avons précédemment évoquée, trouve un engagement religieux dans la Mission de France. Tournée vers les « périphéries existentielles » et plus « loin de tout repli identitaire », elle y voit un prolongement de son mandat de cheftaine chez les Scouts et Guides de France, au cours duquel elle a promu le scoutisme dans les quartiers populaires. Ainsi, pour ces catholiques qui se sentaient minoritaires dans leur groupe social, Laudato si’ représente une possibilité de faire le lien entre des engagements précédents, de les renforcer, palliant cette impression de décalage par rapport aux représentations sociales et politiques des catholiques :

  • 7 Une association abordant « les enjeux politiques contemporains à la lumière de la doctrine catholi (...)

Le texte du pape m’a touchée parce qu’il articule plein de dimensions qui sont pour moi importantes, comme le fait d’avoir à la fois une préoccupation écologique et sociale… (Anne-Marie, 34 ans, membre des Alternatives catholiques7)

29Pour Anne-Marie, en tant que « ressource convictionnelle » à la fois religieuse et écologique, le texte vient renforcer les liens entre différents engagements par la manière dont il exprime une « écologie intégrale ». En ce sens, Laudato si’ permet la spiritualisation d’un engagement politique écologiste antérieur.

Jeunes écologistes convertis au catholicisme

30Plus rares, les « jeunes écologistes convertis au catholicisme » ont vécu l’encyclique comme le catalyseur d’un processus graduel de conversion religieuse. Ils viennent d’une écologie non catholique, fruit d’une socialisation politique plus à gauche, et d’un éloignement, voire d’une défiance à l’égard du catholicisme. Le cas de Théodore, dont les parents sont catholiques non pratiquants et votent pour Les Verts, est emblématique. Après une socialisation religieuse faible, aussi bien à la maison que dans son établissement scolaire catholique privé, sa lecture de Laudato si’ s’inscrit dans une réaffiliation religieuse progressive pendant ses études supérieures :

Moi, je peux lier très clairement écologie et foi au moment où l’Église a pris le leadership sur ces questions-là. Y a trois ans, j’ai eu une conversion. Ce qui me correspondait le mieux quand j’ai redécouvert la foi était la question écolo, avec laquelle je me sentais le plus en phase. (Théodore, 24 ans, engagé dans les marches pour le climat)

31Il affirme rétrospectivement être (re)venu à la foi par l’écologie, à laquelle il a été socialisé politiquement par le vote de ses parents, étonnés de le voir se réapproprier une tradition religieuse familiale délaissée. À partir de l’encyclique, foi et écologie se sont auto-entretenues par l’« enracinement de convictions écologistes ». Un lien qu’il cultive désormais au sein de l’aumônerie de son école, où il est très engagé.

32Originaire d’un milieu familial athée et communiste, Rodolphe percevait, du temps de son engagement militant à La France insoumise, l’écologie comme une « idéologie de bobo, déconnectée de la préoccupation des classes populaires à vouloir vivre décemment ». Cependant, à la suite de sa conversion au catholicisme, son intérêt pour Laudato si’ lui a permis de voir en l’« écologie intégrale » « un moyen de réorganiser la société » et une « réconciliation dans la manière de vivre une vie simple, plus enracinée » :

Petit à petit, j’ai eu une évolution via l’écologie, notamment l’écologie intégrale… Ce que je trouve intéressant dans l’écologie intégrale et Laudato si’, c’est ce lien entre antilibéralisme économique et antilibéralisme social, cette idée que la remise en cause du progressisme et la remise en cause du productivisme étaient liées. Ce que je trouvais chez Michéa ou des auteurs comme ça, je le retrouvais là-dedans dans Limite, c’est ça qui… m’a poussé à m’engager là-dedans. (Rodolphe, 28 ans, lecteur de Limite)

33Son appropriation de Laudato si’ se fait à la lumière d’une pensée antilibérale qu’il dit retrouver dans la dimension « holiste religieuse » du texte, liant questions écologiques et questions sociales. Les deux trajectoires de Théodore et Rodolphe montrent que la lecture de Laudato si’ a été le catalyseur d’une conversion religieuse graduelle à partir d’une sensibilité écologiste antérieure au texte.

