Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Au-delà de l’étiquette historiographique : l’empirisme singulier de J. N. Tetens

Beyond the historiographical label: the singular empiricism of J. N. Tetens
David Wittmann

Résumés

Au-delà de l’étiquette de « Locke allemand » dont a été affublé Johann Nikolaus Tetens, nous essayons de restituer le contexte, proprement allemand, de la référence à l’empirisme dans son œuvre, et ce à partir de l’Essai sur la réforme de la philosophie spéculative (1775) et des Essais philosophiques sur la nature humaine et son développement (1777) ; ce parcours permet de montrer que Tetens produit en réalité une véritable critique de l’empirisme, qui refuse de confondre l’activité de l’entendement avec la passivité de la réception sensible, et pour ce faire développe une théorie tout à fait originale de la connaissance humaine qui accorde une place déterminante aux productions autonomes de l’imagination et à celles de l’entendement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est la version légèrement remaniée d’une conférence prononcée en juin 2010 au Séminair (...)
  • 2 Voir par exemple K. Rosenkranz, Geschichte der Kant’schen Philosophie, S. Dietzsch éd., Berlin, Ak (...)
  • 3 Gardons à l’esprit cette adjonction qui est d’autant plus importante que la psychologie est alors (...)
  • 4 Elle s’oppose également d’emblée à la perspective de Christian Wolff. Voir sur ce point l’article (...)
  • 5 Du moins dans les textes qui sont mis en avant par les historiens actuels. Pour l’historiographie (...)

1Pour les histoires de la philosophie1, Johann Nikolaus Tetens est le « Locke allemand »2. Avant de montrer le caractère simpliste d’une telle qualification, il convient sans doute de mesurer la part de vérité que peut comporter une telle comparaison. De fait, si l’on ouvre les Essais philosophiques sur la nature humaine et son développement, notre auteur avoue d’emblée que sa méthode est celle qui consiste à observer, c’est-à-dire précisément celle que Locke a suivie, et il ajoute aussitôt « les psychologues dans nos doctrines de l’âme fondées sur l’expérience [Erfahrungs-Seelenlehre] »3 (IV/1). En quoi consiste précisément cette méthode ? Elle consiste pour Tetens à considérer les modifications de l’âme telles qu’elles sont données dans le Selbstgefühl (sentiment de soi) ; à les renouveler, à les observer lorsque l’on change leurs circonstances d’apparition, à analyser leur genèse et à tracer les lois des facultés qui les produisent. L’opération consiste par conséquent à analyser, comparer et généraliser ce que l’on trouve d’abord dans le sentiment de soi. C’est là, nous dit Tetens, la méthode qui est suivie dans le domaine de la physique et la seule qui puisse nous permettre de trouver de véritables principes. Grâce à elle, il nous sera possible de conclure à des causes et d’inférer des choses quant à la nature de l’âme, sans pour autant qu’il s’agisse de simples conjectures. Cette méthode se distingue de la méthode anthropologique ou analytique, laquelle considère les modifications de l’âme comme des états du cerveau ou de l’organe de l’âme et essaie d’expliquer les phénomènes psychiques comme s’il s’agissait de propriétés du cerveau4. Cette tendance était effectivement présente5 dans le sillage de ce qu’il est convenu d’appeler le « tournant anthropologique » : il n’est que de penser à Johann Gottlob Krüger, Johann Georg Sulzer et, évidemment, à Ernst Platner, etc. De nombreux auteurs insistent en effet d’ores et déjà sur la nécessité d’une fondation anthropologique ou physiologique de la psychologie. Bien que ce ne soit pas sa perspective d’analyse, il arrive souvent à Tetens de s’y rapporter avec faveur, en la personne notamment de Charles Bonnet (par exemple I, 685/360), même s’il tance vertement d’autres tentatives plus superficielles comme celle de Johann Christian Lossius qui publie ses Physische Ursachen des Wahren en 1775. L’opposition de Tetens à la perspective anthropologique est donc loin d’être radicale puisqu’il s’y rapporte et peut, à l’occasion, s’appuyer sur elle. Il ne saurait donc y avoir de désaccord de principe quant à la dépendance physiologique des opérations de l’âme. Soulignons en revanche que, pour Tetens, il faut opérer, avec soin, une distinction entre les tenants du matérialisme et ceux qu’il qualifie de « psychologues mécanistes », lesquels opèrent bien au sein de la distinction substantielle. Ce qui semble en jeu pour lui n’est pas d’abord un problème ontologique, mais un problème épistémologique. Qu’ils soient matérialistes ou pas, le type d’explication qu’ils mettent en avant est le même : ils utilisent des conjectures lors même que nous disposons d’un support expérimental extrêmement faible en matière de physique du cerveau ; et, partant, leurs explications devraient à plus juste titre être qualifiées de « métaphysiques » (V/2) :

Ces analyses devraient être qualifiées de métaphysiques. Elles outrepassent complètement les limites de l’observation et consistent à la fin en une réduction de ce que l’on observe dans l’âme à des modifications du cerveau. (V/2)

  • 6 J. Locke, Essai sur l’entendement humain, avant-propos, § 2.
  • 7 Ch. Bonnet, Herrn Karl Bonnets analytischer Versuch über die Seelenkräfte, Chr. G. Schütz trad., B (...)

2C’est donc sa méfiance envers les hypothèses et les conjectures hâtives ainsi que son attachement à l’observation qui lui font refuser l’acceptation immédiate d’une théorie des fibres nerveuses, comme celle qui est en usage chez Ch. Bonnet. Au-delà du caractère conjectural des considérations physiologiques, c’est donc en raison d’une prise de position méthodologique et épistémologique fondée sur la primauté des modifications du sentiment de soi que s’administre le refus d’une théorie qui ferait l’impasse sur la spécificité et l’originarité de l’échelon proprement psychique : l’analyse psychologique doit précéder les spéculations physiologiques. En passant immédiatement en deçà des phénomènes spécifiquement mentaux, on prendrait en effet le risque de rater certains faits psychologiques d’importance. En cela aussi, Tetens retrouve Locke qui refusait de « considérer en physicien la nature de l’âme »6. Ceci étant, il ne faudrait pas croire que cette attitude est une attitude d’hostilité à l’égard des recherches psycho-physiologiques. Tout au contraire, Tetens reconnaît la probabilité des idées matérielles et la conjonction entre des états du cerveau et des états de l’âme. Ainsi, dès le début de la préface, il reconnaît qu’il existe des traces des états psychiques dans le cerveau ; il essaiera même d’améliorer la théorie de Ch. Bonnet en proposant sa propre hypothèse dans le Treizième essai. On manquerait l’originalité du questionnement de Tetens à le réduire au seul introspectionnisme. Il ne dit pas que les recherches anthropologiques sont à exclure, il affirme simplement qu’elles doivent succéder aux recherches proprement psychologiques et qu’elles sont affectées d’un degré d’incertitude élevé lié à la précarité de nos connaissances expérimentales. Quoi qu’il en soit, la psychologie de Tetens se fonde, de prime abord, sur une forme d’introspection qui reconnait comme source le sens interne dans la mesure où c’est en lui que les données de l’expérience sont à chercher en matière de psychologie. En ce sens, il n’est pas fort éloigné de Christian Gottfried Schütz qui, dans la postface à sa traduction de l’Essai analytique sur les facultés de l’âme de Bonnet, donnait sa préférence à la méthode empirique contre les hypothèses et les conjectures, et définissait les difficultés de l’observation de soi-même tout en recommandant à la fin que l’on n’oublie tout de même pas « l’homme entier »7 et la médecine. La méthode qui se greffe sur ce caractère fondamentalement introspectif est donc une méthode expérimentale classique, une méthode qui refuse de partir d’une quelconque faculté, ou d’une architecture a priori, pour expliquer les modifications que nous pouvons observer en nous-mêmes et qui, en conséquence, reste prudente envers les explications hypothétiques : elle recueille les effets afin d’essayer d’en reconnaître la légalité et accepte simplement ensuite de s’adonner aux explications fondamentales. C’est ce caractère de prudence qui rend souvent la lecture des Essais extrêmement fastidieuse tant Tetens renvoie les questions à plus tard, compare les expériences contradictoires et multiplie les nuances, mais c’est sans doute aussi ce qui fait la précision et la qualité de son approche.

  • 8 Nonobstant l’influence de l’empirisme en Allemagne à partir des années 1750, il est toujours utile (...)

3Comme nous venons de le voir, la référence au « Locke allemand » est d’abord et avant tout une référence méthodologique. Cependant, cette référence comporte pour ainsi dire une profondeur et une genèse qui lui donne une coloration spécifique. En effet, il convient de ne pas la réduire à la préface des Essais, mais de la resituer dans un cadre spécifique au sein duquel elle intervient comme une référence parmi d’autres ; une référence qui engage avant tout une certaine forme de philosophie critique au sens d’une large enquête sur les productions de l’entendement humain. C’est là sans doute qu’il faut faire ressortir le qualificatif « allemand » dans la comparaison entre Locke et Tetens. En effet, il est impossible de comprendre l’étiquette du « Locke allemand » si l’on entend faire simplement de Tetens le transmetteur de l’empirisme anglais en Allemagne. Tout d’abord cette transmission n’a pas attendu notre auteur8 ; qui plus est, c’est précisément dans le sillage de cette réception préalable de l’empirisme anglais qu’il s’inscrit de manière critique. Si donc cette qualification doit avoir un sens, il faut insister sur le qualificatif « allemand » et montrer en quoi Tetens s’inscrit dans le cadre de la crise de la métaphysique, en quoi il veut réformer l’ontologie et a recours à Locke dans cette perspective. C’est ce que je me propose de faire à présent, en évoquant deux essais qui précèdent l’œuvre majeure.

La réforme de la philosophie spéculative

4Pour avoir une vue suffisamment juste de la philosophie de Tetens, il faut commencer par évoquer deux essais importants qui précèdent l’œuvre principale. Le premier de ces essais, intitulé Gedanken über einige Ursachen, warum in der Metaphysik nur wenige ausgemachte Wahrheiten sind, paraît en 1760. Tetens y recherche les causes pour lesquelles la métaphysique, contrairement aux mathématiques et aux sciences physiques, connaît si peu de progrès et se trouve déchirée par les plus vifs conflits. La première cause concerne les concepts qui sont le plus souvent confus et obscurs (III, § 6, p. 14-15). Si l’on considère ceux de la géométrie et de l’arithmétique, ils sont quant à eux suffisamment distincts et peuvent être ramenés à des idées simples telles que celles de l’étendue, de la grandeur, de la partie, du point ou de la ligne. Qui plus est, ils semblent reposer sur une certaine forme de connaissance intuitive :

  • 9 Voir aussi § 8, p. 21 : « En troisième lieu, les mathématiciens savent l’art de représenter les co (...)

