Navigation – Plan du site

AccueilNuméros205Lectures croiséesLa religion selon Auguste ComteLe destin latino-américain du pos...

Lectures croisées
La religion selon Auguste Comte

Le destin latino-américain du positivisme

The Latin American destiny of positivism
El destino latinoamericano del positivismo
Marion Aubrée
p. 111-116

Texte intégral

1Les jeunes nations latino-américaines ont, tout au long du xixe siècle, été très attachées à l’influence intellectuelle engendrée par la Révolution française. Dans leur volonté de construire des nations modernes, à peu près tous les pays d’Amérique dite latine se sont inspirés des diverses écoles de pensée, laïques ou religieuses, qui ont fleuri après les bouleversements du début de siècle. On a donc vu se développer dans plusieurs de ces pays des corpus philosophiques ou sociologiques, nés en Europe, qui ont inspiré les dirigeants des gouvernements postcoloniaux. Le « socialisme utopique » des Saint-Simon, Proudhon ou Fourier a trouvé des oreilles attentives outre-Atlantique dans ces pays qui avaient récemment conquis leur indépendance. Des communautés fouriéristes, le plus souvent composées d’Européens, se sont implantées au Guatemala, au Mexique et au Brésil ; elles connurent des destins variés (Paris, 1972).

2Toutefois c’est surtout Auguste Comte qui, à travers son Système de politique positive puis son Catéchisme positiviste, a séduit une grande partie des intellectuels de ces sociétés en construction. On trouve des cercles de pensée ayant pris cette orientation positiviste dans presque tous les pays latino-américains mais, plus particulièrement au Mexique et au Chili. Dans le premier de ces pays, durant le gouvernement de Porfirio Díaz (1876-1911) les tenants du positivisme, que l’on appelait là-bas les científicos et dont le chef de file fut José Yves Limantour, ministre des Finances, développèrent l’idée de « civilisme » autour de la croyance optimiste en l’évolution linéaire de l’humanité et œuvrèrent pour l’éducation du plus grand nombre ; toutefois il n’y eut pas, dans ce pays, d’adhésion forte à l’Apostolat positiviste qui fut même plutôt rejeté au nom de la défense de la laïcité (Guerra, 2001, vol. 1, chap. VII). Au Chili, où le positivisme aida à la mise en place de l’Université par Andrés Bello, ce sont les frères Lagarrigue, d’origine française, qui furent les plus ardents diffuseurs de la philosophie d’Auguste Comte et de l’Apostolat positiviste. Ils maintinrent même dans leur maison de famille de Santiago une chapelle de l’Humanité qui pouvait encore y être visitée au début des années 2000. Elle contient d’intéressantes archives épistolaires entre les deux frères et des positivistes de plusieurs pays (Bocaz, 2004).

3Cependant, c’est au Brésil que le positivisme a connu sa plus grande postérité dans la mesure où ce n’est pas seulement la théorie positiviste qui a inspiré les militaires qui ont renversé l’empire au profit de la Nouvelle République, en 1889, mais c’est aussi là que fut construit (entre 1912 et 1928), sur le modèle du Panthéon parisien, le premier grand temple de l’Apostolat positiviste, au centre de Rio de Janeiro qui était devenue en 1763, après Salvador de Bahia, la capitale politique, sinon économique, de cet immense pays.

  • 1 Ce dernier avait été intronisé « Aspirant au sacerdoce de l’Humanité » le 25 novembre 1880, à Pari (...)

4Dans une nation aussi religieusement riche et complexe que le Brésil, il est clair que le biais spiritualiste qu’a développé Auguste Comte après sa rencontre avec Clotilde de Vaux ne pouvait que lui attirer de nombreux disciples. On peut constater que ce sont surtout les enseignements de l’École militaire de la capitale qui ont fait une place très importante au positivisme, à travers les mathématiques mais aussi, plus tard, par le biais de l’Apostolat positiviste. C’est ainsi que fut fondée par Miguel Lemos1 et Raimundo Teixeira Mendes, le 11 mai 1881, l’Église positiviste brésilienne. Comme Paul Arbousse-Bastide l’a bien montré dans son ouvrage Le Positivisme politique et religieux au Brésil (Arbousse-Bastide, 2010 ; voir aussi 1979) l’engouement pour tout ce qui venait de France d’une grande partie des politiciens et autres intellectuels brésiliens était alors particulièrement fort. L’avènement en 1889 de la république, promue par un groupe de militaires qui tous adhéraient au système comtien, sinon à l’Apostolat qui en était issu, marqua à travers divers symboles l’importance de ce courant de pensée qui apparaît, entre autres, sur le drapeau vert et jaune de ce pays où figure depuis 1891 l’axiome « Ordre et Progrès », cher aux penseurs positivistes, même s’ils ont oublié le premier terme de l’adage : « L’Amour pour principe, l’Ordre pour base et le Progrès pour but. »

  • 2 Contrairement à presque tous ses voisins latino-américains, le Brésil n’eut pas besoin de guerre p (...)
  • 3 C’est ainsi qu’on la nomme au Brésil bien qu’il s’agisse de ce qu’au niveau international on nomme (...)