Jeunes catholiques convertis à l’écologie

34À l’inverse, pour les « jeunes catholiques convertis à l’écologie », l’encyclique est un appel à une « conversion écologique » dans la continuité d’une socialisation religieuse. Ils lisent dans le texte une critique écologiste de la société de consommation, déjà présente dans le discours d’autres instances de socialisation mais qui, avec un référent religieux familier, devient plus susceptible de provoquer leur « conversion écologique » :

  • 8 Ce groupe propose pour les étudiants et les jeunes professionnels une formation à la doctrine soci (...)

Là-dessus, le pape François, je le trouve très bien. C’est qu’il nous secoue tous comme des cocotiers. Je pense que pour beaucoup de chrétiens, l’écologie n’était pas forcément un sujet… Je trouve qu’il a imposé une manière de voir qui je pense était absente… Pour moi, la plus-value de cette encyclique est le traitement singulier de la problématique… Y avait que le pape qui pouvait en parler ainsi… Le terme d’écologie « intégrale »… On avait jusqu’à présent des mouvements politiques, des associations, mais sans jamais vraiment penser ce traitement global… le lien avec la politique, l’anthropologie, la Création… Pour moi y avait qu’un chrétien qui pouvait adresser en même temps tous ces trucs. (Anne, 25 ans, membre des Bâtisseurs8)

35Anne reconnaît que l’« ambiance des temps » et le « fait d’être baignée en permanence dans ces problématiques à Sciences Po » l’ont prédisposée à la conversion écologique. C’est néanmoins l’encyclique Laudato si’ qui en a été le catalyseur. En tant que catholique, elle est en effet plus « secouée » par la dimension spirituelle et transcendante de l’« écologie intégrale » du pape François.

Déclinaisons et divergences de l’engagement écologiste en tant que jeune catholique

36Dans cette dernière partie, il s’agira de voir comment les trajectoires des enquêtés se croisent dans des engagements militants et religieux autour de l’enjeu de sauvegarde de la Création, tout en s’éloignant dans les manières d’entendre l’engagement écologique dans un catholicisme en minorisation.

Engagements écologistes individuels dans et en dehors de l’Église

37L’écologie vécue dans la sphère de l’intime est un pas de plus dans une recherche de cohérence personnelle de l’écologiste, ici catholique. L’articulation se fait par la requalification religieuse de pratiques écologiques quotidiennes. Au sein de sa colocation catholique à Lille dans un ancien monastère de religieuses, Anne refuse par exemple d’acheter certains légumes en hiver « en tant que catho », dans une aspiration d’« intégrité » et de « cohérence » religieuse. On retrouve ce que Ludovic Bertina nomme « la symbolique religieuse de la pratique écologiste » : « L’engagement écologiste et la pratique religieuse partagent une même valorisation des caractères symbolique et contraignant de l’action individuelle » (Bertina, 2017 : 253). Ce désir d’adopter un style de vie symbolisant la conjonction de deux identités, écologiste et catholique, rejoint une forme d’« intégralisme » catholique. Ce dernier est défini par Jean-Marie Donegani comme l’« aspiration du catholicisme à répondre à la totalité des questions humaines, sa volonté d’ensemencer et d’inspirer tous les aspects de la vie des sociétés et de l’existence des individus » (Donegani, 1993 : 173).

38À un niveau mésosociologique, la question environnementale est un motif de (ré)investissement dans l’institution religieuse, comme ici avec Marguerite qui revient chez les Scouts et Guides de France :

  • 9 La résolution en question, disponible en ligne sur le site des Scouts et Guides de France : https: (...)