Nous en avons une connaissance intuitive en ce que nous pouvons nous les représenter de la manière la plus claire par l’imagination. C’est la raison pour laquelle on peut facilement tenir ces concepts les uns à côté des autres et qu’il est impossible pour l’entendement de tenir les relations pour autre chose que ce qu’elles sont, de la même manière qu’il est impossible pour l’imagination de se représenter le rond comme étant en même temps carré. (III, § 6, p. 14-15)9

  • 10 Tetens se réfère à Johann Heinrich Tönnies, notamment § 23, III, 46, et évoque l’idée d’une caract (...)
  • 11 « Man legt Begriffe zum Grunde, man leitet aus ihnen Folgerungen her, ohne gehörig erwiesen zu hab (...)

5La tâche de la métaphysique est plus compliquée encore que celle de la mathématique, car l’ontologie – qui est ici principalement ce qui doit subir une réforme en tant que Grundwissenschaft – a affaire à des concepts plus nombreux et complexes (pour elle, même les idées simples de la géométrie et de l’arithmétique sont des idées composées). Afin d’atteindre un degré de distinction plus avancé (§ 11), il est nécessaire d’enquêter sur la nature des concepts simples afin d’introduire de la distinction dans l’ontologie. Tetens distingue alors les idées simples de sensation et les idées abstraites en se référant à Locke – où l’on voit que le philosophe anglais vient déjà au secours d’une réforme de l’ontologie, discipline allemande s’il en est. S’il y a donc des disputes, il faut en revenir à l’expérience et aux sensations afin d’examiner la genèse des concepts contestés (§ 14). La seconde cause des désordres philosophiques réside dans les querelles de mots qui ne comportent pas de signification fixe et donc dans l’absence de connexion claire entre mots et concepts – je ne m’y attarde pas10. La troisième cause (§ 27) se trouve dans le fait que l’on ne s’attache pas suffisamment à montrer la possibilité des concepts que l’on utilise dans les démonstrations11.

6Dans le § 33 de cet écrit se dessine le modèle qui sous-tend, à mon avis, la réflexion de Tetens, le rapport de l’ontologie aux autres parties de la métaphysique est comparé au rapport de la mathématique aux sciences physiques de sorte que nul progrès ne saurait être accompli dans nos connaissances du monde, de l’âme ou de Dieu si l’ontologie n’est pas améliorée :

Ce qu’une théorie complète peut obtenir lorsqu’on la lie à l’expérience [wenn man Erfahrungen damit verknüpft] on peut le voir avec les grandes découvertes de Newton dans le domaine de la physique [Naturlehre] ; par quel moyen les sciences qui composent la mathématique appliquée, la mécanique, l’optique, l’astronomie ont-elles été portées à la perfection qui fait tant honneur à l’entendement humain si ce n’est par la perfection de la mathématique théorique ? Jamais un Euler n’aurait pu déterminer la trajectoire des planètes à partir de trois observations […] s’il n’avait eu recours à sa connaissance extensive de la théorie la plus profonde et la plus exacte. Qui sait ce qui serait découvert en métaphysique si l’ontologie était portée à la perfection que l’on rencontre dans l’analyse des mathématiciens ?

  • 12 Voir A. Charrak, Contingence et nécessité des lois de la nature au XVIIIe siècle. La philosophie s (...)

7Si je cite longuement ce texte, c’est pour montrer à quel point on ne peut comprendre les Essais philosophiques sans prendre en compte le respect profond de Tetens pour l’objectivité de la connaissance scientifique. Laquelle conditionnera sa manière d’appréhender l’entendement humain et le conduira à refuser une simple dérivation directe des activités de l’entendement à partir de la sensation, ce qui fera de l’empirisme évoqué en introduction un empirisme quelque peu spécifique, comme nous le verrons, et qui pourrait être inclus dans la perspective des travaux initiés par André Charrak12. Il convient d’autre part de bien garder à l’esprit ce paradigme de l’application des mathématiques qui sera d’une importance fondamentale dans la critique de l’induction.

  • 13 La détermination wolffienne de la psychologie empirique s’associe sans doute déjà à une référence (...)

8Un autre intérêt de ce premier texte réside dans le fait qu’il ne réduit pas la faillite de la métaphysique à la seule absence de théorie constituée. Les doctrines de l’âme, de Dieu et du monde touchent des objets réels dont nous pouvons simplement expérimenter les effets, et ce qui manque précisément à la métaphysique, ce sont des expériences suffisantes (III, § 34, 60). Or l’exemple que prend Tetens est précisément celui de la doctrine de l’âme (III, § 35, 61). Dans ce cadre, il est impossible d’appréhender les causes, si du moins nous ne voulons pas nous contenter de simples hypothèses, sans une connaissance historique complète13 des effets. C’est une telle connaissance historique qui rend nécessaire de s’attacher tout particulièrement à ce qu’il désigne comme Erfahrungs-Seelenlehre et dont il regrette qu’on l’exclue totalement de la métaphysique ou qu’on la réduise à quelques propositions d’expériences vagues pour ensuite, malgré la faiblesse d’une telle connaissance empirique, se permettre de vouloir démontrer des vérités importantes dans la psychologie rationnelle (nur einige wenige Erfahrungs-Sätze daraus entlehnen, und doch in der schliessenden Seelenlehre die wichtigsten Wahreiten demonstriren wollen, III, 62). Il faut noter que dans ce paragraphe Tetens fait référence à J. G. Krüger et à son Experimental-Seelenlehre en ce qui concerne les rapports et leur importance dans les considérations de la psychologie empirique. Ce n’est qu’un détail certes, mais un détail qui permet de voir l’extension qu’il confère à la psychologie empirique et qui incite par avance à ne pas réduire son point de vue à celui d’une simple psychologie introspectionniste – ce qui est trop souvent le cas à partir d’une lecture hâtive de la préface des Essais philosophiques – opposée à une tendance qui va devenir dominante, qui serait une psychologie anthropologique ou physiologique. On le voit donc, la comparaison avec le domaine de la physique porte loin et appelle une attention accrue aux détails de l’expérience et à un perfectionnement de la connaissance historique qui doit être portée à une certaine extension avant que l’on ne se permette des déductions ou des hypothèses trop hâtives en matière de psychologie. C’est en partie une telle précaution de méthode qui conduira à l’approche spécifique des Essais philosophiques sur la nature humaine et son développement.

  • 14 Sur cette expression, voir J. W. Yolton, Locke and the Way of Ideas, Oxford, Clarendon Press, 1968

9Mais pour comprendre véritablement la réforme que Tetens souhaite engager, il est impératif d’avoir à l’esprit le complexe théorique et problématique dans lequel s’inscrit son Essai. Pour ce faire, il faut considérer l’opuscule de 1775 intitulé Ueber die allgemeine speculativische Philosophie qui dresse pour ainsi dire la toile de fond théorique de la réflexion de Tetens et liste en outre les références qui sont les siennes ; comme l’indique l’avertissement qui précède cet opuscule, il semble avoir été destiné à introduire un ensemble plus conséquent touchant à la philosophie d’observation (beobachtende Philosophie – par où l’on peut comprendre qu’il s’agit des Essais philosophiques), mais il fut publié séparément au motif qu’il avait fini par constituer un tout pour lui-même. Le but de l’essai est clair, il s’agit d’analyses de méthode (IV, 59). Dans la perspective méthodologique qui est la sienne, il ne s’agit pas tant de découvrir de nouvelles choses ou de nouvelles vérités que de faire œuvre de synthèse entre les courants. En effet, le complexe théorique dans lequel s’inscrit l’opuscule est celui d’une triple référence qui ne quittera jamais Tetens : la philosophie anglaise – louée pour son sens de l’observation – la philosophie française – louée pour son sens du raisonnement – et la philosophie allemande qui, quant à elle, se distingue par le génie géométrique de Leibniz et de Wolff. Au point que Tetens avoue que son travail apportera bien peu à ceux qui connaissent déjà ces trois domaines. Toujours est-il qu’il ouvre son propos en se situant résolument dans la voie des idées14. Nous ne savons rien des objets si ce n’est par l’intermédiaire de nos représentations de sorte que toute recherche qui porterait sur les choses extérieures ou sur leurs propriétés ne saurait consister en autre chose qu’en une élaboration des idées qui sont en nous.

10Or il y a deux perspectives qui s’ouvrent à partir de cette constatation. La première est celle du sens commun, qui consiste à interroger les objets à partir des représentations que nous avons d’eux. La seconde consiste plus précisément à se tourner vers ces représentations pour interroger leur valeur, leur vérité et pour les mettre à l’épreuve. Nous avons bien évidemment un penchant naturel – qui sera expliqué dans l’Essai – qui nous conduit à identifier les idées aux choses et par lequel nous pensons que nous avons immédiatement affaire aux objets externes et non à leurs copies ou à leurs images en nous. Cependant, qu’il se produise une erreur ou une confusion, et nous sommes conduits à considérer les idées d’une autre manière :

Dès lors – nous dit Tetens – elles ne sont plus quelque chose d’objectif, des choses hors de l’entendement, mais quelque chose de subjectif, des modifications de notre propre être. Les séries d’idées nous apparaissent comme une scène qui se déroule en nous et non comme une série de choses hors de nous. Nous interrogeons alors leur genèse afin de connaître leur contenu intérieur et leur étendue. Cette dernière voie consiste en une observation des représentations et appartient à une physique de l’entendement. La première appartient à la philosophie des objets […]. Posons-nous donc la question suivante : est-ce que nos représentations sont des représentations vraies et réelles, est-ce qu’elles correspondent à leurs objets comme cela est requis si l’on veut comparer et juger ces derniers à partir d’elles, – ou est-ce qu’au contraire elles ne sont qu’une vaine apparence qui nous égare ? (IV, 6-7)

  • 15 Voir M. Kuehn, Scottish Common Sense in Germany, 1768-1800. A Contribution to the History of Criti (...)

