Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsLectures et discussions2024F. W. J. Schelling, Le Système de...

2024

F. W. J. Schelling, Le Système de l’idéalisme transcendantal

trad. Christian Dubois (1re éd. Louvain, Éditions Peeters, 1978), Paris, Éditions Allia, 2023, 381 p., 25 €
Sarah Bernard-Granger
Référence(s) :

F. W. J. Schelling, Le Système de l’idéalisme transcendantal, trad. Christian Dubois (1re éd.  Louvain, Éditions Peeters, 1978), Paris, Éditions Allia, 2023, 381 p., 25 €

Texte intégral

1Le Système de l’idéalisme transcendantal a paru en 1800 et fut traduit en français pour la première fois en 1842 par Paul Grimblot. La traduction de Christian Dubois, parue en 1978 et aujourd’hui rééditée chez Allia, est la deuxième, et dernière en date, transposition en français de ce texte. Cette traduction s’inscrivait, en 1978, dans le cadre d’un regain d’intérêt pour les études schellingiennes dans la sphère francophone, représentée par les travaux de Jean-François Courtine et Xavier Tilliette en particulier. Toutefois, la philosophie de Schelling ne bénéficie toujours pas d’une grande visibilité dans le paysage philosophique français contemporain. Cela s’explique par trois difficultés principales liées à la philosophie schellingienne. La première réside dans la difficulté matérielle et concrète d’accès aux textes de Schelling en France et en français. La deuxième, qui explique en partie la première, réside dans l’invisibilisation historiographique dont Schelling a fait l’objet au début du XXe siècle, au profit de Hegel, Fichte ou Kant. Cela a eu pour effet très concret une faible traduction, édition ou réédition de ses textes aux XXe et XXIe siècles. La troisième difficulté tient plus spécifiquement à la singularité de la philosophie de Schelling : elle demeure une philosophie difficile d’accès, soupçonnée d’obscurité voire d’ésotérisme et associée à une absence de systématicité.

2Malgré ces difficultés et comme réponse à cette invisibilisation historiographique, la philosophie de Schelling connaît aujourd’hui un nouveau regain d’intérêt en France. Cela se manifeste par une multiplication de travaux concernant sa philosophie et sa réception, et par une recrudescence des traductions de ses textes, souvent inédites, sous l’impulsion de Patrick Cerutti en particulier. C’est donc encore dans le cadre d’un renouveau des études concernant Schelling que s’inscrit cette nouvelle édition du Système de l’idéalisme transcendantal par Allia, quarante-cinq ans après la première édition de la traduction de Dubois et plus de deux siècles après la publication originale du texte. Cette réédition est un indice du dynamisme et de la fécondité des études schellingiennes en France et constitue en même temps un apport important pour ces dernières. En effet, elle contribue à apporter une réponse aux difficultés susmentionnées. D’abord, elle permet, très concrètement, de faciliter l’accès au texte de Schelling dans une édition à un prix abordable (25 €) et dans un format au graphisme moderne qui tend à dévoiler un « Schelling contemporain » insoupçonnable d’ésotérisme. La réédition du Système de l’idéalisme transcendantal en particulier permet également de répondre aux deux autres difficultés en réactualisant un texte qui témoigne autant de l’importance de Schelling au sein de la constellation postkantienne que de la singularité de sa philosophie.

3Cet ouvrage constitue la meilleure initiation à la philosophie de Schelling. Cela ne tient pas au fait qu’il s’agisse du texte le plus clair du corpus schellingien, mais plutôt au fait qu’il est le plus systématique et fournit une vision panoramique de sa philosophie. Le Système de l’idéalisme transcendantal s’inscrit nettement dans le cadre des problématiques spécifiques au postkantisme, en particulier celle qui cherche à établir l’« unification suprême de la liberté et de la nécessité » (p. 375), de la philosophie pratique et de la philosophie théorique. Sur cette base, la structure de l’ouvrage schellingien, divisé en six chapitres, rappelle les critiques kantiennes. Les deux premiers chapitres, qui succèdent à l’introduction, consistent en une présentation de la philosophie transcendantale : elle a pour objectif de trouver l’« élément universellement médiateur » (p. 83) permettant de fonder le savoir sur un principe absolu qui dépasse l’opposition entre le sujet et l’objet. Le troisième chapitre aborde la philosophie théorique à partir de ce principe, et le quatrième chapitre, la philosophie pratique. Enfin, les deux derniers chapitres, qui font écho à la troisième critique kantienne, permettent de concilier les deux précédents en proposant un exposé de la téléologie de la nature et de l’esthétique comme pendant empirique de la philosophie. Le Système de l’idéalisme transcendantal se présente ainsi comme « système de l’ensemble du savoir » (p. 63) et propose une solution, singulière selon deux points de vue, à la problématique postkantienne. D’abord, parce que Schelling y identifie le principe du savoir dans l’intuition intellectuelle, ou intuition immédiate de l’identité du sujet et de l’objet, c’est-à-dire de l’absolu ; ensuite, parce qu’il fait de l’intuition esthétique le pendant empirique de l’intuition intellectuelle, et, de l’art, « l’organe de la philosophie » (p. 353).