J’avais quitté les scouts y a finalement assez longtemps… à 17 ans. J’ai jamais été cheftaine. J’étais trop contente de revenir dans le mouvement avec cette vision-là… À un moment où les Scouts et Guides de France venaient de voter une résolution sur la conversion écologique9. Donc y avait vraiment quelque chose à construire et à apporter qui était passionnant… Et donc c’est comme ça que je remets un pied dans la tente. (Marguerite, 31 ans)

  • 10 Créé en 2016, il entretient une proximité avec Le Dorothy. Professeur de philosophie et essayiste (...)

39Cependant, la sociabilité religieuse des enquêtés se caractérise par un éloignement de la communalisation paroissiale de leur socialisation primaire. Dans des cafés associatifs comme Le Dorothy ou Le Simone à Lyon10, des « groupes de conversion écologique » ont été créés par des membres portant des convictions écologistes, dans l’objectif de se former et de former à Laudato si’. Ils illustrent une demande de « sociabilité religieuse affinitaire » (Hervieu-Léger, 2019a), plus interpersonnelle et horizontale, issue, entre autres, de la fréquentation de mouvements du renouveau charismatique (Emmanuel, Chemin Neuf) pendant leur socialisation secondaire. Les enquêtés souhaitent aussi, en tant que catholiques, mettre en pratique leur « conversion écologique » dans des lieux alliant engagement concret et réflexivité :

Le Dorothy, c’est la relation de vivre dans la foi qui précède une relation, pas forcément d’amitié mais fraternelle très forte… Une unité que je ne pensais pas forcément avant avec mes amis d’agro… La dimension quotidienne me convient beaucoup plus qu’un côté plus ponctuel. (Bastien)

40Ces endroits rassemblent d’une part, des jeunes catholiques qui découvrent les questions écologiques via l’encyclique et souhaitent s’engager et, d’autre part, d’autres jeunes pour qui ce sont des lieux d’engagement et d’unification, entre des convictions issues d’une foi catholique et des pratiques militantes écologistes. Avec une posture militante « en tant que » catholiques engagés sur l’écologie, des enquêtés décident de s’investir dans des collectifs militants écologistes en dehors du champ religieux. Voici l’analyse qu’en livre l’aumônier d’une grande école :

Certains vont partir dans la militance politique, mais ça marche beaucoup moins. La militance repart du concret, ça me semble un trait générationnel. À part les militances pour les droits dans lesquels les cathos ne rentrent pas, en tout cas selon moi, là, sinon, on est vraiment sur les droits LGBT, féministes, MeToo, etc. Donc, je vois très peu de cathos s’engager là-dedans. (prêtre aumônier d’une grande école parisienne)

41L’environnement est, pour ces jeunes catholiques, un vecteur d’engagement qui concerne le « concret ». C’est ce que l’on retrouve dans le Groupe de travail Laudato si’ qui avait pour objectif de « partir du concret… pour y revenir11 », et non pas seulement d’œuvrer pour la défense des « droits », comme au moment de la Manif pour tous. On voit là s’exprimer la volonté d’éviter toute « objectivation délégitimante » dans le militantisme écologiste, en mettant en avant la « défense d’un intérêt général totalement indépendant des contingences sociales » (Ollitrault, 2015 : 54), afin, pour les jeunes gens concernés, de ne pas être renvoyés uniquement aux mobilisations sociétales conservatrices de leur groupe social d’origine :

  • 12 Cette association a pour volonté d’accélérer la transition démocratique, écologique et sociale à t (...)

Ils nous réunissent avec certaines personnes, à nous mettre dans un sac : « T’es contre la GPA, contre la PMA donc t’es contre l’avortement »… Le package gagnant… (Hélène, 25 ans, bénévole à La Bascule12)

42Si notre échantillon d’enquêtés n’est pas suffisamment conséquent pour vérifier empiriquement l’hypothèse d’une « (re)conflictualisation rapide de l’écologie » entre « intersectionnalités vertes » et « écologie intégrale » (Jérome, 2021 : 74), l’analyse permet néanmoins de relever des divergences dans les appropriations, sous l’apparente convergence autour du mot d’ordre de sauvegarde de la Création.