5De fait, les militaires (jeunes et vieux) qui, le 15 novembre 1889, déposèrent sans violence2 l’empereur Pedro II, déjà bien malade, partageaient, avec un certain nombre d’intellectuels la volonté de faire du pays une nation moderne et républicaine et il leur semblait que le positivisme dans lequel ils baignaient depuis une quarantaine d’années était la voie à suivre. À l’École militaire où se formaient, entre autres, les puînés des grandes familles possédantes, les idées d’Auguste Comte avaient acquis très tôt le statut de meilleur système de développement capable d’engendrer la modernité. En outre, divers enseignants de cette école adhéraient à l’Apostolat positiviste, à l’instar du colonel Benjamin-Constant Botelho de Magalhães qui, durant la guerre du Paraguay (1864-1870)3, à laquelle il participait, écrivait à sa femme : « La religion de l’Humanité est ma religion... C’est une religion nouvelle et cependant la plus rationnelle, la plus philosophique et la seule qu’impliquent naturellement les lois qui régissent la nature humaine » (Lemos, 1999). Ce militaire pensait en outre que le soldat devait être avant tout un « soldat-citoyen », susceptible de prendre des décisions politiques. C’est pourquoi il participa à l’avènement de la république avec le groupe du Club militaire qui l’instaura. À la suite de quoi un militaire, le maréchal Deodoro da Fonseca, fut nommé par ses pairs premier président de la Nouvelle République et prit, sans participation des civils républicains, la tête du gouvernement provisoire, dans l’attente de la nouvelle Constitution. Benjamin-Constant fut, pour sa part, nommé ministre de la Guerre, puis de l’Instruction publique.

6Si Rio a été, en tant que capitale du pays, le lieu de plus forte concentration des élites positivistes, militaires et politiques, la philosophie de Comte et la vision du monde qu’elle implique se sont répandues dans l’ensemble du pays et les États du sud (Rio Grande do Sul et Paraná), qui avaient reçu de nombreux immigrés européens, ont été un terreau fertile pour leur développement. À Porto Alegre, dès l’avènement de la République fédérative des États-Unis du Brésil – premier nom de la nouvelle république, maintenu jusqu’en 1968, moment où elle est devenue plus simplement la « République fédérale du Brésil » – divers politiciens locaux se sont rendus vers la capitale pour participer à l’Assemblée constituante (1890-1891). Parmi eux, Júlio de Castilhos et Demetrio Ribeiro y allèrent en tant que représentants du Parti républicain du Rio Grande do Sul (PRR) mais, déçus par l’échec de la proposition de l’Apostolat positiviste pour une constitution politique dictatoriale et fédérative, rejetée par les républicains libéraux, ils revinrent développer dans leur État fédéré une constitution locale qui réponde à leur désir de « dictature républicaine », telle que l’avait proposée Auguste Comte. Selon Hélgio Trindade :

La « dictature » s’organise à partir de l’inclusion du législatif dans le pouvoir exécutif, de la perpétuité de la fonction exécutive et d’un successeur choisi par le « dictateur » toujours sous le contrôle de « l’opinion publique ». La liberté spirituelle s’établit par la séparation de l’Église et de l’État. (Trindade, 1990 : 47)

7On peut constater que c’est de cet État et de sa « dictature républicaine » qu’est issu celui qui deviendra, au xxe siècle, le dictateur Getúlio Vargas. C’est aussi dans ces deux États du sud que l’Apostolat positiviste s’est plus fortement implanté et une chapelle positiviste a été construite à Porto Alegre entre 1912 et 1928. Tandis que la chapelle positiviste du Paraná à Curitiba fut longtemps logée dans le musée David Carneiro, détruit en 1990, après la mort de son fondateur éponyme.

