Navigation – Plan du site

AccueilNuméros205Lectures croiséesMarina Caffiero, historienne du j...Pourquoi et comment j’ai publié l...

Lectures croisées
Marina Caffiero, historienne du judaïsme européen

Pourquoi et comment j’ai publié les Baptêmes forcés, de Marina Caffiero

Why and how I published Forced Baptisms, by Marina Caffiero
Por qué y cómo publiqué Bautizos forzosos, por Marina Caffiero
Daniel Tollet
p. 145-149

Texte intégral

  • 1 Daniel Tollet est ancien président de la Société des études juives et directeur, aux éditions Hono (...)

1Entre les objets de recherche des historiens, il peut exister des convergences liées aux thèmes et aux circonstances de la recherche ; ces circonstances, il faut s’efforcer de les rendre fécondes1. À la fin des années 1990, Marina Caffiero s’intéressait aux baptêmes forcés dans le contexte de la Rome pontificale et moi également, mais dans le cadre d’une étude sur l’accusation de crime rituel dans la Confédération polono-lituanienne à l’époque moderne. À cette même époque, l’ouverture au public des Archives du Saint-Office devait permettre de changer considérablement nos points de vue en dépassant les travaux classiques, notamment ceux de S. Perugini : « L’Inquisition romaine et les Israélites » (Perugini, 1881), d’Emmanuel Rodocanachi, Le Saint-Siège et les juifs. Le ghetto à Rome (Rodocanachi, 1891) ou de Wipertus-Hugo Rudt de Collenberg, auteur du « baptême des juifs à Rome (1614-1798) » (Rudt de Collenberg, 1986-1988).

  • 2 Il s’agit des conclusions de la Commission d’enquête sur l’affaire de Poznań de 1736.

2Déjà, se fondant sur des textes juridiques ou polémiques imprimés à l’époque moderne, des compléments avaient été apportés par Attilio Milano (1950) puis par Gemma Volli (1956). Pourtant, en observant ce qui se passait en Pologne, je continuais à considérer que la papauté romaine jouait, pour les juifs d’Europe centrale, le rôle d’un rempart contre l’arbitraire des autorités de la Confédération. De fait, les multiples protestations de Rome contre les excès de zèle de l’Église polonaise ainsi que la lente pénétration de l’esprit des Lumières portèrent des fruits. Ainsi, en 1740, après que le nonce eut été sollicité par les représentants des communautés juives, le roi Auguste III (élu en 1733-décédé en 1763) dut interdire aux magistrats l’usage de la « torture excessive » dans les affaires de crime rituel, tout en rappelant les proscriptions, imposées aux juifs et aux chrétiens, de se fréquenter ou de s’employer (Bałaban, 1915 : 58-61)2. Hélas, à chaque fois, l’intervention pontificale arrivait trop tard : les accusés avaient déjà été exécutés.

3L’ouverture au public des Archives du Saint-Office – autrefois siège de l’Inquisition romaine – permit aux historiens d’avoir en main le fameux voto établi en 1758 par Lorenzo Ganganelli, consulteur, futur cardinal puis pape Clément XIV de 1769 à 1774). Ce texte fut publié en 1889 dans la Revue des études juives (REJ) par l’historien Isidore Loeb (1889), sur la base d’une copie conservée par la communauté juive de Rome, puis réédité et commenté par l’historien anglais Cecil Roth (1935). Il était donc connu mais, la copie ayant disparu pendant l’époque mussolinienne, il n’était plus vérifiable. L’ouverture des Archives du Saint-Office, qui conservaient l’original, permit de constater que le texte publié dans la REJ était exact à la virgule près. En 1758, son auteur considérait que ce type d’accusation constituait un frein au mouvement de conversion. Il reprochait aux évêques polonais de vouloir tirer de l’argent des juifs en les menaçant de cette terrible accusation (Frank, 1904-1906, vol. 1 : 44-45, 127-128 ; Rosa, 1989). J’avais bien alors bien noté que le souci principal du consulteur franciscain était de favoriser les conversions de juifs au catholicisme et que le texte de son voto ne faisait que reprendre les bulles et les décisions pontificales antérieures sans pour autant condamner la judéophobie. Position d’autant plus ambiguë qu’il maintenait la béatification, accordée en 1753 par Benoît XIV, du petit André de Rinn soi-disant victime d’un crime rituel. Pourtant, le voto marquait un progrès dans la position de l’Église.

4Lorsque je pris connaissance du livre de Marina Caffiero, Baptesimo forzati, publié à Rome, en 2004, aux éditions Viella, je constatais que l’analyse qu’elle faisait de la pensée et de l’action de Benoît XIV (Prospero Lambertini, 1740-1758, prédécesseur de Clément XIV et qui l’avait créé cardinal) à l’égard des juifs allait beaucoup plus loin que mes propres vues limitées aux pratiques de l’Église polonaise, qui proposait aux juifs de se convertir plutôt que d’être exécutés en expiation d’un prétendu crime rituel. Marina offrait au lecteur, au chapitre II, une étude de la conversion forcée banalisée dans le contexte romain où elle constatait que la publication des décrets de Benoît XIV (Postremo mense, 1747 et Beatus Andreas, 1755) allait être particulièrement lourde de conséquences pour l’avenir, au-delà du xviiie siècle. Ces décrets fixaient dans le temps une jurisprudence définitive concernant les baptêmes forcés d’enfants et d’adultes. Benoît XIV s’y révélait beaucoup moins tolérant et ouvert que ce qu’une historiographie complaisante avait bien voulu montrer.