Convergence sur l’environnement, certes, divergences sur l’écologie de Laudato si’

43Les « groupes de conversion écologique » sont des lieux de rencontres. Jeunes aux socialisations de catholiques « observants » et « émancipés » se croisent, eux qui ne partageaient pas forcément les mêmes lieux de sociabilité religieuse. Cependant, des divergences parmi les enquêtés persistent, révélatrices de questions autour du positionnement vis-à-vis de la modernité. Quand Hélène, après une socialisation religieuse soutenue et une socialisation politique conservatrice (participation à la Manif pour tous), adopte des positions politiques plus sociales après Laudato si’, Théodore, lui, après une socialisation religieuse faible et une socialisation politique marquée par le vote écologiste parental, opte pour des positions sociétales plus conservatrices après à la lecture du même texte :

Je pense qu’à l’époque j’aurais voté LFI [La France insoumise] pour des questions écologiques et de redistribution... Aujourd’hui, je ne pourrais pas le faire. On est complètement en discordance sur les mœurs sociétales… donc, je sais pas… C’est dur. Alors, politiquement, c’est le néant… Y a aucun candidat… Parfois on se fait des délires avec des amis, on se dit qu’il faudrait lancer un candidat de l’écologie intégrale, on ferait 50 % dans toutes les aumôneries mais, à part ça, zéro ! (Théodore)

44Les trajectoires d’Hélène et Théodore se croisent. La première hésite désormais à voter pour Les Verts, tout en partageant avec le second une réticence à l’endroit de leur « libéralisme culturel », héritage de la socialisation primaire pour l’une, et incidence de la conversion religieuse de la socialisation secondaire pour l’autre. Doutant de leur appartenance partisane, ils valorisent « l’action, entendue comme langage universel » (Bertina, 2017 : 298). Lorsque Théodore mentionne le score de « 50 % » pour « un candidat de l’écologie intégrale », cela n’est pas anodin. Il fait référence aux débats, parfois âpres, entre jeunes catholiques de son aumônerie à propos de l’écologie intégrale. Au sein de la revue Limite, catholiques « observants », plus conservateurs, et catholiques « émancipés », plus progressistes, discutent, voire se disputent le concept, ce que cristallisent les différentes réponses qu’apportent les enquêtés au sujet de Limite :

Le débat autour de Limite est compliqué. Parce qu’il y a eu des évolutions dans l’histoire, plusieurs courants. C’est une espèce de carrefour qui ramasse différentes tendances qui viennent se croiser… Mais y a des lectures différentes dessous, des lecteurs différents… Et notamment y a un courant conservateur qui est, qui était assez fort chez Limite. Qui maintenant l’est moins. Ça perturbe les gens, car, à partir du moment où y a une petite touche de conservatisme… Y a des personnes pour qui ça va être des fachos… Moi je peux pas accepter qu’on réduise Limite à du conservatisme. (Marguerite)

45Par sa ligne éditoriale défendant à la fois la nature humaine et la « nature extérieure » (Schlegel, 2018), le trimestriel fait resurgir un débat sur la modernité parmi les jeunes catholiques, à travers la question de l’appropriation de l’écologie intégrale. Dans le contexte d’un catholicisme désormais minoritaire, il y a ceux qui craignent une logique de coupure, au détriment d’un engagement dans le monde, et ceux qui sont davantage antimodernes, « intransigeants » (Mercier, 2013). Dans les deux logiques appliquées à leurs initiatives écologiques, on retrouve une même tendance à s’autonomiser de l’institution religieuse. Au bout de ce processus émergent deux faces de la même pièce de l’individualisme religieux contemporain : « l’horizon d’une conquête impossible » et le « péril de l’assimilation pure et simple à la culture séculière dominante » (Hervieu-Léger, 2019b : 428).

