Navigation – Plan du site

Accueil

  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation

Appel du comité de rédaction de la revue Astérion

Le comité de rédaction de la revue Astérion. Philosophie, histoire des idées, pensée politique s'oppose aux « réformes » actuelles qui concourent à détruire l'ensemble du système de protection sociale et des services publics en France. Outre la « réforme » des retraites, il dénonce en particulier les logiques à l'œuvre dans le projet de Loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) tel qu'elles apparaissent dans les trois rapports préparatoires rendus publics en novembre dernier. Rappelons que le président du CNRS a revendiqué le caractère « darwinien et inégalitaire » de ce projet de loi.

Le comité de rédaction juge également indignes les situations d'emplois précaires dans lesquelles se trouvent de nombreux collègues, en raison de la réduction drastique des emplois pérennes dans l'enseignement supérieur et la recherche, aussi bien s'agissant des fonctions d'enseignement et de recherche que des fonctions d'administration et d'accompagnement, notamment dans le domaine de l'édition et des revues scientifiques. Il s'élève contre les logiques managériales qui, au nom de l'évaluation des carrières, dénaturent la fonction des revues scientifiques – qui est de produire et diffuser une recherche de qualité fondée sur la coopération, l'échange et la mise en commun des résultats de la recherche.

Le comité de rédaction de la revue Astérion s'associe donc à la mobilisation des universités, laboratoires et revues en lutte contre la destruction du régime général des retraites et du service public de l'enseignement et de la recherche. Il invite ses lecteurs et ses auteurs à s'informer et à participer aux actions collectives initiées ou relayées sur les sites de SLU (http://www.sauvonsluniversite.com/) ou de RogueESR (http://rogueesr.fr/). Il appelle également à participer à la solidarité financière via les caisses de grève, par exemple sur https://www.lepotsolidaire.fr/pot/solidarite-financiere.

Motion votée à l'unanimité moins une abstention.

 

Astérion est une revue exclusivement électronique, soutenue par l’École normale supérieure de Lyon. Elle est l’expression des activités du CERPHI (Centre d’Études en rhétorique, philosophie et histoire des idées, de l’Humanisme aux Lumières) et du laboratoire Triangle / Action, discours, pensée politique et économique (CNRS, UMR 5206). Deux axes de publication y sont privilégiés : l’histoire de la philosophie, des sciences et des sensibilités dans la constitution de la modernité et l’histoire de la pensée politique en Europe, du XVIe au XXe siècle.

Nouvel emplacement de la rubrique « Lectures et discussions »

La rubrique Lectures et discussions, qui contient les comptes rendus désormais publiés au fil de l'eau, figure dans l'onglet Compléments, à gauche de l'écran, sous la liste des numéros disponibles.

Dernier numéro en ligne
22/2020
Le lien social

The social link
Sous la direction de Géraldine Lepan

L’objectif de cette publication est de clarifier les représentations, et de l’homme et de la société, qui se développent de l’Antiquité au siècle des Lumières. Létitia Mouze explore la notion politique de « lien » (desmos) chez Platon et détermine son rapport avec la philia (amitié) des citoyens entre eux, condition sine qua non de la cité. Mais dès lors que la philia n’est plus une évidence, comment composer et vivre le lien social ? Olivier Guerrier et Sylvia Giocanti s’attellent par deux biais différents à la question de la gestion des liens, publics et privés, chez Montaigne, lequel ne minore en rien la part de conflictualité inhérente au désir. Locke définit de façon classique le langage comme le lien commun de la société, mais il s’agit ici pour Éric Marquer de révéler la profonde unité entre la logique et l’analyse de la communication sociale. Éléonore Le Jallé s’intéresse au rapport entre la vertu naturelle de bienveillance et la vertu artificielle de justice, pour montrer que Hume, à la différence d’auteurs tels que Smith et Rawls, a su mettre en lumière les contradictions entre ce que recommande la bienveillance et ce que demande la justice. En partant des expériences de pensée au XVIIIe siècle, Christophe Martin montre que là où l’expérience de désocialisation vise à démontrer la naturalité du lien social, elle sert au contraire chez Rousseau à révéler les potentialités de la nature de l’homme que l’environnement artificiel de la société a « défigurée ». Chez ce même auteur, Géraldine Lepan met enfin en évidence les implications de la définition de l’homme comme être « relatif » : comment faire en sorte que les liens juridiques du contrat correspondent au développement des liens naturels et civils ?

Actualités

Calenda - Philosophie

Actualités de l'Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM)

Actualités de Triangle : action, discours, pensée politique et économique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search