Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Sur la voie de la formulation du problème de l’objectivité : concepts premiers et réforme de la métaphysique chez Tetens et Kant

On the way to expressing the problem of objectivity: first concepts and reform of metaphysics in Tetens and Kant
Henny Blomme

Résumés

Dans ce texte, je me concentre sur le rôle que jouent les « concepts fondamentaux » dans les premières esquisses de deux projets de réforme de la métaphysique : ceux de Johann Nikolaus Tetens et d’Emmanuel Kant. Un an avant la publication, par l’Académie de Berlin, de la fameuse Preisfrage de 1761 (qui demande une comparaison de la méthode en métaphysique avec celle utilisée en géométrie), Tetens a déjà publié un petit texte dans lequel il cherche les causes du faible nombre de vérités acquises en métaphysique. Selon lui, bien que la méthode des géomètres soit recommandable, elle ne peut être simplement copiée en philosophie et ne saurait garantir la même clarté que celle que l’on observe en mathématiques. De toute façon, afin de pouvoir utiliser cette méthode, la tentative de construire une métaphysique contenant uniquement des vérités non réfutables doit débuter avec la recherche des concepts ontologiques fondamentaux. De son côté, en 1763, Kant a explicitement répondu à la Preisfrage, mais il n’est pas faux de dire que sa recherche d’une réponse définitive n’aboutira qu’en 1781, avec la publication de la Critique de la raison pure. Cette réponse à la crise de la métaphysique inclut une nouvelle théorie de l’objectivité. Comme on le sait, dans cette théorie, un rôle important revient aux premiers concepts de l’entendement (les catégories). Comment se fait-il que le problème des concepts premiers et le problème de l’objectivité ont été corrélés aussi bien par Tetens que par Kant ? Et qui s’est inspiré de qui ?

Haut de page

Texte intégral

Kant et la découverte du problème de l’objectivité dans la lettre à Marcus Herz

1L’expression la plus connue de ce qu’on peut appeler le problème de l’objectivité se trouve dans la lettre que Kant adresse à Marcus Herz le 21 février 1772. Comme on le sait, Marcus Herz avait été le répondant de Kant lors de la soutenance de sa Dissertation en 1770, à Königsberg. Dans la fameuse lettre de 1772, Kant écrit :

  • 1 Kant à Marcus Herz (21 février 1772), E. Kant, Correspondance, Paris, Gallimard, 1991, p. 94 (les (...)

Après votre départ de Königsberg, entre les périodes de travail et de détente, détente si nécessaire pour moi, j’ai examiné encore une fois le plan des considérations dont nous avions disputé, afin de l’adapter à l’ensemble de la philosophie et au reste de la connaissance, et d’en saisir l’étendue et les bornes.1

  • 2 Loc. cit. : « Nun machte ich mir den Plan zu einem Werk, welches etwa den Titel haben könnte: Die (...)
  • 3 E. Kant, Correspondance, op. cit., p. 94. AA X 130 : « Ich frug mich nemlich selbst: auf welchem G (...)

2Cet examen des considérations évoquées lors de la soutenance conduisait Kant à esquisser le plan d’une œuvre « qui pourrait avoir pour titre quelque chose comme Les Limites de la sensibilité et de la raison »2. Mais, comme le raconte Kant dans la lettre, tandis qu’il examinait point par point la partie théorique que cette œuvre aurait dû contenir, il remarquait qu’il lui manquait encore quelque chose d’essentiel – un problème qu’il avait négligé auparavant, mais dont il estime maintenant que la résolution offrira la clé de tout le mystère de la métaphysique : « Sur quel fondement repose le rapport de ce qu’on nomme en nous représentation à l’objet ? »3. Avec cette question, les termes du débat semblent posés. Cependant, il ne faut pas se leurrer : nonobstant la notoriété de ce passage, la formulation de cette question n’est pas du tout précise. Il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’une phrase tirée d’une lettre privée – une phrase que Kant n’aurait sans doute pas mise telle quelle dans une œuvre publiée parce qu’elle exprime assez mal ce dont il est question. Son vrai sens peut seulement être saisi en se référant à la façon dont Kant spécifie ensuite la représentation dont il s’agit.

3Dans un premier temps, Kant discute deux solutions au problème mentionné du rapport de la représentation à l’objet. D’abord, il est clair que le problème ne se poserait pas comme problème métaphysique si toutes les représentations en nous ne contenaient rien d’autre que ce qui est reçu passivement lors de l’affection par un objet. L’objet serait alors la seule cause des représentations en nous et il serait facile de comprendre pourquoi le contenu des représentations des objets doit correspondre aux objets qui nous affectent. Une deuxième solution s’offre si l’on renverse cette relation de cause à effet. On considère alors que la représentation est cause de l’objet représenté en elle. En somme, on peut affirmer que la première option conduirait à un empirisme radical alors que la seconde conduirait à un idéalisme radical. Comme on le sait, Kant rejette ces solutions : l’objet n’est pas l’effet de sa représentation et la représentation de l’objet n’est pas uniquement l’effet de l’objet. Il faut remarquer toutefois que le rejet de la solution empiriste est doublement conditionnel.

  • 4 Ibid., p. 95. AA X 130 : « unser Verstand ist durch seine Vorstellungen weder die Ursache des Gege (...)
  • 5 Loc. cit. AA X 130 : « Die reine Verstandesbegriffe müssen also nicht von den Empfindungen der Sin (...)