11La voie des idées conduit donc à une interrogation sur l’objectivité de nos représentations qui, outrepassant la confiance naïve qui est celle du sens commun, se doit d’examiner leur genèse afin de pouvoir statuer sur leur validité. Certes il est bien arrivé que les hommes du commun se laissent tromper par le témoignage de leurs sens et fassent des expériences déceptives, mais ils apprennent bien vite à s’en sortir d’une manière tout empirique, et sans que ces échecs ne les conduisent à s’interroger plus avant : pas plus le chasseur que le marin n’ont besoin de connaissances en psychologie pour juger des distances à partir du témoignage de leurs sensations et pour l’usage de leurs activités quotidiennes. Nous avons là affaire à une logique de l’usage commun et non à une interrogation critique. Il en va de même quant à l’usage des concepts communs et des principes. Le sens commun en fait usage sans s’interroger sur leur genèse et leur nature ; il sait ce qu’est une cause et un effet, il les utilise, pense selon les axiomes universels de la raison (IV, 12) et si, par hasard, il vient à tomber sur une difficulté, il lui suffira de considérer de plus près l’objet auquel il a affaire pour se sortir d’une situation problématique. C’est ainsi que l’on fait usage des concepts ontologiques et que l’on peut même, en réunissant les principes d’une science particulière, parvenir à les lier de manière scientifique. Pourtant, dès que le sens commun (ou l’entendement scientifique commun) sort de son champ spécifique d’investigation, qu’il veut s’interroger sur le sens et la place de sa discipline dans l’ensemble du savoir, il lui faut se positionner en surplomb, dans la région de ce que Tetens appelle la « philosophie transcendante ». Une telle philosophie se définit par opposition à l’école du sens commun15, référence constante de Tetens. L’école du sens commun, qui s’assimile à une philosophie populaire, ne suffit guère à répondre aux attaques de Hume parce qu’elle ne les considère pas dans leur principe même :

Pourquoi n’a-t-on pas attaqué […] Hume, le sceptique héroïque, auteur du Traité sur la nature humaine, qui pousse le doute jusqu’à son non plus ultra dans ses propres principes ; et pourquoi n’a-t-on pas laissé la raison elle-même juger de ses propres égarements ? Mais il est vrai qu’il aurait alors fallu suivre la nature de la connaissance humaine jusqu’en ses premiers commencements, et, bien plus, qu’il aurait fallu expliquer avec davantage de précision et de minutie la manière dont la faculté de penser procède pour parvenir à ses connaissances. (IV, 16)

12Contre les facilités que l’on se donne en Écosse, il faut que la philosophie spéculative soit une entreprise beaucoup plus systématique, d’où la référence à Wolff en introduction. Elle doit être une connaissance de la raison qui conduise à une certitude beaucoup plus élevée. Les connaissances de l’entendement commun doivent être le sol sur lequel la philosophie spéculative s’élève pour les élaborer ; elles ne doivent pas être le refuge d’une philosophie qui tente de se soustraire trop vite au doute sceptique. L’interrogation sur les fondements – l’esprit de profondeur – qui semble si nécessaire à Tetens inscrit son œuvre dans le cadre de la philosophie allemande de tradition wolffienne. Si une telle entreprise est couronnée de succès, la connaissance systématique sera aussi éloignée de la connaissance du sens commun « que l’astronomie actuelle l’est des anciennes connaissances célestes que l’on peut encore rencontrer dans les écrits de Sénèque » (IV, 18). Et Tetens de proposer à nouveau le modèle des Euler et des Newton avec la complémentarité indispensable entre l’observation et les théories générales : en physique, on navigue près de la côte et l’on a toujours un œil sur l’expérience. Pour le mettre encore davantage en lumière, on peut constater qu’après avoir montré que les objets de la métaphysique peuvent être quant à eux fort éloignés du champ de l’expérience, il conclut :

Si elle rassemble toutes les expériences dont elle dispose pour partir de ces dernières comme on partirait d’un champ d’observation, alors la distance entre elle et les objets qu’elle veut atteindre est infinie. On ne voit pas par quel moyen il serait possible de traverser cet abîme si la même raison qui s’est frayée un chemin à travers le ciel grâce à ses théories mathématiques ne se forge pas une ressource semblable. (IV, 19)

  • 16 Voir IV, 24. « Sie hat mit wirklich vorhandnen Objecten nichts zu thun, und beschäftiget sich nur (...)

13Cette ressource est précisément celle de la philosophie transcendante, toujours conçue comme une ontologie fondamentale ayant le même rapport avec les disciplines métaphysiques que les mathématiques avec les mathématiques appliquées. Cette philosophie transcendante est nommée telle parce qu’elle a affaire à des concepts qui sont plus universels que ceux dont nous disposons pour le monde corporel et pour le monde intellectuel. Il propose donc une division en trois : tout d’abord cette philosophie transcendante qui est la racine de la philosophie théorique, laquelle comporte une philosophie des choses corporelles et une philosophie intellectuelle portant sur les êtres immatériels. Ces deux disciplines spécifiques reposent chacune sur l’expérience et ne deviennent de véritables sciences philosophiques qu’en s’alliant à la théorie universelle. La philosophie transcendante est donc, par analogie avec l’analyse mathématique, une « analyse supérieure des choses » (eine höhere Analysis der Dinge)16. C’est seulement lorsque l’on disposera d’une telle science fondamentale que la philosophie spéculative sera possible et réelle.

14Cependant, pour qu’une telle science soit possible il faut disposer de concepts fondamentaux réels qui correspondent à des choses ; il ne suffit pas que nos concepts soient suffisamment déterminés et qu’ils soient distincts, car ils pourraient encore être des mots vides (ein sachenleeres Wortwerk). Il faut distinguer systématiquement, parmi nos notions, ce qui est simplement subjectif de ce qui est objectif, c’est-à-dire de ce qui correspond à quelque chose hors de nous. C’est ce procédé que Tetens appelle une réalisation de nos concepts et de nos principes (IV, 35). Il faut justifier la réalité des concepts de l’entendement et cela ne peut se faire qu’en empruntant la voie qui a été dessinée par Locke, à savoir « l’enquête sur l’entendement, ses différentes opérations et ses concepts universels », afin de pouvoir disposer de critères pour distinguer « ceux qui sont réels, correspondants aux objets, de ceux qui ne sont qu’apparences et donc représentations unilatérales ». À cette fin il faut distinguer deux types de principes, les principes matériels et les principes formels :

Les principes matériels sont distincts des principes logiques ou formels en ce que ces derniers indiquent plutôt la manière dont nous relions des concepts lorsque nous jugeons ainsi que la manière dont nous relions des jugements lorsque nous concluons et formons des syllogismes ; ils ne déterminent donc que la forme générique des jugements ; par contre les premiers énoncent les manières d’agir particulières de la pensée et du jugement qui pour certains genres universels de représentations – ou certains objets – sont naturels et nécessaires à l’entendement. (IV, 36-37)

15C’est donc dans une contrainte liée à la nature de l’entendement de ne pouvoir juger autrement que résidera le critère qui nous permettra d’assurer l’objectivité de nos représentations. La question que l’on doit se poser à chaque fois dans ce transfert de l’activité subjective à l’objectivité est de savoir si le jugement qui apparaît comme nécessaire dans les circonstances présentes à tel ou tel entendement le sera aussi pour tout un chacun. La tâche de réalisation des concepts requiert que nous les reconduisions à leurs sources, c’est-à-dire aux sensations qui font leur matière. En ce sens, on voit clairement la référence anglaise et empiriste. Mais, si Tetens accepte le principe de la genèse « empiriste », il n’accepte pas pour autant le réductionnisme humien. En effet, pour lui, le principe selon lequel il faudrait réduire (il utilise le mot, voir IV, 48) tous nos concepts à des sensations est un principe assez indéterminé qui revient simplement à une règle universelle nous enjoignant de réaliser nos concepts ou de montrer leur accord (Uebereinstimmung) avec les objets. Pourtant cette tâche de réalisation devient réductrice si l’on ne donne pas suffisamment de place à la manière dont l’entendement élabore et travaille ces sensations. Ainsi, ce n’est pas la genèse comme réduction qui compte, mais la genèse comme constitution, ce n’est pas simplement la matière de nos concepts, mais aussi leur forme :

Hume a certes bien senti qu’il n’était pas seulement nécessaire d’être attentif à la matière des concepts, mais aussi aux modalités selon lesquelles notre entendement les élabore lorsqu’il transforme les sensations en représentations ; pourtant la présupposition vague selon laquelle les concepts se résolvent en des sensations l’a conduit à croire que tout était achevé et que le contenu entier des concepts était découvert lorsque l’on avait indiqué les sensations dont ils étaient tirés. (IV, 49)

  • 17 Du moins tel qu’il peut apparaitre à Tetens. Pour une interprétation fine et précise de Condillac, (...)

16La tâche de réalisation des concepts vient donc préciser la référence à l’empirisme qui était présente dans le premier essai. La connaissance de la seule matière est bien peu de choses et il convient de savoir quelles sont les activités par lesquelles l’esprit détermine et travaille cette Grundstoff. En effet, les rêves puisent eux-mêmes leur matière dans les sensations et il n’en demeure pas moins qu’ils présentent des connexions fantastiques et ne correspondent à rien de réel dans l’expérience. Le rapport que tous nos concepts entretiennent donc avec la sensation ne peut pas être la raison pour laquelle certains sont de vaines images et d’autres correspondent effectivement aux choses hors de nous : « Dieser Unterschied enstehet aus der Art und Weise, wie die Denkkraft die Empfindungen zu Vorstellungen von Objecten verarbeitet » (IV, 50). C’est dans cette perspective d’une psychologie de l’élaboration de la matière qui nous est présentée dans les sensations qu’il conviendra de lire les essais en gardant bien en vue que, même si Tetens livre alors une psychologie empirique, la problématique de la réalisation de nos concepts qui nécessite une psychologie de l’élaboration est bien le cœur de son travail. Il faut noter le hiatus qu’il y a donc entre la psychologie de Tetens et le travail de Condillac par exemple17 : Tetens ne cèdera jamais l’activité de l’esprit à la passivité de la réceptivité. Au contraire, il insistera sans cesse sur l’activité fondamentale dans la faculté de penser et sur la manière dont elle modifie la matière qui nous est présentée par les sens. C’est ce que nous allons voir à présent en balayant rapidement l’ouvrage majeur de Tetens.

Une psychologie de l’élaboration : activité et passivité de l’esprit

  • 18 Dans Histoire de l’Académie de Berlin, année 1749, Berlin, Haude et Spener, 1759, p. 375-391.

