Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Nature et fonctions du pouvoir de représenter chez Johann Nikolaus Tetens

Nature and functions of Teten’s power of representing
Julien Lacaille

Résumés

Dans ses Essais philosophiques, Johann Nikolaus Tetens (1736-1807) distingue trois fonctions principales du pouvoir de représenter (percevoir, reproduire, inventer) auxquelles se rapportent respectivement la faculté d’appréhension, l’imagination (ou fantaisie reproductrice) et le pouvoir d’invention. Il apparaît pour chacune de ces facultés que le pouvoir de représenter est essentiellement synthétique : la perception réalise la synthèse du continu en unifiant le divers des impressions, l’imagination crée de nouvelles liaisons entre représentations préexistantes et le pouvoir d’invention façonne de nouvelles images en transformant les représentations conservées en mémoire et en les réunissant en une même représentation simple. On peut donc affirmer qu’il existe une triple synthèse du pouvoir de représenter au moyen de laquelle sont produites toutes nos représentations. La question pour Tetens est de savoir si ces trois facultés peuvent être ramenées à une seule force fondamentale. On se demandera dans quelle mesure la triple synthèse tétenésienne peut être rapprochée de celle exposée par Kant dans la déduction transcendantale de 1781. On soulignera en outre la parenté entre la notion d’image générale (ou abstraction sensible) chez Tetens et la notion de schème (empirique) chez Kant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J. N. Tetens, Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwickelung, Leipzig, M (...)
  • 2 Il est inexact de traduire Vorstellungskraft par « imagination » comme le fait Herman Jean De Vlee (...)

1Dans les Essais philosophiques sur la nature humaine et son développement publiés en 1777, Johann Nikolaus Tetens expose une doctrine des forces de l’âme qui constitue la base de l’anthropologie philosophique qu’il entend promouvoir1. Il distingue trois forces (Kräfte) principales : le sentiment (Gefühl) ou pouvoir de sentir, le pouvoir de représenter (Vorstellungskraft)2 et le pouvoir de penser (Denkkraft). Ces trois forces constituent le pouvoir de connaître (Erkenntnißkraft) tout entier, auquel il faut ajouter la volonté (Wille) ou pouvoir d’action par lequel l’âme met le corps en mouvement. Nous laissons ici de côté la question, décisive pour Tetens, de savoir si toutes ces forces se ramènent en définitive à une seule et même force fondamentale (Grundkraft) dont chacune serait un développement.

2Dans la division tétenésienne des forces de l’âme, le pouvoir de représenter occupe une place centrale puisqu’il permet d’articuler le pouvoir de sentir et le pouvoir de penser. Lui-même se décompose à son tour en trois facultés : la faculté d’appréhension (Fassungskraft), l’imagination (Einbildungskraft) ou fantaisie (Phantasie) et la faculté d’invention (Dichtungskraft). À chacune de ces facultés se rapporte une activité particulière du pouvoir de représenter : percevoir, reproduire, inventer. Ces différentes facultés du pouvoir de représenter se distinguent par leur fonction respective et toutes expriment intérieurement une même force : la nature du pouvoir de représenter est la même par-delà la diversité de ses facultés.

3Le problème pour Tetens est de penser l’identité de nature, l’unité du pouvoir de représenter, en dépit de la pluralité des fonctions qui sont attribuées à chacune de ses facultés. Car percevoir une chose, ce n’est pas en reproduire l’image, et reproduire n’est pas inventer. Qu’y a-t-il de commun au fond entre la faculté d’appréhension, la faculté de reproduction et la faculté d’invention ? Toutes les trois ont affaire à des représentations. C’est donc de là qu’il faut partir. Tetens consacre le premier de ses essais, intitulé Sur la nature des représentations, à décrire le long processus par lequel celles-ci, prenant leur source dans la sensation, sont produites, puis reproduites, associées, séparées et enfin transformées. Une même « force » agit pour chacune de ces opérations, mais les lois qui déterminent le mode d’action diffèrent en fonction de la tâche qui lui est assignée.

4Après avoir expliqué en quoi consiste pour Tetens une représentation, nous examinerons les principales fonctions du pouvoir de représenter : la perception en tant qu’acte par lequel la sensation se constitue en représentation, la reproduction des représentations à partir des traces laissées par nos impressions et l’invention de nouvelles représentations par la transformation des représentations de sensations. Nous chercherons enfin à comprendre comment Tetens parvient à concilier sous un même principe les différentes facultés du pouvoir de représenter. Nous verrons que Tetens développe une conception originale du pouvoir de représenter, d’après laquelle le passage d’une faculté à l’autre dépend du degré de spontanéité ou de réceptivité qui leur est conféré.

Théorie de la représentation

  • 3 La signification du terme Vorstellung chez Wolff n’est cependant pas fixée très rigoureusement. Vo (...)
  • 4 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, II, [8].

5Qu’est-ce qu’une représentation (Vorstellung) ? Tetens commence par rappeler dans son essai la signification que Christian Wolff donne à ce terme3. Pour ce dernier, résume Tetens, « toute modification de notre âme, quelle qu’elle soit, envisagée d’un certain côté, peut être appelée représentation »4. En effet, tout changement dans l’âme est l’effet d’une cause qui lui est antérieure et produit à son tour, en tant que cause, un effet ou conséquence observable. Partant du principe qu’on reconnaît une cause à son effet et un effet à sa cause, tout changement dans l’âme devient la copie (Abbildung) et le signe (Zeichen) aussi bien des choses qu’elle produit que de celles dont elle est le produit :

  • 5 Loc. cit.

Il y a une analogie générale entre l’effet et la cause. Cette dernière s’imprime pour ainsi dire dans celle-là et se donne à voir à travers elle et en elle. C’est pourquoi l’effet peut représenter la cause, comme la cause en retour peut représenter l’effet, qui peut être reconnu en elle et auquel elle correspond.5

6La sensation produite en nous par un objet sensible extérieur est une modification de notre propre état intérieur, laquelle, en tant qu’effet, se rapporte à l’objet qui en est la cause. On peut dire en ce sens qu’elle est la représentation de cet objet ou du moins de l’une de ses propriétés.

  • 6 Ibid., II, [9].

7Pour Tetens, cette définition est si générale qu’on finit par ranger sous le terme de représentation n’importe quel changement ou état de l’âme : « Considérés de ce point de vue, même la joie, la faim, le désir, la peur et toutes les émotions, les appétits et les passions sont des représentations comme le sont les idées de Soleil, de cheval ou d’homme »6.

8Pour définir plus précisément la notion de représentation, il est donc nécessaire de déterminer le caractère propre par lequel nous pouvons la distinguer des autres changements de l’âme. Ce que Tetens retient de la définition wolffienne, c’est que la représentation renvoie toujours à autre chose qu’elle-même, à une chose que l’on reconnaît à travers elle :

  • 7 Ibid., II, [11].

C’est indiscutablement un trait caractéristique de nos modifications, en tant qu’elles sont des représentations, que de nous renvoyer immédiatement à des choses ou à des objets autres qu’elles-mêmes et de les rendre reconnaissables à travers elles toutes les fois que nous les utilisons comme des images.7

  • 8 « Je voudrais nommer représentations de sensations [Empfindungsvorstellungen] les représentations (...)
  • 9 Pour Tetens, les idées sont des représentations, mais les représentations ne sont pas des idées. C (...)

9Une sensation de chaleur considérée en elle-même ne représente rien ; mais considérée en tant que représentation, elle est l’effet du Soleil qui réchauffe ma peau et renvoie à un objet extérieur (ou plutôt à l’une de ses propriétés) que je reconnais à travers elle. Toutefois, ne doit-on pas distinguer la représentation de la sensation, en tant que l’une et l’autre appartiennent à deux facultés distinctes ? Une sensation n’est pas une représentation au sens strict : Tetens distingue en effet la sensation de la représentation de sensation8 ; celle-ci est une trace laissée dans l’âme par celle-là. Il est donc nécessaire d’examiner plus précisément la nature des représentations de sensations pour en saisir la spécificité9.

  • 10 La question de savoir en quoi consiste cette « trace », si elle doit être recherchée dans le cerve (...)
  • 11 Ibid., III, [16].

10Les sensations laissent en l’âme des empreintes, qui sont des traces de leur passage, des conséquences durables qui sont conservées en elle. Ce ne sont pas seulement les sensations externes qui produisent ces effets, ce sont aussi les sensations internes, c’est-à-dire les appétits et les affects, auxquels il faut ajouter les sensations que nous éprouvons de nos propres activités intellectuelles. Ces traces conservées dans l’âme, comme « endormies » (ou enveloppées), peuvent être ensuite « réveillées » (ou désenveloppées) et réactualisées10 : « Ces traces, laissées en nous par nos modifications, qui grâce à une faculté interne, se réactualisent ou se désenveloppent, constituent nos représentations. »11 Partant de là, il est possible de dégager deux caractères essentiels :

  • 12 Ibid., III, [17].

111) Le premier caractère de nos représentations est de renvoyer non pas directement à des objets extérieurs, mais à ce qui a laissé en nous ces traces, aux changements dont elles sont le produit. « Ce rapport des représentations à d’autres modifications antérieures est leur caractère essentiel »12. La trace, ce qui est imprimé dans l’âme, est donc à l’image de ce qui s’y imprime ; c’est-à-dire qu’il existe une certaine ressemblance entre la représentation et la sensation dont elle est l’effet. La représentation est donc une « image » (Bild) non pas de la chose elle-même, mais de la sensation de la chose. Ce qui fonde cette ressemblance, c’est un rapport de causalité ; mais ce dernier ne peut fonder la ressemblance que parce qu’il existe une analogie générale entre la cause et l’effet.

  • 13 Ibid., III, [21].

122) Si les représentations se rapportent aux changements antérieurs qui en sont la cause, elles se rapportent aussi aux causes qui produisent ces changements. L’image renvoie à ce que nous sentons, mais aussi à ce qui a produit cette sensation, à une cause extérieure, à un objet. Elle est donc le « signe » (Zeichen) d’une chose. Laissons pour l’instant de côté le cas des représentations du sens interne. Ce qui est important, c’est de comprendre que cette propriété en vertu de laquelle les représentations se rapportent à des objets est une propriété intrinsèque, un caractère qui fait partie de la nature de la représentation ; elles ont en effet « quelque chose en soi qui, pour ainsi dire naturellement, nous rappelle qu’elles sont des signes d’autres choses, qu’elles nous renvoient à d’autres choses distinctes d’elles-mêmes en tant qu’objets, lesquels se laissent voir à travers elles et en elles »13.