41/ En rejetant la solution idéaliste, Kant nie que la représentation soit cause de l’objet. Cependant, en rejetant la solution empiriste, Kant ne nie pas tant que l’objet soit cause de sa représentation, mais qu’il soit cause des concepts purs de l’entendement. La fameuse formule de la lettre à Herz est ambigüe aussi longtemps qu’on ignore qu’il ne s’agit pas ici des représentations des objets empiriques en tant que tels. En effet, à la question « sur quel fondement repose le rapport de la représentation à l’objet ? », on pourrait alors répondre : « sur le fait d’être affecté par ces objets ». Il faut donc préciser que Kant ne parle pas des représentations pour autant qu’elles représentent tel ou tel objet particulier, mais des représentations qui se rapportent à des objets indépendamment de toute affection par un objet. Kant va alors reformuler le problème de l’accord de la représentation à l’objet en parlant spécifiquement de représentations de l’entendement : « Notre entendement n’est pas, par ses représentations, la cause de l’objet […], pas plus que l’objet n’est cause des représentations de l’entendement »4. Mais cela reste peu précis, puisque cette « représentation de l’entendement » pourrait être comprise simplement comme « représentation conceptuelle » et rien n’empêcherait alors de l’interpréter comme un concept empirique dont le contenu correspond exactement à ce qui est reçu passivement par les sens en étant affecté par un objet. Or ces représentations de l’entendement ne sont pas des concepts empiriques, mais ce que Kant appelle déjà en 1772 des concepts purs de l’entendement. Ces concepts purs de l’entendement se rapportent à l’objet parce que celui-ci ne peut être pensé autrement que déterminé par eux. En parlant de concepts purs de l’entendement et non pas de représentations d’objets, Kant peut éviter le malentendu selon lequel l’objet ne serait pas cause de sa représentation. Ces concepts purs de l’entendement, dit Kant, « […] ne doivent […] ni être abstraits des impressions des sens, ni exprimer la réceptivité des représentations par les sens, mais […] avoir leur source dans la nature de l’âme sans pour autant être causés par l’objet ni produire eux-mêmes l’objet »5. Plus tard dans la lettre, Kant les nommera également des « catégories » et il les définit comme des concepts d’un objet en général.

  • 6 Loc. cit.
  • 7 KrV A86/B118 : « Indessen kann man von diesen Begriffen, wie von allem Erkenntnis, wo nicht das Pr (...)

52/ Il y a un autre aspect qui rend le rejet de la solution empiriste conditionnel. Kant précise que l’objet n’est pas cause des concepts purs de l’entendement « in sensu reali »6. Cette restriction signifie que l’objet est bien cause occasionnelle des concepts purs, mais non cause réelle. En effet, en 1772 Kant adhère déjà à la thèse d’un acquis originel des concepts de l’entendement. Comme il le dira plus tard dans la première Critique, on peut chercher les causes occasionnelles de la production des concepts purs de l’entendement, comme de toute connaissance, dans l’expérience, mais pas le principe de leur possibilité7.

6Un peu plus loin dans la lettre, Kant reformule de façon plus claire la fameuse question concernant le rapport entre la représentation et l’objet : si les « représentations intellectuelles [c’est-à-dire les concepts purs de l’entendement] reposent sur notre activité interne, d’où vient la concordance qu’elles doivent avoir avec des objets qui ne sont pourtant pas produits par elles ? » C’est en effet cette expression du problème qui montre ce qui est en jeu : étant donné que pour Kant l’actualité de certains concepts de l’entendement pur ne fait a priori aucun doute, d’où vient l’accord de l’entendement avec les choses mêmes ? C’est cette question qui motive une recherche sur les sources de la connaissance intellectuelle.

Concepts premiers chez Kant

  • 8 Pour un bon exposé de la transition, dans le développement de la pensée kantienne, d’une liste cha (...)
  • 9 Kant à Marcus Herz (21 février 1772), E. Kant, Correspondance, op. cit., p. 96. AA X 132 : « so wi (...)
  • 10 E. Kant, Dissertation de 1770, Paris, Vrin, 2007, p. 145. De Mundi, AA II 411 : « conceptus rerum (...)
  • 11 Loc. cit. : « expositio legum rationis purae est ipsa scientiae genesis, et earum a legibus suppos (...)
  • 12 De Mundi, AA II 395 : « possibilitas, exsistentia, necessitas, substantia, causa, etc. cum suis op (...)
  • 13 Loc. cit. : « [conceptus sunt…] in ipsa natura intellectus puri, non tanquam conceptus connati, se (...)