17Afin de cerner la spécificité de la psychologie de Tetens, commençons d’emblée par la fin du premier tome des Essais, c’est-à-dire par les considérations que notre auteur avait laissées de côté au profit de l’observation minutieuse de toutes les « facultés » dans leur spécificité, analyse qui mettait entre parenthèses la question centrale de l’existence et du statut de la Grundkraft. Cette question est centrale à plus d’un titre, tout d’abord parce qu’elle marque l’opposition – déjà repérée assez tôt dans le mémoire de Jean-Bernard Mérian intitulé Parallèle de deux principes de psychologie18 – entre le système de Wolff et celui de Condillac ou de Bonnet. Or, à plusieurs reprises dans les Essais, Tetens marque sa proximité dans la distance avec les deux systèmes. Proximité dans la distance avec un empirisme auquel on reprend certes sa méthodologie fondamentale, et que l’on doit approuver dans son aspect génétique, mais qui ne tient pas compte de l’écart entre les facultés et les réduit à la plus passive d’entre elles :

Je peux parcourir un bon bout de chemin avec Condillac, et encore plus avec Bonnet, mais lorsqu’ils passent du sentiment et de la sensation à la conscience ou à l’aperception et à la pensée et qu’ils expliquent les secondes à partir des premières, chose qui constitue le point essentiel de leur système, il me semble alors que la fantaisie s’est hasardée à faire un bond fort téméraire, alors que l’entendement qui n’outrepasse pas les limites de la distinction se doit de rester en retrait. (I, 7/18)

18Quel est ce saut qui ne saurait être fait ? C’est celui de la passivité à l’activité. La genèse ne doit pas être une réduction, mais elle doit montrer comment la progression des facultés s’organise en fonction d’une activité croissante qui se traduit dans une élaboration de la matière de la connaissance. Jamais on ne réduira l’âme à sa première manifestation sensible. Jamais on ne pourra écraser l’ensemble des activités en direction de l’origine première de la connaissance. Si cette dernière est conçue comme un processus d’élaboration, ce dernier requiert une forme de prise de distance par rapport au sensible, écart qui doit se traduire dans un progrès des facultés les unes par rapport aux autres, et dans une irréductibilité des produits des facultés supérieures par rapport à ceux des facultés inférieures. Pour utiliser un langage qui n’est pas celui de Tetens, nous pourrions dire que l’irréductibilité noématique entre les produits de la sensation et ceux de l’entendement doit s’ancrer dans une nouvelle genèse tenant compte des différences noétiques entre les activités de l’esprit qui leur correspondent.

19Si l’on excepte la raison pratique – au sens kantien du terme –, pourquoi cette activité est-elle nécessaire à la raison théorique ? Nous trouvons la réponse à cette question si nous nous interrogeons sur ce qui fait la proximité dans la distance avec le rationalisme tel que le conçoit Tetens :

En ce qui concerne, en particulier, la nature de notre intellection rationnelle, le cours de l’entendement dans les spéculations et la structure des théories générales, les étrangers qui ont été nommés [Locke, Condillac, Bonnet, Hume], y compris Bacon les ont considérés de loin et de manière plus ou moins obscure. On a le plus souvent considéré l’entendement, là où il rassemble des expériences et se fait ses premières idées sensibles à partir des sensations […] mais là où la faculté de penser prend plus son envol, c’est-à-dire dans les théories universelles, et enchaîne des vérités pour faire une science, sur cette voie qui est aussi glissante en philosophie qu’elle est assurée en mathématique, on n’a pas cherché à savoir quel était le cours de la faculté de penser et le critère selon lequel elle procède. (I, 428/227-228)

20C’est le hiatus entre connaissance première sensible et construction des théories scientifiques qui requiert de penser une forme d’autonomie de l’entendement, ou du moins d’écart de son ordre propre par rapport à une genèse sensible réductrice. Ce hiatus est caractérisé par une critique radicale de l’induction conduisant encore une fois à nuancer considérablement l’idée d’un Tetens purement et simplement catalogué dans la classe des empiristes : « Avant tout il faut écarter l’idée selon laquelle les principes nécessaires universels seraient abstraits de l’expérience. Ils ne le sont pas, ne peuvent pas l’être et ce n’est que par méprise qu’on les a tenus pour tels » (I, 466/247). Éloge pour le rationalisme donc, en raison de la prise au sérieux de la faculté de penser, et de l’analyse de la rationalité systématique des théories abstraites en leur irréductibilité par rapport à l’ordre de la genèse sensible.

  • 19 A. G. Baumgarten, Metaphysik, G. Fr. Meier trad., 1766, Halle im Magdeburgischen, Hemmerdeschen Bu (...)
  • 20 Ce qui a été appelé une « métaphysique de l’activité » et qui serait le propre de l’idéalisme alle (...)

21L’opposition qui se dessine ici, et que nous avons vue se mettre en place précédemment entre sensibilité et entendement, entre passivité et activité, rend d’autant plus cruciale la réponse à la question de savoir quelle est la Grundkraft de l’âme. En quoi consiste-t-elle ? Malgré sa prudence et son souci de distinction, Tetens fournit la réponse suivante : une force sentante active et perfectible au commencement qui, au fur et à mesure de la remontée dans les facultés, gagne en spontanéité, en auto-activité, pour atteindre enfin la raison et la liberté. La faculté fondamentale en sa spécificité consiste donc dans la Selbstthätigkeit qui est perfectible et qui constitue le caractère fondamental de l’humanité. Nous allons voir toutes les conséquences d’une telle assertion. Nul peut-être plus que Tetens n’a marqué la nécessité de penser l’entendement et l’esprit en général dans son activité et dans sa spontanéité. Toute la théorie de l’entendement dont nous avons vu la genèse dans les mémoires qui précèdent le grand œuvre requiert qu’il soit pensé dans sa capacité de constitution. L’opposition entre Angleterre et Allemagne, entre Leibniz et Locke si l’on veut, qui est au cœur des Essais – opposition qui aura une portée considérable dans l’histoire de la philosophie en passant de Kant à l’idéalisme allemand – va devenir l’opposition de la passivité et de l’activité au sein même de l’esprit, au sein même du jeu de ses facultés. L’activité de l’esprit reprend bien entendu l’ancien terme de Spontaneitas que Georg Friedrich Meier traduisait par Selbstthätigkeit, notamment dans la Métaphysique d’Alexander Gottlieb Baumgarten19, sur laquelle Tetens a fait cours. Les différentes « facultés » peuvent donc être considérées comme « étagées » selon des degrés d’activité croissants20.

  • 21 Voir I, 105/66 par exemple.
  • 22 Pour une histoire soulignant les évolutions de l’analyse de l’imagination dans la seconde partie d (...)

22Il est assez difficile de décrire fixement la topique des facultés présentée par notre auteur. Tetens distingue – si nous nous en tenons à l’aspect théorique – le sentiment, la force de représentation et la force de la pensée. Il décompose la faculté de représentation en trois capacités distinctes, elles-mêmes marquées par un degré d’auto-activité croissant : tout d’abord21 la faculté de percevoir ou Fassungskraft par laquelle nous recevons les premières représentations par l’intermédiaire des sensations ; ensuite l’imagination (Einbildungskraft ou Phantasie) qui est essentiellement une capacité de reproduction en l’absence de ces sensations et qui produit donc des Wiedervorstellungen ou des représentations reproduites ; enfin la Dichtungskraft, dont nous allons voir l’importance, qui est une force créatrice que l’on devrait nommer « l’imagination active » (Selbstthätige Phantasie, I, 107/67)22 et qui combine les images ou les représentations de manière originale. Pour ce qui regarde la faculté de penser : d’abord elle aperçoit (Gewahrnhemen) – acte dont nous essaierons de montrer l’importance –, ensuite elle juge et introduit des rapports et des relations dans nos représentations.

23Je voudrais parcourir rapidement les différentes originalités de cette psychologie en rappelant au préalable trois choses :

  1. Tetens ne cesse de rappeler que si tout provient bien des sensations, ces dernières ne sont au sens propre qu’une matière (Materie, Grundstoff).
  2. Il est important de dire que pour lui la sensation ou le sentiment ont affaire à quelque chose d’absolu et que la faculté de penser introduit des relations.
  3. Tetens considère ses recherches comme une « analyse de la faculté de connaître » (I, 620/328) et s’il distingue bien différentes facultés, il s’agit pour lui d’une division de quelque chose qui est « un dans sa nature » (I, 27/27-28). Il en va de même quant aux corrélats de nos facultés qui témoignent bien souvent d’une collaboration entre les facultés sensitives, de représentation et de pensée (I, 335/180), collaboration qui est en quelque sorte dissoute par l’analyse.
  • 23 Il existe bien un sentiment des relations, mais ce dernier est distinct de celui de l’absolu car c (...)

24Commençons par analyser la sensation. Elle n’a affaire qu’à ce qui est présent et elle est susceptible de différents degrés, ce qui est assez traditionnel. Mais elle représente déjà, c’est la chose la plus importante, une réaction (I, 255/141) à une modification passive, à une impression ; le sentir est donc déjà la première manifestation de la force fondamentale (I, 737/386). Enfin, il est essentiel de comprendre que tous les objets du sentiment en tant que tels sont sentis comme des « absolus », comme des unités données, et non comme des pluralités liées. Le sentir est directement dirigé sur quelque chose de singulier et d’absolu. Cela veut dire (I, 191/109) que malgré la diversité qui semble apparemment contenue dans la sensation, ce ne sont pas les rapports des choses que nous ressentons immédiatement, mais que de prime abord l’objet de la sensation est « l’absolu dans les choses hors de nous, et en nous » (I, 192/109)23.

  • 24 Voir par exemple Chr. G. Schütz, Einleitung in die speculative Philosophie oder Metaphysik, Lemgo, (...)