13Ainsi, la nature de la représentation est double : elle est à la fois image et signe des choses qu’elle représente. D’où un double rapport à la fois figuratif (bildlich) et signifiant (zeichnend). L’image ne renvoie pas directement à l’objet, mais à la sensation de l’objet ; c’est seulement parce que nous considérons cette sensation comme une image que nous pouvons dire par analogie que la représentation est une image de l’objet. Mais, en tant que signe, la représentation renvoie directement à l’objet :

  • 14 Loc. cit.

C’est ici dans cette propriété que réside le fondement de notre penchant naturel à croire que nous avons affaire non pas à des images et à des représentations des choses quand nous pensons à celles-ci, mais que ce sont les choses elles-mêmes que nous reconnaissons, comparons et dont nous nous occupons.14

14Quand je perçois un objet, je n’ai pas conscience que cette perception est une représentation ; c’est dans un deuxième temps seulement, après réflexion, que je prends conscience de cette représentation en tant que représentation. L’attitude naturelle de l’esprit est donc de croire que nos représentations des choses sont les choses mêmes ; cela tient à la nature de la représentation elle-même.

  • 15 Ibid., XI, [89-90]. Nicholas Saunderson (1682-1739) fut professeur de mathématiques à l’université (...)

15En outre, Tetens distingue deux types de représentations : les premières sont intuitives (anschaulich), les secondes analogiques (analogisch). Les représentations intuitives sont les représentations des choses que nous sentons ; les représentations analogiques permettent de nous représenter des choses dont nous n’avons aucune sensation. Tetens prend l’exemple du mathématicien aveugle Nicholas Saunderson15 qui était capable de se représenter la trajectoire des rayons lumineux. Ses représentations consistaient en images de lignes et d’angles, en idées géométriques qui provenaient chez lui de sensations tactiles. Il utilisait aussi, semble-t-il, toute une gamme de sons pour se représenter les couleurs du prisme. Les sons étaient les signes des couleurs, bien que ces deux genres de sensations ne soient pas de même nature. Sans doute le mathématicien aveugle concevait-il entre les sons des rapports analogues à ceux des couleurs. Tetens reconnait toutefois que cette analogie est limitée. Les représentations auditives et tactiles de Saunderson étaient en ce sens des représentations analogiques au moyen desquelles il lui était possible de penser la diffraction de la lumière. Ainsi,

  • 16 Ibid., XI, [91].

tout l’usage que la raison peut faire des représentations de chaque espèce repose uniquement sur l’analogie de celles-ci avec leurs objets. Les choses doivent se rapporter aux choses, comme les représentations aux représentations ; et les relations et rapports des représentations les unes à l’égard des autres doivent être identiques aux relations et rapports des objets entre eux. Et, à condition qu’il en soit ainsi, elles sont pour nous des signes des choses ; autrement non.16

  • 17 Ibid., XI, [104-105].
  • 18 Le principe empiriste formulé par Tetens affirme que toutes nos représentations, qu’elles soient r (...)

16Cette présentation sommaire de la théorie tétenésienne de la représentation nous permet à présent d’introduire le principe sur lequel repose toute sa psychologie empiriste : « Les représentations de sensations originaires constituent le matériau de base de toutes les autres. Les [représentations] dérivées sont toutes, sans exception, faites à partir d’elles. »17 Les représentations de sensations sont donc les représentations de base à partir desquelles sont formées toutes les autres représentations18. Parmi les représentations dérivées, les unes sont simplement reproduites ; les autres sont transformées et forment de nouvelles représentations. On peut donc distinguer trois classes de représentations (perceptions, reproductions, inventions) qui renvoient chacune à des actes distincts du pouvoir de représenter. Ce sont ces différents actes que nous allons à présent examiner.

Percevoir

  • 19 Ibid., XIII, [105].
  • 20 Ibid., III, [24].
  • 21 Selon que l’on veut insister sur la dimension passive (réceptivité) ou active (spontanéité) de cet (...)

17Percevoir est le premier acte du pouvoir de représenter. Ce qui n’est pas sans poser certaines difficultés. Car Tetens n’utilise presque jamais le terme de Wahrnehmung que nous traduisons habituellement par « perception ». Tetens parle d’Empfindung, mais ce terme désigne plutôt ce que nous appelons « sensation » et doit être distingué de la Nachempfindung ou « postsensation », qui est une représentation de sensation. En outre, le terme de Perception désigne non pas un produit du pouvoir de représenter, mais l’une de ses facultés19 : elle est la « faculté de recevoir [aufnehmen] des représentations »20, qu’il appelle aussi Fassungskraft (en latin facultas percipiendi) et que l’on peut traduire par « pouvoir d’appréhension »21. La question est donc de savoir ce qui distingue la perception, c’est-à-dire le pouvoir d’appréhension, du sentiment (Gefühl) ou faculté de sentir.

  • 22 On trouve déjà cette distinction entre Empfindung et Nachempfindung dans J. Chr. Hennings, Kritisc (...)
  • 23 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, V, [32].
  • 24 Ibid., V, [35].
  • 25 Il n’est pas faux en ce sens, mais seulement en ce sens, de traduire Empfindung par « perception »

18Pour cela il faut revenir à la différence que Tetens fait entre sensation et postsensation. Si je regarde un objet, les rayons lumineux entrent dans mes yeux, convergent sur la rétine en une image et affectent sensitivement le nerf optique ; en mon âme se produit, peu importe comment, une modification que je ressens, c’est ce que Tetens nomme « sensation ». Cette sensation persiste en moi un certain temps, même si je ferme les yeux. Cette persistance de la sensation est ce qu’il appelle « postsensation »22. Cette dernière est la « représentation de sensation de l’objet présent, ou encore la sensation elle-même, considérée comme une représentation de ce qui est présent »23. La postsensation est une sensation persistante et en même temps elle n’est plus une sensation puisqu’elle est déjà une représentation de sensation. D’où la distinction subtile qu’institue Tetens entre une postsensation de premier degré « qui est présente pendant que dure la contemplation » et une « postsensation de second degré » qui persiste même après que nous ayons cessé de regarder l’objet24. Dans le premier cas, la sensation persistante peut être considérée comme une représentation25 ; dans le second cas, la représentation de sensation se distingue de la sensation. Mais si la sensation est considérée comme une représentation, en quoi la perception est-elle un acte du pouvoir de représenter et non du pouvoir de sentir ?

19Examinons plus précisément l’acte de percevoir. Pour Tetens, cet acte se décompose en trois moments :

  • 26 Ibid., V, [105].

[…] nous nous approprions [aufnehmen] les représentations originaires issues des sensations, nous les entretenons [unterhalten] [à l’esprit] pendant que nous en sentons la persistance et nous conservons [verwahren] précieusement ces postsensations comme des marques laissées en nous par des objets sensibles. C’est [ce qu’on appelle] la perception ou faculté d’appréhension [Fassungskraft].26

20Ainsi, la perception n’est pas pure réceptivité d’un donné, et en cela elle se distingue du sentiment (ou pouvoir de sentir). C’est une chose de ressentir en soi le changement que provoque l’action d’un objet extérieur sur les sens ; c’est autre chose de s’approprier une sensation en tant que représentation (c’est-à-dire image de l’objet). L’acte de sentir et l’acte de représenter peuvent coïncider dans le temps, mais non pas se confondre : ils dépendent l’un et l’autre de deux facultés distinctes dont les fonctions sont différenciées.

  • 27 Ibid., V, [32-33].
  • 28 Ibid., V, [34].

21Il est nécessaire que la sensation persiste dans l’âme, qu’elle soit entretenue ou maintenue à l’esprit, pour qu’elle ait le temps de se graver dans la mémoire. Quand une sensation passe trop rapidement, il ne nous est pas possible de la saisir (fassen), à moins que ce ne soit une sensation particulièrement vive. Tetens prend l’exemple d’un point lumineux autour d’une roue pour illustrer ce dernier cas. En effet, « un charbon ardent qui tourne rapidement en cercle produit l’apparence d’un cercle lumineux complet »27. En réalité ce cercle lumineux n’existe pas ; il n’existe que dans ma représentation. C’est la persistance de la sensation qui permet de se représenter, sous la forme d’un cercle, la liaison des impressions sensibles dans le temps alors que celles-ci, prises individuellement, sont insaisissables. De plus, alors que les impressions succèdent rapidement les unes aux autres de façon discontinue, elles doivent être perçues de façon continue28. Ce constat est vrai pour les impressions visuelles, mais aussi pour les sensations qui proviennent des autres sens. Tetens imagine un dispositif expérimental qui confirme cette idée : un cordon est attaché à une roue qui tourne rapidement et vient effleurer la main à chaque tour.

  • 29 Ibid., V, [42].

En augmentant la vitesse de rotation à un certain degré, la sensation paraît continue, bien qu’il soit certain que les impressions venant des sens externes constituent une série discontinue et sont séparées les unes des autres par un intervalle de temps, qui est aussi grand que le temps de parcourir une révolution.29

  • 30 On ne peut pas manquer de voir le parallèle avec la synthèse de l’appréhension du divers dans l’in (...)
  • 31 Ibid., V, [37].

22Cette expérience révèle un aspect important du pouvoir d’appréhender : l’acte de percevoir réalise la synthèse du continu en unifiant le divers des impressions dans la représentation de sensation30. Sans ce pouvoir d’appréhension, il nous serait impossible de nous représenter un objet dans le temps. Les sensations passeraient en nous sans laisser aucune trace ; nous ne pourrions rien nous représenter au-delà de l’instant présent, puisque nous ne retiendrions rien du passé. La synthèse du continu est la condition de la perception de la durée. Nous sommes ainsi amenés à supposer en l’âme l’existence d’une « force interne »31 qui transforme spontanément nos sensations en représentations.

23Une remarque s’impose ici au sujet des représentations du sens interne. La perception permet de représenter les objets extérieurs que nous ressentons, mais elle permet aussi de nous appréhender nous-mêmes, c’est-à-dire nos propres sensations internes, et de transformer ces dernières en représentations de sensations. Les représentations du sens interne se répartissent alors en deux classes :

  • 32 Ibid., IV, [30].

1) les représentations que nous avons des états internes de l’âme, du plaisir et de la douleur, et d’autres [états] de même nature que nous devons nommer états émotionnels [Gemüthszustände] ;
2) les représentations de l’auto-détermination de nos forces, de nos activités et de leurs effets, de celles que l’on attribue au pouvoir de connaître de l’âme, [les représentations] de ce que nous ressentons et sentons, de [nos] modes de penser et même de [nos] activités de représentations ; mais aussi [celles] des autres activités, des impulsions, des aspirations et de leurs effets, qui débouchent sur un changement de nos propres états internes et externes et qui sont habituellement regroupés sous la rubrique des manifestations de la volonté.32

Reproduire

  • 33 Ibid., XIII, [105].