7Dans la lettre à Herz, Kant définit la philosophie transcendantale comme « la totalité des concepts de la raison pure ». Et c’est en ramenant les concepts purs à un nombre limité de catégories que Kant pense trouver une réponse à la question de leur rapport à l’objet. Le mouvement qui consiste à ramener une multitude de concepts purs à un certain nombre de catégories a cependant quelque chose d’arbitraire : on ne pourra jamais être sûr que l’on a bien trouvé toutes les catégories8. C’est pourquoi il ne faut pas les juxtaposer tout à fait au hasard, mais, au contraire, « de la façon dont ils se répartissent entre eux-mêmes en classes, au moyen d’un petit nombre de lois de l’entendement »9. Kant ne dit pas quelles sont ces lois de l’entendement et nous n’avons pas le moyen de le savoir avec certitude. On peut penser aux lois de subordination des concepts inférieurs aux concepts supérieurs, donc aux principes de la classification de nos connaissances. Mais ce sont là des principes de l’usage logique de notre entendement. Or, deux ans plus tôt, dans sa Dissertation, Kant avait déjà distingué entre usage logique et usage réel de l’entendement. Il y avait parlé aussi de « concepts primitifs des choses et des relations » ainsi que des « axiomes eux-mêmes » qui « sont donnés primitivement par l’entendement pur lui-même »10. Il y parle non seulement d’axiomes, mais aussi de préceptes, de principes et de lois de l’entendement ou de la raison (il faut remarquer qu’à cette époque Kant n’a pas encore fait de distinction entre entendement et raison, une distinction qu’il reprendra plus tard – en 1778 – de Tetens). En ce qui concerne les lois de la raison pure, il affirme que leur exposition est la genèse même de la métaphysique et que « la distinction de ces lois d’avec les lois hypothétiques est le critère de la vérité »11. La Dissertation contient aussi une énumération de concepts purs de l’entendement, qui sont présentés comme les concepts qu’on rencontre en métaphysique. Il s’agit de « la possibilité, l’existence, la nécessité, la substance, la cause, etc., avec leurs opposés et leurs corrélatifs »12. Aussi, de ces concepts il est dit qu’ils sont « abstraits des lois inhérentes à l’esprit (en réfléchissant sur les actions qu’il effectue à l’occasion de l’expérience) »13. Ce passage montre que les lois en question ne sont pas les lois de la logique formelle, mais plutôt les lois d’après lesquelles différentes représentations peuvent être comparées, connectées et séparées. Il faut comprendre alors que Kant a réfléchi sur les actions qu’effectue l’entendement à l’occasion de l’expérience (comparaison, connexion et séparation des représentations) et est ainsi parvenu à une liste de catégories.

  • 14 Deutlichkeit, AA II 280 : « man sieht gleich zum voraus, daß es unvermeidlich sei, in der Zerglied (...)
  • 15 OP I, p. 223. Deutlichkeit, AA II 280 : « [ich möchte] nur gerne eine Tafel von den unerweislichen (...)
  • 16 Loc. cit. Deutlichkeit, AA II 281 : « Sie würde gewiß einen Plan ausmachen, der unermeßlich ware; (...)

8Mais une telle recherche ne peut garantir la complétude des catégories, pourtant essentielle afin de garantir l’universalité scientifique de la métaphysique cherchée par Kant. Il n’est pas étonnant de retrouver le souci de dresser une liste complète de nos connaissances intellectuelles presque dès le moment où Kant conçoit le projet de renouveler la métaphysique. Ainsi, dans la Recherche sur l’évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale (1763), Kant reconnaît que les connaissances de choses se terminent toutes dans un certain nombre de concepts inanalysables, ce qui provoque en lui le souhait d’en dresser la table. Cependant, il affirme là encore que ces concepts fondamentaux seront « singulièrement nombreux », puisqu’il est impossible « d’assembler des connaissances générales d’une si grande diversité simplement à partir d’un petit nombre de concepts fondamentaux. » Et Kant de continuer ainsi : « C’est pourquoi un grand nombre de ceux-ci ne peuvent absolument pas être analysés, par exemple le concept de représentation, la simultanéité ou la succession »14. Néanmoins, Kant dit qu’il aimerait « dresser une table des propositions indémontrables qui sont au fondement de ces sciences [la philosophie, et notamment la métaphysique] dans toute leur étendue »15. Cette table « consisterait sans doute en une surface plane qui serait incommensurable ; mais la recherche de ces vérités premières indémontrables constitue la tâche la plus importante de la haute philosophie, et ces découvertes ne prendront jamais fin aussi longtemps que s’étendra une telle espèce de connaissance »16

  • 17 H. J. De Vleeschauwer écrit que la philosophie du XVIIIe siècle ne s’intéresse plus au problème de (...)

9La tâche de dresser une table complète des catégories est ce que Kant appellera plus tard la déduction métaphysique. Bien que le problème des « concepts premiers » soit assez présent dans la philosophie allemande du XVIIIe siècle17, Kant semble être le seul à s’inquiéter de la complétude de leur liste, et donc de leur déduction. Comme on le sait, la thèse des concepts premiers remonte à la philosophie antique et Kant aime notamment se référer à Aristote, dont il reprendra la quantité, la qualité et la relation en tant que titres ou classes de catégories. Plus proche de Kant, on trouve une défense des premiers concepts chez Leibniz. En effet, dès la publication des Nouveaux essais de Leibniz (en 1765), Kant a pu prendre connaissance de la discussion entre Philalèthe et Théophile, concernant l’utilité des catégories scolastiques :

  • 18 G. W. Leibniz, Nouveaux essais sur l’entendement humain, J. Brunschwig éd., Paris, Flammarion, 199 (...)

Philalèthe : […] Qui est-ce qui, ayant été élevé dans la philosophie péripatéticienne, ne se figure que les dix noms, qui signifient les prédicaments, sont exactement conformes à la nature des choses ?
Théophile : Le dessein des prédicaments est fort utile, et on doit penser à les rectifier plutôt qu’à les rejeter. Les substances, quantités, qualités, actions ou passions et relations, c’est-à-dire cinq titres généraux des êtres, pouvaient suffire avec ceux qui se forment de leur composition, et vous-même, en rangeant les idées, n’avez-vous pas voulu [les] donner comme des prédicaments ?18

  • 19 D. Hume, Treatise of Human Nature, L. A. Selby-Bigge éd., Oxford, Clarendon Press, 1965, p. 14-15.
  • 20 Le Treatise (Traité sur la nature humaine) fut traduit en allemand seulement en 1790-1791 et on ne (...)