25Les divers changements des états de l’âme, les modifications, laissent des traces derrière eux. Certains états ont laissé des traces telles que l’âme peut les entretenir par sa propre force interne ou qu’elle peut par elle-même les ré-esquisser quand bien même leurs premières causes ne sont plus présentes. Lorsque ces dernières ne sont plus présentes, l’âme peut donc spontanément les reconstruire ou les reproduire (nachbilden) en reprenant les traces pour renouveler l’état antécédent bien que ce soit de manière affaiblie – c’est le rôle de l’imagination. Il y a donc dans l’âme une multiplicité de traces qui sont distinctes les unes des autres et aussi différentes entre elles que les originaux. Nos représentations sont donc de telles traces résiduelles de nos modifications qui sont reprises ou développées par une faculté. Elles représentent les états ou leurs causes plus éloignées. Ce sont des représentations d’autres objets, des modifications qui dépeignent quelque chose d’autre et qui, lorsqu’elles sont présentes, ne se font pas tant connaître elles-mêmes qu’elles renvoient à leurs objets. Elles ont donc un double rapport : un rapport aux modifications dont elles sont les reproductions, un rapport aux objets qui ont causé ces premières modifications. Dans l’ordre que nous avons adopté tout à l’heure pour décrire la faculté de représentation, il y a d’abord la faculté d’appréhension (facultas percipiendi). Les premières représentations sensitives (Empfindungsvorstellungen) qui sont ainsi appréhendées sont ce que Tetens appelle, d’un nom qui est assez commun à l’époque, des Nachempfindungen (post-sensations)24 et qui comportent un degré de vivacité spécifique. Ce sont elles qui constituent la matière (Stoff) de toutes nos connaissances et le tissu dont sont constituées les autres représentations qui peuvent être nommées représentations dérivées (abgeleitete Vorstellungen).

26Il faut bien saisir la différence entre Empfindung et Nachempfindung. D’habitude, elle est caractérisée physiologiquement et s’appuie sur le fait que l’ébranlement initial des sens continue pendant un certain temps malgré l’absence de la cause. Tetens reprend cette approche en prenant même l’exemple d’une corde qui vibre. Mais c’est pour dire que c’est durant ce laps de temps que les facultés cognitives se mettent en œuvre à partir du sentiment pour donner lieu à une représentation. Les images suivent donc les représentations originaires des Nachempfindungen qui ont été réveillées et reproduites, elles en sont en quelque sorte les répétitions (I, 39). Le degré de puissance et d’activité augmente, puisque je me suis détaché de l’impression initiale et que j’ai maintenant prise sur elle en me rapportant, de manière autonome, aux traces qu’elle a laissées derrière elle.

  • 25 Il nous semble que cette critique de Tetens exercera par exemple une influence sur Hegel, dont on (...)

27Parvenu à l’imagination, on s’attendrait à ce que Tetens, en bon empiriste qu’il est censé être, fasse l’éloge de l’association des idées. Johann Georg Heinrich Feder, par exemple dans l’édition de 1771 de son ouvrage Logik und Metaphysik (§ 26), remarque combien cette loi est bien fondée et il ajoute, au § 28, qu’elle est à même de nous dévoiler les secrets de l’âme. Mais si l’on réfléchit à partir de ce que nous avons dit de Tetens jusqu’à présent, on pourra vite comprendre les raisons pour lesquelles, tout en reconnaissant cette loi, il limite considérablement son importance. En effet, louer l’association des idées, c’est louer un type d’association passive, un type de connexion des représentations sur laquelle l’âme n’a pas la mainmise ; il convient donc d’en limiter l’extension à l’une des facultés particulières (l’imagination), et de ne pas étendre son domaine à l’ensemble du fonctionnement psychique. C’est précisément ce que fait notre auteur dans le premier essai (I, 108 et suiv./68 et suiv.) : « C’est bien un principe important et fructueux bien qu’il soit loin d’être le principe universel pour lequel quelques-uns l’ont donné ». Pour lui, la loi de l’association des idées doit énoncer la raison pour laquelle l’idée B apparaît après l’idée A alors qu’aucune nouvelle sensation ne s’est intercalée dans cette succession des représentations. Si donc l’imagination est laissée à elle seule, on peut dire qu’elle fera suivre une représentation B qui est liée à la représentation A par des rapports de coexistence ou de ressemblance. Certes, mais la clause importante est « si elle est laissée à elle seule ». La loi vaut exclusivement pour l’imagination en l’absence de toute influence des facultés supérieures, que ce soit la faculté d’invention (Dichtkraft) ou la faculté de penser. Elle ne saurait déterminer en aucun cas l’ordre réel de succession des idées. Lorsque la faculté d’invention intercale, par exemple, de nouvelles images ou de nouvelles représentations, l’association des idées est loin de pouvoir rendre compte de ce que Tetens appelle alors une « association active ». De plus, si l’on interroge de plus près cette loi, il faudrait se demander, si l’on prend une idée particulière quelconque, quelle idée précise parmi les idées qui lui sont semblables lui sera associée et selon quels critères de similitude. Car, à la vérité, absolument toutes les représentations ont des choses en commun, et si l’on prend deux représentations quelconques, il y a de fortes chances qu’elles aient plus qu’un trait de ressemblance25. Pour une imagination suffisamment vaste, il n’est aucune idée qui ne soit connectée de quelque façon avec toutes les autres. Cette loi revient donc presque à dire qu’une idée peut être suivie par n’importe quelle autre et que sa conjonction n’est alors à chaque fois qu’une conjonction singularum cum singulis (I, 111/69). On voit donc comment la légalité de l’imagination est, tout au plus, une légalité spécifique qui ne saurait s’étendre à toutes les facultés. Tetens rappelle d’ailleurs à cette occasion que chaque faculté comporte ses lois propres qu’il convient de découvrir par l’observation (I, 113/70). Le problème de toute psychologie consiste précisément dans les difficultés que l’on rencontre pour les démêler et, plus encore, pour saisir leur fonctionnement commun.

  • 26 Voir G. Fr. Meier, Metaphysik, Halle-sur-Saale, Gebauer, 1757, vol. III, p. 185 et suiv. Il faut c (...)
  • 27 « Les représentations originaires sont la matière et l’étoffe de toutes les autres c’est-à-dire de (...)

28Dans cette critique de l’association des idées, nous avons vu intervenir la Dichtkraft comme faculté d’association active. Tetens confère une très grande importance à cette faculté qui marque un degré supérieur dans l’échelle de l’auto-activité. Il refuse l’explication traditionnelle qui veut qu’elle ne fasse que décomposer et recomposer. Ce faisant, il semble s’inscrire dans le sillage de G. Fr. Meier qui lui conférait une très grande importance dans le § 587 de sa psychologie26 ; à la vérité, on pourrait même se demander, en comparant les deux textes, si Tetens n’avait pas Meier sous les yeux27. Il faut, selon lui, qualifier cette faculté d’imagination active. L’essentiel de sa capacité consiste en une activité de dissolution et de recomposition, mais elle constitue des mélanges si intimes qu’ils nous apparaissent comme étant simples et comme constituant de nouvelles représentations. Cette faculté est surtout à même de nous délivrer des abstracta sensibles ou des représentations sensibles universelles :

Parmi les effets qui résultent de ces deux manifestations de la force d’invention nous n’en trouvons aucun qui ne soit de plus d’utilité et qui ait de plus grandes conséquences pour notre entendement que ce que l’on appelle les Abstracta sensibles ou les représentations sensibles universelles. (I, 128-129/77-78)

29Ce que Tetens appelle image universelle consiste en une réunion d’impressions dont la diversité a été surmontée et qui ont été réunies en une seule image en fonction de leur similitude ; de sorte que ce qui est vrai de l’image universelle de la couleur verte est vrai de toutes les représentations sensitives particulières. Ce sont de véritables créations simples de la faculté d’invention en ce que, prises séparément, les impressions qui lui servent de matériau ne contiennent pas aussi parfaitement le trait qui a été exhaussé en une image universelle (I, 131-135/78-81). C’est donc elle qui est à l’œuvre, par exemple, dans les représentations géométriques universelles. Si l’imagination esquisse l’image d’un cercle de sorte que tout point du périmètre soit équidistant du centre, il faut dire que cette dernière adjonction est l’œuvre de la faculté d’invention, tout comme, nous dit Tetens, l’ensemble de ce qui, pour nous, est idéel (I, 135/81). Qui plus est, on pourrait dire que ces images peuvent avoir une sorte de fonction de recognition. Il vaut la peine de citer Tetens de manière concrète tant le propos est original et important :

  • 28 Ces images peuvent avec le temps subir des modifications et sont donc mobiles.

Si la fantaisie dispose de telles représentations universelles, ce sont pour nous des images à travers lesquelles nous entrevoyons et reconnaissons [ansehen und kennen] les propriétés des choses dans les nouvelles sensations qui surviennent. Dès qu’une couleur similaire au vert est sentie, notre image universelle de la couleur verte se joint à cette impression. Nous la voyons selon l’image universelle, et alors l’impression apparaît autrement qu’elle ne serait apparue sans cette image28. (I, 132/79)

30Cette faculté est essentielle pour Tetens, car elle permet de modifier le sens de l’assertion selon laquelle toutes nos représentations naissent des sensations (I, 138-139/82-83) et de rappeler le caractère extrêmement limité d’une méthodologie qui consisterait à chercher des sensations pour chacune de nos représentations prise isolément. C’est le sillage de cette faculté qui permet également de critiquer une vision trop simple de l’induction.

31Revenons un instant aux représentations, afin de comprendre en quel sens elles sont susceptibles d’être rapportées aux objets, et non simplement entrevues comme des modifications de notre propre être. À cet égard, et en forçant quelque peu le trait, on peut dire que Tetens va tout d’abord mettre en avant la nature figurative des représentations qui les renvoie aux traces laissées par les impressions avec lesquelles elles entretiennent une analogie de rapport, tout comme ces traces elles-mêmes entretiennent une analogie de rapport avec les choses qui ont causé les impressions. Mais cette nature figurative des représentations se double d’une nature signitive qui les renvoie aux objets eux-mêmes et qui est la raison pour laquelle nous avons toujours l’impression d’avoir affaire aux objets eux-mêmes à travers elles. Il convient ici de restituer les propos exacts de notre auteur :

Nous ne tenons pas ces représentations pour des représentations de l’intuition passée ou de nos sensations, mais pour une représentation qui nous présente la chose intuitionnée. Ces jugements sont déjà liés avec les sensations et de là se sont transférés à la reproduction. Ce sont des effets de la réflexion, de la faculté de penser ou si l’on veut de la faculté de juger. (I, 76-77/52)

  • 29 Voir I, 364/194-195.
  • 30 Voir en particulier I, 348-351/186-188.
  • 31 Sur ce point, et si l’on en croit le livre récent d’Antoine Granjean, il y a chez Tetens une insis (...)