24Le fait de se remémorer des événements ou des situations passés prouve que nous sommes capables de reproduire des choses que nous avons vues, entendues ou perçues autrefois. « Cette opération, on l’attribue communément à l’imagination [Einbildungskraft] ou à la fantaisie [Phantasie] »33. En effet,

  • 34 Ibid., III, [24].

nous attribuons à l’âme non pas seulement une faculté de s’approprier des représentations [facultas percipiendi], un pouvoir d’appréhension, mais aussi une faculté de les réactualiser, un pouvoir de reproduction [Wiedervorstellungskraft], qu’on appelle ordinairement fantaisie ou imagination, cette dernière dénomination qualifiant le plus proprement cette faculté dans la mesure où elle renouvelle les représentations figuratives de sensations.34

  • 35 Nous traduisons Einbildung par « image mentale » et non par « imagination » parce que ce dernier t (...)
  • 36 Le terme grec Phantasma se trouve chez Christian Wolff qui l’emprunte lui-même à la tradition scol (...)

25Ces « représentations secondes » (Wiedervorstellungen) – le terme allemand peut être aussi traduit plus simplement par « reproductions » – sont des « images mentales » (Einbildungen35 ou Phantasmata36).

  • 37 Parler d’un lieu de l’âme est déjà en soi problématique. Tetens se demande si les « traces » que n (...)
  • 38 Chr. Wolff, Psychologia empirica, I, section II, chap. III : « De imaginatione ». Pour Wolff, la m (...)
  • 39 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, III, [15-16].
  • 40 « L’image mentale d’un objet visuel est donc une postsensation de celui-ci [qui a été] à nouveau r (...)
  • 41 Ibid., III, [14].

26On peut se demander pourquoi Tetens attribue à l’imagination et non à la mémoire (Gedächtnis) la faculté de se remémorer le passé. Tout d’abord, il est à noter que Tetens utilise très rarement le terme Gedächtnis. La « mémoire » est étrangement absente dans la théorie des facultés de l’âme. C’est qu’elle n’est pas à proprement parler une faculté, mais plutôt le lieu où reposent nos souvenirs, c’est-à-dire les traces laissées dans l’âme par nos sensations37. Tetens suit en cela la psychologie de Wolff qui attribuait déjà à l’imagination, et non à la mémoire, la reproduction des représentations passées38. Certes, il faut bien admettre que l’âme conserve quelque part une trace des impressions passées, mais l’erreur est de croire que nos représentations sont conservées en l’état et qu’il suffirait de les ressortir du magasin des souvenirs pour se rappeler le passé. La mémoire ne possède en elle-même aucun pouvoir propre (Eigenmacht). Les représentations passées sont conservées dans l’âme comme « enveloppées » et le pouvoir de reproduction doit les « désenvelopper » pour les réactualiser (hervorziehen)39. L’image mentale (Einbildung) est en ce sens une postsensation redéveloppée ou désenveloppée40. Tetens insiste sur le fait que la reproduction des représentations ne dépend d’aucune cause extérieure. Une représentation actuelle peut bien « réveiller » (wieder erwecken) en moi un souvenir, elle n’est que l’occasion de ce réveil ; la cause efficiente est « une force autonome qui réside intérieurement en moi »41 et qui « spontanément » reproduit la représentation passée.

  • 42 Chr. Wolff, Psychologia empirica, I, section II, chap. III, § 116.
  • 43 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, X, [81].
  • 44 Il y a de plus un primat des représentations visuelles sur celles des autres sens. C’est pourquoi (...)
  • 45 Ibid., V, [39].

27Christian Wolff avait montré dans sa Psychologie que l’imagination, comme toutes les facultés de l’âme, est soumise à des lois42. Tetens reprend à son compte le cadre de la psychologie wolffienne et en particulier ce qu’il nomme « la loi de reproduction » : « si une partie d’une sensation ancienne est à nouveau réveillée, c’est tout l’état associé à elle qui est reproduit »43. Si nous nous remémorons un événement, la rencontre avec un ami par exemple, ce n’est pas seulement le visage de cet ami que nous nous représentons, ce sont aussi ses gestes, ses paroles, la manière dont il était habillé, le lieu où nous nous trouvions et quantité d’autres détails associés à cette situation. Et ce n’est pas tout : nous nous souvenons aussi de l’état dans lequel nous étions nous-mêmes à ce moment-là, la joie de retrouver un ami ou d’autres émotions associées. Il n’y a pas de représentation isolée ; toute représentation est liée à d’autres, et la reproduction de l’une est une incitation à réveiller les autres. Ceci étant posé, il ne s’ensuit pas que nous ayons de cette personne ou de cette situation une représentation claire et détaillée. La reproduction n’est jamais tout à fait complète : l’imagination se contente le plus souvent de représenter la partie la plus saillante ou le trait à partir duquel nous reconnaissons immédiatement la chose44. Mais ce trait est comme un point de départ à partir duquel peut se reconstituer la représentation tout entière, ou plutôt l’état dans lequel se trouvait l’âme au moment où elle avait perçu cet objet : « Le plus souvent, la reproduction presque tout entière consiste plus en un effort [Bestreben] pour réactualiser une ancienne sensation qu’en une sensation réellement réveillée. »45 Cette notion de Bestrebung, définie comme effort, aspiration ou tendance à renouveler une représentation passée est une originalité de la théorie tétenésienne de l’imagination. Elle permet de comprendre l’acte de reproduire comme un acte par lequel une représentation se déploie à partir de son centre jusqu’à ce que l’objet soit reconnu à travers elle. Cela est vrai également des représentations du sens interne qui font renaître les sensations elles-mêmes, l’imagination exerçant en retour une action sur le sentiment.

  • 46 Ibid., VII, [56]. La reproduction des représentations du sens interne présente des difficultés par (...)

Nous ne pouvons jamais avoir une représentation d’un plaisir quelconque que nous avons ressenti en un lieu ou en compagnie d’une personne, sans éprouver à nouveau en nous un sentiment de plaisir. Nous ne nous souvenons jamais d’un chagrin passé sans le voir germer à nouveau en nous. Et plus le souvenir d’un état passé est vif, intense, concret, plus le présent se rapproche du passé, plus l’empreinte actuelle se rapproche du modèle original dont elle est tirée.46

  • 47 Ibid., XIII, [106].
  • 48 Loc. cit.

28La théorie de l’imagination ne doit pas seulement rendre raison du mode de formation des images mentales ; elle doit aussi expliquer comment les représentations se succèdent les unes aux autres dans la conscience. Lorsque nous nous remémorons des faits passés, l’imagination cherche à reproduire l’ordre dans lequel ces événements se sont déroulés. Cela suppose que ces souvenirs aient été conservés dans le même ordre que celui de nos perceptions, sans quoi il nous serait impossible de retrouver le fil des événements. Ce que confirme Tetens : « Les premières représentations de sensations se placent dans l’âme les unes à côté des autres dans le même ordre que celui dans lequel elles ont été produites les unes après les autres. »47 Ces représentations peuvent ensuite être reproduites, mais l’ordre dans lequel elles sont réactualisées peut être modifié parce que de nouvelles liaisons se forment entre des représentations qui se rapprochent. « Elles s’ordonnent en séries et, si de plus petites représentations intermédiaires se détachent entre d’autres, les représentations un peu plus éloignées dans la perception se rapprochent alors plus étroitement dans l’imagination. »48 Pour reconstituer le fil des événements, l’imagination doit alors s’efforcer de ne pas se laisser disperser par ces associations spontanées qui viennent bouleverser l’ordre des représentations.

  • 49 Tetens rappelle tout d’abord que cette loi fut non pas découverte mais exposée clairement pour la (...)

29Mais qu’en est-il lorsque nous abandonnons l’imagination à elle-même ? Dans ses rêveries la fantaisie semble ne suivre aucun ordre ; les représentations paraissent se succéder les unes aux autres de manière arbitraire, sans lien apparent. Pourtant, à y regarder de plus près, elles sont liées les unes aux autres par des liens qui sont certes contingents mais non pas arbitraires. Cela signifie qu’il y a toujours une raison qui fait qu’une représentation particulière succède à une autre. Y a-t-il dès lors un principe par lequel nous pourrions rendre compte de la succession des représentations ? Ce principe, beaucoup de psychologues croient l’avoir trouvé dans ce qu’ils appellent la loi d’association des idées49. Il est important de noter tout d’abord que cette loi d’association détermine la succession de nos représentations dans la mesure où la fantaisie agit seule ; car autrement, si des sensations interfèrent ou si notre pouvoir de penser entre en scène, l’ordre s’en trouve modifié. Tetens en donne une formulation précise :

  • 50 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XIV, [109].

[…] si l’âme passe directement d’une représentation A, qui est présente en elle à cet instant, à une représentation B, à l’instant d’après, et que cette dernière n’est pas introduite à partir d’une sensation, alors ce qui fait que B succède à A est soit que ces deux choses ont été ainsi auparavant étroitement liées l’une à l’autre dans nos sensations ou même seulement dans nos représentations, soit qu’elles sont d’un certain point de vue semblables l’une à l’autre.50

  • 51 Tetens souligne ici le rôle que joue l’habitude en tant qu’elle renforce certaines liaisons d’idée (...)
  • 52 Il est important de noter ici que la liaison des représentations en vertu de leur ressemblance ne (...)
  • 53 Ibid., XIV, [109-110].
  • 54 Ibid., XIV, [110].
  • 55 Loc. cit.
  • 56 Ici aussi le rapprochement avec ce que Kant nomme « la synthèse de la reproduction dans l’imaginat (...)

30D’après ce principe, il y a deux raisons pour lesquelles les représentations sont associées entre elles dans l’imagination : la première est qu’elles ont déjà été liées entre elles dans la perception51 ; la seconde est que ces images se ressemblent et sont unies par une ressemblance52. Dans le premier cas, « les représentations sont reliées entre elles en vertu de leur coexistence comme des perles sur un fil »53 ; elles s’ordonnent en séries en suivant l’ordre des perceptions. Dans le second cas, « la ressemblance les unit comme un centre commun autour duquel se disposent plusieurs idées semblables si bien qu’un passage direct des unes aux autres est possible, même pour celles qui sont par ailleurs très éloignées les unes des autres dans la série de leur coexistence »54. On pourrait ainsi comparer l’ensemble des représentations qui s’enchevêtrent à un réseau dont les fils sont autant de séries qui s’entrecroisent dans toutes les directions à partir de nœuds formés par la ressemblance des choses. « L’imagination alterne les deux sortes de liaisons et crée de nouvelles liaisons »55. L’imagination a donc une fonction synthétique non pas parce qu’elle produit de nouvelles représentations (c’est la fonction du pouvoir d’invention), mais parce qu’elle opère de nouvelles liaisons entre des représentations préexistantes56.

