Navigation – Plan du site

Accueil

Le comité de rédaction de la revue Astérion. Philosophie, histoire des idées, pensée politique s’oppose aux « réformes » actuelles qui concourent à fragiliser l’ensemble du système de protection sociale et des services publics en France.

Outre le projet de « réforme » des retraites et la « réforme » de l’assurance chômage, entrée en vigueur le 1er décembre 2021, il dénonce la loi de programmation de la recherche (LPR) promulguée fin 2020, qui accentue la compétition entre chercheurs/chercheuses et entre universités/laboratoires, favorise le mode de financement par appels à projets et accroît la précarité des salarié.e.s, déjà prégnante en raison de la réduction des emplois pérennes dans l’enseignement supérieur et la recherche, s’agissant aussi bien des fonctions d’enseignement et de recherche que des fonctions d’administration et d’accompagnement, notamment dans le domaine de l’édition et des revues scientifiques. Il s’élève contre les logiques managériales qui, au nom de l’évaluation des carrières, dénaturent la fonction des revues scientifiques – qui est de produire et diffuser une recherche de qualité fondée sur la coopération, l’échange et la mise en commun des résultats de la recherche.

Le comité de rédaction de la revue Astérion s’associe donc aux mobilisations en cours contre la destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Il s’oppose tout aussi vivement à la propagation très inquiétante des idées d’extrême-droite (et ses tentatives pour pénétrer l’ESR), nourrie par les propos des ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, sur les prétendus « wokisme » et « islamo-gauchisme » qui infiltreraient l’université française.

Il s’associe donc également aux luttes en cours contre l’extrême-droite et invite ses lecteurs et ses lectrices à les rejoindre.

Motion votée à l’unanimité.

*

Présentation

Astérion est une revue exclusivement électronique, soutenue par l’École normale supérieure de Lyon. Elle est l’expression des activités du CERPHI (Centre d’Études en rhétorique, philosophie et histoire des idées, de l’Humanisme aux Lumières) et du laboratoire Triangle / Action, discours, pensée politique et économique (CNRS, UMR 5206). Deux axes de publication y sont privilégiés : l’histoire de la philosophie, des sciences et des sensibilités dans la constitution de la modernité et l’histoire de la pensée politique en Europe, du XVIe au XXe siècle.

Nouvel emplacement de la rubrique « Lectures et discussions »

La rubrique Lectures et discussions, qui contient les comptes rendus désormais publiés au fil de l'eau, figure dans l'onglet Compléments, à gauche de l'écran, sous la liste des numéros disponibles.

Dernier numéro en ligne
26 | 2022
Entre politique et philosophie : l’édition des philosophes « classiques » en France au XIXe siècle

Between politics and philosophy: editing classical “philosophers” in 19th century France
Sous la direction de Félix Barancy

Nous travaillons chaque jour, pour la plupart d’entre nous, à lire des textes de philosophes du passé. Pourtant, parce qu’il est constamment sous nos yeux, nous nous focalisons rarement sur le médium éditorial qui permet cette lecture. Or, loin d’avoir ce statut de « degré zéro de la réception », inoffensif et impartial, qu’on a parfois voulu lui attribuer, le travail d’édition philosophique semble de part en part traversé d’enjeux tant politiques que philosophiques. C’est particulièrement le cas au XIXe siècle, au moment où se développe en France, sous l’égide de Victor Cousin, l’histoire de la philosophie comme discipline autonome. Éditer un texte est alors à la fois un moyen de réactiver des traditions légitimant sa propre philosophie, de se constituer des ancêtres ou des ennemis. Mais les éditions sont aussi un lieu privilégié pour développer sa propre philosophie, dans les notes et les préfaces, sous l’autorité illustre des classiques que l’on édite. Enfin, certains philosophes explicitent qu’un tel travail est en lui-même philosophique, dans la mesure où éditer est un acte dont on peut attendre des bénéfices philosophiques. Les six études de ce dossier rendent compte de la diversité des usages et des mérites philosophiques des éditions de philosophes au XIXe siècle en France, en se focalisant sur six « classiques » : Montesquieu, Pascal, Buffier, Spinoza, Reid et Leibniz.

Actualités

Calenda - Philosophie

Actualités de Triangle : action, discours, pensée politique et économique

Actualités de l'Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM)

  • Logo Université de Lyon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search