32Cela veut dire que l’intentionnalité, si l’on veut, ou la référence de la représentation lui est conférée par un acte de jugement qui est l’effet de la faculté de penser29. Sans l’acte de la faculté de penser, nous nous mouvons dans un monde intérieur ; c’est là l’un des nombreux effets qui marquent le décalage entre la faculté de représentation et la faculté de pensée. Le premier acte de la faculté de penser est l’aperception (gewahrnehmen) qui consiste en ce jugement assez simple : « Regarde une chose est là ». Il convient d’insister sur l’importance qui est conférée à l’acte de jugement par Tetens. Cet acte consiste en un acte de différenciation (Unterscheiden) des représentations et de particularisation de l’objet entrevu30. La conscience qui est liée à cette aperception consiste quant à elle en un double phénomène d’aperception et de sentiment. Ainsi, une idée sera une représentation qui aura fait l’objet d’un acte d’aperception, une représentation consciente donc. Il faut dire que sur la question de la conscience Tetens a retenu la leçon de Mérian qui distinguait entre l’acte d’avoir conscience et celui de réfléchir sur cette conscience, la conscience réflexive est toujours secondaire pour notre auteur. Lorsque l’entendement produira des relations, il lui faudra ajouter un acte d’aperception pour pouvoir gagner des idées des relations qu’il aura introduites dans les représentations31.

33La déhiscence qu’il peut y avoir entre la représentation et la pensée conduit en outre à introduire une distinction, par rapport à la tradition scolaire, qui vise à différencier la clarté dans nos représentations de la clarté dans les idées. La chose mérite d’être évoquée quoiqu’elle puisse comporter certaines difficultés d’explicitation. Pour Tetens, les actes de la pensée – conformément à l’idée d’une élaboration du matériau de connaissance – sont préparés par le travail opéré grâce à la faculté de représentation. La représentation est une copie de l’objet, elle est susceptible de clarté et d’obscurité en tant que modification qui se rapporte à l’objet indépendamment de toute conscience. Cette clarté réside dans une différenciation potentielle (Unterscheidbarkeit) qui conditionnera ensuite les actes de la pensée. Tetens semble ici réécrire la différence qu’il y avait pour Wolff entre une perception immédiate et une perception médiate. Ainsi, la simple représentation de la lumière du soleil peut être tout à fait claire, sans que nous distinguions pour autant les couleurs du prisme qui la caractérisent. Par contre, si une représentation était obscure, alors elle serait illisible pour nous. Le paradigme de la lisibilité nous permet de mieux comprendre de quoi il s’agit. La représentation, quoiqu’elle soit claire, a besoin d’être déchiffrée au moyen des opérations qui sont celles de l’entendement. L’obscurité, non plus de la représentation mais de l’idée, naît moins d’une défaillance iconique que d’une absence d’attention pour remarquer les traits saillants et différenciables au sein de la représentation. L’exemple qui est choisi à cet égard par Tetens est caractéristique : c’est celui d’un tableau dans lequel l’homme du commun ne voit qu’un ensemble de traits esquissés, là où l’amateur d’art verra de multiples nuances et des ressemblances qui échappent au regard du premier, quoique les rayons de lumière se réfléchissent pareillement dans leurs yeux. La représentation peut nous fournir un texte lisible, encore faut-il le déchiffrer, c’est-à-dire le lire comme un ensemble de traits renvoyant à la réalité extérieure. Sur ce point, Tetens est relativement formel : c’est au niveau des idées, c’est-à-dire au niveau des représentations aperçues, que nous avons affaire à quelque chose d’objectif et de réel (I, 373/199). L’idée qu’une chose est objectivement réelle est un acte de la pensée, c’est grâce à cet acte et à travers lui que s’opère : « une substitution de l’objectif au subjectif, qui est la raison pour laquelle nous attribuons aux choses hors de nous ce que nous reconnaissons dans leurs idées en nous » (I, 507/267). C’est donc une théorie du jugement qui permet de sortir de l’immanence à laquelle semblait nous condamner la voie des idées. Le déchiffrement est une sortie hors du monde intérieur, une transgression de la subjectivité vers l’objectivité. C’est ce déchiffrement et cette opération de lecture qui nous permettent de rentrer plus avant dans l’analyse de la faculté de penser.

  • 32 « Zu diesen dreien Gattungen von einfachen objektivischen Verhältnissen, als so vielen unterschied (...)
  • 33 Voir E. Cassirer, op. cit., p. 402.

34Cette dernière juge, et, par ses jugements, elle introduit des relations qui forment des rapports entre les idées. Ces relations concernent d’abord l’identité ou la diversité, puis les relations d’inhérence (substance/accident) et de coexistence, enfin la relation de causalité : « Dans la science fondamentale, les relations simples se laissent reconduire à ces trois genres de relations objectives simples comme à autant de diverses sortes d’activités de notre faculté de penser »32 (I, 334/180). Il y a là, comme le signale Cassirer, quelque chose de tout à fait neuf : le jugement ne se réduit plus seulement à des rapports de comparaison considérant les choses comme semblables ou différentes, le jugement ne se réduit pas au simple couple identité/diversité, mais il conquiert une plus grande richesse33. Pour aller vite, et pour montrer encore la distance de Tetens par rapport aux différentes figures de l’empirisme, et en particulier Hume, prenons l’exemple de la causalité (I, 312 et suiv./169 et suiv.). L’erreur commise par Hume à cet égard a conditionné l’ensemble de son projet sur la faculté humaine de connaître. L’association des idées de l’imagination et le rapport de succession ne suffisent guère à épuiser ce que nous entendons par causalité. Tout d’abord, il ne rend pas compte du rapport de dépendance qui peut exister entre la cause et l’effet, c’est-à-dire qu’il ne tient pas compte du rapport de production. Ensuite, il oublie la Begreiflichkeit : « Wir sehen die Wirkung als etwas an, welches aus seiner Ursache begreiflich ist! » (I, 316/171). L’association passive dans l’imagination ne rend pas compte de la nécessité de la connexion. Le fondement de la connexion causale réside au contraire « dans une nécessaire action de l’entendement » (aus einer nothwendigen Wirkungsart des Verstandes entspringet) (I, 318/172). Le jugement fondé sur la nature de notre entendement nous conduit donc bien de la subjectivité à l’objectivité par un transfert caractéristique de notre faculté de connaître :

Ce n’est donc pas tant la liaison, dérivée de la sensation, de l’idée de dépendance avec l’idée de surgissement mais plutôt la dépendance de la pensée qui nous fait reconnaître une chose comme étant advenue […] et c’est le caractère indispensable d’un fondement idéel qui est la vraie cause physique de la nécessité subjective avec laquelle une chose qui surgit est pensée aussi en même temps comme dépendante d’une autre cause et produite par elle.
Cela advient de la manière suivante. Le caractère indispensable d’une cause idéelle pour l’existence idéelle en nous est transféré à l’existence objective des choses hors de nous. De même que la pensée « une chose qui n’était pas réelle est parvenue à l’existence » doit avoir en nous son fondement psychologique, qui précède l’effet et qui est donc dans l’entendement un fondement objectif a priori, de même un tel objet qui se trouve hors de l’entendement doit avoir son fondement objectif a priori duquel il dépend. Ici a lieu une substitution de l’objectif au subjectif qui est en général le fondement par lequel nous attribuons aux choses hors de nous ce que nous reconnaissons dans leurs idées en nous. L’objet hors de l’entendement est rapporté à d’autres objets de la même manière que l’objet idéel est rapporté à d’autres idées. (I, 506-507/267)

  • 34 Cela ne vaut pas critique des excellents travaux qui interrogent pour partie Tetens dans une généa (...)
  • 35 Par exemple D. Tiedemann, Handbuch der psychologie, Leipzig, Barth, 1804, p. 49. On aura aussi éga (...)
  • 36 Références nombreuses dans les rééditions des fameux Philosophische Aphorismen (Leipzig, Schwicker (...)
  • 37 Il y est souvent fait référence en bibliographie dans l’influent Chr. Meiners, Grundriss der Seele (...)
  • 38 Entre autres les propos dans la préface de l’Einleitung in die Seelenlehre (Stuttgart, J. B. Mezle (...)
  • 39 Voir en particulier son Grundriß der philosophischen Wissenschaften (Wittenberg, Zerbst, S. G. Zim (...)

35Cette notion de transfert ou de substitution est caractéristique de la volonté de Tetens d’isoler le caractère propre des productions de notre entendement dans leur portée constitutive. Aussi signe-t-elle ce que nous avons désigné comme un empirisme non réductionniste ou un empirisme de la constitution – pour reprendre l’expression bien connue d’A. Charrak – issu d’une analyse méticuleuse, fine et progressive, des capacités humaines. Nous y trouvons la réalisation du programme présenté dans l’Essai de 1775, programme qui situe le questionnement de notre auteur dans une constellation théorique bien plus large que celle qui consisterait en une simple adaptation de la philosophie anglaise, et qui fait de Tetens décidément autre chose qu’un simple « Locke allemand », à savoir un philosophe profondément original. Voilà pour la référence à l’amont de son œuvre, reste l’aval. Il en va de même. C’est en effet par respect pour cette originalité que nous n’avons guère cité Kant, car il y a une véritable réduction de cette richesse dès lors qu’on la passe au seul crible de la révolution critique34. Les occasions auraient pourtant été multiples, car Tetens fut de fait influencé par la Dissertation de 1770, qui est citée dans l’Essai de 1775, et toute lecture des Essais philosophiques sur la nature humaine et son développement glane aisément de nombreuses thématiques (rôle de l’imagination, de l’entendement, du jugement, épigénèse, etc.) qui semblent autant de préfigurations de l’œuvre kantienne. Ce statut de précurseur – qui a fait et fait encore débat – a souvent conduit les exégètes à lire Tetens à travers le prisme du criticisme. Le moment est sans doute venu de le lire pour lui-même et de reconnaître tout à la fois la densité de sa philosophie et le fait, moins évident, qu’il a pu avoir et conserver une influence souterraine malgré Kant. De fait, on trouve des références explicites à son œuvre dans la littérature anthropologique et psychologique de l’époque pré-kantienne et post-kantienne puisqu’il y est fait référence chez Dietrich Tiedemann35, Ernst Platner36 et Christoph Meiners37, mais il s’agit aussi d’une référence incontournable bien que discrète chez Jakob Friedrich Abel38, Johann Friedrich Flatt ou encore le sceptique Gottlob Ernst Schulze39. Peut-être faudrait-il également envisager d’écrire l’histoire de la réception de Tetens après Kant (nous pensons par exemple que ses Essais ont pu avoir une influence sur la facture de la psychologie hégélienne). Le jugement de Johann Neeb est sans doute, en la matière, des plus parlants :

  • 40 J. Neeb, System der kritischen Philosophie, vol. I, Bonn, Francfort, Andreäischen Buchhandlung, 17 (...)