31On pourrait croire que ce principe suffit à rendre raison de la succession des représentations dans l’imagination. Il n’en est rien. Aussi Tetens entreprend une critique sévère de la loi d’association des idées. Non pas que ce principe en lui-même soit faux, mais il estime son utilité très limitée. Ce que Tetens reproche aux psychologues de son temps, c’est d’avoir voulu faire de cette loi un principe universel par lequel on pourrait tout expliquer :

  • 57 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XIV, [112].

C’est [rester] encore bien en deçà de la vérité [que de croire], comme certains, avoir trouvé dans la loi d’association une loi universelle qui pourrait déterminer la suite des représentations tout entière, pour autant qu’elle ne soit pas interrompue par de nouvelles sensations.57

  • 58 Ibid., XIV, [111].

32Que dit ce principe en vérité ? Qu’à une idée A peut succéder soit une idée B semblable à celle-ci, soit une idée C qui lui coexiste. Mais le problème est précisément de savoir laquelle des deux idées B ou C doit succéder à A. Du moins, on devrait pouvoir déterminer a posteriori la raison pour laquelle l’une de ces deux idées succède à A et non l’autre. Si nous disons : « cela dépend des causes qui guident et gouvernent l’imagination pendant qu’elle agit »58, nous nous contredisons puisque nous avons supposé que la loi d’association des idées ne vaut que lorsque l’imagination agit seule, c’est-à-dire indépendamment des autres facultés.

33Or cette supposition elle-même est contestable : le plus souvent (sinon toujours), les diverses facultés de l’âme agissent conjointement et produisent des effets les unes sur les autres. Par exemple,

  • 59 Ibid., XIV, [112-113].

le pouvoir de penser [Denkkraft] découvre de nouvelles relations, de nouvelles ressemblances, de nouvelles coexistences et de nouvelles dépendances qu’il n’avait pas remarquées auparavant, et produit de cette manière entre les idées de nouveaux canaux de communication grâce auxquels certaines entrent en liaison immédiate, d’autres sont détachées alors qu’elles ne l’étaient pas auparavant.59

34Qui veut rendre raison de la manière dont nos idées se succèdent réellement doit prendre en considération l’interaction de toutes les forces de l’âme qui opèrent chacune selon des lois qui leur sont propres. Et, à supposer que l’on parvienne un jour à connaître les lois qui régissent ces facultés, il est toutefois peu probable que nous puissions expliquer pourquoi telle idée succède à telle autre tant le jeu des facultés interagissant entre elles est complexe.

  • 60 Pour comprendre l’interaction entre les facultés de l’âme, il est nécessaire d’examiner chacune sé (...)

35C’est donc seulement pour des raisons méthodologiques que nous devons examiner chacune des facultés séparément60. Admettons donc à titre d’hypothèse que l’imagination agisse seule : la loi d’association des idées permet-elle de rendre raison du fait qu’à une idée A succède une idée B en vertu d’une ressemblance commune ? En vérité, bien loin d’être efficient, ce principe étend l’indétermination à toute association d’idées. Car il est toujours possible de trouver un point commun entre deux représentations. Quoi de commun entre une chaise et un canard si ce n’est que l’un et l’autre se tiennent sur leurs pieds ? Cette ressemblance vague suffit néanmoins à nous faire passer d’une idée à l’autre :

  • 61 Ibid., XIV, [111].

De ce point de vue, l’enchaînement des idées dans l’âme est une connexion universelle singularum cum singulis. Il n’y a donc presque aucune idée de laquelle ne s’opère un passage direct, surtout dans une imagination forte et riche, vers chacune des autres [idées], bien que ce chemin soit pour beaucoup [d’entre nous] si étroit et si inhabituel que la fantaisie en prend un autre bien plus facile et plus ordinaire.61

  • 62 Ibid., XIV, [112].

36Si chaque représentation peut être liée à une multitude de représentations, puisqu’il existe toujours pour chacune d’elles un point commun avec d’autres, alors la loi d’association des idées ne signifie au fond rien d’autre que ceci : « à une idée actuelle peut succéder n’importe quelle autre »62 ! Quel usage peut-on faire d’une telle règle ? L’argument de Tetens détruit l’efficience que d’aucuns attribuaient à la loi d’association des idées.

  • 63 Notre hypothèse est que la fantaisie, conformément au principe de moindre action précédemment évoq (...)

37Faut-il alors rejeter la loi d’association des idées ? Tetens ne va pas jusque-là. Pour lui, elle détermine la manière dont les représentations en général se suivent quand l’imagination agit seule. Nous avons vu que cette condition est purement hypothétique. Cette loi ne permet pas de déterminer la manière dont telle représentation succède réellement à telle autre. Ici la position de Tetens manque de clarté : est-ce la spontanéité de l’imagination qui fait qu’à une idée A succède une idée B et non une idée C ? La fantaisie laissée à elle-même n’est-elle pas libre de passer d’une idée à une autre ? Cette solution n’est pas vraiment satisfaisante parce qu’elle revient à faire de la spontanéité un pouvoir arbitraire, ce qui est en fin de compte, sinon un aveu d’ignorance, du moins l’abandon de toute explication scientifique. N’est-ce pas reconnaître au fond que la fantaisie n’obéit à aucune loi ? Une fois encore, il faut insister : l’imagination n’agit jamais (ou presque jamais) seule ; c’est de l’action conjointe de toutes les forces de l’âme que dépend la succession des idées. Si la spontanéité y prend part, son rôle reste limité63.

Inventer

  • 64 Cette faculté est nommée aussi, en deux occurrences uniques, Bildungskraft (ibid., XV, [138]) et I (...)
  • 65 Ibid., XV, [140]. Il s’ensuit qu’Einbildungskraft et Phantasie ne sont pas tout à fait synonymes : (...)

38Reproduire et inventer sont deux fonctions qui s’opposent l’une à l’autre et qui nous obligent à distinguer deux facultés : la première est le propre de l’imagination (Einbildungskraft), la seconde appartient au « pouvoir d’invention » (Dichtungskraft)64. Cette distinction fonctionnelle ne doit pas nous tromper : ces deux facultés ne sont pas réellement séparées, mais elles sont l’expression d’une seule et même « force autonome » que nous avons nommée « fantaisie » (Phantasie). Pour Tetens, l’imagination est « la fantaisie reproductrice » et le pouvoir d’invention est « la fantaisie spontanée »65.

  • 66 A. Gerard, An Essay on Genius, Londres, W. Strahan, T. Cadell, W. Creech, 1774.
  • 67 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [120].
  • 68 Ibid., XIII, [107]. En ce sens, c’est une erreur de traduire Dichtungskraft par « force poétique » (...)
  • 69 Ibid., XV, [126].

39Le pouvoir d’invention est ce qu’on appelle aussi communément le « génie » (Genie), ou il en est du moins l’un des composants essentiels. Sur ce point Tetens reconnaît sa dette à l’égard d’un auteur écossais, Alexander Gerard (1728-1795) qui, dans son Essai sur le génie66, « a énoncé de la manière la plus complète les règles particulières d’après lesquelles de nouvelles associations d’idées se font grâce au pouvoir d’invention »67. Toutefois, on ne doit pas restreindre ici le concept de génie au seul « génie poétique »68 ; le génie se révèle dans les arts mais aussi dans les sciences et en philosophie. Il est le pouvoir de fabriquer des « fictions » (Fiktionen). Ces dernières sont des images mentales qui se distinguent toutefois des phantasmata (c’est-à-dire des reproductions) par le fait qu’elles n’en possèdent pas la vivacité, la richesse et la consistance : « La puissance d’invention ne peut pas générer de nouvelles apparences simples aussi riches et vives que le sont les reproductions de sensations mêlées »69. C’est là une des limites du pouvoir d’invention.

  • 70 Le verbe allemand bilden peut être traduit par « façonner », « former », « constituer ». Tetens at (...)
  • 71 Ibid., XV, [116].

40Inventer, c’est transformer des représentations. Cela veut dire que la fantaisie ne peut pas créer de nouvelles images à partir de rien ; elle a besoin d’un matériau grâce auquel elle peut « façonner » (bilden) des apparences nouvelles70. Ce matériau à partir duquel ces inventions (Dichtungen) sont constituées est celui-là même dont sont composées toutes les autres représentations : ce sont les représentations de sensations originaires, c’est-à-dire ces traces laissées dans l’âme par nos sensations. Comment le pouvoir d’invention transforme-t-il nos représentations sensibles en fictions ? « Les psychologues expliquent d’ordinaire l’invention [Dichten] par un acte simple de décomposition et de recomposition des représentations, lesquelles sont données dans les sensations et [ensuite] réactualisées. »71 Tetens souligne l’analogie des opérations du pouvoir d’invention avec celles du chimiste, lequel décompose la matière en éléments simples pour recomposer ensuite de nouveaux matériaux, mais aussi avec celles qu’on trouve dans la nature : la « faculté d’invention » (Dichtungsvermögen)

  • 72 Ibid., III, [24-25].

s’exprime de manière aussi variée que la force créatrice de la nature physique, laquelle ne peut certes pas créer de nouveaux matériaux, de nouveaux éléments, mais qui, par la décomposition des corps (laquelle va plus loin que ce que nous pouvons atteindre au moyen des sens) et par un nouveau mélange de particules tout aussi imperceptibles, compose de nouveaux corps et de nouvelles créatures, qui sont simples pour nos sens.72

  • 73 Ibid., XV, [117-118].

41L’analogie avec la force créatrice de la nature nous fait comprendre que, contrairement à la conception couramment répandue, l’invention de formes nouvelles ne se réduit pas à une simple composition (Zusammensetzen) des parties en un tout. En effet, la production d’un organisme dans la nature ne saurait s’apparenter à un assemblage de pièces matérielles semblable à celui d’une montre dans un atelier. L’être organique forme un tout dont l’unité ne résulte ni de la juxtaposition ni de l’agencement de ses parties. C’est là aussi le propre de la force créatrice de l’esprit qui peut produire de nouvelles représentations simples. L’exemple de Pégase est ici parfaitement clair73. Cette représentation imaginaire est composée de deux idées, celle de cheval et celle d’ailes. Mais lorsque nous nous représentons Pégase, nous ne nous contentons pas de coller des ailes à un cheval ; nous réunissons ces deux représentations pour former une unité, c’est-à-dire que ces deux images se fondent au point d’articulation des ailes avec le corps du cheval. L’image « vivante » de Pégase forme une totalité continue. L’invention est donc un mélange (Vermischung) et une union (Vereinigung) de représentations diverses en une seule et même représentation. Cette unité nouvellement formée ne résulte pas de l’ajout d’une tierce représentation qui permettrait de lier les deux premières en un tout, car si l’on décompose (Zertheilen) l’image de Pégase on retrouve seulement les deux images, et non une troisième.

  • 74 La synthèse ou « union » (Vereinigung) est l’acte par lequel le pouvoir d’invention relie plusieur (...)