46D’une part s’affirme une tendance à « relativiser les normes fixées par les institutions religieuses », sous-tendue par « la recherche et l’appropriation personnelle du sens », ce qui « dilue et conteste parfois explicitement la notion d’obligation en matière de croyances et de pratiques » (Hervieu-Léger, 2016 : 160). C’est le cas pour Geoffroy :

Éviter de céder à la tentation du repli dans l’oasis qui assez forte… On [sa compagne et lui, NdA] habite en milieu urbain et on projette d’y rester, car on travaille sur un projet de coopérative… C’est possible de s’engager pour montrer qu’en fait le système peut aussi être changé… Il ne faut pas le fuir… C’est un peu trop facile de partir en écohameau. (Geoffroy, 32 ans, CERAS)

47À la suite de sa « conversion écologique », il choisit de vivre sa foi par un engagement social et écologique à distance du cadre paroissial de sa socialisation religieuse primaire. Geoffroy considère que les paroisses n’ont pas pris la balle au bond, n’ont pas profité de la publication de Laudato si’ pour davantage aborder l’écologie. Cela l’éloigne par ailleurs de la pratique religieuse de la messe hebdomadaire inculquée par ses parents.

48D’autre part, un mouvement contraire privilégie la constitution d’une « solidité collectivement attestée de petits univers de certitudes » (Hervieu-Léger, 2016 : 160) : plus communautaire, cette option se distingue de la tendance générale à l’individualisme religieux. Revenons au choix de Mathieu de vivre dans une maison communautaire de jeunes catholiques autour de l’écologie intégrale :

Dire qu’on est juste une coloc c’est pas assez, dire qu’on est un monastère c’est trop… Y a un vrai projet commun avec une charte… on prie ensemble tous les jours, la nourriture est commune… Y a un côté artisanat, potager et aussi intello… Le week-end, on va à la messe et on rend service à la paroisse… (Mathieu)

49Il choisit l’option de la marginalité, qui concrétise « l’homogénéité des vérités partagées au sein du groupe, et l’acceptation de ce code du croire communautaire – qui embrasse croyances et pratiques – fixe en retour les frontières du groupe » (Hervieu-Léger, 2016 : 160). On retrouve la logique monastique étudiée par Danièle Hervieu-Léger dans ses travaux. Elle y considère la « clôture » non plus comme quelque chose d’hermétique, mais comme une source d’inspiration inclusive pour les laïcs (Hervieu-Léger, 2017). Toutefois, si la sociologue percevait cette ouverture de la clôture avec les lunettes d’un catholicisme plus « émancipé » et réformateur, ici la clôture est ouverte par des laïcs souhaitant se mettre en retrait du monde. Quitte à constituer « un petit univers de certitudes » qu’ils regardent avec leurs lunettes de catholiques plus observants et conservateurs.

Conclusion

50Au moment de sa publication en 2015, l’encyclique Laudato si’ du pape François a été présentée comme un tournant doctrinal de l’Église. Si elle s’inscrivait dans la continuité de l’« écologie humaine » plus conservatrice de ses prédécesseurs Jean-Paul II et Benoît XVI, nettement hostiles au « libéralisme culturel » de l’écologie politique, elle a néanmoins résonné en France avec l’histoire du militantisme des catholiques écologistes des années 1970 et 1980, plutôt situés à gauche et héritiers des combats des « nouveaux mouvements sociaux » (Larzac, mouvance communautaire néorurale). C’est à partir de ce contexte que Laudato si’ permet de se pencher sur le rapport à l’environnement de jeunes catholiques écologistes, qui présentent une double appartenance : à une génération plus sensible à la crise écologique, et à un catholicisme français, dont la minorité « observante » conservatrice participe à la visibilité politique et médiatique de l’ensemble des catholiques.