10Comme on le voit, Leibniz réduit le nombre des catégories aristotéliciennes, ce qui pourrait avoir conduit Kant à en réviser lui-même aussi bien l’ordre que le nombre. Une autre source est peut-être Hume, qui dans le cinquième chapitre de son Treatise of Human Nature (1738) évoque toutes les façons dont nous pouvons connecter des représentations. Pour Hume, il y a ainsi sept façons de mettre en relation des représentations diverses : la ressemblance, l’identité, la contiguïté temporelle et spatiale, la proportionnalité, le degré d’intensité, la causalité et l’opposition19. Mais nous ne sommes pas certains que Kant a eu accès au Treatise, donc cela reste une hypothèse20.

  • 21 J.-H. Lambert, Neues Organon, II, § 36. Voir J.-H. Lambert, Philosophische Schriften I, H.-W. Arnd (...)

11Plus proche de Kant, Jean-Henri Lambert avait donné dans son Neues Organon (1764) une liste (incomplète) de concepts simples qu’on pouvait interpréter comme des catégories : l’étendue, la solidité, le mouvement, l’existence, la durée et la succession, l’unité, la conscience, la force motrice, la volonté21. Pour Lambert, il n’y a aucune différence entre ces concepts simples et les concepts premiers dont l’ontologie cherchait traditionnellement à établir la liste. Je propose qu’on tienne compte également d’une autre source possible, en particulier de Johann Nikolaus Tetens.

Concepts premiers chez Tetens

  • 22 J. N. Tetens, Gedanken über einige Ursachen, warum in der Metaphysik nur wenige ausgemachte Wahrhe (...)
  • 23 Ursachen § 5, p. 12 : « In der Ontologie rührt der Mangel ausgemachter Wahrheiten größtenteils von (...)

12En 1760, Johann Nikolaus Tetens est nommé à l’Académie de Butzow. Il publie alors un écrit invitant à ses cours, qui commenceront le 13 octobre. Cette Einladungsschrift s’intitule Gedanken über einige Ursachen, warum in der Metaphysik nur wenige ausgemachte Wahrheiten sind (« Réflexions sur quelques raisons pour lesquelles il n’y a en métaphysique que si peu de vérités établies »)22. Tetens y décrit d’abord l’état lamentable de la métaphysique et le peu de progrès faits en ce domaine depuis l’Antiquité. Classiquement, il compare ensuite cet état de fait aux progrès réalisés dans les mathématiques et la science de la nature. En ce qui concerne l’ontologie, le manque de vérités indubitables dans cette discipline est dû en grande partie à l’oubli de l’essentiel de la méthode mathématique23. Si la métaphysique n’a pas progressé, c’est que les métaphysiciens ont dévié de la méthode qui seule mène à la certitude. Tetens nomme alors trois causes de l’absence de vérités généralement acceptées en métaphysique.

  • 24 Il faudrait ajouter : « et ordonnés de la sorte que la ligne qui connecte leurs centres est perpen (...)
  • 25 Ursachen § 6, p. 14.

13Premièrement, les concepts avec lesquels on forme des propositions métaphysiques sont confus et obscurs, ce qui a une influence sur le degré d’évidence des preuves de ces propositions. C’est surtout dans l’ontologie qu’on retrouve ce défaut. Tetens constate ici une certaine asymétrie par rapport à la géométrie. En géométrie, c’est moins le fait d’être confus que celui d’être obscur qui fait problème. En effet, les concepts des mathématiques théoriques sont tout à fait clairs sans pour autant être distincts. Tetens donne l’exemple d’un cylindre et d’un cent-angle. Un cylindre est l’espace contenu entre deux cercles de même taille24 ; un cent-angle est une figure dont la circonférence est constituée de cent lignes droites25. Les concepts de cylindre et de cent-angle sont donc clairs, bien qu’on puisse toujours trouver en eux une certaine confusion. Cette confusion est due au fait que notre connaissance des objets géométriques est intuitive. L’exigence que les concepts mathématiques devraient être absolument distincts est donc trop sévère et ne correspond pas à l’expérience. On peut prouver que deux lignes d’un triangle sont plus grandes que la troisième sans devoir être en possession d’un concept tout à fait distinct de la ligne. Plus concrètement, il importe peu pour cette preuve que l’on se représente une ligne comme limite d’un plan ou comme description d’un point. Il suffit que notre concept de ligne soit clair et il n’est besoin de connaître ni sa nature intérieure, ni la procédure de sa production.

  • 26 Ursachen § 6, p. 19.
  • 27 Ursachen § 6, p. 21.

14En métaphysique, les choses sont différentes. Comme le dit Tetens, dans la science qui doit enseigner les premiers principes généraux de la connaissance humaine, les concepts doivent être beaucoup plus distincts que dans les mathématiques. Ainsi, les concepts qui sont les plus simples en mathématiques doivent être considérés comme des concepts composés en ontologie. Cela vient du fait que l’objet des mathématiques n’est pas la chose en tant que telle, mais sa détermination comme grandeur – par exemple, en géométrie, sa grandeur extensive. Les mathématiques étudient donc ces grandeurs et la façon dont elles sont reliées. Or, comme le remarque Tetens, il n’y a en dernière analyse que deux relations possibles entre grandeurs : l’équivalence et la différence. En ontologie, la situation est beaucoup plus complexe. Non seulement les objets en ontologie sont plus nombreux, mais elle doit aussi examiner toutes leurs déterminations et relations possibles26. Une autre différence avec les mathématiques réside dans le fait que cette science peut utiliser des signes afin de représenter des concepts, même ceux qui sont les plus éloignés des sens, comme si ceux-ci étaient directement présents dans l’imagination27. Ainsi, les concepts simples en mathématiques, comme ceux de point, de ligne et d’angle, sont désignés par des signes précis. Lorsqu’on compose un nouveau concept à partir de ces concepts simples, il suffit alors de composer ces signes. Tetens donne l’exemple de l’opérateur « puissance 2 » (n²), qu’on peut représenter de façon claire comme un carré. Ainsi, en mathématiques, les sens et l’imagination peuvent facilement venir au secours de l’entendement. En métaphysique, il est beaucoup plus difficile de se représenter le concept de substance, par exemple, parce qu’on ne peut pas recourir à des signes.

