Navigation – Plan du site

AccueilNuméros205Lectures croiséesMarina Caffiero, historienne du j...Marina Caffiero, historienne du j...

Lectures croisées
Marina Caffiero, historienne du judaïsme européen

Marina Caffiero, historienne du judaïsme européen : introduction

Marina Caffiero, historian of European Judaism: introduction
Marina Caffiero, historiadora del judaísmo europeo: introducción
Serena Di Nepi et Pierre Savy
p. 127-133

Texte intégral

1Le nom de Marina Caffiero est bien connu des lecteurs et lectrices des Archives de sciences sociales des religions : l’historienne italienne est l’autrice d’une œuvre importante, à laquelle le présent dossier documentaire rend hommage, en commençant par en donner la mesure, grâce à une liste impressionnante et exhaustive à ce jour (mais certainement pas définitive) des travaux qu’elle a publiés, depuis 1971 et les Lettere da Roma alla Chiesa di Utrecht jusqu’à aujourd’hui.

2Cette œuvre est d’autant mieux connue des lecteurs et lectrices de cette revue qu’elle s’occupe premièrement d’histoire des religions, dans une perspective large et, véritablement, d’histoire sociale, de sciences sociales : Marina Caffiero aborde le fait religieux, chrétien et/ou juif, durant toute l’époque moderne et en allant même jusqu’au xixe siècle, dans une réflexion constante sur ce que les expressions de la foi, l’histoire des institutions religieuses ou encore les traces de l’activité intellectuelle des hommes et femmes du passé nous disent de la société de ce temps. Ajoutons à cela que l’œuvre a été en partie – en petite partie, si l’on songe à son ampleur, mais en partie tout de même, et en commençant, nous semble-t-il, par certains parmi les textes les plus importants – traduite dans d’autres langues que l’italien, comme le français ou l’anglais (nous y revenons dans un instant).

  • 1 Signalons aussi la publication récente de Caffiero, 2023, qui est la traduction française de Caffi (...)

3Ce dossier résulte d’une journée d’hommage qui s’était tenue à l’École française de Rome, le 23 octobre 2017 : parmi les organisateurs, en plus des deux auteurs de la présente introduction au dossier, se trouvait Daniel Tollet, qui, en sa qualité de directeur de la collection « Bibliothèque d’études juives » chez l’éditeur Honoré Champion, avait à peine accueilli et édité la traduction française de l’un des livres les plus marquants de Marina Caffiero, les Baptêmes forcés1 (Caffiero, 2017), et qui revient ici sur les circonstances dans lesquelles eut lieu cette publication. Notre idée en 2017 était de célébrer, dans une institution française en Italie, une historienne proche de la France et une œuvre qui, sans aucun doute, marque l’historiographie française, mais aussi de discuter des principaux thèmes traités par Marina Caffiero, de la place de ses travaux et de leur rôle dans les historiographies italienne et française de ces dernières décennies et des perspectives qu’ils ouvrent. Pour des raisons diverses, une partie seulement des communications prononcées lors de la journée a été réunie ici. Le dossier n’en permet pas moins d’esquisser un portrait, comme latéral, de la festeggiata, un portrait d’elle à travers les textes écrits par d’autres et, ainsi, de montrer sa place éminente dans l’historiographie européenne et dans les études juives italiennes modernes. Outre deux textes déjà évoqués – celui de Daniel Tollet, « Pourquoi et comment j’ai publié les Baptêmes forcés, de Marina Caffiero », et la « Bibliographie complète de Marina Caffiero » compilée par Alessia Lirosi et l’autrice elle-même, avec l’aide de Marion Paulhac et Pierre Antoine Fabre : que toutes ces personnes soient ici remerciées –, il compte deux textes qui apportent un éclairage historiographique sur le travail de notre historienne : dans « Marina Caffiero, les études juives et l’historiographie de la Compagnie de Jésus », Pierre Antoine Fabre met en valeur l’apport critique de l’historienne sur l’historiographie du jésuitisme et de la question juive ; dans « Beyond the Ghetto: Marina Caffiero on Italian Jewry », Germano Maifreda rappelle de façon raisonnée et ordonnée son apport à l’histoire des Juifs d’Italie, en abordant tour à tour la question des interactions, du baptême, du ghetto et des relations culturelles – bref, en mettant en avant la densité et la complexité des « liens dangereux » unissant Juifs et chrétiens, pour reprendre le titre d’un des maîtres-livres de Marina Caffiero, non traduit (Caffiero, 2012a).