42La fonction du pouvoir d’invention constituant est donc essentiellement synthétique74. Pour Tetens, la force créatrice de l’âme est capable de

  • 75 Ibid., III, [25].

produire des représentations qui sont simples pour notre conscience et qui [ne sont] pourtant semblables à aucune de celles que nous rencontrons parmi les représentations sensibles les plus simples. Elle peut donc, de ce point de vue, façonner de nouvelles représentations simples. Dans tous les cas, le matériau pour toutes les représentations est certes contenu dans les représentations de sensations, mais il est parfois caché dans des sensations qui nous paraissent simples, ou s’il ne l’est pas, il s’est formé par l’union [Vereinigung] de plusieurs représentations sensibles simples en une nouvelle représentation, en un mélange si intime que le produit constitué présente l’apparence d’une nouvelle représentation simple.75

  • 76 Tetens parle de « variété intensive » pour désigner la diversité des déterminations sensibles cont (...)
  • 77 Ibid., XV, [129].
  • 78 Comment analyser une représentation synthétique simple dont les constituants sont comme « mélangés (...)

43Cette précision est importante : la couleur verte est simple pour moi et pourtant elle résulte de la synthèse du jaune et du bleu, deux couleurs simples en soi. La couleur verte est simple mais « confuse » (verwirrt) au sens où cette confusion procède de la fusion d’autres couleurs. Par conséquent, le pouvoir d’invention produit des représentations synthétiques qui sont simples, mais qui contiennent en elles-mêmes toute une « diversité » ou « variété » (Mannigfaltigkeit) de représentations qui s’enchevêtrent ou se mélangent. Cette variété peut être envisagée de manière extensive ou de manière intensive. Dans le premier cas, la confusion résulte de l’enchevêtrement des représentations qui sont liées entre elles comme des parties à l’intérieur d’un tout. Par exemple, un arbre est composé d’un tronc, de branches et de feuillages, et ces feuillages eux-mêmes sont des ensembles de milliers de feuilles. La représentation de ces milliers de feuilles forme une masse confuse qui est intégrée à la représentation de l’arbre. Il est possible toutefois de décomposer cette image, c’est-à-dire d’en séparer les éléments et de les considérer à part. Dans le second cas, la confusion naît du mélange des représentations liées entre elles comme le bleu et le jaune à l’intérieur du vert. Tetens parle à ce sujet de « variété intensive »76. Si nous considérons une feuille qui tombe d’un arbre, nous pouvons en percevoir les différentes qualités : sa forme, sa couleur ou son mouvement par exemple. Ces qualités sont des déterminations de l’objet qui sont liées entre elles dans ma représentation de la feuille d’arbre d’une manière tout à fait différente de celle dont sont liées entre elles les parties à l’intérieur du tout. « Cette même sensation simple, dans laquelle nous saisissons la couleur, nous donne aussi l’impression du mouvement. Ces deux sensations constituent une sensation unique et le phantasma qui naît de là est quelque chose de simple »77. L’analyse des déterminations qui constituent le divers sensible contenu dans la représentation de l’objet n’est pas une décomposition mais ce que Tetens appelle, par analogie avec le procédé chimique, une « dissolution » (Auflösung) de l’image en représentations simples78.

Remarque sur les abstractions sensibles

  • 79 Ibid., XV, [127].
  • 80 Ibid., XV, [128-129].
  • 81 Il semble que Tetens emprunte à Johann Georg Heinrich Feder la notion d’« abstractions sensibles » (...)

44Le pouvoir d’invention se divise en deux facultés : une faculté de « mélange » et une faculté de « dissolution »79. Ces deux facultés sont complémentaires ; l’invention de « fictions » dépend pour l’essentiel de la conjonction de leurs opérations. Or « parmi les productions qui se forment dans les représentations à partir de ces deux expressions du pouvoir d’inventer, nous n’en trouvons aucune qui n’ait pour notre entendement de conséquences aussi grandes et importantes que ce qu’on nomme les abstractions sensibles ou représentations sensibles générales. »80 Ces « abstractions » (Abstracta) ne sont pas des représentations intellectuelles ; ce ne sont pas non plus des idées, c’est-à-dire qu’elles ne dépendent pas du pouvoir de penser. Ce sont des images mais des « images générales »81 (allgemeine Bilder). En cela elles se distinguent des représentations particulières, l’image de Pégase par exemple.

  • 82 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [132].

[Elles] consistent en une synthèse [Vereinigung] de plusieurs impressions qui, prises séparément, ne sont pas parfaitement identiques à cette image générale. Ce sont donc des représentations simples, produites spontanément, dans lesquelles une confusion d’autres impressions élémentaires semblables est intégrée, et cette confusion donne à la représentation totale une forme, celle-là même qu’aucun de ses éléments pris isolément ne pourrait avoir pour lui-même s’ils avaient été perçus séparément.82

  • 83 Ibid., XV, [135].
  • 84 Ibid., XV, [132].
  • 85 « Les abstractions sensibles et autres images sensibles générales, lesquelles se forment à partir (...)

45Le meilleur exemple que l’on puisse donner de telles fictions, ce sont les « représentations géométriques générales ». Il faut insister : nous n’envisageons en elles que le « figuratif » (Bildliche)83. Par conséquent, la formation de ces abstractions procède d’une synthèse purement empirique qui ne doit rien à l’entendement. Pour Tetens, « les images générales sont à l’origine de vraies créations du pouvoir d’invention »84. Elles pourront par la suite se transformer en concepts, mais l’examen de cette transformation excède notre présente étude85.

46Comment se forment de telles abstractions sensibles ? Cette question revient à se demander : comment s’effectue la synthèse empirique des représentations dans la fantaisie ? Pour Tetens, la synthèse résulte de la coïncidence (Zusammenfallen) des traits entre représentations particulières. Mais cette synthèse obéit elle-même à des lois. Tetens en énonce trois :

  • 86 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [136].

471) La première loi détermine la production d’une « image générale » (Gemeinbild) à partir des choses de même espèce. « Plusieurs représentations simples qui sont semblables ou identiques coïncident spontanément ou bien sont unies en une [représentation] par l’activité du pouvoir de représenter ». Par exemple, l’image générale du triangle se forme spontanément à partir des figures triangulaires86 qui coïncident entre elles :

  • 87 Ibid., XV, [134].

Je pense maintenant à un triangle et je garde cette représentation présente à l’esprit aussi longtemps que je le peux, sans qu’il soit nécessaire de repenser à une de ces figures que j’avais vues sur un tableau, sur un papier ou ailleurs (quoique celles-ci me viennent à l’esprit dans le prolongement de cette représentation). Autrement dit, je me suis fait moi-même dans ma tête à leur place une forme [Gestalt] de triangle [que je n’ai] jamais vue.87

48Cette image abstraite est simple pour nous parce que nous ne distinguons plus en elle le divers sensible dont elle est composée.

492) Si les choses que nous nous représentons appartiennent à des espèces différentes mais peuvent être réunies sous un même genre, la fantaisie agit en se conformant à une deuxième loi :

  • 88 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [136-137].

Deux ou plusieurs représentations sensibles peuvent ne pas être parfaitement identiques et avoir pourtant des ressemblances grâce auxquelles elles coïncident les unes avec les autres ; s’il en est ainsi, le pouvoir de représentation, en saisissant principalement le semblable avec force et vivacité et le dissemblable à un moindre degré, produit à partir d’elles une nouvelle représentation confuse, laquelle est pour notre sentiment aussi simple que l’étaient les représentations partielles (qui en sont le matériau), mais [qui] a pourtant en soi une autre forme [Gestalt] et qui, représentée séparément, est distincte de chacune d’elles.88

  • 89 Ibid., XV, [132].
  • 90 « L’image générale est comme un verre placé devant notre regard. », J. N. Tetens, op. cit., Sixièm (...)

50On montre à un enfant des oiseaux d’espèces distinctes : ceux-ci sont par la taille, par leurs couleurs ou par leurs formes très différents. Et pourtant, par-delà ces différences, l’enfant va se faire une image générale d’un oiseau : c’est qu’il saisit ce qu’il y a de semblable entre les différentes espèces et fait abstraction de ce qui est dissemblable. Cette image générale ne ressemble à aucun oiseau en particulier et cependant c’est à travers elle qu’il perçoit chaque oiseau en particulier. Si l’enfant vient à rencontrer une espèce qui lui est inconnue, il reconnaîtra immédiatement cet animal comme oiseau parce qu’à sa perception se trouve associée l’image générale d’un oiseau qui coïncide avec elle. Il se peut d’ailleurs que l’observation de nouvelles espèces modifie en retour la représentation générale qu’il se fait d’un oiseau. Ceci met en évidence le rôle des « images générales » dans la perception : nous percevons les choses à travers elles89. Ces abstractions sensibles sont comme des filtres à travers lesquels nous voyons le monde90.

513) La troisième loi concerne la formation d’images générales à partir de la représentation des choses appartenant à des genres différents. Dans ce cas le mode d’action du pouvoir d’invention doit dissoudre les représentations particulières en représentations simples pour isoler ce qu’il y a de commun entre des représentations qui sont en elles-mêmes très dissemblables.

  • 91 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [137].

En façonnant dans une intention privilégiée une représentation simple pour la conscience mais en elle-même très emmêlée, la fantaisie peut désemmêler la diversité qui est contenue en elle, et ainsi décomposer celle-ci en plusieurs représentations simples qui [sont] chacune à nouveau simples pour [la conscience] mais qui cependant se distinguent des premières.91

52Prenons l’exemple de la feuille verte qui tombe d’un arbre. Comment peut-on se représenter séparément la couleur de l’objet ou son mouvement puisque ces deux représentations sont unies à l’intérieur de la représentation simple ? Comment le trait qui correspond dans l’image à la couleur peut-il être dissocié de l’autre qui correspond au mouvement ?

  • 92 Ibid., XV, [130].

Il y avait dans la perception de la feuille d’un arbre un trait du mouvement et un autre d’une couleur. Du reste ce dernier était aussi présent dans la sensation d’une couleur ou se retrouve même ailleurs, là où le trait du mouvement n’est pas ; et celui-ci se présente [à son tour] là où celui-là n’est pas ; et c’est ce qui fait que chacun de ces deux traits est connaissable en lui-même.92

53Qu’est-ce à dire ? Nous ne percevons la couleur verte comme une abstraction qu’à la condition d’avoir observé et remarqué que ce trait de couleur appartient aussi à d’autres objets, qu’il y a une coïncidence de traits entre diverses représentations et que ce trait commun se rencontre dans des représentations de choses qui sont inertes. Le même procédé s’applique à la perception du trait de mouvement. Ainsi,

  • 93 Ibid., XV, [130-131].

chacun a aussi pour lui-même ses propres représentations associées. C’est ce qui fait qu’ils sont discernables les uns des autres. Un de ces traits au moins doit avoir été déjà dans une perception antérieure pour que la couleur ou bien le mouvement puisse être distingué dans une représentation composée de sensations.93

54L’abstraction sensible se forme par la coïncidence du semblable qui, associé à des séries de représentations divergentes, se dissocie du dissemblable.