Je dois à deux hommes des éclaircissements à propos de ce point fort important [à savoir le rapport du sujet et de l’objet dans la représentation] ; le grand Tetens, auquel on fait d’ordinaire sans doute d’autant moins référence qu’on se l’est beaucoup approprié, et le profond Reinhold. À ma connaissance, Tetens, avant tous les philosophes, est celui qui chercha le premier une explication de la conscience.40

36Preuve, s’il en était besoin, que Tetens donnait à penser par-delà Kant et qu’il mérite amplement une lecture qui l’envisage enfin pour lui-même. Mais preuve également qu’une discussion sérieuse de la problématique des rapports entre subjectivité et objectivité, thème central à l’époque, ne devrait guère faire l’impasse sur son œuvre.

Haut de page

Notes

1 Cet article est la version légèrement remaniée d’une conférence prononcée en juin 2010 au Séminaire du groupe de recherche sur la philosophie allemande du XVIIIe siècle, animé par J-F. Goubet à la maison Heine. De nombreux travaux ont été publiés depuis sur la thématique qui nous occupe. Signalons au moins le livre de M. Zappalorto, Johann Nicolaus Tetens: il Locke tedesco?, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2011. Nous citons les œuvres de Tetens dans l’édition suivante : J. N. Tetens, Die philosophischen Werke, Hildesheim, New York, Olms, tomes I et II, 1979, pour les Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwicklung [1777] ; tomes III et IV, J. Engfer éd., 2005, pour les Kleinere Schriften. Pour l’ouvrage de 1777, la référence à cette première édition est suivie de la référence à l’édition qui fait désormais autorité, à savoir J. N. Tetens, Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwicklung, U. Roth et G. Stiening éd., Berlin, De Gruyter, 2014.

2 Voir par exemple K. Rosenkranz, Geschichte der Kant’schen Philosophie, S. Dietzsch éd., Berlin, Akademie Verlag, 1987, p. 53.

3 Gardons à l’esprit cette adjonction qui est d’autant plus importante que la psychologie est alors une discipline « allemande » profondément marquée par l’architecture wolffienne. Voir cependant, pour l’histoire précise de la naissance de la psychologie, F. Vidal, Les sciences de l’âme XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2006, en particulier les chapitres II et IV.

4 Elle s’oppose également d’emblée à la perspective de Christian Wolff. Voir sur ce point l’article de P. Rumore, « L’anima dell’uomo. Psicologia e teoria della conoscenza in Tetens », dans La misura dell’uomo. Filosofia, teleologia, scienza nel dibattito anthropologico in Germania (1760-1915), M. Mori et S. Poggi éd., Bologne, Il Mulino, 2005.

5 Du moins dans les textes qui sont mis en avant par les historiens actuels. Pour l’historiographie de ce qu’il est convenu d’appeler le « tournant anthropologique », on pourra se référer à C. Zelle, « Zwischen Weltweisheit und Arzneiwissenschaft. Zur Vordatierung der anthropologischen Wende in die Frühaufklärung nach Halle (eine Skizze) » dans Formen der Aufklärung und ihrer Rezeption. Expressions des Lumières et de leur réception. Festschrift zum 70. Geburtsatg von Ulrich Ricken, R. Bach, R. Desné et G. Haßler éd., Tübingen, Stauffenburg Verlag, 1999, p. 35-44. Voir aussi Id., « Sinnlichkeit und Therapie. Zur Gleichursprünglichkeit von Ästhetik und Anthropologie um 1750 », dans „Vernünftige Ärzte. Hallesche Psychomediziner und die Anfänge der Anthropologie in der deutschsprachigen Frühaufklärung, C. Zelle éd., Tübingen, Niemeyer, 2001, p. 5-24 ; Id., « Erfahrung, Ästhetik und mittleres Maß – die Stellung von Unzer, Krüger und E. A. Nicolai in der anthropologischen Wende um 1750 (mit einem Exkurs über ein Lehrgedichtfragment Moses Mendelssohns) », dans Reiz, Imagination, Aufmerksamkeit. Erregung und Steuerung von Einbildungskraft im klassischen Zeitalter (1680-1830), J. Steigerwald et D. Watzke éd., Wurtzbourg, Königshausen & Neumann, 2003, p. 203-224 ; Id., « Vernünftige Ärzte. Hallesche Psychomediziner und Ästhetiker in der anthropologischen Wende der Frühaufklärung », dans Innovation und Transfer – Naturwissenschaften, Anthropologie und Literatur im 18. Jahrhundert, W. Schmitz et C. Zelle éd., Dresde, Thelem, 2004, p. 47-62. Certaines critiques ont été adressées à ces travaux ; pour une perspective intéressante en ce sens, voir Y. Wübben, « Limitierte Anthropologie. Grenzen des medizinisch-philosophischen Wissenstransfers am Beispiel von J-A. Unzer », dans Physis und Norm. Neue Perspektiven der Anthropologie im 18. Jahrhundert, M. Beetz, J. Garber et H. Thomas éd., Göttingen, Wallstein, 2007, p. 49-68, et l’ouvrage collectif Zwischen Empirisierung und Konstruktionsleistung: Anthropologie im 18. Jahrhundert, J. Garber et H. Thoma éd., Tübingen, Niemeyer, 2004.

6 J. Locke, Essai sur l’entendement humain, avant-propos, § 2.

7 Ch. Bonnet, Herrn Karl Bonnets analytischer Versuch über die Seelenkräfte, Chr. G. Schütz trad., Brême, Leipzig, Cramer, deux tomes, 1770-1771. Il y a de fortes chances que Tetens ait eu accès à ce livre : « Endlich sollte man auch mehr auf den ganzen Menschen, nicht bloß auf die Seele, sondern auf die Seele, mit dem Körper verbunden, Achtung gebe. Es wäre überhaupt vortheilshafter, wenn die Psychologie mehr als Anthropologie behandelt würde » (t. II, p. 268). Pour une perspective comparée sur Bonnet et Tetens, on peut encore se référer à la très ancienne étude de A. Schubert, Die Psychologie von Bonnet und Tetens mit besonderer Berücksichtigung des methodologischen Verfahrens derselben, Zurich, Meier, 1909.

8 Nonobstant l’influence de l’empirisme en Allemagne à partir des années 1750, il est toujours utile de rappeler que la philosophie de Wolff ne se caractérise nullement par un refus de l’empirie et qu’au contraire Wolff est bel et bien l’inventeur de la psychologie non seulement rationnelle, mais aussi empirique. Sur ces points, on consultera avec profit l’article de W. Feuerhahn, « Comment la psychologie empirique est-elle née ? », Archives de Philosophie, t. LXV, 2002, no 1, p. 47-64. Plus largement sur Wolff on se rapportera à l’ouvrage de J.-P. Paccioni, Cet esprit de profondeur. Christian Wolff, l’ontologie et la métaphysique, Paris, Vrin, 2006, ainsi qu’aux essais réunis dans Die psychologie Christian Wolffs. Systematische und historische Untersuchungen, O.‑P. Rudolph et J.-F. Goubet éd., Tübingen, Niemeyer, 2004.

9 Voir aussi § 8, p. 21 : « En troisième lieu, les mathématiciens savent l’art de représenter les concepts universels, y compris ceux qui sont le plus éloigné des sens, à l’aide de certains signes appropriés de l’imagination. Cette aide manque encore aux métaphysiciens ». Pour les mathématiciens, chaque concept simple a un signe particulier (point ligne, angle) et le signe de chaque concept qui est composé à partir de concepts simples est composé par les signes de ces concepts simples. Et Tetens de conclure : « Telle est la cause qui rend si facile de penser un carré, dans la mesure où les sens et l’imagination peuvent venir en aide à l’entendement. En métaphysique, il est beaucoup plus difficile à l’entendement de se représenter distinctement le concept de substance, parce que les signes pour ce faire viennent à manquer ».

10 Tetens se réfère à Johann Heinrich Tönnies, notamment § 23, III, 46, et évoque l’idée d’une caractéristique. Voir III, 47 : « Ich kann mich jezo in eine genaue Untersuchung dieser ontologischen Sprache nicht einlassen, zweifle aber, daß sie allgemein werden werde. »

11 « Man legt Begriffe zum Grunde, man leitet aus ihnen Folgerungen her, ohne gehörig erwiesen zu haben, daß diese Begriffe nichts unmögliches in sich fassen », III, 49.

12 Voir A. Charrak, Contingence et nécessité des lois de la nature au XVIIIe siècle. La philosophie seconde des Lumières, Paris, Vrin, 2006, pour la distinction empirisme de la genèse et de la constitution, notamment p. 113 et suiv. ; Id., Empirisme et théorie de la connaissance. Réflexion et fondement des sciences au XVIIIe siècle, Paris, Vrin, 2009, pour la question de la place et de l’histoire de la réflexion voir la première partie, p. 20 et suiv. On aura compris que notre lecture de Tetens est fortement influencée par la perspective que ces ouvrages mettent en place.

13 La détermination wolffienne de la psychologie empirique s’associe sans doute déjà à une référence tacite à la « plain, historical method » de Locke. La notion, en la matière, renvoie également bien sûr à Chr. Wolff, voir par exemple le Discours préliminaire sur la philosophie en général, Th. Arnaud, W. Feuerhahn, J.-F. Goubet et J-M. Rohrbasser trad., Paris, Vrin, 2006, p. 69-70.

14 Sur cette expression, voir J. W. Yolton, Locke and the Way of Ideas, Oxford, Clarendon Press, 1968.

15 Voir M. Kuehn, Scottish Common Sense in Germany, 1768-1800. A Contribution to the History of Critical Philosophy, Kingston, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1988.

16 Voir IV, 24. « Sie hat mit wirklich vorhandnen Objecten nichts zu thun, und beschäftiget sich nur mit dem, was möglich oder nothwendig ist bey allen Arten von Dingen überhaupt. Allein so bald sie auf Erfahrungen angewendet wird; so enstehet durch sie die philosophische Einsicht in die Beschaffenheit der wirklich vorhandnen Dinge ».

17 Du moins tel qu’il peut apparaitre à Tetens. Pour une interprétation fine et précise de Condillac, nous ne pouvons que renvoyer à la lecture d’A. Charrak, Empirisme et métaphysique. L’Essai sur l’origine des connaissances humaines de Condillac, Paris, Vrin, 2003.

