Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Tetens et la philosophie transcendantale : introduction

Tetens and the transcendental philosophy: introduction
Jean-Paul Paccioni

Résumés

Supposons un auteur qui ait vécu au temps de Kant, qui ait influencé celui-ci, mais qui en même temps ait développé sa voie propre… Supposons que cet auteur ait critiqué certains moments de la pensée kantienne, en développant une voie originale sur des questions aussi importantes que celles de l’objectivité, voire du transcendantal… Un tel auteur devrait être considéré comme un protagoniste important dans l’histoire de la philosophie, nous offrant des possibilités de pensée originales. Il devrait jouir d’une grande notoriété et être étudié par de nombreux commentateurs. Un tel auteur existe : il s’agit de Johann Nikolaus Tetens, qui n’est pourtant connu que de quelques spécialistes.

Haut de page

Texte intégral

1Supposons un auteur qui ait vécu au temps de Kant, qui ait influencé celui-ci, mais qui en même temps ait développé sa voie propre… Supposons que cet auteur ait critiqué certains moments de la pensée kantienne, en développant une voie originale sur des questions aussi importantes que celles de l’objectivité, voire du transcendantal… Un tel auteur devrait être considéré comme un protagoniste important dans l’histoire de la philosophie, nous offrant des possibilités de pensée originales. Il devrait jouir d’une grande notoriété et être étudié par de nombreux commentateurs.

2Un tel auteur existe : il s’agit de Johann Nikolaus Tetens, qui n’est pourtant connu que de quelques spécialistes. Même s’il ne faut peut-être pas surévaluer son importance philosophique, l’ignorance dont il est généralement l’objet en dit long sur la manière dont l’histoire de la philosophie peut être arbitrairement réduite à une série de cartes postales, dont on ne cherche même pas à saisir le processus de fabrication.

3Les présupposés naïvement téléologiques qui grèvent l’histoire de la pensée nous empêchent en effet de reconnaître la place de cet auteur. De ce fait, c’est aussi le sens et le rôle de la pensée kantienne qui sont mal compris. Ces derniers ne peuvent de toute façon vraiment apparaître que si l’on situe rigoureusement l’apport kantien dans l’ensemble de son contexte post-wolffien.

  • 1 M. Puech, « Tetens et la crise de la métaphysique allemande en 1775 (Über die allgemeine speculati (...)
  • 2 J. N. Tetens, Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwickelung, Leipzig, M (...)
  • 3 « allgemeine transcendente Philosophie », dans J. N. Tetens, Über die allgemeine speculativische P (...)
  • 4 « Sie hat mit wirklich vorhandnen Objecten nichts zu thun, und beschäftiget sich nur mit dem, was (...)
  • 5 M. Puech, art. cité, p. 24.

4En 1992, dans un article encore pionnier en France1, Michel Puech rappelait que Tetens discute la Dissertation de 1770 et que les Essais philosophiques sur la nature humaine et son développement2 écrits avant la Critique de la raison pure influencent toute la composition de la théorie des facultés qui la structure. Il soulignait ainsi l’importance dans l’histoire du transcendantal de ce que Tetens nomme « philosophie générale transcendante »3. Celle-ci, selon Tetens, « n’a rien à faire avec des objets effectivement existants, et ne s’occupe que de ce qui est possible et nécessaire dans toutes les sortes de choses en général »4. Ainsi, pour M. Puech cette philosophie transcendante se propose de définir a priori, c’est-à-dire « en ne partant pas des données de l’expérience », la structure du possible dans l’expérience et « donc de définir les conditions de possibilité de ce qui advient dans l’expérience »5. Cela conduisait M. Puech à lancer l’hypothèse (qu’il jugeait lui-même audacieuse) selon laquelle on trouverait finalement dans l’œuvre de Tetens un « transcendantal flou » supérieur au transcendantal kantien :

  • 6 Ibid., p. 25. La notion de « transcendantal flou » était inspirée à M. Puech par la théorie mathém (...)