  • 2 Voir par exemple Savy, Sotinel, 2018, dossier publié dans la présente revue.
  • 3 Sur l’affaire, voir Kertzer, 1996 ; mais le film de Bellocchio est plutôt adapté de Scalise, 1997.

4Les études juives et particulièrement la question des passages d’une appartenance religieuse à une autre : c’est surtout ce volet de son œuvre foisonnante qui a été retenu ici. La conversion, dans un sens ou dans l’autre et qu’elle soit voulue, « induite » ou forcée, occupe dans la réflexion historiographique contemporaine et même dans le débat contemporain une place importante ; des programmes de recherche lui ont été consacrés et de nombreuses publications scientifiques traitent de ce phénomène relevant tout à la fois de réalités institutionnelles, de mises en forme normatives et de la sphère intime2. Il est même des œuvres artistiques qui portent premièrement sur la conversion, comme, tout récemment (2023), L’Enlèvement (titre original Rapito), le film que Marco Bellocchio a consacré à l’affaire Mortara, qui a donné aux Baptêmes forcés de Marina Caffiero une visibilité nouvelle3.

  • 4 Voir aussi Caffiero, 2022b.
  • 5 Pour l’importance de ces sources, l’article de référence demeure Prosperi, 1994.
  • 6 Voir, par exemple, les textes réunis dans le dossier de Ricerche per la storia religiosa di Roma, (...)

5Il importe donc de revenir sur ce livre important et sur sa place dans l’historiographie. En 2004, avec la publication en italien des Baptêmes forcés chez l’éditeur romain Viella, Marina Caffiero parvint, pour la première fois peut-être, à imposer une question, qui était classique dans le domaine de l’histoire juive, à la fois dans la discussion scientifique générale et à l’attention du grand public. Comptes rendus, discussions et débats ont accompagné les réflexions proposées dans ce livre, soulignant ainsi immédiatement sa grande importance, confirmée plus tard par sa traduction en anglais4 (Caffiero, 2012b) et en français. En s’appuyant sur un très large examen des sources inquisitoriales5, qui, en 1998, avaient été mises à la disposition des chercheurs grâce à l’ouverture des archives centrales du Saint-Office, Baptêmes forcés reconstituait en profondeur l’histoire des conversions non volontaires des Juifs et permettait de mieux en connaître les différents aspects, la logique et la chronologie complexe (Caffiero, 2021). Le travail s’appuyait sur les études antérieures d’Attilio Milano (1964), de Shlomo Simonsohn (1988), de Giuseppe Sermoneta (1972) et de tant d’autres6, et il tenait compte des résultats pionniers de Wipertus Rudt de Collenberg, qui, quelques années plus tôt, avait publié des listes précises de baptêmes de Juifs et de musulmans, obtenues à partir de l’examen des registres de la Maison des catéchumènes de Rome (Rudt de Collenberg, 1986-1988 ; 1989).

6Sur cette base, le premier résultat des Baptêmes forcés fut de mettre en lumière les trois cas juridiques différents constitutifs de cette matière qui, jusqu’alors, avait toujours été discutée comme un seul bloc. Marina Caffiero a démontré, en effet, que les baptêmes forcés pouvaient être tels parce qu’ils étaient pratiqués invitis parentibus et souvent en danger de mort (comme ce fut le cas pour Edgardo Mortara) ou bien qu’ils pouvaient résulter de dénonciations et d’offrandes. L’enquête systématique sur le système des tribunaux romains et leurs juridictions à l’égard des Juifs a révélé la constance et la cohérence de la réaction juive face aux enlèvements et aux violations des règles traditionnelles en la matière, en insistant sur la remarquable capacité des représentants institutionnels de la communauté romaine de s’orienter et de négocier, dans l’enchevêtrement des procédures qui les concernent. L’analyse de l’élaboration doctrinale et canonique de la favor fidei a proposé une révision de la chronologie de l’antijudaïsme catholique, plaçant au centre de l’inflexion le pontificat de Benoît XIV (1740-1758), généralement considéré comme « progressiste » en raison des réformes institutionnelles qui le distinguaient, et tout le xviiie siècle. Cette révision marquait ainsi un tournant par rapport aux études antérieures, qui s’étaient concentrées sur le xvie siècle, sur la naissance des ghettos et sur la période de la pleine Contre-Réforme (Stow, 1977).