18 Dans Histoire de l’Académie de Berlin, année 1749, Berlin, Haude et Spener, 1759, p. 375-391.

19 A. G. Baumgarten, Metaphysik, G. Fr. Meier trad., 1766, Halle im Magdeburgischen, Hemmerdeschen Buchhandlung, entre autres § 521, p. 260 : « Eine Handlung welche von einer zureichenden Quelle, die innerlich in dem handelnden Ding angetroffen wird, abhanget, ist eine selbstthätige (actio spontanea) ».

20 Ce qui a été appelé une « métaphysique de l’activité » et qui serait le propre de l’idéalisme allemand pourrait être entrevu comme une conséquence des modifications qui ont eu lieu dans le champ de la psychologie.

21 Voir I, 105/66 par exemple.

22 Pour une histoire soulignant les évolutions de l’analyse de l’imagination dans la seconde partie du XVIIIe siècle, particulièrement en Allemagne, on ne peut que renvoyer à l’excellent livre de G. Dürbeck, Einbildungskraft und Aufklärung. Perspektiven der Philosophie, Anthropologie und Ästhetik um 1750, Tübingen, Niemeyer, 1998, en particulier p. 177 et suiv.

23 Il existe bien un sentiment des relations, mais ce dernier est distinct de celui de l’absolu car c’est un sentiment du relatif.

24 Voir par exemple Chr. G. Schütz, Einleitung in die speculative Philosophie oder Metaphysik, Lemgo, Meyerischen Buchhandlung, 1776, § 74 et suiv., p. 51 et suiv., ou encore J. Chr. Hennings, Kritisch historisches Lehrbuch der theoretischen Philosophie, Leipzig, Wengandschen Buchhandlung, 1774, § 32, p. 185 et suiv. Et la description du phénomène chez Ch. Bonnet, Essai analytique sur les facultés de l’âme, Copenhague, Frères C. et A. Philibert, 1760, chapitre VII, § 51 et suiv.

25 Il nous semble que cette critique de Tetens exercera par exemple une influence sur Hegel, dont on sait qu’il possédait les Essais dans sa bibliothèque et qu’il les avait travaillés. Sur sa propre critique de l’association, voir G. W. Fr. Hegel, Encyclopédie des sciences philosophiques (1830), § 455 et remarque dans GW, t. XX, p. 448 ; traduction française par B. Bourgeois, Paris, Vrin, 1988, t. III, p. 249 et suiv. Nous ne pouvons guère ici entrer dans l’ensemble des développements qui seraient nécessaires pour montrer l’influence probable de Tetens sur Hegel. Hegel s’est formé par la lecture des textes de l’Aufklärung tardive : on sait que, dès avant son entrée au Stift de Tübingen, il lisait Sulzer, Mendelssohn, Feder, Garve, Meiners, etc., comme en témoignent les extraits conservés dans le troisième volume des œuvres complètes (G. W. Fr. Hegel, Gesammelte Werke, Hambourg, Meiner, 1991, vol. III). Plus important encore, son biographe nous apprend qu’il était alors très proche de J. Fr. Abel, figure oubliée de nos jours, mais décisive, puisque le prélat a notablement influencé l’anthropologie du jeune Schiller et qu’on le retrouvera par la suite à Tübingen (voir W. Riedel, Jacob Friedrich Abel. Eine Quellenedition zum Philosophieunterricht an der Stuttgarter Karlsschule (1773-1782), Wurtzburg, Königshausen & Neumann, 1995, en particulier p. 17 et suiv.). En outre, lors de sa formation au Stift, il a suivi un cours de psychologie de Flatt dans lequel Abel, Bonnet, Sulzer, Meiners, Tetens, Eberhard, Platner et Wolff sont discutés et analysés. On a conservé des notes partielles qui émanent pour partie de ce cours (« Ein Manuskript zur Psychologie und Transzendentalphilosophie », dans G. W. Fr. Hegel, GW, t. I, p. 165 et suiv.). La partie des notes qui portent sur la psychologie empirique est issue d’un cours professé par Flatt et suivi par Hegel au Stift de Tübingen. Dieter Henrich a retrouvé en 1964 les notes de Klüpfel (Psychologische Vorlesungen von Prof. Flatt im Winter 1790 gehalten) ; ce document est en cours d’édition chez Frommann-Holzboog par E.-O. Onnasch (nous le remercions de nous avoir permis d’accéder à sa transcription).

26 Voir G. Fr. Meier, Metaphysik, Halle-sur-Saale, Gebauer, 1757, vol. III, p. 185 et suiv. Il faut considérer à cet égard le livre de G. Dürbeck précédemment cité ; on pourra également lire les rapides propos de Cassirer dans E. Cassirer, Le problème de la connaissance dans la philosophie et la science des temps modernes, Paris, Cerf, 2005, t. II, p. 399.

27 « Les représentations originaires sont la matière et l’étoffe de toutes les autres c’est-à-dire de toutes les représentations dérivées. L’âme a la faculté de les dissoudre, de les diviser, de les démembrer, de les séparer les unes des autres, et puis de mélanger, de relier et d’assembler à nouveau leurs parties constitutives et leurs éléments. C’est là qu’apparaît la faculté d’invention avec sa force formatrice et créatrice qui se manifeste de manière aussi multiple que la force créatrice de la nature corporelle ; cette dernière ne peut certes pas créer de nouveaux éléments mais en décomposant les corps bien au-delà de ce que nous sommes susceptibles d’atteindre au moyen de nos sens, et en opérant un nouveau mélange de ces particules, elle présente de nouveaux corpuscules et de nouvelles créatures qui sont encore simples pour nos sens » (I, 25/26).

28 Ces images peuvent avec le temps subir des modifications et sont donc mobiles.

29 Voir I, 364/194-195.

30 Voir en particulier I, 348-351/186-188.

31 Sur ce point, et si l’on en croit le livre récent d’Antoine Granjean, il y a chez Tetens une insistance sur la discursivité de la réflexion qui l’éloigne de Locke et l’insère dans la tradition wolffienne, voir A. Grandjean, Critique et réflexion. Essai sur le discours kantien, Paris, Vrin, 2009, p. 89 et suiv.

32 « Zu diesen dreien Gattungen von einfachen objektivischen Verhältnissen, als so vielen unterschiedenen Tätigkeitsarten unserer Denkkraft lassen sich die einfachen Verhältnisse in der Grundwissenschaft hinbringen ». Le texte déterminant sur la classification se trouve en I, 333/179.

33 Voir E. Cassirer, op. cit., p. 402.

34 Cela ne vaut pas critique des excellents travaux qui interrogent pour partie Tetens dans une généalogie de la pensée kantienne ; il n’est guère possible de tous les citer, il faudrait à l’évidence commencer par la monographie de référence, W. Uebele, Johann Nicolaus Tetens nach seiner Gesamtentwicklung betrachtet, mit besonderer Berücksichtigung des Verhältnisses zu Kant, Berlin, Reuther & Reichard, 1911, qui sert encore de modèle à toute lecture de Tetens ; l’ouvrage fort utile de H.-U. Baumgarten, Kant und Tetens. Untersuchungen zum Problem von Vorstellung und Gegenstand, Stuttgart, M & P Verlag für Wissenschaft und Forschung, 1992 cherche à discerner l’originalité de Tetens. Plus récemment, on pensera au travail de F. Wunderlich, Kant und die Bewußtseinstheorien des 18. Jahrhunderts, Berlin, De Gruyter, 2005 et au livre de Th. Sturm, Kant und die Wissenschaften vom Menschen, Paderborn, Mentis, 2009, qui accordent tous deux une place à Tetens.

35 Par exemple D. Tiedemann, Handbuch der psychologie, Leipzig, Barth, 1804, p. 49. On aura aussi égard à la préface de Ludwig Wachler qui comporte une référence élogieuse à Tetens.

36 Références nombreuses dans les rééditions des fameux Philosophische Aphorismen (Leipzig, Schwickertschen Verlage, 1784, erster Theil) par exemple, mais également dans sa Neue Anthropologie (Leipzig, 1791, erster Band, p. 189) ou dans son Lehrbuch der Logik und Metaphysik par exemple dans l’édition de 1795, p. 148.

37 Il y est souvent fait référence en bibliographie dans l’influent Chr. Meiners, Grundriss der Seelenlehre, Lemgo, Meyer, 1786.

38 Entre autres les propos dans la préface de l’Einleitung in die Seelenlehre (Stuttgart, J. B. Mezler, 1786 ; réédition Olms, 1985) : « Ich rede nichts von Tetens, Garve, Eberhard, weil es sich von selbst versteht, daß keiner, der Psychologie lernen will, sie unbenutz lassen kann » p. VIII.

39 Voir en particulier son Grundriß der philosophischen Wissenschaften (Wittenberg, Zerbst, S. G. Zimmermann, 1788 pour le t. I).

40 J. Neeb, System der kritischen Philosophie, vol. I, Bonn, Francfort, Andreäischen Buchhandlung, 1795, p. 26.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Wittmann, « Au-delà de l’étiquette historiographique : l’empirisme singulier de J. N. Tetens », Astérion [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 05 juin 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/asterion/3119 ; DOI : 10.4000/asterion.3119

Haut de page

Auteur

David Wittmann

INSA de Lyon et IRHIM (UMR 5317) • Ancien élève de l’ENS de Lyon (2000), agrégé de philosophie (2004), actuellement PRAG en philosophie des sciences et des techniques à l’Institut national des sciences appliquées (INSA), membre de l’IHRIM (UMR 5317) et du LabEx COMOD, secrétaire du Bulletin de littérature hégélienne des Archives de Philosophie. Bibliographie sélective : J.-M. Buée, E. Renault et D. Wittmann éd., Logique et sciences concrètes (nature et esprit) dans le système hégélien, L’Harmattan, 2006 ; G. W. Fr. Hegel, La philosophie de l’histoire, M. Bienenstock éd., M. Bienenstock, Chr. Bouton, J.-M. Buée, G. Marmasse et D. Wittmann trad., Librairie générale française, 2009 ; D. Wittmann, « L’homme entier chez Hegel ou la dialectique de la provenance et de la destination », dans L’homme entier. Conceptions anthropologiques classiques et contemporaines, J.-F. Goubet et F. Fabbianelli éd., Classiques Garnier, 2017, p. 143-146.

Haut de page