51Même si l’enquête présente la limite de ne pas reposer sur un échantillon représentatif de l’ensemble des jeunes catholiques, dont le rapport à l’écologie est pluriel, outre les prédispositions à la « conversion écologique » issues de la socialisation, la typologie proposée replace leurs engagements écologistes dans des itinéraires à la fois religieux et politiques. Les trajectoires oscillent entre renforcement d’un engagement religieux et écologique antérieur à l’encyclique, spiritualisation d’un engagement écologique pour certains, voire « conversion écologique » pour d’autres. Ainsi, les enquêtés semblent se rejoindre sur un (ré)investissement de l’institution religieuse à travers l’enjeu écologique. En revanche, l’articulation des identités catholique et écologiste révèle, derrière une apparente convergence vers la sauvegarde de la Création, des divergences politiques, voire théologiques dans la manière de vivre l’écologie en tant que jeune catholique.

Haut de page

Bibliographie

Balas Marie, 2021, « “Du grand jeu scout” à… “Maintenant on y est pour de vrai”. L’initiation au militantisme chez les collectifs issus de la Manif pour tous », Politix, 134, 2, p. 141‑165.

Béraud Céline, Portier Philippe (dir.), 2017, « Introduction », in Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Interventions », p. 7‑19.

Bertina Ludovic, 2016, « Le catholicisme et la question environnementale en France : les raisons culturelles d’un retard », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 44, 2, p. 127‑155.

Bertina Ludovic, 2017, La « conversion » écologiste de l’Église catholique en France : sociologie politique de l’appropriation du référent écologiste par une institution religieuse, thèse de doctorat, Paris, Paris Sciences et Lettres.

Boughaba Yassin, Dafflon Alexandre, Masclet Camille, 2018, « Introduction. Socialisation (et) politique. Intériorisation de l’ordre social et rapport politique au monde », Sociétés Contemporaines, 112, 4, p. 5‑21.

Bourdieu Pierre, 1979, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Champion Françoise, 1995, « Religions, approches de la nature et écologies », Archives de Sciences Sociales des Religions, 90, p. 39‑56.

Déléage Elsa, 2016, « La reconnaissance d’“une écologie intégrale” par l’Église catholique ou la négation de l’idéologie écologiste française », Société, droit et religion, 6, 1, p. 299‑330.

Deléage Estelle, Sabin Guillaume, 2014, « Peut-on résister à l’ère du temps accéléré ? », Écologie & politique, 48, 1, p. 13‑21.

Donegani Jean-Marie, 1993, La Liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, Paris, Presses de Sciences Po.

Dubost Françoise et al., 1995, Les résidences secondaires. Nouvelles orientations, Groupe de prospective sur l’avenir des espaces ruraux, DATAR.

Faucher-King Florence, 1997, Vertitudes : comparaison du militantisme vert en France et en Grande-Bretagne, thèse de doctorat, Aix-en-Provence, Aix-Marseille 3.

Faucher-King Florence, 1999, Les Habits verts de la politique, Paris, Presses de Sciences Po.

François, 2015, Lettre encyclique « Laudato si’ » du Saint-Père François sur la sauvegarde de la maison commune, https://www.vatican.va/content/francesco/fr/encyclicals/documents/papa-francesco_20150524_enciclica-laudato-si.html (consulté le 15 février 2024).

Fretel Julien, 2004, « Quand les catholiques vont au parti. De la constitution d’une illusio paradoxale et du passage à l’acte chez les “militants” de l’UDF », Actes de la recherche en sciences sociales, 155, 5, p. 76‑89.

Gervais Mathieu, 2020, Nous, on se sauve nous-mêmes. Sécularisation, identité paysanne et écologie, Paris, Van Dieren.