On pourrait même, avec quelque audace, imaginer que l’idée même de philosophie transcendantale, effort pour penser les conditions de possibilité de la pensée, impose une logique du flou, en ce sens précis qui signifie à la fois absence d’une systématisation contraignante et non-décidabilité des énoncés. La philosophie transcendantale de Tetens, plus floue que celle de Kant, lui serait alors « supérieure » d’un certain point de vue, point de vue à partir duquel serait aussi possible une critique du goût kantien pour les « tons durs et secs » du système et les valeurs de vérité bivalentes.6

5Les recherches qui vont suivre permettent de préciser et de discuter l’interprétation stimulante de M. Puech.

  • 7 R. Rorty, Philosophy and the Mirror of Nature, Princeton, Princeton University Press, 1979.

6Rappelons que Tetens est né en 1736 à Tetenbüll et qu’il est mort en 1807 à Copenhague. Les Essais philosophiques sur la nature humaine et son développement publiés en 1777 constituent son ouvrage le plus célèbre. Gideon Stiening, dans un article intitulé « Perfectibilité et spontanéité », situe les recherches de Tetens dans son époque. On découvre alors un vaste champ de débats entre Leibniz et Kant qui agite l’Europe du XVIIIe siècle, et particulièrement l’Allemagne. Il concerne la notion de force fondamentale de l’âme. Cette force existe-t-elle ? Y a-t-il en fait plusieurs forces ? S’il y en a une, en quoi consiste-t-elle ? Comment penser son rapport avec la sensation ? G. Stiening soutient à ce propos une thèse engageant la structure même de l’histoire de la philosophie en soulignant combien ces débats supposent un rôle principiel conféré à la théorie de la connaissance. Le lecteur sera tenté de confronter ces analyses à celles jadis soutenues par Richard Rorty dans Philosophy and the Mirror of Nature7. G. Stiening souligne aussi que ce questionnement et les Essais de Tetens doivent être référés au moment où l’anthropologie se détache de la théologie.

7Tetens va laisser émerger les facultés de l’âme de manière « en quelque sorte organique », tout en différenciant qualitativement les formes de connaissance propres à l’homme. Dans un contexte post-wolffien, qui suppose une certaine rupture avec Leibniz, Tetens soutient donc que les principes généraux ne peuvent être dérivés de l’expérience et doivent avoir une origine propre. On voit ainsi d’emblée que s’il ne faut pas totalement dénier à Kant l’originalité du « problème de la raison pure » présenté dans la Critique de la raison pure, il est nécessaire d’analyser précisément tout ce qu’il doit à ce contexte.

8La réponse de Tetens va engager la notion de « perfectibilité » (Perfektibilität). À ce stade, sa position se distingue encore plus clairement de celle de l’empirisme. La réponse à la question de l’origine des principes généraux engage une spontanéité propre à l’âme humaine et suppose une capacité à se perfectionner. On découvrira ses caractéristiques dans l’article de G. Stiening.

  • 8 Voir à ce propos L’homme perfectible, sous la direction de B. Binoche, Seyssel, Champ Vallon, 2004 (...)

9L’œuvre de Tetens joue ainsi un rôle important dans la manière dont la notion de perfectibilité, telle qu’elle va être discutée après sa présentation rousseauiste, va être introduite dans les discussions européennes. Comme on le sait, la transmission de cette notion en Europe, sa reformulation et sa discussion, conduisent à repenser autrement le rapport de l’homme à la nature et vont jouer un rôle important dans l’élaboration des « philosophies de l’histoire »8.

10David Wittmann, dans son article « Au-delà de l’étiquette historiographique : l’empirisme singulier de J. N. Tetens », aborde la question de savoir si Tetens est le « Locke allemand », ainsi qu’on l’a parfois soutenu. Il répond négativement en montrant lui aussi l’originalité de l’œuvre de celui-ci. L’article présente de larges pans des discussions de l’époque et fait connaître en France les interprétations de plusieurs commentateurs de Tetens.

11D. Wittmann soutient qu’il ne faut pas se contenter de taxer Tetens d’une forme de psychologisme qui ne se serait pas élevé à la problématique transcendantale. Il montre qu’il ne faut pas non plus en faire un simple précurseur de Kant ou un psychologue empiriste. Il souligne ainsi qu’il ne faut pas le considérer comme le transmetteur de Locke en Allemagne. Analysée plus finement, son œuvre doit plutôt être située à l’intérieur de cette transmission. Considérées dans leur cadre allemand, ses recherches engageraient « avant tout une certaine forme de philosophie critique au sens d’une large enquête sur les productions de l’entendement humain ». L’article analyse deux essais qui précédent l’ouvrage majeur de Tetens pour ensuite étudier celui-ci.