5Or, dans la Rome pontificale, l’autorité sur les juifs était exercée par le cardinal-vicaire et par le Saint-Office. Leurs interventions et leurs actions pour la conversion des mineurs et des femmes y apparaissent comme particulièrement décisives du fait de leur efficacité, voire de leur brutalité – rapt inclus. Les recherches récentes sur le rapport entre l’Église catholique et les juifs à l’époque moderne ont remis en question un certain nombre de lieux communs historiographiques. Ainsi, Marina a mis en évidence le fait que, en matière juive, le rôle du Tribunal de l’Inquisition a été beaucoup plus complexe et ambigu que ce que la représentation traditionnelle du Saint-Office a laissé entendre. Elle a également remis en cause des stéréotypes séculaires concernant la passivité des juifs face à la persécution et leur enfermement au sein d’un groupe qui s’exclut et se marginalise tout seul. En fait, pendant toute la période moderne, les juifs ont souvent fait entendre leur voix par des interventions publiées d’autodéfense, des réponses aux accusations – en premier lieu celles de meurtre rituel – et des protestations contre les abus dont ils étaient victimes, surtout en matière de baptêmes et de conversions forcés.

6De plus, l’autrice a abordé l’étude des conversions forcées à Rome en y intégrant une perspective de « genre », qui ne se limite d’ailleurs pas aux femmes juives. Pour ce faire, elle a dû considérer les présupposés théologiques et juridiques concernant les droits de la femme au sein de la famille juive comme de la famille chrétienne, et tout particulièrement au regard des questions des droits de la femme enceinte et du statut du fœtus, du droit à l’offrande d’un juif à la religion catholique par un membre converti de sa famille, du repentir. Elle s’est attachée à vérifier l’efficacité du droit par l’étude de récits d’histoires et de destins individuels, récits des oubliés de la « grande » Histoire, souvent inquiétants, voire dramatiques, mais emblématiques des aspects et des questions générales abordées dans le livre.

7C’est pourquoi la représentation historiographique dominante de deux sociétés – le monde chrétien et le monde juif – séparées et sans communication est dépassée. Cette représentation renvoyait une image où la lourde réalité de l’inégalité et de la persécution finissait par masquer le système des échanges, des interactions quotidiennes, des relations continuellement négociées et parfois même des collaborations entre autorités juives et chrétiennes. À tel point que dans les arguments avancés dans les procès intentés par la communauté juive pour récupérer des supposés convertis, l’Église se défend en utilisant, selon l’opportunité, le droit juif ou le droit chrétien.

8En mettant en relief, pour l’époque moderne, la particularité de ces relations, leur articulation et leur utilisation aux siècles suivants mais également leur évolution continue et inexorable dans le sens d’une intransigeance antijuive de plus en plus nette, l’autrice nous permet de comprendre pleinement la portée du changement et des événements des xixe et xxe siècles. Il faut souligner que l’exemple de la communauté juive de la capitale du catholicisme universel a toujours joué un rôle symbolique très fort quant à la législation pontificale sur les juifs, constituant un exemple pour l’ensemble du monde catholique. Le livre présente donc certains aspects qui n’ont jamais retenu l’attention des chercheurs et qui pourtant s’avèrent particulièrement importants pour comprendre les racines de l’antijudaïsme, catholique et laïque, des xixe et xxe siècles. Le phénomène des conversions y représente, sanctionne et fixe définitivement les mentalités, les stéréotypes et surtout les modalités de comportements envers les juifs, longtemps refoulés des mémoires collectives italienne et européenne.

9Faut-il le confesser, il y a des recherches que l’on aimerait avoir soi-même faites et dont la lecture nous enthousiasme parce que l’on se sent en communion avec elles. Tous les historiens n’ont-ils pas rêvé d’être éditeurs avec le secret désir de s’approprier un peu des travaux proches de leurs préoccupations ?

10Aussi, lorsqu’en 2009, j’appris qu’un grand éditeur parisien avait refusé poliment de faire traduire le texte des Baptêmes forcés pour le publier en français au motif que le sujet en était sulfureux et les conclusions politiquement incorrectes, j’ai proposé à mon amie Marina, avec qui j’échangeais déjà beaucoup, de le prendre dans la collection d’études juives dont j’ai la responsabilité aux éditions Honoré Champion, et la direction éditoriale n’y vit que des avantages, pour autant que nous nous occupions nous-mêmes de l’intendance. Nous avons trouvé une excellente traductrice en la personne d’Isabelle Chabot, elle-même historienne ; une partie des fonds nécessaires nous a été généreusement allouée par la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et une autre partie par l’Université de Paris-Sorbonne. Pour parvenir à ce résultat, il a quand même fallu huit années d’effort, de découragement et d’espoir. Huit années pour rassembler les subventions nécessaires à la traduction et à la fabrication du livre et pendant lesquelles les chercheurs francophones ont été privés de sa lecture. Aujourd’hui, le fait que cette traduction soit diffusée – même à un prix un peu élevé – me réjouit parce que je sais que sa lecture ouvre pour de jeunes chercheurs des perspectives nouvelles qui permettront d’en dépasser les conclusions.