  • 28 Ursachen § 10, p. 22.
  • 29 J. H. Tönnies est surtout connu par son Conspectus encyclopaediae, litterarum naturalem ordinem ex (...)
  • 30 Ursachen § 13, p. 34.

15Cette complexité de l’ontologie par rapport aux mathématiques n’enlève cependant rien à la nécessité de rendre distincts les concepts ontologiques. Mais à partir de quel moment les concepts ontologiques sont-ils suffisamment distincts ? Tetens nous dit qu’il faut monter dans l’analyse jusqu’aux concepts les plus simples, c’est-à-dire ceux qui ne peuvent être analysés davantage28. De cette façon, on atteint une distinction et une clarté maximales. Les philosophes toutefois se contredisent lorsqu’il en va du nombre de concepts élémentaires qu’il faut assumer comme étant au fondement de notre connaissance. Certains disent qu’il y en a sept (« subsistance », « lieu » [littéralement « être quelque part »], « être à côté de », « suivre les uns les autres », « causalité » ou « faire », « unité » et « négation »), d’autres en donnent moins ou plus. Tetens cite l’exemple de Johann Heinrich Tönnies29, qui distingue entre plusieurs niveaux de concepts simples. D’abord le « quod », sous lequel on retrouve le « quelque chose » et le « rien » (ou le « néant ») ; puis la « ratio », la « matière » et la « forme », qui sont des « noms » ; ensuite des « degrés », notamment la « possibilité », « l’existence », « l’actualité » et « l’acte » ; finalement des « relations » : « être contemporain » (« être à la fois »), « suivre les uns les autres », « nier », « poser », « être liés », « être séparés »30.

  • 31 Le fait que le texte de Tetens semble une réponse à ce problème montre à quel point la question du (...)

16On peut rapprocher cet écrit de Tetens, publié en 1760, de la Recherche sur l’évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale (1763) de Kant31. Tous les deux assument le fait que la métaphysique est en crise. Et bien que les Ursachen de Tetens aient été publiés juste avant la Preisfrage de 1761 de l’Académie de Berlin, le texte peut bien être lu comme une réponse anticipée à cette question portant sur les vérités métaphysiques et sur le fait de savoir si l’on peut les prouver avec la même clarté que les vérités géométriques. Rappelons l’énoncé assez long de cette Preisfrage de 1761 :

Man will wissen: Ob die metaphysischen Wahrheiten überhaupt, und besonders die ersten Grundsätze der Theologiae naturalis, und der Moral, eben der deutlichen Beweise fähig sind, als die geometrischen Wahrheiten, und welches, wenn sie besagter Beweise nicht fähig sind, die eigentliche Natur ihrer Gewissheit ist, zu was vor einem Grade man gemeldete Gewissheit bringen kann, und ob dieser Grad zur völligen Ueberzeugung zureichend ist.

17La formulation qui en avait été donnée en français est la suivante – on remarquera qu’elle traduit le terme « Deutlichkeit » par celui d’« évidence » :

On demande si les vérités de la Métaphysique en général, et en particulier les premiers principes de la Théologie naturelle et de la Morale, sont susceptibles de la même évidence que les vérités mathématiques, et au cas qu’elles n’en seraient pas susceptibles, quelle est la nature de leur certitude, à quel degré elles peuvent parvenir, et si ce degré suffit à la conviction.

18Confrontés à cette question, Kant et Tetens semblent avoir des positions diamétralement contraires. Kant est d’avis que l’imitation de la méthode mathématique en métaphysique est une erreur et montre que les méthodes de ces sciences sont différentes, tandis que Tetens applaudit à la tentative d’imiter la méthode mathématique. Mais cela semble être une question terminologique, une fois qu’on relève toutes les différences qui subsistent, selon Tetens, entre ces deux sciences. Kant dira que la philosophie procède analytiquement tandis que les mathématiques procèdent synthétiquement. Au fond, bien que l’analyse philosophique ne débute pas chez lui avec des concepts a priori, Tetens ne dit pas autre chose : la métaphysique doit analyser l’expérience afin d’arriver aux concepts premiers, et s’il y a une dispute entre métaphysiciens, il convient selon les deux auteurs de se rapporter à plus d’expérience. La géométrie compose à partir de concepts simples, comme le point, la ligne et l’angle. Kant dira qu’à la différence des signes philosophiques, les signes mathématiques donnent une intuition des concepts dont ils sont le signe. Comme on l’a vu, c’est exactement le propos de Tetens. Kant dira que les mathématiques comptent peu de concepts inanalysables, tandis que la philosophie en compte beaucoup – encore une fois, c’est aussi le propos de Tetens. Enfin, Kant dira aussi que l’objet des mathématiques est simple, alors que celui de la philosophie est complexe.