  • 94 Ce primat de la synthèse sur l’analyse se retrouve aussi chez Kant et éclaire dans un passage diff (...)

55Par conséquent, l’analyse ou la « dissolution » d’une représentation simple en d’autres représentations simples requiert toujours comme condition la synthèse des représentations qui sont associées à celles-ci94.

  • 95 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [131].

[Étant donné] que, dans une perception très emmêlée, un trait ne peut pas se détacher des autres pour être discerné avant que quelque chose de semblable à lui, qui est déjà contenu dans une autre représentation, ne lui soit associé, il s’ensuit qu’aucune abstraction générale ne peut se constituer, pas plus qu’un trait dans une représentation composée ne peut être différencié d’un autre, tant qu’une synthèse [Vereinigung] de représentations semblables ne [les] a précédés.95

  • 96 Ibid., XV, [133].
  • 97 Ibid., XV, [134].

56Cependant, les représentations simples qui résultent de cette dissolution ne sont pas des représentations de choses complètes : il n’est pas possible de se représenter le mouvement en soi sans se représenter une chose en mouvement, fût-ce de manière vague. Pour Tetens, « aucune des apparences partielles en lesquelles est dissoute [une image] ne peut subsister par elle-même dans l’imagination s’il n’en est pas fait, à son tour, une chose complète »96. C’est là qu’intervient le langage : il est alors possible d’associer ces abstractions à des mots pour en préserver l’unité. Les mots (c’est-à-dire les représentations auditives) sont utilisés comme signes des choses que nous percevons ; mais ils ne renvoient aux choses qu’à travers les images générales auxquelles ils sont associés. Ainsi, le mot mouvement devient le signe de cette abstraction et nous dispense de nous représenter une chose complète puisque les mots sont « en eux-mêmes des représentations sensibles complètes »97. Le mot est le « support substantiel » grâce auquel nous maintenons l’abstraction sensible séparée des représentations concrètes dont elle est issue. Sans langage la pensée abstraite serait impossible.

  • 98 Ibid., XV, [134-135].

Ainsi, quand nous voulons nous représenter concrètement les concepts généraux en supprimant les mots, nous viennent [à l’esprit] telles ou telles sensations particulières à partir desquelles ils sont extraits, ce qui n’arrive pas tant que nous conservons le mot présent [à l’esprit].98

57Les fictions abstraites sont donc exprimées par des signes qui sont les garants de leur unité synthétique.

58Les trois lois que nous avons énoncées déterminent entièrement notre pouvoir d’invention dans son mode d’action. Celui-ci interagit avec les autres facultés et modifie l’ordre des représentations. Ainsi, lorsque la fantaisie est abandonnée à elle-même, elle suit le fil de ses propres idées par voie d’association. Nous avons vu que les idées s’associent entre elles, soit en vertu d’une coexistence passée, soit en raison de leur ressemblance. Or, de nouvelles représentations simples se forment, conformément aux lois du pouvoir d’invention, et permettent ainsi à l’imagination de créer des liaisons entre deux représentations qui sont très éloignées l’une de l’autre.

  • 99 Ibid., XV, [140].

Le passage d’une idée à la suivante se fait dans un pareil cas, non pas à cause de la ressemblance entre les deux, ni même à cause de leur ancienne liaison, mais parce que s’interpose entre les deux une fiction qui, grâce au rapport qu’elle entretient avec la suivante, donne l’occasion de réveiller celle-ci. Par suite se forment aussi de nouvelles connexions d’idées, de nouveaux enchaînements et de nouvelles séries.99

  • 100 Ibid., XV, [104].

59Le pouvoir d’invention peut aussi modifier notre perception. C’est notamment le cas, explique Tetens, quand la lumière décline : notre représentation s’obscurcit mais les objets continuent d’être perçus comme distincts. Les traits des images s’estompent mais « la fantaisie créatrice » vient en quelque sorte « par elle-même suppléer aux traits de l’image, affaiblis et évanescents »100. Lorsque revient la lumière, ces traits à nouveau disparaissent. Il y a selon Tetens beaucoup d’autres exemples qui montrent que l’action de la fantaisie vient se joindre à celle de notre perception.

L’unité du pouvoir de représenter

60Percevoir, reproduire, inventer sont les trois actes du pouvoir de représenter.

  • 101 Ibid., III, [26].

Toutes ces manifestations et toutes ces activités qui se rapportent aux représentations, on [les] range sous des activités de représentation et [on] les attribue au pouvoir de représenter. Le pouvoir de représenter est une branche principale qui, pour recevoir des représentations, pour les rappeler [à soi] et pour les transformer, se ramifie en différentes facultés, c’est-à-dire en faculté de perception, en imagination et en faculté d’invention constituante, ainsi qu’en beaucoup d’autres rameaux.101

  • 102 Loc. cit.

61Cependant, il ne faut pas conclure à partir de cette distinction fonctionnelle à une séparation réelle des facultés : « Je ne trouve pas très opportun de séparer les différentes ramifications du pouvoir de représenter en trois classes »102. Pour Tetens, ces trois facultés sont homogènes, c’est-à-dire qu’elles peuvent être saisies sous un même concept générique. Cette homogénéité est une identité de nature (Einartigkeit).

  • 103 Ibid., XVI, [156].

62Comment ces diverses facultés peuvent-elles être dérivées d’un même principe, d’une même force fondamentale ? Pour Tetens, ces facultés sont capables de métamorphose. Elles passent les unes dans les autres et se changent l’une dans l’autre. En d’autres termes, il faut penser le pouvoir de représenter comme une force qui se développe par niveaux. Ce passage d’un niveau à l’autre se fait par augmentation ou diminution d’une grandeur variable absolue. De même qu’un corps passe d’un état solide à un état liquide, puis d’un état liquide à un état gazeux par augmentation de température, une même faculté peut se transformer en une autre, et celle-ci en une troisième, selon le degré de spontanéité que requiert sa propre activité. En effet, « cette faculté n’est pas dans l’âme humaine d’une grandeur invariable, mais [elle] peut en tant que faculté spontanée, s’accroître. La spontanéité en celle-ci est la grandeur variable. »103

  • 104 D’où la difficulté parfois à traduire le verbe aufnehmen qui signifie tantôt « recevoir » (annehme (...)

63La faculté de percevoir est donc celle qui requiert le moins de spontanéité. Percevoir, c’est d’abord recevoir les impressions des sens comme autant d’effets produits par une force extérieure. Il y a au commencement une réceptivité dans l’âme sans laquelle il nous serait impossible de rien percevoir. Mais ces impressions se changent en représentations à la condition que l’âme les appréhende.104

  • 105 Loc. cit.

En cela elle possède une faculté positive, réelle et absolue, et cette faculté est une faculté active. Elle n’est pas une simple réceptivité ; elle est déjà spontanée et coagissante au moment où les causes extérieures produisent des impressions dans l’âme.105

64La spontanéité s’élève à mesure que cette force s’autonomise et que décroît l’action d’une force extérieure. Passé un certain seuil, la représentation de l’objet ne dépend plus du tout de cette force extérieure, c’est-à-dire qu’elle persiste dans l’esprit en l’absence de l’objet. Dès lors la faculté de perception se change en pouvoir de reproduction. Mais il faut bien comprendre que cela tient à la nature de l’âme humaine ou plus exactement à la perfectibilité du pouvoir de représenter.

  • 106 Ibid., XVI, [158].

S’il manque de la perfectibilité dans la spontanéité interne à quelque faculté de percevoir et qu’il en manque par nature, ce n’est alors pas une force qui peut être considérée de nature équivalente au pouvoir de perception humain, ni non plus une force qui jamais pourrait se changer en imagination ou pouvoir de reproduction.106

65Quand bien même une huître est capable de sentir quelque chose autour d’elle, jamais elle ne pourra se souvenir (c’est-à-dire reproduire) ce qu’elle a perçu.

  • 107 H. J. De Vleeschauwer manifestement se trompe quand il affirme que « la Dichtkraft et l’imaginatio (...)

66Nous avons déjà remarqué que Tetens range l’imagination et le pouvoir d’invention sous cette faculté qu’il nomme « fantaisie ». Pourtant reproduire et inventer sont bien deux fonctions distinctes107.

  • 108 J. N. Tetens, op. cit. Premier essai, XVI, [159].

Que la fantaisie soit augmentée, affinée, rendue plus vive et plus forte à un degré proportionnel : le pouvoir de représentation sensible n’engendre pas pour autant des créations spontanées, semblables aux inventions. Sous ce rapport, ces deux sortes d’activités sont incomparables et rien ne permet de déterminer en quelle proportion l’acte d’imaginer [Aktus des Einbildens] est contenu dans l’acte d’inventer [Aktus des Dichtens], ni comment l’un passe dans l’autre par augmentation ou par diminution.108

  • 109 Et surtout Tetens semble se contredire puisqu’il fait de l’impuissance de l’imagination la cause d (...)

67Il s’agit néanmoins de comprendre comment le pouvoir de reproduction se change en pouvoir d’invention. L’explication de Tetens, il faut le dire, n’est pas très convaincante109 : plus l’imagination est vive et rapide, moins elle est fidèle à la perception et plus la fantaisie se laisse aller à des rapprochements grâce auxquels se forment des représentations synthétiques par coïncidence des traits communs. Il y a donc, à un certain degré de spontanéité, passage de la reproduction à l’invention. Ainsi, le génie poétique exige un plus haut degré de spontanéité que n’en réclame l’érudition de l’historien. Il semble d’ailleurs, d’après Tetens, que le développement d’une faculté se fasse presque toujours aux dépens de l’autre.

68Ainsi, les différentes facultés du pouvoir de représenter se transforment et passent les unes dans les autres selon que s’accroît ou que décroît la spontanéité de cette force interne.

  • 110 Ibid., XVI, [164].

Dans tous les effets mentionnés apparaît un seul et même principe [Princip], la même force fondamentale [Grundkraft], les mêmes modes opératoires et les mêmes facultés. Une même propriété absolue, variable seulement selon différents points de vue, engendre dans chaque direction particulière des facultés particulières.110

69Les facultés de représentation ont des rapports internes qui déterminent leur développement mutuel.

Conclusion

70Comprendre comment la théorie tétenésienne du pouvoir de représenter a été comprise par Kant et reprise à l’intérieur de l’Analytique transcendantale, en particulier dans la déduction subjective, en lien avec sa propre théorie de l’imagination, exige un examen détaillé qui dépasse les limites de la présente étude. Il est possible en revanche de voir ici en quoi la perspective adoptée par Tetens s’écarte de celle de Kant.