7Cependant, le résultat principal de ce livre fut probablement autre : les chapitres consacrés au ventre de la femme enceinte et à la maternité permirent de relire l’histoire de l’approche catholique de l’avortement à la lumière du phénomène de la conversion tandis que, en même temps, les chapitres consacrés à la dialectique entre droit naturel, droit de la famille, droit canonique et droit juif révélèrent combien pertinente était, sur ces questions, une lecture faite au prisme spécifique de l’histoire juive.

  • 7 Parmi elles, outre l’introduction de Caffiero, 2021, voir au moins Al-Kalak, Pavan, 2013 et Marcon (...)
  • 8 Plus récemment, voir aussi Maifreda, 2021.
  • 9 Pour la formulation de cette définition, voir, en plus des travaux de Marina Caffiero, Kaplan, Tet (...)
  • 10 En plus du volume récent de Caffiero, 2022a, voir au moins Santus, 2019 et Di Nepi, 2022.
  • 11 Fosi, 2011, et, plus récemment, les textes réunis dans Coneys Wainwright, Michelson, 2021.
  • 12 Voir, entre autres, les travaux récents de Tamar Herzig, particulièrement Herzig, 2019a ; Michelso (...)

8Au cours des années suivantes, l’histoire de la conversion a été examinée dans d’innombrables perspectives7, en se concentrant sur la diffusion et l’organisation des maisons des catéchumènes et sur les relations difficiles entre Juifs et chrétiens et en s’ouvrant progressivement à de nouveaux thèmes et à de nouvelles idées, toujours en dialogue avec les travaux de Marina Caffiero8 (Caffiero, 2012a ; 2014). Les questions clés posées par Baptêmes forcés restent en effet une référence centrale pour ces études, sur le plan tant méthodologique qu’interprétatif. Sortir du « ghetto historiographique »9 le monde fluide, complexe et entrecroisé de l’histoire des conversions et de la politique évangélisatrice antijuive qui les a soutenues fut le grand défi de ce livre et de ceux qui le suivirent. L’ouverture d’un domaine d’étude des conversions des musulmans10, la comparaison avec celui, non moins fécond, de l’étude des réconciliations des protestants11, les réflexions sur la « vie d’après » vécue par les néophytes sont et seront appelées à dialoguer avec les propositions avancées dans les Baptêmes forcés12. Voilà un résultat dont, vingt ans après la première publication du livre, peu d’historiens et d’historiennes peuvent se vanter.

9On le voit : l’apport de Marina Caffiero est d’abord un immense apport cognitif. C’est à elle que revient le mérite d’avoir porté à la connaissance de la communauté scientifique et même, au-delà, d’un plus vaste public, un certain nombre de figures, de documents, de faits que celle-ci ignorait ou, pis encore, considérait comme dénués d’importance. Les baptêmes forcés sont sans doute le meilleur exemple qui soit de ce mérite fondamental du travail de l’historienne : faire connaître.

10C’est ensuite un apport en termes de méthode. En une formule qu’elle affectionne, son intention fut, on l’a dit, de sortir l’historiographie juive du « ghetto » dans lequel on l’avait souvent enfermée. Son travail et celui d’un certain nombre d’historiens y sont parvenus. S’agissant de méthode, encore : l’histoire de Marina Caffiero est une histoire ouverte aux renouvellements historiographiques majeurs qu’a connus notre discipline. C’est ainsi que, de longue date, l’attention portée par elle aux femmes et à la question des identités de genre permet d’assurer que, historienne du fait religieux, elle est aussi historienne des femmes et du genre.

11C’est enfin un regard nouveau sur la période qu’elle étudie : l’œuvre de Marina Caffiero met en relief ce qu’a de complexe la réalité de l’époque moderne, laboratoire de modernité sans doute, mais bruissant d’éléments non modernes, voire antimodernes. Elle insiste sur la construction et le perpétuel remodelage de relations entre groupes, entre religions, entre instances, bref, sur leur pleine historicité.

12Cette introduction n’a pas l’ambition d’épuiser la question de l’apport de Marina Caffiero à l’histoire moderne et à l’histoire des principaux thèmes qu’elle a étudiés – les minorités, le genre, les relations entre Juifs et chrétiens. Une telle ambition ne nous paraît pas non plus être celle des trois textes constituant le dossier. Notre objectif est seulement de faire le point sur cette œuvre et de contribuer à mieux la faire connaître en France et à mieux en faire saisir les arêtes et les enjeux fondamentaux.