19Il faut remarquer que Tetens, dans son texte de 1760, suit Christian Wolff en ce que l’ontologie doit être fondée sur une analyse de l’expérience. En 1775, dans le texte sur la philosophie spéculative, il va s’éloigner de ce point de vue et tient que l’ontologie a une certaine indépendance à l’égard de l’expérience. Elle est maintenant définie comme science de l’objet en général. Mais il est important de noter que Tetens considère alors déjà que ce que la métaphysique tient pour objectif, notamment ces déterminations de l’objet en général, relève en fait de la façon spécifiquement humaine de représenter – et ainsi dépend de certaines formes subjectives de penser. C’est donc aussi dès 1775 que Tetens va s’approcher de Kant, dans la position du problème du rapport entre conditions subjectives et objectivité.

Conclusion

20De nombreuses spéculations ont été émises concernant les influences respectives que Kant et Tetens ont pu exercer l’un sur l’autre. On a d’abord soutenu que Tetens, lorsqu’il propose de chercher des concepts simples, se fonde sur Lambert, Crusius et Kant. C’est impossible chronologiquement. Le texte que nous avons discuté date de 1760, or Kant ne publie sa recherche sur l’évidence des principes qu’en 1763, les Notwendige Vernunftwahrheiten de Crusius ont paru la même année, et Lambert ne publie son Organon qu’en 1764. En ce qui concerne sa manière « kantienne » de présenter le problème du rapport entre les représentations intellectuelles et les objets en 1775, on a prétendu que Tetens a principalement été influencé par Kant et Lambert, notamment par la Recherche sur l’évidence des principes de 1763 et par la Dissertation de 1770. Certes, Tetens cite plusieurs fois la Dissertation de Kant, mais il faut noter que la position critique du problème de l’objectivité en était encore absente. Ce n’est que dans la lettre à Herz de 1772, comme nous l’avons vu, qu’on trouve la première expression critique de ce problème – une lettre que Tetens ne pouvait bien sûr pas connaître. Si ce dernier pose donc, dès 1775, des questions qui dévoilent une conscience de ce qu’on a par la suite nommé la problématique kantienne de l’objectivité, c’est qu’il y est arrivé en toute indépendance. « Comment des conditions subjectives peuvent-elles avoir un apport dans la connaissance objective ? » : la question est posée aussi bien par Tetens que par Kant, et s’ils vont chacun, par la suite, chercher une solution propre, l’un en partant de l’accès à l’intériorité, l’autre en approfondissant l’entreprise d’une philosophie transcendantale, c’est finalement Kant qui a été influencé par Tetens et non l’inverse.

Haut de page

Notes

1 Kant à Marcus Herz (21 février 1772), E. Kant, Correspondance, Paris, Gallimard, 1991, p. 94 (les traductions citées sont parfois modifiées). Texte original : « Nach Ihrer Abreise von Königsb. sahe ich in denen Zwischenzeiten der Geschäfte und der Erholungen, die ich so nöthig habe, den Plan der Betrachtungen, über die wir disputirt hatten, noch einmal an, um ihn an die gesammte Philosophie und übrige Erkentnis zu passen und dessen Ausdehnung und Schranken zu begreifen. » (AA X 129, les œuvres de Kant sont citées dans l’édition de l’Académie, les chiffres romains renvoient aux tomes et les chiffres arabes aux pages).

2 Loc. cit. : « Nun machte ich mir den Plan zu einem Werk, welches etwa den Titel haben könnte: Die Grenzen der Sinnlichkeit und Vernunft ».

3 E. Kant, Correspondance, op. cit., p. 94. AA X 130 : « Ich frug mich nemlich selbst: auf welchem Grunde beruhet die Beziehung desienigen, was man in uns Vorstellung nennt, auf den Gegenstand? »

4 Ibid., p. 95. AA X 130 : « unser Verstand ist durch seine Vorstellungen weder die Ursache des Gegenstandes, […] noch der Gegenstand die Ursache der Verstandesvorstellungen ».

5 Loc. cit. AA X 130 : « Die reine Verstandesbegriffe müssen also nicht von den Empfindungen der Sinne abstrahirt seyn, noch die Empfänglichkeit der Vorstellungen durch Sinne ausdrücken, sondern in der Natur der Seele zwar ihre Qvellen haben, aber doch weder in so ferne sie vom Obiect gewirkt werden, noch das obiect selbst hervorbringen. »

6 Loc. cit.

7 KrV A86/B118 : « Indessen kann man von diesen Begriffen, wie von allem Erkenntnis, wo nicht das Principium ihrer Möglichkeit, doch die Gelegenheitsursachen ihrer Erzeugung in der Erfahrung aufsuchen, wo alsdenn die Eindrücke der Sinne den ersten Anlaß geben, die ganze Erkenntniskraft in Ansehung ihrer zu eröffnen, und Erfahrung zu Stande zu bringen ». Traduction : « Cependant, on peut pour ces concepts comme pour toute connaissance, chercher dans l’expérience sinon le principe de leur possibilité, du moins les causes occasionnelles de leur production, les impressions nous donnent alors la première occasion de déployer à leur sujet toute notre faculté de connaissance et de constituer l’expérience » (E. Kant, Œuvres philosophiques, Paris, Gallimard, 1980, t. I [OP I], p. 843). Au début de l’Analytique transcendantale, Kant note qu’il veut poursuivre, « dans l’entendement humain, les concepts purs jusqu’en leurs premiers germes et dispositions, où ils se trouvent préparés, jusqu’à ce qu’enfin à l’occasion de l’expérience ils soient développés et présentés par ce même entendement en leur pureté, affranchis des conditions empiriques qui leur sont inhérentes » (OP I, p. 823-824). KrV A66/B91 : « Wir werden also die reinen Begriffe bis zu ihren ersten Keimen und Anlagen im menschlichen Verstande verfolgen, in denen sie vorbereitet liegen, bis sie endlich bei Gelegenheit der Erfahrung entwickelt und durch eben denselben Verstand, von den ihnen anhängenden empirischen Bedingungen befreiet, in ihrer Lauterkeit dargestellt werden. »

8 Pour un bon exposé de la transition, dans le développement de la pensée kantienne, d’une liste changeante de concepts premiers à une déduction métaphysique qui en doit assurer la complétude, voir le chapitre « La déduction métaphysique de 1770 à 1781 » dans H. J. De Vleeschauwer, La déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, Anvers, Paris, La Haye, De Sikkel, Honoré Champion, Martinus Nijhoff, 1934, t. I, p. 210-250.