  • 111 H. J. De Vleeschauwer, op. cit., p. 313 : « Tetens n’invoque jamais le principe de synthèse. L’ima (...)

71Herman Jean De Vleeschauwer affirme dans son étude qu’en dépit de « convergences impressionnantes » il existe entre ces deux conceptions « de non moins grands écarts ». En particulier, il lui semble que Tetens, à la différence de Kant, a totalement manqué la fonction synthétique de l’imagination111. Nous pensons avoir montré au contraire que le pouvoir de représenter chez Tetens se caractérise par une triple synthèse. Certes le terme Synthesis n’apparaît jamais chez Tetens, mais il emploie celui de Vereinigung que l’on peut traduire par « synthèse ». Cela est particulièrement clair en ce qui concerne le pouvoir d’invention constituant. Il est inutile de revenir sur ce point. En ce qui concerne l’imagination proprement dite (Einbildungskraft), c’est-à-dire le pouvoir de reproduction, nous avons mis en évidence son caractère synthétique. Elle ne produit elle-même aucune nouvelle représentation ; mais elle crée de nouvelles liaisons entre les représentations dans la mesure où elle agit conjointement avec le pouvoir d’invention. Quant à la perception, nous avons montré qu’elle opère la synthèse du continu par la liaison du divers dans une même représentation. Indiscutablement, le pouvoir de représenter est un pouvoir de synthèse.

72Mais la triple synthèse du pouvoir de représenter, telle qu’elle est exposée par Tetens, ne coïncide pas avec celle de Kant. D’abord, en substituant au terme de Phantasie celui d’Einbildungskraft, Kant fait de l’imagination une faculté tantôt productrice tantôt reproductrice. Ensuite, l’imagination se trouve chez lui plus ou moins assimilée au pouvoir de représenter (Vorstellungskraft). C’est elle qui opère la synthèse empirique de l’appréhension du divers dans l’intuition. Mais le troisième moment de la synthèse kantienne, à savoir la synthèse de la recognition dans le concept, n’est pas l’œuvre de l’imagination (ni même du pouvoir de représenter). Si l’imagination intervient dans la déduction subjective, c’est seulement dans ses deux premiers moments.

73Cependant, la vraie différence entre la conception de Kant et celle de Tetens est ailleurs. La synthèse chez Tetens est toujours une synthèse empirique ; il ignore tout à fait l’idée d’une synthèse transcendantale. En d’autres termes, la synthèse chez Tetens ne dépend pas de l’entendement. La synthèse s’effectue spontanément avant qu’elle ne soit pensée par l’entendement. Cela ne veut pas dire que l’entendement (ou ce qu’il appelle le pouvoir de penser) soit chez lui incapable de synthèse ; cela signifie que la synthèse du pouvoir de penser dépend à l’inverse du pouvoir de représenter. De ce point de vue, la perspective de Tetens reste empiriste. En aucun cas, on ne peut voir chez lui, du moins en ce qui concerne la théorie du pouvoir de représenter, une préfiguration de ce qui constitue chez Kant une solution transcendantale.

Haut de page

Notes

1 J. N. Tetens, Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwickelung, Leipzig, M. G. Weidmanns Erben und Reich, 1777. Par la suite, nous nous contenterons d’indiquer seulement le chapitre auquel il est fait référence dans le Premier essai ; les chiffres entre crochets [ ] indiquent la pagination originale. Les citations qui suivent ont été traduites par nos soins.

2 Il est inexact de traduire Vorstellungskraft par « imagination » comme le fait Herman Jean De Vleeschauwer. Car comment traduire alors Einbildungskraft ? Les deux termes n’ont pas chez Tetens la même signification, de même que la notion d’Einbildung (image mentale) n’est pas exactement équivalente à celle de Vorstellung (représentation). En outre, si l’on traduit Vorstellungskraft par « imagination », cela pose de réels problèmes avec la notion de Perception : la perception n’est pas une faculté d’imagination, mais elle est pour Tetens une faculté du pouvoir de représenter. Forcer la traduction de certains termes, comme le fait De Vleeschauwer, pour marquer le rapprochement avec Kant conduit à occulter les nuances de la théorie de Tetens et laisse à penser aussi, à tort, que Kant se serait contenté de reprendre telle quelle la psychologie de ce dernier en utilisant d’autres mots. Les changements lexicologiques trahissent des déplacements conceptuels que nous ne pouvons négliger. Des remarques similaires pourraient être faites concernant les termes Gefühl et Denkkraft que De Vleeschauwer traduit respectivement par « sensibilité » et « entendement ». Voir H. J. De Vleeschauwer, La déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, Paris, Honoré Champion, 1934, t. I, p. 299-329.

3 La signification du terme Vorstellung chez Wolff n’est cependant pas fixée très rigoureusement. Voir à ce sujet C. Knüfer, Grundzüge der Geschichte des Begriffs Vorstellung von Wolff bis Kant, ein Beitrag zur Geschichte der philosophischen Terminologie, Halle-sur-Saale, M. Niemeyer, 1911 (réimpression Hildesheim, New York, Olms, 1999).

4 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, II, [8].

5 Loc. cit.

6 Ibid., II, [9].

7 Ibid., II, [11].

8 « Je voudrais nommer représentations de sensations [Empfindungsvorstellungen] les représentations absolument originaires. Ce sont des images ou des représentations, que l’on obtient à partir de la sensation des choses et [qui] rendent présents [darstellen] [à l’esprit] les objets que nous sentons. » (Ibid., III, [22-23]).

9 Pour Tetens, les idées sont des représentations, mais les représentations ne sont pas des idées. Car il n’est pas possible de se faire une idée d’une chose sans avoir conscience de ce qu’elle représente. La représentation est donc la matière de l’idée, à laquelle il faut ajouter la conscience (ou aperception) qui en constitue la forme. Il est donc nécessaire de distinguer les représentations des idées en tant que ces dernières dépendent du pouvoir de penser.

10 La question de savoir en quoi consiste cette « trace », si elle doit être recherchée dans le cerveau ou dans l’âme (ou les deux à la fois), est ici secondaire.

11 Ibid., III, [16].

12 Ibid., III, [17].

13 Ibid., III, [21].

14 Loc. cit.

15 Ibid., XI, [89-90]. Nicholas Saunderson (1682-1739) fut professeur de mathématiques à l’université de Cambridge. Devenu aveugle à l’âge d’un an, il se rendit célèbre pour ses travaux en algèbre (méthode des fluxions), mais aussi pour ses cours d’optique. Diderot mentionne le cas de Saunderson dans sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient (Londres, 1749). Il n’est pas le seul, l’exemple du mathématicien aveugle était très discuté à cette époque. Rien ne permet d’affirmer que Tetens ait eu une connaissance directe de cette Lettre, le nom de Diderot n’étant mentionné dans aucune de ses œuvres. Rien n’interdit non plus de penser qu’il l’ait lue sans savoir que Diderot en était l’auteur. Dans le second Mémoire sur le problème de Molyneux (publié en 1774), J.-B. Mérian cite la Lettre, mais sans nom d’auteur ; il est donc probable qu’au moment où Tetens rédigeait ses Essais l’auteur de la Lettre n’était pas encore connu en Allemagne.

16 Ibid., XI, [91].

17 Ibid., XI, [104-105].

18 Le principe empiriste formulé par Tetens affirme que toutes nos représentations, qu’elles soient réelles ou imaginaires, proviennent des représentations de sensations. Mais d’où viennent les représentations de sensations sinon des sensations elles-mêmes ? Ne faut-il pas dire plutôt que toutes nos représentations proviennent des sensations ? Il est vrai que les sensations se transforment spontanément en représentations, mais cette spontanéité est précisément l’expression d’une force interne qui doit être distinguée de la simple réceptivité du sentiment (pouvoir de sentir).

19 Ibid., XIII, [105].

20 Ibid., III, [24].

21 Selon que l’on veut insister sur la dimension passive (réceptivité) ou active (spontanéité) de cette faculté, elle peut être appelée tantôt « faculté de recevoir », tantôt « pouvoir d’appréhension ». Mais le verbe aufnehmen peut lui-même recevoir deux significations distinctes : recevoir ou s’approprier selon l’un ou l’autre de ces deux aspects (dans le deuxième cas, il se distingue du verbe annehmen).

22 On trouve déjà cette distinction entre Empfindung et Nachempfindung dans J. Chr. Hennings, Kritisch historisches Lehrbuch der theoretischen Philosophie, Leipzig, Weygandsche Buchhandlung, 1774, II, § 32, p. 185.

23 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, V, [32].

24 Ibid., V, [35].

25 Il n’est pas faux en ce sens, mais seulement en ce sens, de traduire Empfindung par « perception ».

26 Ibid., V, [105].

27 Ibid., V, [32-33].

28 Ibid., V, [34].

29 Ibid., V, [42].

30 On ne peut pas manquer de voir le parallèle avec la synthèse de l’appréhension du divers dans l’intuition, telle qu’elle est exposée par Kant dans la première édition de la Critique de la raison pure. Mais à la différence de Tetens, qui conçoit seulement la synthèse du continu comme une synthèse empirique, Kant admet aussi une « synthèse pure de l’appréhension » qui « doit être pratiquée a priori ». Voir E. Kant, Kritik der reinen Vernunft, AA, IV, 77 [A98-A100].

31 Ibid., V, [37].

32 Ibid., IV, [30].

33 Ibid., XIII, [105].

34 Ibid., III, [24].

35 Nous traduisons Einbildung par « image mentale » et non par « imagination » parce que ce dernier terme en français laisse penser qu’il s’agit d’une représentation imaginaire alors que le concept d’Einbildung désigne aussi une représentation de choses réelles. Nous précisons que cette image est mentale pour la distinguer de la simple « image » (Bild).

36 Le terme grec Phantasma se trouve chez Christian Wolff qui l’emprunte lui-même à la tradition scolastique issue d’Aristote (De Anima, 427b-429a). Il semble que les deux termes Einbildung et Phantasma soient synonymes, de même que Einbildungskraft est simplement la traduction en allemand du grec Phantasia.

37 Parler d’un lieu de l’âme est déjà en soi problématique. Tetens se demande si les « traces » que nous conservons de nos représentations doivent être recherchées dans l’âme ou dans le cerveau (et peut-être même dans les deux).

38 Chr. Wolff, Psychologia empirica, I, section II, chap. III : « De imaginatione ». Pour Wolff, la mémoire est la faculté de reconnaître des idées ou des choses qui se sont déjà présentées à nous. La mémoire et l’imagination sont donc étroitement liées dans la mesure où le souvenir n’est pas la reproduction du passé, mais la reconnaissance du passé dans la représentation qu’en fait l’imagination (Psychologia empirica, I, section II, chap. V : « De memoria, oblivione & reminiscentia »).