Grossetête Matthieu, 2019, « Quand la distinction se met au vert. Conversion écologique des modes de vie et démarcations sociales », Revue Française de Socio-Économie, 22, 1, p. 85‑105.

Herpin Nicolas, 2004, Sociologie de la consommation, Paris, La Découverte.

Hervieu-Léger Danièle (dir.), 1993, Religion et écologie, Paris, Le Cerf.

Hervieu-Léger Danièle, 2016, « La transmission des identités religieuses », in C. Halpern (dir.), Identité(s). Lindividu, le groupe, la société, Auxerre, Éditions Sciences humaines, p. 154-169.

Hervieu-Léger Danièle, 2017, Le Temps des moines. Clôture et hospitalité, Paris, Presses universitaires de France.

Hervieu-Léger Danièle, 2019a, « Mutations de la sociabilité catholique en France », Études, 2, p. 67‑78.

Hervieu-Léger Danièle, 2019b, « Un catholicisme diasporique. Réflexions sociologiques sur un propos théologique », Recherches de Science Religieuse, 107, 3, p. 425‑440.

Jérome Vanessa, 2021, « Et le pape François délia les langues vertes… », Études, 4, p. 67‑76.

Koschmieder Alina, Brice-Mansencal Lucie, Hobian Sandra, 2019, Environnement : les jeunes ont de fortes inquiétudes mais leurs comportements restent consuméristes, Paris, CRÉDOC, « Consommation et modes de vie », n° 308.

Larrère Catherine, 2020, « Quand l’écologie rencontre la religion », Archives de sciences sociales des religions, 190, 3, p. 189‑204.

Le Bot Jean-Michel, 2017, « Bonne nature, mauvais artifice ? L’Église catholique et l’écologie : retour sur Laudato Si’ », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, 17, 3, http://journals.openedition.org/vertigo/18742 (consulté le 20 mars 2024).

Mercier Charles, 2013, « Permanence d’un catholicisme intransigeant ? », Études, 419, 10, p. 353‑361.

Michelat Guy, Simon Michel, 1977, « 1. Religion et politique », in Classe, religion et comportement politique, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », p. 361‑82.

Obadia Lionel, 2019, « Religion, écologie, climat dans les sciences humaines et sociales : un tournant politique ? », Archives de sciences sociales des religions, 185, 1, p. 191‑204.

Ollitrault Sylvie, 2001, « Les écologistes français, des experts en action », Revue française de science politique, 51, 1, p. 105‑130.

Ollitrault Sylvie, 2015 [2008], Militer pour la planète. Sociologie des écologistes, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Pagis Julie, 2010, « La politisation d’engagements religieux. Retour sur une matrice de l’engagement en mai 68 », Revue française de science politique, 60, 1, p. 61‑89.

Pelletier Denis, 1992, « Le “réenchantement” du monde. Les chrétiens et l’écologie », Écologie & politique, 3‑4, p 61‑78.

Piccarreta Paul, 2022, « Nos limites », Limite, https://revuelimite.fr/nos-limites (consulté le 20 mars 2024).

Raison du Cleuziou Yann, 2014, Qui sont les cathos aujourd’hui ? Sociologie d’un monde divisé, Paris, Desclée de Brouwer.

Raison du Cleuziou Yann, 2016, « Un ralliement inversé ? Le discours néo-républicain de droite depuis la Manif pour tous », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, 34, 1, p. 125‑148.

Raison du Cleuziou Yann, 2019, Une contre-révolution catholique. Aux origines de la Manif pour tous, Paris, Le Seuil.

Raison du Cleuziou Yann, 2020a, « Décrire les formes de l’engagement catholique : une typologie et une cartographie à partir de données qualitatives et quantitatives », in A. Ky-Zerbo (dir.), Appartenances et ruptures : les baptisés à l’institution ecclésiale catholiques aujourd’hui. Perspectives comparatives, Paris, Le Cerf, p. 305‑334.