9 Kant à Marcus Herz (21 février 1772), E. Kant, Correspondance, op. cit., p. 96. AA X 132 : « so wie sie sich selbst durch einige wenige Grundgesetze des Verstandes von selbst in classen eintheilen ».

10 E. Kant, Dissertation de 1770, Paris, Vrin, 2007, p. 145. De Mundi, AA II 411 : « conceptus rerum et relationum primitivi atque ipsa axiomata per ipsum intellectum purum primitive dantur ».

11 Loc. cit. : « expositio legum rationis purae est ipsa scientiae genesis, et earum a legibus suppositiciis distinctio criterium veritatis ».

12 De Mundi, AA II 395 : « possibilitas, exsistentia, necessitas, substantia, causa, etc. cum suis oppositis aut correlatis ».

13 Loc. cit. : « [conceptus sunt…] in ipsa natura intellectus puri, non tanquam conceptus connati, sed e legibus menti insitis (attendendo ad eius actiones occasione experientiae) ».

14 Deutlichkeit, AA II 280 : « man sieht gleich zum voraus, daß es unvermeidlich sei, in der Zergliederung auf unauflösliche Begriffe zu kommen, die es entweder an und für sich selbst oder für uns sein werden, und daß es deren ungemein viel geben werde, nachdem es unmöglich ist, daß allgemeine Erkenntnisse von so großer Mannigfaltigkeit nur aus wenigen Grundbegriffen zusammengesetzt sein sollten ». Traduction : « on prévoit également qu’il est inévitable d’arriver, dans l’analyse, à des concepts inanalysables, qui le seront ou bien en soi et pour soi, ou bien pour nous, et qu’ils seront singulièrement nombreux, puisqu’il est impossible qu’on soit obligé d’assembler des connaissances générales d’une si grande diversité simplement à partir d’un petit nombre de concepts fondamentaux » (OP I, p. 222).

15 OP I, p. 223. Deutlichkeit, AA II 280 : « [ich möchte] nur gerne eine Tafel von den unerweislichen Sätzen, die in diesen Wissenschaften durch ihre ganze Strecke zum Grunde liegen, aufgezeichnet sehen. »

16 Loc. cit. Deutlichkeit, AA II 281 : « Sie würde gewiß einen Plan ausmachen, der unermeßlich ware; allein in der Aufsuchung dieser unerweislichen Grundwahrheiten besteht das wichtigste Geschäfte der höhern Philosophie, und diese Entdeckungen werden niemals ein Ende nehmen, so lange sich eine solche Art der Erkenntnis erweitern wird. »

17 H. J. De Vleeschauwer écrit que la philosophie du XVIIIe siècle ne s’intéresse plus au problème des catégories, dont émane selon elle une mauvaise odeur scolastique et que, par conséquent, les exemples de Kant ne se trouvent pas dans la philosophie qui règne autour de lui, mais dans l’histoire de la philosophie (Aristote, Leibniz, Hume). Voir H. J. De Vleeschauwer, La déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, t. I, p. 220 et suiv. Je pense au contraire que c’est surtout de son contact avec la philosophie allemande du XVIIIe siècle que Kant hérite de la problématique des premiers concepts. En effet, cette problématique reste d’actualité chez Wolff, chez certains élèves de Thomasius (notamment Hoffmann et Darjes), ainsi que chez Crusius, Lambert et Tetens. Pour plus d’information sur la continuité entre la philosophie théorique de Kant et les sources dans les Lumières allemandes, voir la thèse d’A. Psilojannopoulos, Von Thomasius zu Tetens. Eine Untersuchung der philosophiegeschichtlichen Voraussetzungen der theoretischen Philosophie Kants in repräsentativen Texten der deutschen Aufklärung, Berlin, Humboldt-Universität zu Berlin, 2013.

18 G. W. Leibniz, Nouveaux essais sur l’entendement humain, J. Brunschwig éd., Paris, Flammarion, 1990, livre III, chap. X, § 14, p. 269.