12Le premier essai, intitulé Gedanken über einige Ursachen warum in der Metaphysik nur wenige ausgemachte Warheiten sind (1760), permet de souligner de manière éclairante l’importance du paradigme de l’application des mathématiques pour cet auteur.

  • 9 Selon Tetens, l’école du sens commun a mal traité ce problème et a mal répondu à Hume. On a du mal (...)

13Le second essai, qui a pour titre Über die allgemeine speculativische Philosophie (1775), nous montre comment Tetens élabore sa notion de représentation (Vorstellung), se situe par rapport à l’ontologie de type wolffien, et pose le problème de la vérité. Tetens nous demande de nous tourner vers nos représentations pour interroger leur valeur de vérité et les mettre à l’épreuve, au lieu de croire que nous avons immédiatement affaire aux objets externes et non à leur copie. L’usage des concepts ontologiques doit être interrogé et nous devons nous positionner dans la région de ce que Tetens appelle la « philosophie transcendante »9.

14Il faut alors distinguer, parmi nos notions, ce qui est simplement subjectif et ce qui est objectif, c’est-à-dire ce qui correspond à quelque chose hors de nous. Pour arriver à cela, il faut opérer une « réalisation de nos concepts et de nos principes ».

15Concernant chacun des points que nous venons d’évoquer, le lecteur verra apparaître, grâce à D. Wittmann, des aspects surprenants et très particuliers de la pensée de Tetens. Ses analyses montrent que celui-ci est bien un précurseur original de la manière dont Kant va élaborer sa déduction transcendantale. Elles montrent aussi qu’il ne faut pas non plus le réduire à ce rôle et qu’il a pu offrir une voie inédite au-delà de la pensée kantienne.

16L’article de Henny Blomme, « Sur la voie de la formulation du problème de l’objectivité : concepts premiers et réforme de la métaphysique chez Kant et Tetens », prouve bien à quel point Tetens doit être tenu pour un précurseur original de Kant. H. Blomme se livre à une relecture serrée de la fameuse « Lettre à Marcus Herz du 21 février 1772 » en mettant en rapport son analyse avec l’œuvre de Tetens. Cela lui permet de démontrer que Tetens pose dès 1775, en toute indépendance, des questions qui « dévoilent une conscience » de la problématique « kantienne » de l’objectivité telle qu’elle se déploiera dans la Critique de la raison pure. Selon H. Blomme, on attribue la paternité de cette problématique seulement à Kant, alors que les deux auteurs élaborent cette dernière sous la même forme : « Comment des conditions subjectives peuvent-elles avoir un apport dans la connaissance objective ? ». Or, sur ce point c’est Tetens qui a influencé Kant, non l’inverse.

17Julien Lacaille, dans son article « Nature et fonction du pouvoir de représenter chez Johann Nikolaus Tetens », expose de manière détaillée la doctrine des forces de l’âme qui est au fondement de l’anthropologie philosophique de ce dernier. Ce titre conduit d’emblée l’auteur à rectifier une erreur d’Herman Jean De Vleeschauwer qui avait traduit Vorstellungskraft non par « pouvoir de représenter », mais par « imagination ».

18Il essaye de montrer que le pouvoir de représenter chez Tetens se caractérise par une triple synthèse. Le terme utilisé par Tetens est Vereinigung, et non pas Synthesis, mais J. Lacaille démontre qu’il est possible de parler ici de synthèse, puisque selon Tetens le pouvoir d’invention constituant et l’imagination proprement dite créent de nouvelles liaisons. Pour cela, il se livre à une analyse détaillée du texte des Essais.

19Dans sa conclusion, J. Lacaille montre en quoi la triple synthèse qu’il relève chez Tetens n’est pas la triple synthèse de Kant. Assez classiquement, il souligne que Tetens en reste à une synthèse empirique et qu’il ignore l’idée d’une synthèse transcendantale. Ainsi son œuvre n’offrirait qu’une préfiguration de ce qui constitue chez Kant une solution transcendantale.