Raison du Cleuziou Yann, 2020b, « Les dangers de la gentrification, entretien avec Yann Raison du Cleuziou », La Nef, février.

Repaire Sébastien, 2016, « La création des verts : une intégration idéologique de l’écologie politique ? », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 44, 2, p. 93‑125.

Roblin Louise, 2019, « L’écologie chrétienne de l’encyclique Laudato si’ », Écologie & politique, 58, 1, p. 151‑168.

Schlegel Jean-Louis, 2018, « Les limites de Limite », Esprit, 441, p. 207‑212.

Turina Isacco, 2013, « L’Église catholique et la cause de l’environnement », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, 60, p. 20‑35.

White Lynn, 1967, « The Historical Roots of Our Ecological Crisis », Science, 155, p. 1203‑1207.

Willaime Jean-Paul, 2008, Le Retour du religieux dans la sphère publique, Lyon, Olivétan.

Haut de page

Notes

1 En nous fondant sur la déclaration d’appartenance des enquêtés (Michelat, Simon, 1977).

2 Chaque séance commençait par une présentation introductive du thème abordé, avant un temps de partage en petit groupe qui précédait la conclusion générale du prêtre.

3 Les entretiens ont été menés entre novembre 2020 et mars 2021. Âgés entre 20 et 35 ans, 26 individus ont été interrogés, parmi lesquels 18 hommes et 8 femmes. Concernant leur catégorie socioprofessionnelle, outre les étudiants, les enquêtés se répartissaient entre « cadres et professions intellectuelles supérieures », « professions intermédiaires » et « agriculteurs exploitants ».

4 Afin d’assurer l’anonymat des enquêtés, les prénoms sont des pseudonymes.

5 Remontant aussi à la Manif pour tous, il se veut un terrain de lutte pour la prise de conscience environnementale, de manière « bienveillante », qui aurait déjà eu lieu, au profit de la personne humaine avec l’« écologie humaine » (Bertina, 2017 : 313).

6 Séjour de quelques jours à quelques mois dans une exploitation agricole, souvent biologique, où l’individu est nourri et logé gratuitement à l’étranger contre des tâches à effectuer.

7 Une association abordant « les enjeux politiques contemporains à la lumière de la doctrine catholique ».

8 Ce groupe propose pour les étudiants et les jeunes professionnels une formation à la doctrine sociale de l’Église sur deux ans, consistant en des rencontres avec des acteurs de la vie politique, économique et sociale française.

9 La résolution en question, disponible en ligne sur le site des Scouts et Guides de France : https://ressources.sgdf.fr/public/download/1808/? (consulté le 14 février 2024).

10 Créé en 2016, il entretient une proximité avec Le Dorothy. Professeur de philosophie et essayiste catholique, Foucauld Giuliani est l’un des fondateurs du Dorothy en 2017 et a fait partie de l’équipe du Simone.

11 Site internet du Groupe de travail Laudato si’ : https://www.lechristvert.fr/groupe-de-travail (consulté le 20 mars 2024).

12 Cette association a pour volonté d’accélérer la transition démocratique, écologique et sociale à travers un réseau d’initiatives et de pratiques citoyennes (partage d’expériences, événements, autoformation, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gauthier Simon, « La foi peut-elle être une source de « conversion écologique » ? L’exemple de jeunes catholiques écologistes de région parisienne avec l’encyclique Laudato si’ (2015) », Archives de sciences sociales des religions, 205 | 2024, 77-98.

Référence électronique

Gauthier Simon, « La foi peut-elle être une source de « conversion écologique » ? L’exemple de jeunes catholiques écologistes de région parisienne avec l’encyclique Laudato si’ (2015) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 205 | janvier-mars 2024, mis en ligne le 17 mai 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/75183 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p8p

Haut de page

Auteur

Gauthier Simon

Institut de recherche Montesquieu, Université de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search