8Pour ma part, j’ai pu assister en 1983 par deux fois à des cérémonies dans le temple de la rue Benjamin-Constant à Rio. J’avais alors été frappée par l’allure très martiale de l’auditoire d’une cinquantaine de personnes, essentiellement composé de militaires avec leur épouse ou fiancée, leurs fils et filles de tous âges, qui venaient rendre hommage à Clotilde de Vaux dont l’un de ces deux jours était l’anniversaire de la mort (5 avril). La cérémonie a consisté en la lecture de longs passages du Catéchisme positiviste, très exactement le quatrième entretien entre la Femme et le Prêtre : « Sur l’ordre humain, d’abord social, puis moral. » Ma nationalité française avait été, alors, une sorte de passeport qui me permit d’être bien accueillie par tous ces fidèles qui, pourtant, à une époque de dictature, n’appréciaient pas vraiment que l’on vint, sans invitation, assister à une cérémonie qui restait alors très confidentielle et plutôt exclusive. Au cours de ma seconde visite, le secrétaire en charge du temple, me fit visiter les sous-sols de l’édifice où sont entreposés une bibliothèque importante et de nombreux dossiers qui traitent, m’a-t-on dit, de l’histoire des événements et des personnes importantes qui ont soutenu cette croyance. Dans les quarante ans qui viennent de s’écouler, le temple a subi quelques avaries, dont l’effondrement d’une partie de son toit. On y fait aujourd’hui des travaux de restauration car le bâtiment est inscrit au registre des monuments historiques depuis mars 1978, tout comme la chapelle de l’Humanité de Porto Alegre.

  • 4 Elle peut, en général, être visitée tous les ans au moment des Journées du patrimoine de septembre (...)

9La fidélité des Brésiliens à la pensée comtienne fut aussi marquée par l’acquisition en 1903 par Raimundo Teixeira Mendes, alors directeur de l’Église positiviste brésilienne, de l’immeuble situé 5 rue Payenne à Paris (ancienne maison de Clotilde de Vaux), qui fut transformé par leurs soins en une chapelle positiviste avec tous les attributs symboliques propres à la religion de l’Humanité (les treize mois et les figures des « saints » savants de cette religion)4.

Les développements ultérieurs de la pensée positive

10Il me semble important de souligner que, si actuellement la religion de l’Humanité est quelque peu tombée en désuétude, même parmi les militaires chez lesquels le pentecôtisme a pris beaucoup de place, le positivisme s’est maintenu très fortement au Brésil à travers un autre avatar de la pensée comtienne, le spiritisme kardéciste, religion qui partage avec l’Apostolat positiviste le culte des grands hommes du passé, la volonté d’éducation pour tous et la recherche de l’harmonie universelle, chère aux tenants du socialisme utopique. Cette doctrine n’a cessé de se développer depuis sa première réunion publique dans le pays en septembre 1865 à Salvador de Bahia. Ceci malgré le fait que le premier gouvernement républicain, en bon « frère ennemi », tenta de stopper son développement en inscrivant dans le premier code pénal de la République l’interdiction des réunions spirites. Toutefois, en raison du poids social qu’avait déjà acquis le mouvement kardéciste, cette interdiction fut abrogée au bout de cinq ans.

11Le spiritisme fut codifié par le pédagogue Hippolyte Léon Denizard Rivail, devenu Allan Kardec, dans Le Livre des Esprits publié en 1857 et complété par quatre autres écrits. L’ensemble est fondé sur la croyance en la survivance de l’esprit au corps et sa réincarnation dans des corps différents au long des siècles. Le livre se présente sous une forme didactique de questions et réponses, qui n’est pas sans rappeler la structure du Catéchisme positiviste. La doctrine a été qualifiée par son codificateur de « philosophie spiritualiste » mais, dans ses mutations transatlantiques entre France et Brésil, elle est devenue une religion très chrétienne dans laquelle la figure de Jésus occupe la première place des Esprits « supérieurs » (qui ne se réincarnent plus) aux côtés, entre autres, de Victor Hugo, Michel-Ange ou Rabindranath Tagore. Elle est soutenue par tout un réseau de centres spirites qui, tous, ont développé des œuvres de bienfaisance en raison de l’adage kardéciste « Sans charité, point de salut », et du fait que dans un pays aussi inégalitaire que le Brésil il y a beaucoup à faire pour soulager les malaises, matériels, physiques et psychiques des citoyens. Dans les centres, on étudie la doctrine mais surtout on se forme aux diverses techniques capables de faire de n’importe quel humain un médium ; celles-ci sont développées dans le Livre des médiums (1861) qui donne toutes les indications pour parvenir au statut valorisant de médium, celui qui permet la communication entre les vivants ordinaires et les « désincarnés » habitant l’invisible.