  • 10 Cet ensemble réunit des interventions réalisées lors d’une journée d’étude organisée le 11 octobre (...)

20Il peut alors être tentant de relancer le débat sur cette question. À cette fin, il faut se rappeler l’hypothèse « audacieuse » de M. Puech, mais en s’appuyant maintenant sur l’ensemble des études minutieuses conduites par les quatre auteurs de ces articles, et en soulignant que Tetens ne doit pas seulement être considéré comme un simple jalon de la « philosophie transcendantale »10.

Haut de page

Notes

1 M. Puech, « Tetens et la crise de la métaphysique allemande en 1775 (Über die allgemeine speculativische Philosophie) », Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. CLXXXII, no 1, janvier-mars 1992, p. 3-29.

2 J. N. Tetens, Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwickelung, Leipzig, M. G. Weidmanns Erben und Reich, 1777, 2 vol.

3 « allgemeine transcendente Philosophie », dans J. N. Tetens, Über die allgemeine speculativische Philosophie; Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwickelung. Erster Band, W. Uebele éd., Berlin, Reuther & Reichard (Neudrucke seltener philosophischer Werke, IV), 1913, p. 17.

4 « Sie hat mit wirklich vorhandnen Objecten nichts zu thun, und beschäftiget sich nur mit dem, was möglich oder nothwendig ist bey allen Arten von Dingen überhaupt », ibid., p. 18.

5 M. Puech, art. cité, p. 24.

6 Ibid., p. 25. La notion de « transcendantal flou » était inspirée à M. Puech par la théorie mathématique des ensembles flous.

7 R. Rorty, Philosophy and the Mirror of Nature, Princeton, Princeton University Press, 1979.

8 Voir à ce propos L’homme perfectible, sous la direction de B. Binoche, Seyssel, Champ Vallon, 2004 et B. Binoche, La raison sans l’Histoire. Échantillons pour une histoire comparée des philosophies de l’Histoire, Paris, PUF (Pratiques théoriques), 2007.

9 Selon Tetens, l’école du sens commun a mal traité ce problème et a mal répondu à Hume. On a du mal à croire que Kant ne connaissait pas ce texte quand il rédigeait les premières pages des Prolégomènes. C’est cependant ce que pense M. Puech.

10 Cet ensemble réunit des interventions réalisées lors d’une journée d’étude organisée le 11 octobre 2014 à la Maison Heine par Stefanie Buchenau, Sophie Grapotte et Jean-Paul Paccioni : « Johann Nikolaus Tetens (1736-1807) : métaphysique et anthropologie des Lumières allemandes ». Il recueille aussi une version retravaillée de l’intervention de D. Wittmann faite le 12 juin 2010 lors d’une séance du groupe de travail sur la philosophie allemande au XVIIIe siècle organisée par Jean-François Goubet à la Maison Heine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Paccioni, « Tetens et la philosophie transcendantale : introduction », Astérion [En ligne], 18 | 2018, mis en ligne le 08 juin 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/asterion/3143

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Paccioni

Professeur de chaire supérieure en philosophie au lycée Chaptal (Paris), chercheur associé à l’IHRIM (UMR 5317), membre de l’équipe de coordination du groupe de recherche sur la philosophie allemande au XVIIIe siècle et membre du comité éditorial des Christian Wolff – Gesammelte Werke. Principaux articles récents : « Présentation », Astérion. Philosophie, histoire des idées, pensée politique, no 9, 2011 ; « Wolff, la formulation syllogistique du cogito et la norme de toute évidence », Les Archives du Séminaire Descartes. Nouvelles recherches sur le cartésianisme et la philosophie moderne, samedi 14 mai 2011, ENS Ulm. Coordination de revues : La Preisfrage de 1763 de l’Académie de Berlin : certitude mathématique, certitude métaphysique, certitude morale [numéro thématique], Astérion. Philosophie, histoire des idées, pensée politique, no 9, 2011. Ouvrage : Cet esprit de profondeur. Christian Wolff, l’ontologie et la métaphysique, Paris, Vrin, 2006. Principaux thèmes de recherche : Christian Wolff, Emmanuel Kant, philosophie allemande du XVIIIe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page