Haut de page

Bibliographie

Al Kalak Matteo, Pavan Ilaria, 2013, Un’altra fede. Le case dei catecumeni nei territori estensi, Florence, Olschki.

Caffiero Marina, 2004, Battesimi forzati. Storie di ebrei, cristiani e convertiti nella Roma dei papi, Rome, Viella.

Caffiero Marina, 2012a, Legami pericolosi. Ebrei e cristiani tra eresia, libri proibiti e stregoneria, Turin, Einaudi.

Caffiero Marina, 2012b [2004], Forced Baptisms. Histories of Jews, Christians, and Converts in papal Rome, traduit de l’italien par L. G. Cochrane, Berkeley/Los Angeles, University of California Press.

Caffiero Marina, 2014, Storia degli ebrei nell’Italia moderna. Dal Rinascimento alla Restaurazione, Rome, Carocci.

Caffiero Marina, 2017 [2004], Baptêmes forcés. Histoire de juifs, chrétiens et convertis dans la Rome des papes, traduit de l’italien par I. Chabot, Paris, Honoré Champion.

Caffiero Marina, 2019, Il grande mediatore. Tranquillo Vita Corcos, un rabbino nella Roma dei papi, Rome, Carocci.

Caffiero Marina (dir.), 2021, L’Inquisizione e gli ebrei. Nuove ricerche, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura.

Caffiero Marina, 2022a, Gli schiavi del papa. Conversione e libertà dei musulmani a Roma in età moderna, Brescia, Morcelliana.

Caffiero Marina, 2022b [2014], The History of the Jews in Early Modern Italy. From the Renaissance to the Restoration, traduit de l’italien par P. Rosenberg, Abingdon/New York, Routledge.

Caffiero Marina, 2023 [2019], Le Grand médiateur. Tranquillo Vita Corcos, un rabbin dans la Rome des papes, traduit de l’italien par V. Granata, Paris, Honoré Champion.

Coneys Wainwright Matthew, Michelson Emily (dir.), 2021, A Companion to Religious Minorities in Early Modern Rome, Boston/Leyde, Brill.

Di Nepi Serena, 2022, I confini della salvezza. Schiavitù, conversione e libertà nella Roma di età moderna, Rome, Viella.

Fosi Irene, 2011, Convertire lo straniero. Forestieri e Inquisizione a Roma in età moderna, Rome, Viella.

Herzig Tamar, 2019a, A Convert’s tale. Art, Crime and Jewish Apostasy in Renaissance Italy, Cambridge/Londres, Harvard University Press.

Herzig Tamar, 2019b, « The Future of Studying Jewish Conversion in Renaissance Italy », I Tatti Studies in the Italian Renaissance, 22, 2, p. 311-318.

Herzig Tamar, 2022, « Slavery and Interethnic Sexual Violence : A Multiple Perpetrator Rape in Seventeenth-Century Livorno », The American Historical Review, 127, 1, p. 194-222.

Kaplan Debra, Teter Magda, 2009, « Out of the (Historiographic) Ghetto : European Jews and Reformation Narratives » The Sixteenth Century Journal, 40, 2, p. 365-394.

Kertzer David, 1996, Prigioniero del Papa Re, Milan, Rizzoli.

Maifreda Germano, 2021, Italya. Storie di ebrei, storia italiana, Rome/Bari, Laterza.

Marconcini Samuela, 2016, Per amor del cielo. Farsi cristiani a Firenze tra Seicento e Settecento, Florence, Firenze University Press.

Michelson Emily, 2022, Catholic Spectacle and Rome’s Jews. Early Modern Conversion and Resistance, Princeton, Princeton University Press.

Milano Attilio, 1964, Il ghetto di Roma. Illustrazioni storiche, Rome, Staderini.

Poutrin Isabelle, 2023, Les Convertis du pape. Une famille de banquiers juifs à Rome au xvie siècle, Paris, Le Seuil.

Prosperi Adriano, 1994, « L’Inquisizione romana e gli ebrei », in M. Luzzati (dir.), L’Inquisizione e gli ebrei in Italia, Rome/Bari, Laterza, p. 67-120.