39 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, III, [15-16].

40 « L’image mentale d’un objet visuel est donc une postsensation de celui-ci [qui a été] à nouveau réveillée et [qui est] exprimée à un degré plus faible. » (Ibid., V, [39]).

41 Ibid., III, [14].

42 Chr. Wolff, Psychologia empirica, I, section II, chap. III, § 116.

43 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, X, [81].

44 Il y a de plus un primat des représentations visuelles sur celles des autres sens. C’est pourquoi quand nous nous représentons un objet perçu, nous nous contentons le plus souvent de le reproduire visuellement, en laissant de côté les représentations des autres sens. Ce primat des représentations visuelles s’explique par le fait que celles-ci sont plus faciles à reproduire que les autres (et donc exigent un moindre effort de l’imagination). Ce qui sous-tend la conception de Tetens est l’idée que ce pouvoir de reproduction est soumis à un principe de moindre action : l’imagination s’efforce de reproduire au mieux l’objet perçu, mais l’investissement en termes de spontanéité est toujours minimal.

45 Ibid., V, [39].

46 Ibid., VII, [56]. La reproduction des représentations du sens interne présente des difficultés particulières auxquelles Tetens s’attarde longuement. Il ne nous paraît pas nécessaire ici d’entrer dans les détails.

47 Ibid., XIII, [106].

48 Loc. cit.

49 Tetens rappelle tout d’abord que cette loi fut non pas découverte mais exposée clairement pour la première fois par John Locke (An Essay Concerning Human Understanding, Londres, Thomas Basset, 1690, livre II, chap. XXXIII). Elle connaît ensuite une fortune considérable au XVIIIe siècle chez les philosophes anglo-saxons, puis chez les philosophes allemands, qui en font un principe de base de la psychologie empirique.

50 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XIV, [109].

51 Tetens souligne ici le rôle que joue l’habitude en tant qu’elle renforce certaines liaisons d’idées par rapport à d’autres. Locke, Wolff, Hume et d’autres avaient aussi souligné ce rôle avant lui.

52 Il est important de noter ici que la liaison des représentations en vertu de leur ressemblance ne présuppose aucune comparaison, laquelle est un acte du pouvoir de penser. Puisque nous supposons ici que l’imagination agit seule, il nous faut admettre que ces liaisons se forment spontanément par simples rapprochements.

53 Ibid., XIV, [109-110].

54 Ibid., XIV, [110].

55 Loc. cit.

56 Ici aussi le rapprochement avec ce que Kant nomme « la synthèse de la reproduction dans l’imagination » est pertinent. Mais pour Tetens, la liaison des représentations par l’imagination est une synthèse empirique, alors que pour Kant « la synthèse de la reproduction dans l’imagination appartient aux actes transcendantaux de l’esprit ». Voir E. Kant, op. cit., AA, IV, 77-79 [A100-102].

57 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XIV, [112].

58 Ibid., XIV, [111].

59 Ibid., XIV, [112-113].

60 Pour comprendre l’interaction entre les facultés de l’âme, il est nécessaire d’examiner chacune séparément et d’en dégager les lois. C’est seulement à cette condition que nous pouvons considérer la loi de l’association des idées comme la loi propre de l’imagination, c’est-à-dire du pouvoir de reproduction.

61 Ibid., XIV, [111].

62 Ibid., XIV, [112].

63 Notre hypothèse est que la fantaisie, conformément au principe de moindre action précédemment évoqué, suit toujours le fil des représentations qui sont les plus faciles à reproduire. La reproduction d’une image en réveille d’autres, elle est la cause occasionnelle par laquelle l’imagination opère de nouvelles liaisons.

64 Cette faculté est nommée aussi, en deux occurrences uniques, Bildungskraft (ibid., XV, [138]) et Ideenbildende Kraft (ibid., XV, [139]) que je traduis respectivement par « créativité » et « pouvoir de façonner des idées ».

65 Ibid., XV, [140]. Il s’ensuit qu’Einbildungskraft et Phantasie ne sont pas tout à fait synonymes : la fantaisie a un champ d’action plus large que l’imagination, qui n’est qu’un simple pouvoir de reproduction. Elle peut être définie comme la faculté de former des images mentales soit par reproduction soit par invention.

66 A. Gerard, An Essay on Genius, Londres, W. Strahan, T. Cadell, W. Creech, 1774.

67 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [120].

68 Ibid., XIII, [107]. En ce sens, c’est une erreur de traduire Dichtungskraft par « force poétique », d’autant que les exemples qu’utilise Tetens au chapitre XV sont souvent tirés des mathématiques.

69 Ibid., XV, [126].

70 Le verbe allemand bilden peut être traduit par « façonner », « former », « constituer ». Tetens attribue au pouvoir d’invention le qualificatif bildend, qu’il me semble plus simple de traduire par « constituant » au sens où il constitue une nouvelle représentation à partir de plusieurs autres.

71 Ibid., XV, [116].

72 Ibid., III, [24-25].

73 Ibid., XV, [117-118].

74 La synthèse ou « union » (Vereinigung) est l’acte par lequel le pouvoir d’invention relie plusieurs représentations en une seule représentation simple. Tetens observe que ce « mélange » peut se produire sans que l’on puisse parler de « synthèse ». C’est ce qui arrive lorsque l’imagination est trop faible pour reproduire distinctement certaines représentations de sensations : les représentations perdent alors de leur éclat et de leur netteté, les détails s’effacent et les images s’obscurcissent jusqu’à se confondre les unes avec les autres. La représentation confuse qui naît de « l’impuissance de la fantaisie » est une image vague qui ne saurait être assimilée à une véritable fiction : « Ne pas séparer est autre chose que lier, et ne pas distinguer est autre chose que penser ensemble ». Pour Tetens, la synthèse exige une « force active de l’âme », une « force réellement spontanée » qui rassemble le divers en une totalité unifiée, bref une « force d’invention » (Dichtungskraft) (ibid., XV, [126-127]).

75 Ibid., III, [25].

76 Tetens parle de « variété intensive » pour désigner la diversité des déterminations sensibles contenues dans ce genre de représentations simples (ibid., XV, [129]). À celles-ci on pourrait opposer (mais Tetens n’emploie pas cette expression) la variété extensive des représentations du premier genre. Le terme « variété » traduit ici l’allemand Mannigfaltigkeit que l’on retrouve aussi chez Kant pour désigner le divers sensible que l’on rencontre en toute intuition empirique.

77 Ibid., XV, [129].

78 Comment analyser une représentation synthétique simple dont les constituants sont comme « mélangés » les uns aux autres ? Tetens répond « qu’il y a pour cela différentes opérations qui sont aussi variées que [le sont] les procédés chimiques par lesquels se fait la séparation des corps. Celles-là peuvent être comparées à celles-ci. Et surtout, à cette fin d’autres représentations de sensations sont requises, lesquelles opèrent sur celles-là comme des agents de dissolution [Auflösungsmittel]. » (Ibid., XV, [130]).

79 Ibid., XV, [127].

80 Ibid., XV, [128-129].

81 Il semble que Tetens emprunte à Johann Georg Heinrich Feder la notion d’« abstractions sensibles » (sinnlichen Abstracta), voir J. G. H. Feder, Logik und Metaphysik, Göttingen, Gotha, J. Chr. Dieterich, 1774, Logik, Erstes Hauptstück, § 11, p. 36.

82 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [132].

83 Ibid., XV, [135].

84 Ibid., XV, [132].

85 « Les abstractions sensibles et autres images sensibles générales, lesquelles se forment à partir de représentations semblables d’objets particuliers quand les traits communs coïncident dans ces images et, étant plusieurs fois réitérés, s’impriment plus vivement, plus fortement et plus profondément dans la fantaisie, deviennent des idées générales et des concepts de l’entendement. », J. N. Tetens, op. cit., Quatrième essai, II, [299].

86 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [136].

87 Ibid., XV, [134].

88 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [136-137].

89 Ibid., XV, [132].

90 « L’image générale est comme un verre placé devant notre regard. », J. N. Tetens, op. cit., Sixième essai, I, 3, [437].

91 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [137].

92 Ibid., XV, [130].

93 Ibid., XV, [130-131].

94 Ce primat de la synthèse sur l’analyse se retrouve aussi chez Kant et éclaire dans un passage difficile la différence que celui-ci fait entre l’unité analytique et l’unité synthétique de l’aperception. Voir E. Kant, op. cit., AA, III, 110 [B133-134 note].

95 J. N. Tetens, op. cit., Premier essai, XV, [131].

96 Ibid., XV, [133].

97 Ibid., XV, [134].

98 Ibid., XV, [134-135].

99 Ibid., XV, [140].

100 Ibid., XV, [104].

101 Ibid., III, [26].

102 Loc. cit.

103 Ibid., XVI, [156].

104 D’où la difficulté parfois à traduire le verbe aufnehmen qui signifie tantôt « recevoir » (annehmen) tantôt « appréhender » (fassen). La perception est à la fois faculté de recevoir des impressions et faculté d’appréhension selon que l’on insiste davantage sur sa réceptivité ou sur sa spontanéité.

105 Loc. cit.

106 Ibid., XVI, [158].

107 H. J. De Vleeschauwer manifestement se trompe quand il affirme que « la Dichtkraft et l’imagination reproductive forment donc deux facultés semblables ; leur fonction est la même ; seul leur usage diffère ». À moins qu’il ne considère que leur fonction est de représenter et que leur usage respectif est d’inventer et de reproduire. Voir H. J. De Vleeschauwer, op. cit., p. 314.

108 J. N. Tetens, op. cit. Premier essai, XVI, [159].

109 Et surtout Tetens semble se contredire puisqu’il fait de l’impuissance de l’imagination la cause de la puissance de l’invention, alors qu’il avait affirmé plus haut que la synthèse véritable ne résulte point de la faiblesse de la fantaisie (voir note 74).

110 Ibid., XVI, [164].

111 H. J. De Vleeschauwer, op. cit., p. 313 : « Tetens n’invoque jamais le principe de synthèse. L’imagination se voit condamnée à rester une pure reproduction sans aucune liaison synthétique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Lacaille, « Nature et fonctions du pouvoir de représenter chez Johann Nikolaus Tetens », Astérion [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/asterion/3135 ; DOI : 10.4000/asterion.3135

Haut de page

Auteur

Julien Lacaille

Institut de recherches philosophiques (IRePh, EA 373) • Julien Lacaille, membre de l’IRePh, prépare actuellement, sous la direction de Jean Seidengart (université Paris-Ouest-Nanterre) et de Heiner Klemme (université Halle-Wittenberg), une thèse de doctorat sur « L’empirisme spéculatif de Johann Nikolaus Tetens ».

Haut de page