4Cet ouvrage occupe ainsi une place essentielle dans le corpus postkantien et dans le corpus schellingien. En effet, il est d’usage de distinguer deux périodes dans la carrière philosophique de Schelling. Or, bien que ce texte soit le plus souvent associé à sa première philosophie, la philosophie de l’identité, il permet d’articuler les deux périodes. Nous y trouvons en effet, en particulier dans l’importance qu’il donne à l’art, des marques de ce que Schelling développe dans ce que l’on désigne comme sa deuxième philosophie : la philosophie de la mythologie, à laquelle il renvoie déjà dans l’édition de 1800 (p. 370). Ainsi, en même temps qu’il représente l’achèvement du système de l’identité, Le Système de l’idéalisme transcendantal ouvre la voie à la philosophie de la mythologie. En somme, proposer une réédition de cet ouvrage permet de fournir un aperçu de la philosophie schellingienne en tant qu’elle s’insère dans des problématiques postkantiennes et en tant qu’elle se développe dans une voie qui lui est propre. Cela nous invite donc non seulement à lire et relire Schelling, mais également Kant, Fichte et Hegel.

5Ainsi, la réédition de la traduction par Dubois du Système de l’idéalisme transcendantal constitue un évènement pour les études schellingiennes en France : bien que déjà datée, elle est loin d’être obsolète. Elle vient corriger les imprécisions que l’on trouve dans celle proposée par Grimblot en 1842, qui, par exemple, ne traduit pas les notes de Schelling. En effet, Dubois présente une traduction intégrale du texte schellingien, y compris des notes de l’auteur et éclaire ses propres choix de traductions en note. Dubois se base sur la dernière édition en date, en 1978, du texte de Schelling (celle de l’édition Schröter des Sämmtliche Werke, 1927-1959 et l’édition du System des transzendentalen Idealismus chez Meiner, 1957) et présente l’avantage de l’érudition du spécialiste. Le traducteur propose une longue présentation (p. 7-60) qui se divise en deux parties. Dans une première partie (p. 7-31), il donne un aperçu de la philosophie de Schelling entre 1794 et 1800, qu’il documente par des ouvrages de littérature secondaire (Lauth, Tilliette). Dans une deuxième partie (p. 31-59), il présente un résumé particulièrement précis du Système de l’idéalisme transcendantal. Cette présentation est précieuse car elle fonctionne comme un point d’entrée dans l’ouvrage qui demeure difficile d’accès pour un public peu familier avec l’idéalisme allemand. À cela s’ajoutent les notes de Dubois qui facilitent la compréhension du texte schellingien et l’intertextualité dans laquelle il s’insère, notamment avec Fichte. Enfin, la bibliographie qui accompagne la traduction présente un bref état de l’art des études schellingiennes en 1978. Ainsi, la traduction de Dubois témoigne d’un travail philologique à la fois précieux pour les historiens de la philosophie et accessible à tout lecteur.

6Finalement, cette réédition, du fait précisément de son statut de réédition, constitue également un évènement pour les études sur la philosophie française du XXe siècle. En effet, elle permet de resituer la philosophie schellingienne dans l’historiographie française en fournissant un témoignage de ce qui était disponible concernant la philosophie de Schelling en France dans la deuxième moitié du XXe siècle. En plus de l’ensemble des éléments présents dans l’édition de Dubois, cette nouvelle édition propose un renvoi aux traductions françaises des textes de Schelling cités disponibles aujourd’hui. Cela facilite l’intertextualité pour le lecteur francophone et a également l’avantage de lui offrir un aperçu des traductions disponibles en France et du travail effectué ces quarante dernières années. Cette nouvelle édition constitue, à n’en pas douter, un outil historiographique précieux, bien que nous aurions pu espérer, en plus des renvois aux traductions françaises, un renvoi à la dernière édition critique des œuvres complètes de Schelling (Historisch-kritische Ausgabe, par la Schelling-Komission de l’Académie Bavaroise des sciences, éd. Frooman-Holzboog). Néanmoins, nous ne pouvons que souligner l’apport que constitue cette nouvelle édition pour les études schellingiennes en France. Nous espérons qu’elle contribuera encore à les dynamiser en incitant les chercheurs et chercheuses à réactualiser la figure schellingienne au sein de problématiques philosophiques et historiographiques contemporaines et en stimulant le travail de traduction et d’éditions de ses textes, déjà en bonne voie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Bernard-Granger, « F. W. J. Schelling, Le Système de l’idéalisme transcendantal »Astérion [En ligne], Lectures et discussions, mis en ligne le 16 mai 2024, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/asterion/10448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11p7v

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search