11Il n’y a pas d’édition scientifique sans communion d’idées et d’objectifs entre l’auteur et l’éditeur, sans l’envie commune de faire découvrir des idées qui semblent essentielles non seulement pour la science mais tout simplement pour la vie. J’ai eu la chance, avec la « Bibliothèque d’études juives » de vivre cette joie 61 fois et j’en suis reconnaissant à chacun des auteurs ; tout particulièrement à Marina Caffiero. Et j’espère que nous pourrons recommencer rapidement l’aventure avec son Histoire des juifs en Italie, de la Renaissance à la Restauration, publié à Rome, en 2014 (Caffiero, 2014).

Haut de page

Bibliographie

Bałaban Majer, 1915, Zur Geschichte der Juden in Polen. Zwei Vorträge, Vienne, R. Löwit.

Caffiero Marina, 2004, Battesimi forzati. Storie di ebrei, cristiani e convertiti nella Roma dei papi, Rome, Viella.

Caffiero Marina, 2014, Storia degli ebrei nell’Italia moderna. Dal Rinascimento alla Restaurazione, Rome, Carocci.

Caffiero Marina, 2017, Baptêmes forcés. Histoire de juifs, chrétiens et convertis dans la Rome des papes, traduit de l’italien par I. Chabot, Paris, Honoré Champion, coll. « Bibliothèque d’études juives ».

Frank Friedrich, 1904-1906, Mord rytualnej wobec trybunalu prawdy i sprawiedliwości, 3 vol., Varsovie, s. n.

Loeb Isidore, 1889, « Un mémoire de Laurent Ganganelli sur la calomnie du meurtre rituel », Revue des études juives, 18, 36, p. 179-211.

Milano Attilio et al., 1950, « L’impari lotta della Comunità di Roma contro la Casa dei catecumeni », La Rassegna Mensile di Israele, 16, 12, p. 408-419.

Perugini S., 1881, « L’Inquisition romaine et les Israélites », Revue des études juives, 3, 5, p. 94-108.

Rodocanachi Emmanuel, 1891, Le Saint-Siège et les juifs. Le ghetto à Rome, Paris, Firmin-Didot.

Rosa Mario, 1989, « Tra tolleranza e repressione: Roma e gli ebrei nel ‘700 », in I. Scandaliato Ciciani (dir.), Italia Judaica. Gli Ebrei in Italia dalla segregazione alla prima emancipazione, Atti del III Convegno internazionale, Tel Aviv, 15-20 giugno 1986, Rome, Ministero per i Beni culturali e ambientali, p. 81-98.

Roth Cecil (dir.), 1935, The Ritual Murder Libel and the Jew. The Report by Cardinal Lorenzo Ganganelli (Pope Clément XIV), Londres, The Woburn Press.

Rudt de Collenberg Wipertus Hugo, 1986‑1988, « Le baptême des Juifs à Rome de 1614 à 1798 selon les registres de la “Casa dei Catecumeni”. Première partie : 1614‑1798 », Archivum Historiae Pontificiae, 24, p. 91‑231 ; « Le baptême des Juifs à Rome de 1614 à 1798 selon les registres de la “Casa dei Catecumeni”. Deuxième partie : 1676‑1730 », Archivum Historiae Pontificiae, 25, p. 105‑131, 133‑261 ; « Le baptême des Juifs à Rome de 1614 à 1798 selon les registres de la “Casa dei Catecumeni”. Troisième partie : 1730‑1798 », Archivum Historiae Pontificiae, 26, p. 119‑294.

Volli Gemma, 1956, « Papa Benedetto XIV e gli Ebrei », La Rassegna Mensile di Israel, 22, 5, p. 215-226.

Haut de page

Notes

1 Daniel Tollet est ancien président de la Société des études juives et directeur, aux éditions Honoré Champion, de la collection « Bibliothèque d’études juives », dans laquelle il a publié en français le livre de Marina Caffiero, Baptêmes forcés. Histoire de juifs, chrétiens et convertis dans la Rome des papes (Caffiero, 2017), paru en Italie en 2004 (Caffiero, 2004).

2 Il s’agit des conclusions de la Commission d’enquête sur l’affaire de Poznań de 1736.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Tollet, « Pourquoi et comment j’ai publié les Baptêmes forcés, de Marina Caffiero », Archives de sciences sociales des religions, 205 | 2024, 145-149.

Référence électronique

Daniel Tollet, « Pourquoi et comment j’ai publié les Baptêmes forcés, de Marina Caffiero », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 205 | janvier-mars 2024, mis en ligne le 17 mai 2024, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/assr/75262 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p8u

Haut de page

Auteur

Daniel Tollet

Centre Martin Buber, Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search