19 D. Hume, Treatise of Human Nature, L. A. Selby-Bigge éd., Oxford, Clarendon Press, 1965, p. 14-15.

20 Le Treatise (Traité sur la nature humaine) fut traduit en allemand seulement en 1790-1791 et on ne sait pas si Kant pouvait lire l’anglais. L’Enquiry de 1748 fut déjà traduit en 1755, mais ne contient pas d’énumération de catégories ou de « relations ». Il est possible que Kant ait pris connaissance du contenu du Traité par la traduction allemande de l’Essay on the Nature and the Immutability of Truth; in Opposition to Sophistry and Scepticism (Édimbourg, A. Kincaid & J. Bell, 1770) de James Beattie, parue en 1772 (Versuch über die Natur und Unveränderlichkeit der Wahrheit; im Gegensatze der Klügeley und der Zweifelsucht, A. Chr. Rüdinger trad., Copenhague, Leipzig, Heineck und Faber, 1772) qui contient un abrégé du livre de Hume. Ou bien par la traduction partielle de la section 1.4.7 du Treatise par J. G. Hamann, parue en 1771 sous le titre « Nachtgedanken eines Zweiflers ». Cependant, ni l’un ni l’autre ne contient la liste du Treatise. Kant a sans doute également connu Hume par l’intermédiaire de son élève et ami Christian Jacob Kraus. D’après les dires de Hamann, son ami Kraus connaissait le Treatise par cœur. Voir aussi M. Kuehn, « Kant’s Conception of Hume’s Problem », Journal of the History of Philosophy, vol. XXI, no 2, 1983, p. 175-193 et H. F. Klemme et M. Kuehn éd., The Bloomsbury Dictionary of Eighteenth-Century German Philosophers, Londres, New York, Bloomsbury Academic, 2016, p. 438-439.

21 J.-H. Lambert, Neues Organon, II, § 36. Voir J.-H. Lambert, Philosophische Schriften I, H.-W. Arndt éd., Hildesheim, Olms, 1965, p. 477 : « 1. Die Ausdehnung ; 2. Die Solidität ; 3. Die Bewegung ; 4. Die Existenz ; 5. Die Dauer und Succession ; 6. Die Einheit ; 7. Das Bewußtseyn ; 8. Die Kraft zu bewegen ; 9. Das Wollen, etc. ». Dans le deuxième chapitre de l’Alethiologie, § 68, J.-H. Lambert donne une liste légèrement différente : « 1. Das Bewußtseyn ; 2. Die Existenz ; 3. Die Einheit ; 4. Die Dauer ; 5. Die Succeßion ; 6. Das Wollen ; 7. Die Solidität ; 8. Die Ausdehnung ; 9. Die Bewegung ; 10. Die Kraft. » (Philosophische Schriften I, p. 498).

22 J. N. Tetens, Gedanken über einige Ursachen, warum in der Metaphysik nur wenige ausgemachte Wahrheiten sind, als eine Einladungs-Schrift zu seinen den 13ten October auf der neuen Bützowschen Academie anzufangenden Vorlesungen, Bützow & Wismar, Berger und Boedner, 1760 (désormais Ursachen).

23 Ursachen § 5, p. 12 : « In der Ontologie rührt der Mangel ausgemachter Wahrheiten größtenteils von Versäumnis des wesentlichen in der mathematischen Methode her. »

24 Il faudrait ajouter : « et ordonnés de la sorte que la ligne qui connecte leurs centres est perpendiculaire aux plans des cercles ».

25 Ursachen § 6, p. 14.

26 Ursachen § 6, p. 19.

27 Ursachen § 6, p. 21.

28 Ursachen § 10, p. 22.

29 J. H. Tönnies est surtout connu par son Conspectus encyclopaediae, litterarum naturalem ordinem exponens, relatus praecipue ad Francisci Baconis de Verulamio libros de dignitate et augmentis scientiarum (Kiel, Bartsch, 1753). L’œuvre à laquelle Tetens fait référence est Disputationes de organica generali. Malheureusement, je n’ai pas encore trouvé un exemplaire de ce livre. Dans le tome VIII du Bio-bibliographisches Handbuch zur Sprachwissenschaft des 18. Jahrhunderts (H. E. Brekle, E. Dobnich-Jülch, H. J. Höller et H. Wei éd., Tübingen, Niemeyer, 2005, p. 226-228), on trouve quelques indications bio-bibliographiques sur Tönnies, mais l’auteur de l’article ne donne pas plus d’informations sur ces Disputationes de organica generali.

30 Ursachen § 13, p. 34.

31 Le fait que le texte de Tetens semble une réponse à ce problème montre à quel point la question du statut de la métaphysique était en train d’apparaître à cette époque. À propos de cette Preisfrage voir notamment J.-P. Paccioni éd, La Preisfrage de 1763 de l’Académie de Berlin : certitude mathématique, certitude métaphysique, certitude morale [numéro thématique], Astérion. Philosophie, histoire des idées, pensée politique, no 9, 2011. En ligne : [http://journals.openedition.org/asterion/2088] (consulté le 14/03/2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henny Blomme, « Sur la voie de la formulation du problème de l’objectivité : concepts premiers et réforme de la métaphysique chez Tetens et Kant », Astérion [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 30 mai 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/asterion/3126 ; DOI : 10.4000/asterion.3126

Haut de page

Auteur

Henny Blomme

Université de Louvain et FWO • Henny Blomme est chargé de recherches du Fonds de la recherche scientifique pour la Flandre (FWO) et enseigne à l’université de Louvain (KU Leuven). Il est l’auteur de nombreux textes sur la philosophie allemande, et spécialiste de la pensée d’Emmanuel Kant. En 2015, il obtient le Kant-Nachwuchspreis (prix Silvestro Marcucci) décerné par le jury de la Kant-Gesellschaft. Publications récentes : « Die Rolle der Anschauungsformen in der B-Deduktion », dans Immanuel Kant – Die Einheit des Bewusstseins, De Gruyter, 2017, p. 75-88 ; « Können wir den ursprünglichen Raum erkennen? », dans Das Leben der Vernunft: Beiträge zur Philosophie Kants, D. Hüning, S. Klingner et C. Olk éd., De Gruyter, 2013, p. 30-39 ; « La notion de système chez Wolff, Lambert et Kant », Estudos Kantianos, vol. III, no 1, 2015, p. 105-126.

Haut de page