Rudt de Collenberg Wipertus Hugo, 1986-1988, « Le baptême des Juifs à Rome de 1614 à 1798 selon les registres de la “Casa dei Catecumeni”. Première partie : 1614-1798 », Archivum Historiae Pontificiae, 24, p. 91-231 ; « Le baptême des Juifs à Rome de 1614 à 1798 selon les registres de la “Casa dei Catecumeni”. Deuxième partie : 1676-1730 », Archivum Historiae Pontificiae, 25, p. 105-131, 133-261 ; « Le baptême des Juifs à Rome de 1614 à 1798 selon les registres de la “Casa dei Catecumeni”. Troisième partie : 1730-1798 », Archivum Historiae Pontificiae, 26, p. 119-294.

Rudt de Collenberg Wipertus Hugo, 1989, « Le baptême des musulmans esclaves à Rome aux xviie et xviiie siècles. I. Le xviie siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 101, 1, p. 9-181 ; « Le baptême des musulmans esclaves à Rome aux xviie et xviiie siècles. II. Le xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 101, 2, p. 519-670.

Santus Cesare, 2019, Il « turco » a Livorno. Incontri con l’Islam nella Toscana del Seicento, Milan, Officina Libraria.

Savy Pierre, Sotinel Claire (dir.), 2018, « Signes et scènes de la conversion dans l’espace public (Antiquité – période moderne) », Archives de sciences sociales des religions, 182.

Scalise Daniele, 1997, Il caso Mortara : la vera storia del bambino ebreo rapito dal papa, Milan, Mondadori.

Sermoneta Giuseppe, 1972, « Tredici giorni nella Casa dei Conversi. Dal diario di una giovane ebrea del 18° secolo », Michael, 1, p. 261-315.

Simonsohn Shlomo, 1988, « Alcuni noti convertiti del Rinascimento », in M. Luzzati, M. Olivari, A. Veronese (dir.), Ebrei e cristiani nell’Italia medievale e moderna : conversioni, scambi, contrasti. Atti del VI congresso internazionale dell’AISG, S. Miniato, 4-6 novembre 1986, Rome, Carucci, p. 93-104.

Stow Kenneth R., 1977, Catholic Thought and Papal Jewry Policy 1555-1593, New York, Jewish Theological Seminar of America.

Haut de page

Notes

1 Signalons aussi la publication récente de Caffiero, 2023, qui est la traduction française de Caffiero, 2019.

2 Voir par exemple Savy, Sotinel, 2018, dossier publié dans la présente revue.

3 Sur l’affaire, voir Kertzer, 1996 ; mais le film de Bellocchio est plutôt adapté de Scalise, 1997.

4 Voir aussi Caffiero, 2022b.

5 Pour l’importance de ces sources, l’article de référence demeure Prosperi, 1994.

6 Voir, par exemple, les textes réunis dans le dossier de Ricerche per la storia religiosa di Roma, 10, 1998, consacré précisément au thème de la conversion.

7 Parmi elles, outre l’introduction de Caffiero, 2021, voir au moins Al-Kalak, Pavan, 2013 et Marconcini, 2016.

8 Plus récemment, voir aussi Maifreda, 2021.

9 Pour la formulation de cette définition, voir, en plus des travaux de Marina Caffiero, Kaplan, Teter, 2009 ; pour une mise au point historiographique sur le présent et le futur de l’étude des conversions des Juifs, Herzig, 2019b et 2022.

10 En plus du volume récent de Caffiero, 2022a, voir au moins Santus, 2019 et Di Nepi, 2022.

11 Fosi, 2011, et, plus récemment, les textes réunis dans Coneys Wainwright, Michelson, 2021.

12 Voir, entre autres, les travaux récents de Tamar Herzig, particulièrement Herzig, 2019a ; Michelson, 2022 et Poutrin, 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serena Di Nepi et Pierre Savy, « Marina Caffiero, historienne du judaïsme européen : introduction », Archives de sciences sociales des religions, 205 | 2024, 127-133.

Référence électronique

Serena Di Nepi et Pierre Savy, « Marina Caffiero, historienne du judaïsme européen : introduction », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 205 | janvier-mars 2024, mis en ligne le 17 mai 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/75253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p8t

Haut de page

Auteurs

Serena Di Nepi

Sapienza Università di Roma

Pierre Savy

Université Gustave Eiffel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search