12Même si les chiffres du recensement (2 %) ne rendent pas compte du volume réel des croyants et sympathisants spirites qui, généralement, préfèrent dire qu’ils sont catholiques, on considère, dans les milieux spécialisés, qu’entre 10 et 20 % de la population recourent aux services (généralement gratuits) des centres. En outre, dans la mesure où, dès ses débuts, cette pratique s’est diffusée dans les classes privilégiées, de nombreux adeptes, médecins, psychologues, dentistes ou autres spécialistes des professions libérales, dédient une journée de leur semaine à dispenser des soins ou des conseils aux centaines de sympathisants qui viennent consulter dans les centres. Enfin, un élément qui différencie la pratique du spiritisme en France et au Brésil est le développement, dans ce dernier pays, de la recherche, à travers la « thérapie des vies antérieures », de quel personnage on a pu être dans une vie précédente. C’est ainsi que, lors de l’enquête faite pour la publication de l’ouvrage La Table, le Livre et les Esprits (Aubrée, Laplantine, 1990), j’ai eu l’occasion de rencontrer à Rio de Janeiro les « réincarnations » de Danton en professeur d’histoire, de Camille Desmoulins en journaliste et de Mirabeau en professeur de physique. Il faut dire que ces rencontres se sont produites en 1989, moment de célébration du bicentenaire de la Révolution française et du centenaire de la République brésilienne.

13Même s’il ne fait aucun doute que, de nos jours, la pensée nord-américaine et l’anglais ont acquis dans ces pays latino-américains une prégnance à nulle autre pareille, on peut constater à partir de ces développements que la pensée française y a eu, au xixe siècle, son heure de gloire et qu’il en reste quelque chose jusqu’à ce jour.

Haut de page

Bibliographie

Arbousse-Bastide Paul, 1979, « Le positivisme politique et religieux au Brésil », Romantisme, 23, p. 79-93.

Arbousse-Bastide Paul, 2010, Le Positivisme politique et religieux au Brésil, version posthume établie par Annie Petit et Francis Utéza, Turnout, Brepols.

Aubrée Marion, Laplantine François, 1990, La Table, le livre et les Esprits. Naissance, évolution et actualité du mouvement social spirite entre France et Brésil, Paris, Jean-Claude Lattès.

Bocaz Luis, 2004, « Intellectuels et francophonie au Chili », Hermès, la Revue, 40, 3, p. 79-93.

Guerra François-Xavier, 2001, Le Mexique de l’Ancien Régime à la Révolution, 2 vol., Paris, Publications de la Sorbonne.

Lemos Renato, 1999, Cartas da Guerra. Benjamin-Constant na campanha do Paraguai, Rio de Janeiro, IPHAN.

Paris Robert, 1972, « La fortune de Fourier en Amérique latine », Autogestion et socialisme, 20-21, p. 81-101.

Trindade Hélgio, 1990, « La dictature républicaine au Rio Grande do Sul », Cahiers du Brésil Contemporain, 12, p. 43-58.

Haut de page

Notes

1 Ce dernier avait été intronisé « Aspirant au sacerdoce de l’Humanité » le 25 novembre 1880, à Paris, par Pierre Laffitte. Le 11 mai 1881, il fut nommé, par le même Laffitte, « Directeur provisoire du positivisme au Brésil ».

2 Contrairement à presque tous ses voisins latino-américains, le Brésil n’eut pas besoin de guerre pour acquérir ni son indépendance (1822), ni la république (1889).

3 C’est ainsi qu’on la nomme au Brésil bien qu’il s’agisse de ce qu’au niveau international on nomme « Guerre de la Triple Alliance ».

4 Elle peut, en général, être visitée tous les ans au moment des Journées du patrimoine de septembre et elle est également le lieu de conférences portant sur le positivisme par rapport auxquelles on peut se renseigner auprès de la Maison d’Auguste Comte de la rue Monsieur-le-Prince (Paris, VIe).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Aubrée, « Le destin latino-américain du positivisme », Archives de sciences sociales des religions, 205 | 2024, 111-116.

Référence électronique

Marion Aubrée, « Le destin latino-américain du positivisme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 205 | janvier-mars 2024, mis en ligne le 17 mai 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/75248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p8q

Haut de page

Auteur

Marion Aubrée

CRBC/CéSor – EHESS Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search